Archives de catégorie : Colloques/Conférences

La vérité judiciaire d’hier à aujourd’hui

Orient-Occident – Rencontres Kasra Vafadari 

Journée d’histoire et d’anthropologie du droit

 

Programme : La vérité judiciaire 20171208 Programme

La vérité judiciaire d’hier à aujourd’hui

Vendredi 8 décembre

Salles des Commissions F142

1er étage du bâtiment F – Université Paris Nanterre

« Si la connaissance se donne comme connaissance de la vérité, c’est qu’elle produit la vérité par le jeu d’une falsification première et toujours reconduite qui pose la distinction du vrai et du faux », disait Michel Foucault dans une de ses Leçons sur la volonté de savoir [1]. Les récents débats autour des fake news en témoignent, au-delà de la représentation même de la vérité, ce sont les enjeux de la production de la vérité et sa relation avec les instances capables de fonder son autorité qui sont en cause.

La relation du droit est, du moins dans notre système juridique, consubstantielle à celle de vérité, Res iudicata pro veritate habetur. C’est là une forme de vérité particulière propre aux juristes, qui s’inscrit dans le domaine des normes. Le jugement ne dit pas le vrai, il est réputé dire le vrai. Une fiction qui opère alors même que le caractère erroné de la décision serait reconnu (3e Ch. civ., 4 mars 1998, pourvoi n° 96 11-399 et Ch. soc. 19 mars 1998, Bull. n°158).

Les enjeux de la vérité judiciaire sont évidemment à chercher ailleurs que dans l’établissement d’une réalité factuelle et sont d’abord affaire de pouvoir. On a parfois tendance à oublier que l’office du juge n’a pas toujours été rapporté à la fonction de dire le vrai et que sa décision a pu être une sentence plutôt qu’un jugement au sens strict du terme. C’est lorsque le procès devient l’outil du pouvoir que la vérité sert d’autorité à la chose jugée, une vérité que le juge édicte en même temps que le justiciable doit la reconnaître. Si l’on veut comprendre et mesurer les implications politiques de la vérité judicaire, il faut partir à l’origine du concept, et retrouver le moment au cours duquel le jugement pénal s’est imposé comme discours de vérité.

Au-delà du souci d’érudition qui est celui de l’historien du droit, l’enquête déborde sur le présent car les représentations d’aujourd’hui empruntent à celles du passé. Pour comprendre le présent, Michel Foucault proposait de recourir à la méthode archéologique. Il s’agissait selon lui non pas tant de situer les origines d’une institution que de comprendre les transformations, le processus des évolutions qui l’ont produite. C’est cette chaîne que  l’on tentera ici de recomposer en revenant non seulement sur le contexte dans lequel le jugement est apparu comme discours de vérité, mais aussi sur les modalités qui ont permis sa pérennité, également sur les influences culturelles diverses qui lui ont donné sa physionomie particulière.

La journée d’études organisée par le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit interrogera la notion autour de plusieurs questions.

I – La vérité judicaire, Construction du concept et approche comparative

Le rapport entre jugement et vérité, Orient/Occident

La vérité judiciaire au regard d’autres vérités, vérité historique, vérité scientifique

Res iudicata pro veritate habetur. Archéologie du concept et construction du principe.

II – Dire le vrai

Jugement de Dieu, jugement des hommes (Jury),

La place de la fiction et le rapport à la réalité

Torture et vérité

III – La vérité judiciaire et ses applications contemporaines

Expertise, vérité scientifique, vérité vraisemblable

La pratique pénale, les gardes à vue et la culture de l’aveu, le droit au mensonge.

Les ADR en droit pénal. Le plaider coupable à la française, Les Commissions Vérité et Réconciliation

Soazick Kerneis :    soazick.kerneis@orange.fr

Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit

Journée organisée par le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit (CHAD)

membre de Fédération Interdisciplinaire de Nanterre en Droit (FIND)

 Université Paris Nanterre, 200 avenue de la République, 92000 Nanterre

Lecture : Living on the Other Side

LECTURE

WHAT’s NEW?! Fall Lecture Series

Living on the Other Side: A Legal-Anthropological Analysis of Migration and Family Law in Morocco

Nadia Sonneveld

16 november 2017

Time 17:00 – 18:15 hrs.
Explanation : Free to visit, drinks after
Series : WHAT’s NEW?! Fall Lecture Series
Address : Lipsius, Cleveringaplaats 1, 2311 BD Leiden, Room, 227

WHAT’s NEW?! is a lecture series organised by LUCIS and the department of Middle Eastern Studies. The lectures focus on current research on Islam and the Middle East.

« Europe wants migration agreements with North African governments. Yet, what are migrants’ legal rights in these countries, and how do receiving states and migrants deal with them in practice? Family law plays a crucial role in legal identity and in securing basic human rights. Using the lens of family law, my aim is to gain empirical and theoretical knowledge of migration and legal rights in Morocco and, by extension, North Africa. In particular, I look at various groups of West/Central African and Middle Eastern (regularly or irregularly residing) migrants and refugees in Morocco. In the presentation, I present preliminary findings related to the following two questions. First, how does this receiving state regulate major life events (marriage, birth, divorce, death) of the migrants and refugees on its territory, and, second, how do migrants and refugees deal with the legal aspects of major life events in this receiving state?

Ultimately, my aim is to obtain a legal-anthropological understanding of one of the least understood issues of our time: migrants and their legal rights as non-citizens on the other side of the Mediterranean. »

About Nadia Sonneveld :

Nadia Sonneveld works at the Centre for Migration Law, Radboud University, Nijmegen, the Netherlands and has an academic background in anthropology, Arabic, and law. The common factor in all her research activities is the focus on gender and law in the Muslim world, particularly in Egypt and Morocco. Previously, she was a guest scholar at the School of Oriental Studies (SOAS) in London, and Al-Akhawayn University in Ifrane, Morocco. She authored Khul‘ Divorce in Egypt: Public Debates, Judicial Practices, and Everyday Life (2012), and has co-authored Women Judges in the Muslim World: A Comparative Study of Discourse and Practice, with Monika

Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques

Mercredi 13 et jeudi 14 décembre 2017
Saint-Etienne

Journées
Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques

Université Jean Monnet Saint-Etienne
Maison de l’Université
Salle 003
10 rue Tréfilerie, Saint-Etienne

Présentation
Le droit est véhiculé par un ensemble de discours qui mobilisent une multitude de valeurs et de savoirs, dont la réunion donne sens aux activités des professionnels du droit. Dans la perception et l’analyse de ces activités, la notion de culture est dotée d’une forte valeur heuristique, en ce qu’elle permet de penser le juriste dans sa diversité autant que dans son unité ; l’approche culturelle permet aussi de déconstruire les tentatives d’essentialisation du droit et le présupposé d’une identité intemporelle du droit, lequel n’est pas non plus l’expression d’une culture monolithique (la culture juridique).

Si les usages de la notion de culture sont nombreux dans les sciences sociales, elle peine à s’imposer dans le domaine des sciences juridiques en France. Le droit s’inscrivant dans des lieux et des pratiques, véhiculant des objets et des appropriations diverses (et parfois divergentes), une approche culturelle des conditions d’élaboration et de fonctionnement des pratiques discursives des juristes, en révèle pourtant la dimension construite. L’approche culturelle contribue aussi à éclairer les stratégies de diffusion, circulation et acquisition des savoirs juridiques – cette écologie du savoir qui éclaire le monde dans lequel les acteurs pensent et agissent.

Si toute culture s’élabore dans les discours et les pratiques à travers lesquels une communauté vit et réfléchit son rapport au monde (donc aux autres et à elle-même), elle doit pouvoir être déconstruite et analysée. Autour de la notion de culture juridique, saisie autant comme objet d’étude que pour son utilité méthodologique, il s’agira de réfléchir à la manière dont le groupe des juristes (praticiens et professeurs, tous professionnels du droit) a élaboré dans le temps son intelligence des situations, comment il a formulé ses objectifs, comment il se perçoit et perçoit les autres, mais aussi comment sa vision du monde a borné et organisé le champ de l’action de ses membres.

Direction scientifique
Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à l’Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)

Inscription obligatoire avant le 6 décembre 2017
www.cercrid.fr > Journées « Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques »
L’inscription aux journées est gratuite
Seule l’inscription au déjeuner du 14 décembre est payante (buffet sur place) :
– 15 € pour les enseignants-chercheurs hors intervenants
– 7 € pour les doctorants et les étudiants
(Règlement par chèque à l’ordre de l’Agent comptable de l’UJM, à envoyer à l’adresse ci-dessous)

Contact
Emilie POINAS
CERCRID – Université Jean Monnet Saint-Etienne
6 rue Basse des Rives – 42023 Saint-Etienne cedex 2
Tel : 04 77 42 19 38
Mail : emilie.poinas@univ-st-etienne.fr

PROGRAMME

JOUR 1 : MERCREDI 13 DÉCEMBRE

15h30 – Ouverture : Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)

15h45 – Début des ateliers
Session 1 – Valeur heuristique de l’approche culturelle pour l’étude du droit (discours et pratiques) ; culture(s) du droit / culture(s) de l’ordre ?
Modérateur : Louis ASSIER-ANDRIEU, Directeur de Rercherche au CNRS École de droit, Sciences Po

  • Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)
  • Pascale DEUMIER, Professeure à l’Université Jean Moulin Lyon 3
  • Nader HAKIM, Professeur à l’Université de Bordeaux, CAHD
  • Antoine JEAMMAUD, Professeur émérite à l’Université Lumière Lyon 2, Institut d’études du Travail de Lyon, CERCRID (UMR 5137)
  • Alain POTTAGE, Professeur à la London School of Economics, department of law

JOUR 2 : JEUDI 14 DÉCEMBRE

8h30 : Session 2 – Lieux de savoirs juridiques et culture des institutions (académiques, juridiques)
Modérateur : Frédéric AUDREN, Directeur de Recherche au CNRS École de droit de Sciences Po

  • Pierre BONIN, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS (UMR 8103)
  • Catherine FILLON, Professeure à l’Université Jean Moulin Lyon 3, CLHDPP
  • Annamaria MONTI, Professeure à l’Università Bocconi de Milan
  • Guillaume RICHARD, Professeur à l’Université Paris Descartes, Institut d’histoire du droit
  • Rachel VANNEUVILLE, Chargée de Recherche au CNRS, ENS Lyon, Triangle (UMR 5206)

11h : Session 3 – Les acteurs d’une culture juridique ; peut-on penser une culture juridique sans juristes ; culture profane / contre-culture du droit ?
Modérateur : Jacques COMMAILLE, Professeur émérite à l’ENS Cachan, Institut des sciences sociales du politique (ISSP)

  • Stefan GOLTZBERG, Chercheur qualifié FNRS
  • Laetitia GUERLAIN, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, CAHD
  • Liora ISRAËL, Maître de conférences à l’EHESS, Centre Maurice Halbwachs
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de Recherche au CNRS, IEP Grenoble

14h30 : Session 4 – Transferts / transplants : la (difficile) coexistence des cultures juridiques, de la colonisation à la globalisation. Modérateur : Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur à l’ENS Ulm, CTAD (UMR 7074)

  • Jean-Sylvestre BERGÉ, Professeur à l’Université Jean Moulin Lyon 3
  • Jacky HUMMEL, Professeur à l’Université Rennes 1, Institut du droit public et de la science politique
  • Florence RENUCCI, Directrice de Recherche au CNRS.
  • Geoffrey SAMUEL, Professeur à la Kent law school, Kent center for european and comparative law.

Programme : Journees_Approche_s_culturelle_s_des_sav

 

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

Colloque

Lyon, 4 octobre 2017 – Amphi Doucet-Bon, 18, rue Chevreul

Contexte : Depuis le XIIème siècle, le territoire de la Dombes (01) a été aménagé par l’homme de façon à permettre l’exploitation de la ressource en eau qui y est omniprésente. Un vaste réseau hydrographique a été créé autour de quelques 1 100 étangs. Leur exploitation s’est accompagnée de l’édiction de règles non écrites. L’usage de l’eau est donc aujourd’hui réglementé par ces normes ancestrales, mais subissent également les fortes contraintes des mutations sociales et du droit contemporain.

Objectif de la journée : A la suite d’un projet de recherche (2015-2016) qui permis de mettre en évidence un certain nombre d’enjeux tant juridiques que pratiques liés à l’application de la coutume locale, le but est de démontrer que le droit coutumier de Dombes, inscrit dans le « Truchelut » depuis 1881, dispose toujours d’une force normative sur ce territoire. Il est cependant nécessaire d’exposer ses évolutions matérielles, ainsi que la nécessaire adaptation de son statut juridique.

En définitive, cette journée se propose dans un premier temps d’analyser les difficultés actuelles que connaît l’application du droit coutumier en Dombes, afin, dans un deuxième temps, de présenter les propositions qui ont été faites dans le but de les dépasser. Les enjeux de ces travaux sont importants à au moins deux égards. D’une part, d’un point de vue juridique et de la théorie du droit, il s’agit de montrer la persistance d’une source de droit originale dans l’ordonnancement juridique actuel. D’autre part, la réflexion juridique constitue un support pour la pérennisation de pratiques agricoles qui intègrent le patrimoine d’un territoire de notre région.

Pluridisciplinarité : La réflexion juridique, tant sur les règles applicables que sur leur forme, ne peut se départir d’une analyse des phénomènes historiques et sociaux qui ont façonné le territoire de la Dombes au cours des siècles. Ce constat rend donc nécessaire d’intégrer à cette journée, les interventions de chercheurs en Sciences humaines et sociales autres que le droit.

Les nouvelles dynamiques juridiques proposées tireront leur légitimité et leur efficacité de l’analyse du donné social local. En outre, une réflexion portant sur l’application d’un droit spontané local doit être ancrée dans le réel et nécessite donc l’éclairage des praticiens locaux du droit, et les représentants des filières professionnelles locales. À ce titre, certains d’entre eux seront invités à partager leurs expériences et leurs analyses des enjeux pesant sur ce territoire.

Programme provisoire :

Ouverture

8h30 Accueil des participants
9h Introduction du Colloque
Mot d’accueil : Doyen Fac de droit / Dir. EVS / Dir. École Notariale
Présentation des enjeux pour la Dombes D. Abad (président CD 01). J.L. Payet-Pigeon (VicePrésident Syndicat des Etangs). F. Guillemin (membre APPED). (Agence de l’eau RMC ?)
Présentation du projet et de la journée de débats par le directeur scientifique : Ph. Billet + l’animateur du projet : G. Bailly

Première partie : Contexte historique et sociologique

Présidence de session : Jean Untermaier

De la pratique au besoin de normativité : la nécessité d’une régulation juridique en territoire rural

9h30 André Buisson : présentation du territoire de la Dombes et des étangs : évolutions historiques et émergence des usages
10h30 L’exploitation de l’eau sous tension Vanessa Manceron : La construction d’une communauté de l’eau
10h50 Me Jean-Jacques Contassot (huissier de justice) : Une société locale sous tension : histoire récente des contentieux locaux

Deuxième partie : La complexité du droit applicable en Dombes

Présidence de session : Anne Honegger

1. La place et le rôle de la coutume dans les sources normatives

11h45 Pascale Deumier : La coutume d’hier à aujourd’hui, une source de droit persistante
12h05 Jean Untermaier : Droit coutumier et environnement, une mise en valeur originale de l’écosystème
12h25 Stéphane Verthuy DDT : La protection réglementaire de l’environnement dombiste et la coutume, un conflit normatif ?

2. Propriété et gestion collective d’une ressource naturelle commune

14h00 (intervenant à confirmer) Les incidences locales de la patrimonialisation de l’eau dans la loi sur l’eau de 1992
14h20 Philippe Billet : La patrimonialisation des services rendus par la ressource en eau.

Troisième partie : Le besoin de nouvelles dynamiques normatives en Dombes aujourd’hui

Présidence de session : Philippe Billet

1. Enjeux contemporains : Une inévitable et nécessaire évolution du droit applicable

14h50 Sylvain Bernard (Conseiller Piscicole CA 01) et F. Ballandras (Président APPED, pisciculteur) La modernisation des pratiques dans l’exploitation de la ressource et des étangs
15h10 Me Carole Guyard (Avocate, à confirmer) L’absence de mise en œuvre optimale du droit coutumier : les difficultés d’invocation de la coutume devant le juge de droit commun

2. Propositions d’évolution

15h30 : Du droit coutumier à la contractualisation du droit spontané local

Table ronde :
Présentation du rapport et des propositions formulées par G. Bailly. Discussion des conclusions avec S. Mérieux (Président Syndicat des Etangs) ; Notaires (Me Rassion, à confirmer); M. Didat, (juriste CA01), M. Benmergui (ONCFS)

17h15 : Conclusions et fin de la journée

17h30 : Remise officielle du rapport d’étude aux financeurs suivi d’un buffet Dombiste

Anthropology and Law – a Conversation

Anthropology and Law – a Conversation with Mark Goodale

Law & Society Lecture Series

 

 

Dienstag, 24. Oktober 2017, um 18:15 Uhr 
Humboldt-Universität zu Berlin, Juristische Fakultät
Altes Palais, Unter den Linden 9, Raum E 25

Diese Veranstaltung findet auf Englisch statt.

About the lecture:

The event is dedicated to the presentation and discussion of Mark Goodale’s recently published book Anthropology and Law. A Critical Introduction, which provides a comprehensive overview of the anthropology of law in the post-Cold War era and introduces the central problems of the field. In our discussion, we aim for a broader interdisciplinary conversation on a number of core questions and themes at the interface of anthropology and law.

After an opening statement by the author, there will be a series of comments on individual chapters by speakers with various disciplinary backgrounds. While these chapters are dedicated to specific themes (such as human rights, justice, law & gender and law & indigeneity), comments and the ensuing general discussion will provide room for exploring overarching methodological and conceptual questions.

Speakers:

Mark Goodale, Laboratory of Social and Cultural Anthropology, University of Lausanne

Despoina Glarou, Faculty of Law, Freie Universität Berlin

Jonas Bens, Institute for Social and Cultural Anthropology, Freie Universität Berlin

Alik Mazukatow, Institute of European Ethnology, Humboldt-Universität zu Berlin

Gabriele d’Amico, Faculty of Law, Freie Universität Berlin

Chair: Larissa Vetters, Law & Society Institute Berlin

***

Mark Goodale is an anthropologist, sociolegal scholar, and social theorist. He is Professor of Cultural and Social Anthropology at the University of Lausanne. Before moving to UNIL, he was on the faculties of George Mason University and Emory University, where he was the first Marjorie Shostak Distinguished Lecturer in Anthropology. He conducts ethnographic research on law, social and political change, and culture and is currently writing an ethnography of justice, ideology, and practice in Bolivia based on several years of research funded by the US National Science Foundation and the Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research. He has authored or edited numerous books, including Letters to the Contrary: A Curated History of the UNESCO Human Rights Survey (ed., Stanford UP, 2018), Anthropology and Law: A Critical Introduction (NYU Press, 2017), Neoliberalism, Interrupted: Social Change and Contested Governance in Contemporary Latin America (coed. with Nancy Postero, Stanford UP, 2013), Human Rights at the Crossroads (ed., Oxford UP, 2012), and Mirrors of Justice (coed. with Kamari Maxine Clarke, Cambridge UP, 2010) and is the Series Editor of Stanford Studies in Human Rights.

Dr. Despoina Glarou, LL.M, MBA, is Managing Director of, and Senior Lecturer at the Freie Universität Berlin ‘Human Rights Under Pressure-Ethics, Law and Politics’ Programme and an internationally established expert in public international law, international affairs, and human rights, with long-standing experience as an educator, scholar, and lawyer.

Alik Mazukatow, M.A., is interested in policy, law, other normativities, and their interplay in social practice. He currently conducts ethnographic reseach on German antidiscrimination law and policies.

Gabriele D’amico, MSc.. A criminal lawyer by training, Gabriele D’amico works at the intersection of human rights, philosophy and cultural economics and proposes UNESCO as a platform for dialectically managing the conflict between cultural diversity and human rights. 

Jonas Bens is a postdoctoral researcher at the Affective Societies research center and the Institute of Social and Cultural Anthropology at Freie Universität Berlin. He specializes in legal anthropology, political anthropology, indigenous studies, transitional justice and theories of democracy.

L’Anthropologie à la Renaissance

L’Anthropologie

à la Renaissance

Université de Rouen

20-21 novembre 2017

Organisation : Géraldine Cazals & Marie Houllemare

Programme : anthropo2

À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de penser l’homme non seulement comme sujet mais aussi comme objet de savoir, et qu’aurait été ainsi rendue possible la naissance de l’anthropologie, progressivement définie comme science de l’homme dans ses variations culturelles. Ce ne serait que dans les années 1750 que serait sortie de ses balbutiements et de sa préhistoire cette discipline, avant son institutionnalisation au XIXe siècle, autour des enjeux liés à l’histoire naturelle de l’homme, et le développement d’ambitions tendant à embrasser tous les aspects de la connaissance de l’homme. D’autres travaux cependant questionnent fortement cette analyse, qui retrace logiquement l’archéologie de la définition contemporaine de l’anthropologie et en explicite les présupposés méthodologiques et scientifiques qui s’y veulent attachés. En effet, cette chronologie semble pour le moins rigide, voire quelque peu anachronique pour qui s’intéresse aux périodes plus anciennes, et notamment à la Renaissance. Les travaux de Claude Blanckaert l’ont bien montré, bien qu’encore rare et d’un emploi non réglé, le terme d’anthropologie est attesté en français dès le début du XVIe siècle. Certes, le thème central de l’anthropologie philosophique de la Renaissance, puis de l’âge classique, reste « la connaissance de soi ». Mais, dès la fin du siècle, se dégagent deux orientations des recherches « anthropologiques » : l’une vise, au profit du sujet, les règles de la sagesse et de bonheur basées sur l’économie de l’affectivité, la police des mœurs et les devoirs de l’homme de qualité, l’autre prend l’homme pour objet d’analyse, dans sa phénoménologie concrète, tant anatomique que psychologique ou politique (C. Blanckaert, 1989 : « L’anthropologie en France, le mot et l’histoire », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris). Ainsi le début du XVIIe siècle correspondrait-il, déjà, à un moment essentiel d’affirmation de la discipline. Bien d’autres travaux par ailleurs démontrent à quel point la Renaissance peut constituer pour l’histoire de la naissance ou du développement de l’anthropologie une période centrale. Plusieurs développements en sont bien connus : les découvertes géographiques qui se multiplient depuis la fin du Moyen Âge obligent les Européens à une rencontre avec l’altérité qui exige une reconsidération de l’humanité. Ainsi, les récits de voyages qui se multiplient donnent un certain nombre de descriptions ethnographiques des peuples rencontrés. Dès le début du XVIe siècle, avec le retour de certains grands explorateurs, les premiers Indiens débarquent en Europe. Les premières collectes d’objets exotiques donnent lieu à l’apparition d’Americana dans les cabinets de curiosités. Par l’intensité des échanges marchands qui y ont cours, Rouen est à cet égard un lieu d’importance. La célèbre fête cannibale organisée pour l’entrée d’Henri II en 1550 l’atteste. Tandis que l’humanisme célèbre la grandeur et la dignité de l’homme, les Indiens sont certes regardés par certains comme des étrangetés, des sauvages voire des bêtes farouches ; ils sont rapidement aussi identifiés comme des membres à part entière d’une humanité qui voit sa dimension et ses caractéristiques reconsidérées. Parfois vus comme les derniers représentants d’un âge d’or ou d’un paradis perdu, ils sont intégrés à la chaîne de l’humanité comme des primitifs, dans le cadre de conceptions évolutionnistes. Tandis que, grâce aux travaux de Vésale, s’ouvre le moment anatomique de la science de l’homme, l’unité de l’espèce humaine est affirmée. En dépit d’importants travaux, souvent centrés sur des évènements et sur des figures majeures de ces développements, l’importance de ces différents phénomènes dans le développement de l’anthropologie à la Renaissance mérite d’être précisée.

C’est à un tel travail qu’invite le présent colloque, dont les actes sont destiné à constituer un dossier pluridisciplinaire qui sera publié dans la revue numérique Clio@Themis (http://www.cliothemis.com).

LUNDI 20 NOVEMBRE
 
9h30 : Accueil et introduction du colloque : Maud LAROCHE (Professeur de droit privé à l’Université de Rouen), Géraldine CAZALS (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Rouen, Institut universitaire de France) et Marie HOULLEMARE (Maître de conférences en histoire moderne, Université d’Amiens, Institut universitaire de France)
SESSION I
Modératrice Géraldine Cazals
 
10h : Philippe DESAN (Professeur de français et d’histoire de la culture à l’Université de Chicago)
Les principes fondamentaux d’une anthropologie culturelle et sociale chez Montaigne
10h 30 : Grégoire HOLTZ (Professeur associé, University of Toronto, Victoria College, Groupe d’Étude sur l’Ancien Régime – GEAR)
De l’« ensauvagement » à l’observation participante : L’archéologie d’une catégorie anthropologique
 
Modérateur Philippe Desan
 
11h30 : Jean-Frédéric SCHAUB (Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales –EHESS, Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain)
Le sang à l’époque moderne : métaphore du rang ou véhicule réel ?
12h : Andrea DAHER (Professeur de théorie et méthodologie de l’histoire à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro)
Les modalités d’invention de l’Indien Tupinamba au XVIe siècle
 
SESSION II
 
Modératrice Céline Roynier
 
14h30 : Diego QUAGLIONI (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Trente, Faculté de Jurisprudence)
Les sources de l’anthropologie bodinienne dans la République : géographie, histoire et politique
 
15 h : Gilduin DAVY (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Nanterre, Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit –CHAD)
Mœurs, coutumes et caractères des anciens Normands chez Olaus Magnus (1490-1557)
Modérateur Diego Quaglioni
 
16h : Rachel DARMON (Maître de conférences de littérature française à l’Université Paul Valéry-Montpellier III, Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières, UMR 5186)
Les traités sur les dieux païens à la Renaissance : une approche anthropologique ?
 
16h30 : Géraldine CAZALS (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Rouen, Institut universitaire de France)
Emblématique et anthropologie
 
Discussion et clôture des travaux
MARDI 21 NOVEMBRE
SESSION III
 
Modératrice Andrea Daher
 
10h : Marie-Christine DELAIGUE (Chercheur à l’Université de Grenade, département d’Anthropologie Sociale)
Anthropologie et esclavage à la Renaissance dans la péninsule Ibérique
 
10h30 : Céline ROYNIER (Professeur de droit public à l’Université de Cergy-Pontoise, Centre de Philosophie Juridique et Politique –CPJP)
L’anthropologie dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne
 
Modératrice Marie Houllemare
 
11h30 : Karen LOPEZ (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Laboratoire d’Anthropologie Sociale)
Les effets anthropologiques de la Controverse de Valladolid
12h : Shingo AKIMOTO (Doctorant en philosophie, Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne)
Les idées anthropologiques et la systématisation de droit
 
Avec les contributions écrites de :
Marie-Clarté LAGRÉE (Agrégée d’histoire et docteur en histoire moderne de l’université Paris-Sorbonne, Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages –CRLV)
Curieux de veoir le pays » : des apprentis anthropologues au Levant à l’automne de la Renaissance
Gaelle DEMELEMESTRE (Chercheur au CNRS, Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités – IHRIM, UMR 5317 CNRS/ENS-Lyon)
Les Dominicains et les Indiens
 
Contact : Corinne Thierry (corinne.thierry@univ-rouen.fr)