Archives de catégorie : Séminaires

Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Perspectives comparatives sur les droits des
peuples autochtones

2e jeudi du mois de 9 h à 13 h (salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018. Les séances des 14 décembre et 14 juin se dérouleront en salle AS1_08

À la suite des travaux réalisés dans le cadre du projet ERC/SOGIP sur les échelles de la gouvernance, depuis l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA 2007), nous poursuivons la réflexion sur les articulations entre « questions autochtones » et « processus globaux ». Les changements juridiques, politiques et sociaux découlant de cet instrument international font partie des évolutions  d’un ordre global sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones. Les caractéristiques de cette nouvelle gouvernance, les consensus et les contradictions sur lesquels elle s’appuie, les accords et les résistances qu’elle rencontre, se manifestent dans les villages et les communautés ainsi que dans les « lieux » apparemment « neutres » où sont prises les décisions globales. Dans une perspective comparative et à partir d’études de cas contextualisées, nous suivons les processus de reconnaissance légale, les enjeux de développement, les conflits de territorialité, les défis dans le champ de l’éducation, de la citoyenneté et de la participation politique, les disputes dans le domaine de la culture (patrimoine, musée, tourisme, propriété intellectuelle). Nous nous intéressons aux acteurs politiques se reconnaissant autochtones (organisations et individus), à leurs prises de position dans les scénarios de gouvernance planétaire, à l’impact des méga-agents du changement (parmi lesquels les firmes transnationales, les industries extractives). Le séminaire 2017-2018 s’appuiera également sur les travaux du Groupe de recherche internationale (GDRI-JUSTIP/CNRS) coordonné par Irène Bellier.

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences sociales

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

1er et 3e mercredis du mois de 13 h à 15 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le séminaire Histoire et Anthropologie de la famille et de la parenté que nous proposons à partir de l’année universitaire 2017-2018 est une offre d’enseignement collectif, pluridisciplinaire et pluri-institutionnel. Il est organisé par des enseignant-e-s et chercheurs-ses de l’EHESS (Laboratoire d’anthropologie sociale), du CNRS (Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne, IRHiS, Université Lille III, et Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Paris X-Nanterre-La-Défense) et des Universités Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt et Università Roma Tre.

Nous entendons renouer ici avec la grande tradition de rencontre entre Histoire et Anthropologie qui a naguère su nouer un dialogue fécond entre certains des plus grands esprits de notre époque. De Georges Duby à Jean-Pierre Vernant en passant par Marcel Détienne, Paul Veyne, Gérard Delille, Philippe Moreau ou Marcel Granet d’un côté, de Marcel Mauss à Claude Lévi-Strauss,  Jack Goody ou Marshall Shalins de l’autre, nos disciplines sont parvenues, sur certaines thématiques spécifiques, à construire de véritables objets communs. Au nombre de ces derniers, les études sur la parenté et sur la famille occupent une place centrale.

Depuis quelques années, toutefois, l’offre pluridisciplinaire et collective est plus clairsemée, ce, tant à l’université qu’au sein même de l’École des hautes études en sciences sociales dont elle est pourtant l’une des vocations premières. Beaucoup d’entre nous s’en sont retournées à leurs terres d’attaches hésitant à s’aventurer plus avant dans ces pérégrinations dans des contrées lointaines.

Nous nous proposons, quant à nous,  de renouer ce dialogue fructueux et de favoriser les rencontres entre disciplines voisines, quitte à en gommer les frontières. Pour ce faire nous mènerons une réflexion autour de l’évolution des formes familiales et des systèmes de parenté à la fois dans l’espace et dans le temps. Chaque année nous aborderons un thème spécifique, qui sera cohérent du point de vue des études sur la parenté et la famille, sans nécessairement s’astreindre à suivre une trame chronologique ou géographique linéaire.

Pour cette première année notre recherche portera sur les Mondes Anciens et Médiévaux, ces derniers incluant à la fois espaces et traditions européennes et extra-européennes.

Ce séminaire est ouvert à tous nos collègues chercheurs et enseignants ainsi qu’aux étudiant-e-s à partir du master. Il est validable pour ces derniers dans le cadre du master de l’EHESS.

1er semestre

15 novembre 2017 : Laurent Barry, Claire Chatelain, Isabelle Daillant, Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, Présentation du séminaire

6 décembre 2017 : Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre), « Mémoire généalogique et liens de parenté : une lecture à travers les dispenses matrimoniales dans la Florence tardo-médiévale »

Obtenir une dispense matrimoniale afin de permettre une union avec un parent – consanguin ou affin – plus ou moins proche nécessitait que le lien entre les deux suppliants puisse être formellement prouvé devant un tribunal ecclésiastique. L’historiographie, les recherches généalogiques et les archives de la Florence tardo-médiévale étant particulièrement riches, il est possible d’étudier de manière approfondie la mémoire généalogique que les acteurs mobilisaient au cours des procédures mises en œuvre pour prouver la parenté. Cette intervention se propose d’aborder la question, complexe et encore suffisamment peu étudiée de manière quantitative, de la mémoire généalogique à la fin de la période médiévale à partir d’une nouvelle méthode de représentation et d’analyse de cette mémoire généalogique. Pour ce faire, nous nous appuierons sur un vaste panel de sources judiciaires, de témoignages et de reconstructions généalogiques – qu’elles soient le fait des acteurs eux-mêmes ou des chercheurs – mettant au jour les liens de parenté entre les témoins et les suppliants.

20 décembre 2017 : Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil), « Parenté et famille dans la Rome ancienne : esquisse d’un bilan »

Depuis les dernières décennies du siècle dernier, deux grands courants se partagent l’étude de la parenté et de la famille dans la Rome ancienne : un courant essentiellement franco-italien, influencé par l’anthropologie française (Lévi-Strauss, Françoise Héritier) s’attache aux structures de parenté et d’alliance (terminologie, nature des formations de parenté, atome de parenté, règles d’alliance, représentations symboliques, etc.), alors qu’un courant anglo-saxon, souvent influencé par le féminisme américain, a pris pour objet la famille romaine dans sa vie concrète (famille nucléaire ou étendue, âges de la vie, conjugalité, sexualité, affects, etc.), en recourant à de nouveaux instruments heuristiques (principalement, la démographie et l’étude des textes médicaux antiques). C’est à présenter quelques questions traitées par les chercheurs appartenant à ces deux courants que sera consacré l’exposé.

17 janvier 2018 : Régine Le Jan (Université Paris 1), « Parenté maternelle, parenté agnatique : les femmes dans le système de parenté du haut Moyen Âge »

En déconstruisant et croisant les discours souvent contradictoires des sources, à partir de quelques dossiers, il s’agira d’évaluer la place des femmes et son évolution dans le système de parenté entre viiie et xie siècle.

7 février 2018 : Karine Karila-Cohen (Université Rennes 2), « Structure de parenté, onomastique et prosopographie des dèmes attiques : l’apport de l’analyse de réseau »

Dans les années 1980, Alain Bresson avait suggéré que les règles de transmission des noms et la fréquence des mariages dans un degré rapproché pouvaient se visualiser graphiquement. La recherche automatisée de groupes cohésifs pourrait ainsi être exploitée prosopographiquement. Il s’agit de proposer une expérimentation de ce projet à l’aide de l’analyse de réseau en choisissant comme échelle les dèmes attiques.

7 mars 2018 : Jérôme Wilgaux (Université de Nantes), « Nouvelles approches de la parenté grecque »

Ces dernières années ont été marquées par des relectures souvent radicales du monde grec du premier millénaire av. J.-C., dans des domaines aussi variés que la religion, l’économie, la politique, la société… Le cadre civique lui-même, sur lequel se focalisaient les approches antérieures, tend de plus en plus à être relativisé. Les études consacrées à la parenté grecque n’échappent pas à ce renouveau et l’inscription du thème de la famille aux concours de l’enseignement secondaire, s’accompagnant comme il se doit de la publication de synthèses rendant compte des recherches actuelles, invite donc à s’interroger sur les enjeux de ces approches, sur les problèmes auxquels elles cherchent avant tout à se confronter ainsi que sur leurs apports.

Anthropologie de la justice (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Anthropologie de la justice :
la responsabilité

Deborah Puccio-Den,  chargée de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )

2e jeudi du mois de 14 h à 17 h (salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018

La responsabilité est définie comme l’obligation faite à une personne de répondre de « ses » actes, soit parce qu’elle les a effectivement accomplis, soit du fait de son rôle ou des charges qu’elle assume vis-à-vis de ses proches ou de la société. Si ce concept juridique, philosophique, politique et moral établissant un lien entre un individu et la société ou l’État, mérite d’être revisité d’un point de vue anthropologique, c’est précisément parce que la nature de ce lien n’a rien d’évident ni de naturel, qu’il s’est historiquement construit, qu’il se présente différemment selon les cultures et qu’il est susceptible de produire des controverses à l’intérieur au sein même du droit ou des différents systèmes normatifs en vigueur dans une société. Il s’agira donc de suivre pas à pas les opérations judiciaires, cognitives et sociales d’attribution de la faute ou de la charge de réparation à des individus ou à des entités collectives, naturelles ou surnaturelles : États, familles, clans, organisations criminelles, entreprises, corporations, nature, divinités, etc. À partir des questions soulevées par un long terrain sur les procès à la mafia sicilienne, ce séminaire ouvrira sur d’autres actions judiciaires et d’autres formes d’incrimination articulant un « sujet » doté d’attributs et qualités lui permettant d’assumer ses actes (conscience, intentionnalité, langage) et des êtres collectifs (associations criminelles, ancêtres, membres d’un groupe d’affiliation), auquel ces actes, d’une manière ou d’une autre, sont aussi rattachés. La tension entre individuel et collectif apparaît comme constitutive de notre régime de modernité, ou plutôt de la façon dont les sociétés « modernes » ont pensé leur différence par rapport aux sociétés « archaïques » et « primitives », en accentuant la valeur de l’individu en tant qu’être autonome. Or, cette conception individualiste est, si ce n’est remise en cause, tout au moins mise à l’épreuve d’actions judiciaires et moments critiques où la linéarité du rapport entre l’agent et l’action semble brouillée. Ces situations constitueront l’observatoire privilégié de ce séminaire qui, à travers un questionnement sur le sujet responsable, voudrait questionner le sujet, ses propriétés et ses limites dans une perspective anthropologique ouverte au débat avec les autres disciplines et épistémologies.