Law Mart. Justice, Access, and For-Profit Law Schools

Riaz Tejani
Stanford University Press
July 2017
Paper ISBN: 9781503603011

 

Cover of Law Mart by Riaz Tejani

American law schools are in deep crisis. Enrollment is down, student loan debt is up, and the profession’s supply of high-paying jobs is shrinking. Meanwhile, thousands of graduates remain underemployed while the legal needs of low-income communities go substantially unmet. Many blame overregulation and seek a « free » market to solve the problem, but this has already been tested. Seizing on a deregulatory policy shift at the American Bar Association, private equity financiers established the first for-profit law schools in the early 2000s with the stated mission to increase access to justice by « serving the underserved ». Pursuing this mission at a feverish rate of growth, they offered the promise of professional upward mobility through high-tech, simplified teaching and learning.

In Law Mart, a vivid ethnography of one such environment, Riaz Tejani argues that the rise of for-profit law schools shows the limits of a market-based solution to American access to justice. Building on theories in law, political economy, and moral anthropology, Tejani reveals how for-profit law schools marketed themselves directly to ethnoracial and socioeconomic « minority » communities, relaxed admission standards, increased diversity, shook up established curricula, and saw student success rates plummet. They contributed to a dramatic rise in U.S. law student debt burdens while charging premium tuition financed up-front through federal loans over time. If economic theories have so influenced legal scholarship, what happens when they come to shape law school transactions, governance, and oversight? For students promised professional citizenship by these institutions, is there a need for protections that better uphold institutional quality and sustainability? Offering an unprecedented glimpse of this landscape, Law Mart is a colorful foray into these essential questions.

Link : http://www.sup.org/books/title/?id=25975

About the author :

Riaz Tejani is Assistant Professor of Legal Studies at University of Illinois Springfield.

A Sense of Justice Legal Knowledge and Lived Experience in Latin America

Legal Knowledge and Lived Experience in Latin America
Edited by Sandra Brunnegger and Karen Ann Faulk
Stanford University Press
June 2016
Paper ISBN: 9780804799072

 

Cover of A Sense of Justice by Edited by Sandra Brunnegger and Karen Ann Faulkcorruption

Throughout Latin America, the idea of « justice » serves as the ultimate goal and rationale for a wide variety of actions and causes. In the Chilean Atacama Desert, residents have undertaken a prolonged struggle for their right to groundwater. Family members of bombing victims in Buenos Aires demand that the state provide justice for the attack. In Colombia, some victims of political violence have turned to the courts for resolution, while others reject the state’s ability to fairly adjudicate their grievances and have constructed a non-state tribunal. In each of these examples, the protagonists seek one main thing: justice.

A Sense of Justice ethnographically explores the complex dynamics of justice production across Latin America. The chapters examine (in)justice as it is lived and imagined today and what it means for those who claim and regulate its parameters, including the Brazilian police force, the Permanent Peoples’ Tribunal in Colombia, and the Argentine Supreme Court. Inextricable as « justice » is from inequality, violence, crime, and corruption, it emerges through memory, in space, and where ideals meet practical limitations. Ultimately, the authors show how understanding the dynamic processes of constructing justice is essential to creating cooperative rather than oppressive forms of law.

Link : http://www.sup.org/books/title/?id=25265

About the author :

Sandra Brunnegger is Fellow and Lecturer at St. Edmund’s College, Cambridge.

Karen Ann Faulk is Research Professor at the Colegio de México.

Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques

Mercredi 13 et jeudi 14 décembre 2017
Saint-Etienne

Journées
Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques

Université Jean Monnet Saint-Etienne
Maison de l’Université
Salle 003
10 rue Tréfilerie, Saint-Etienne

Présentation
Le droit est véhiculé par un ensemble de discours qui mobilisent une multitude de valeurs et de savoirs, dont la réunion donne sens aux activités des professionnels du droit. Dans la perception et l’analyse de ces activités, la notion de culture est dotée d’une forte valeur heuristique, en ce qu’elle permet de penser le juriste dans sa diversité autant que dans son unité ; l’approche culturelle permet aussi de déconstruire les tentatives d’essentialisation du droit et le présupposé d’une identité intemporelle du droit, lequel n’est pas non plus l’expression d’une culture monolithique (la culture juridique).

Si les usages de la notion de culture sont nombreux dans les sciences sociales, elle peine à s’imposer dans le domaine des sciences juridiques en France. Le droit s’inscrivant dans des lieux et des pratiques, véhiculant des objets et des appropriations diverses (et parfois divergentes), une approche culturelle des conditions d’élaboration et de fonctionnement des pratiques discursives des juristes, en révèle pourtant la dimension construite. L’approche culturelle contribue aussi à éclairer les stratégies de diffusion, circulation et acquisition des savoirs juridiques – cette écologie du savoir qui éclaire le monde dans lequel les acteurs pensent et agissent.

Si toute culture s’élabore dans les discours et les pratiques à travers lesquels une communauté vit et réfléchit son rapport au monde (donc aux autres et à elle-même), elle doit pouvoir être déconstruite et analysée. Autour de la notion de culture juridique, saisie autant comme objet d’étude que pour son utilité méthodologique, il s’agira de réfléchir à la manière dont le groupe des juristes (praticiens et professeurs, tous professionnels du droit) a élaboré dans le temps son intelligence des situations, comment il a formulé ses objectifs, comment il se perçoit et perçoit les autres, mais aussi comment sa vision du monde a borné et organisé le champ de l’action de ses membres.

Direction scientifique
Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à l’Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)

Inscription obligatoire avant le 6 décembre 2017
www.cercrid.fr > Journées « Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques »
L’inscription aux journées est gratuite
Seule l’inscription au déjeuner du 14 décembre est payante (buffet sur place) :
– 15 € pour les enseignants-chercheurs hors intervenants
– 7 € pour les doctorants et les étudiants
(Règlement par chèque à l’ordre de l’Agent comptable de l’UJM, à envoyer à l’adresse ci-dessous)

Contact
Emilie POINAS
CERCRID – Université Jean Monnet Saint-Etienne
6 rue Basse des Rives – 42023 Saint-Etienne cedex 2
Tel : 04 77 42 19 38
Mail : emilie.poinas@univ-st-etienne.fr

PROGRAMME

JOUR 1 : MERCREDI 13 DÉCEMBRE

15h30 – Ouverture : Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)

15h45 – Début des ateliers
Session 1 – Valeur heuristique de l’approche culturelle pour l’étude du droit (discours et pratiques) ; culture(s) du droit / culture(s) de l’ordre ?
Modérateur : Louis ASSIER-ANDRIEU, Directeur de Rercherche au CNRS École de droit, Sciences Po

  • Anne-Sophie CHAMBOST, Professeure à Université Jean Monnet Saint-Etienne, Vice-doyen de la Faculté de Droit de Saint-Etienne, CERCRID (UMR 5137)
  • Pascale DEUMIER, Professeure à l’Université Jean Moulin Lyon 3
  • Nader HAKIM, Professeur à l’Université de Bordeaux, CAHD
  • Antoine JEAMMAUD, Professeur émérite à l’Université Lumière Lyon 2, Institut d’études du Travail de Lyon, CERCRID (UMR 5137)
  • Alain POTTAGE, Professeur à la London School of Economics, department of law

JOUR 2 : JEUDI 14 DÉCEMBRE

8h30 : Session 2 – Lieux de savoirs juridiques et culture des institutions (académiques, juridiques)
Modérateur : Frédéric AUDREN, Directeur de Recherche au CNRS École de droit de Sciences Po

  • Pierre BONIN, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS (UMR 8103)
  • Catherine FILLON, Professeure à l’Université Jean Moulin Lyon 3, CLHDPP
  • Annamaria MONTI, Professeure à l’Università Bocconi de Milan
  • Guillaume RICHARD, Professeur à l’Université Paris Descartes, Institut d’histoire du droit
  • Rachel VANNEUVILLE, Chargée de Recherche au CNRS, ENS Lyon, Triangle (UMR 5206)

11h : Session 3 – Les acteurs d’une culture juridique ; peut-on penser une culture juridique sans juristes ; culture profane / contre-culture du droit ?
Modérateur : Jacques COMMAILLE, Professeur émérite à l’ENS Cachan, Institut des sciences sociales du politique (ISSP)

  • Stefan GOLTZBERG, Chercheur qualifié FNRS
  • Laetitia GUERLAIN, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, CAHD
  • Liora ISRAËL, Maître de conférences à l’EHESS, Centre Maurice Halbwachs
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de Recherche au CNRS, IEP Grenoble

14h30 : Session 4 – Transferts / transplants : la (difficile) coexistence des cultures juridiques, de la colonisation à la globalisation. Modérateur : Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur à l’ENS Ulm, CTAD (UMR 7074)

  • Jean-Sylvestre BERGÉ, Professeur à l’Université Jean Moulin Lyon 3
  • Jacky HUMMEL, Professeur à l’Université Rennes 1, Institut du droit public et de la science politique
  • Florence RENUCCI, Directrice de Recherche au CNRS.
  • Geoffrey SAMUEL, Professeur à la Kent law school, Kent center for european and comparative law.

Programme : Journees_Approche_s_culturelle_s_des_sav

 

La coutume kanak dans l’État. Perspectives coloniales et postcoloniales sur la Nouvelle-Calédonie

La coutume kanak dans l’État

Perspectives coloniales et postcoloniales sur la Nouvelle-Calédonie

Benoît Trépied, Christine Demmer [dir.]
L’Harmattan, Cahiers du Pacifique Sud Contemporain, 2017.
ISBN : 978-2-343-10718-9

  La Nouvelle-Calédonie approche désormais du référendum d’autodétermination de 2018 devant décider de son avenir politique. Vingt ans après la signature de l’accord de Nouméa, ce scrutin clôturera un processus original de décolonisation dans la République, qui incluait la création d’une citoyenneté néo-calédonienne fondée sur la reconnaissance préalable de l’identité kanak. Or l’inscription progressive de la « coutume » dans les domaines du droit, de la justice et de la représentation politique a eu pour effet de cliver le débat sur les formes possibles de l’émancipation kanak. Pour certaines « autorités coutumières », comme pour les théoriciens et praticiens d’un « droit coutumier », compte désormais moins le projet d’indépendance que celui de la souveraineté interne, un concept issu du registre international des droits des peuples autochtones et nouvellement importé en Nouvelle-Calédonie.

Cet ouvrage éclaire les enjeux et tensions que soulève le lien entre décolonisation et reconnaissance de la coutume dans le contexte calédonien. Il réunit des textes qui s’appuient  sur des enquêtes empiriques, tantôt inscrites dans le passé colonial (recherches sur archives), tantôt ancrées dans le présent de l’archipel (enquêtes de terrain ethnographiques). Interroger les mobilisations et les politiques menées au nom de la coutume kanak au fil du temps, permet ici d’élaborer un regard critique sur les divers sens conférés à la reconnaissance de l’altérité culturelle. Par là même, le cas calédonien contribue à renouveler la réflexion sur l’unicité de l’Etat et ses limites en situation coloniale et postcoloniale.

Les auteurs

Manon Capo, Christine Demmer, Jean-Louis Halperin, Tate LeFevre, Michel Naepels, Marie Salaün, Christine Salomon, Benoît Trépied

Table des matières

  • Introduction, Christine Demmer et Benoît Trépied
  • Chapitre 1 – Une histoire coloniale du « conseil des anciens » en Nouvelle-Calédonie,Michel Naepels
  • Chapitre 2 – Égalité totale ou évolution encadrée et séparée. Retour sur les années 1946-1956, Christine Salomon
  • Chapitre 3 – A propos du Sénat coutumier. De la promotion mélanésienne à la défense des droits autochtones, Christine Demmer et Christine Salomon
  • Chapitre 4 – Entre droit coutumier et droit civil : vers un droit mixte ? Réflexions après une enquête auprès des praticiens du droit, Jean-Louis Halpérin
  • Chapitre 5 – Le recueil de droit coutumier Paicî-Camûkî. « Autopsie » d’un projet classé sans suite, Manon Capo
  • Chapitre 6  – « Vous avez oublié que vous êtes Kanak ! » La justice coutumière face aux nouvelles relations familiales kanak, Benoît Trépied
  • Chapitre 7 – La tribu dans la ville : l’espace urbain, l’autorité coutumière et la marginalisation de la jeunesse kanak, Tate LeFevre
  • Chapitre 8 – Malaise dans la coutume ? Réflexions à propos de l’usage de la notion dans un ouvrage de Régis Lafargue, Marie Salaün

Call for papers : Laws Across Codes and Laws Decoded

Laws Across Codes and Laws Decoded

28 June – 30 June 2018 at the Ecole Normale Supérieure (Paris)
The Organising Committee of the 5th Biennal Conference and the Executive Council of the European Society for Comparative Legal History are pleased to call for papers for the upcoming conference to be held. The main theme picks up threads of thought from the earlier ESCLH conferences in Valencia (2010), Amsterdam (2012), Macerata (2014) and Gdansk (2016) to explore what codes and codification have meant and continue to mean for legal systems with codes, and for those without. Papers should be submitted, as set out below, by 15 November 2017.

The conference will focus on the issue of codes or alternatives to codes as instruments of transforming laws in Europe and in the world. While codes, and the process of codification, are at least familiar if not always completely understood, this conference challenges us to look deeper at what a code meant for the legal systems affected by it. The conference seeks to understand the whole process of codification, from political aspects to its conception, agreement and roll-out, through to technical matters of drafting and implementation and even to linguistic matters of expression and deeper meanings. Challenging the importance for legal rules to be inserted within or outside a code, the conference proposes to examine all sorts of codes, and not only the most known civil codes: general codes as special (such as penal, commercial, labour, family, military) codes, officious codes as official codes. The conference seeks also to study the effects the codified structure of the norms could have on their content and on the way law functions, notably through case law and law writing. All the historical situations in which law reform took place outside of codification and outside of codes can be questioned could be relevant in helping us to understand law reform through codes or its alternatives.

Papers should be novel, properly researched and referenced. They should address the conference theme, exploring doctrinal, theoretical, cultural or methodological aspects of comparative legal history. They must also be comparative, addressing more than one system of laws. The organisers particularly welcome addressing multiple legal systems or cultures. This includes where a similar legal system functions in different cultural circles.

Practical details:

  1. To offer a paper, please send the title of their paper, a short abstract (of 200-400 word, absolutely no more and a short CV (no more than 1 page) by 15 November 2017 to the organizing committee, c/o jean-louis.halperin@ens.fr.
  2. The presentations should be in English.
  3. It is also possible to submit a complete proposal for one or more panels (3 papers normally).
  4. The list of accepted papers will be announced by 8 December 2017.

Shortly, a conference website will be launched with fuller details of the conference. For the moment, some transport and accommodation information follows.

Paris offers many accommodation possibilities ranging from five-star hotels, through smaller hotels in the Quartier latin and private rooms to beds in youth and student hostels. For some postgraduates the Ecole Normale Supérieure could offer cheaper accommodation in student dormitories.

Cultural Anthropology : Sovereignty

CULTURAL ANTHROPOLOGY

Sovereignty

Issue 32.3 August 2017

 

Display_pdf-cover-for-web

The August issue of Cultural Anthropology features a Retrospectives collection on “Sovereignty,” edited by J. Kēhaulani Kauanui. In her introduction, Kauanui reflects on how the concept of sovereignty has occupied a tentative and emergent role in anthropological work, tacking between distinct localizations and epistemological frames. Yarimar Bonilla underscores how sovereignty, as a sign of Western political thought, has been deeply implicated in historic and ongoing orders of empire. By juxtaposing discussions of sovereignty with those of settler colonialism, Circe Sturm explores how each have shaped indigenous political struggles and informed intellectual debates. Amahl Bishara considers the case of Palestine, which, she argues, both surfaces important variations on sovereignty and serves as the backdrop for the performance of popular sovereignties. For her part, Kamari Maxine Clarke extends an invitation to reconceptualize the social contract through “new bio-constitutional arrangements.”

Sovereignty: An Introduction by J. Kēhaulani Kauanui

Unsettling Sovereignty by Yarimar Bonill

Reflections on the Anthropology of Sovereignty and Settler Colonialism: Lessons from Native North America by Circe Sturm

Sovereignty and Popular Sovereignty for Palestinians and Beyond by Amahl Bishara

Rethinking Sovereignty through Hashtag Publics: The New Body Politics by Kamari Maxine Clarke

Les lieux de la loi en Chine impériale

Extrême-Orient Extrême-Occident

Les lieux de la loi en Chine impériale

40 | 2016

Les lieux de la loi en Chine impériale

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

***

Jérôme Bourgon : Une dogmatique de l’espace. Les lieux de la loi en Chine impériale.

I. Pénaliser l’espace – Penalizing Space

Frédéric Constant : Punir par l’espace : la peine d’exil dans la Chine impériale (Punishing Through Space : The Punishment of Exile in China)

Eric Schluessel : The Law and the “Law”: Two Kinds of Legal Space in Late-Qing China (La Loi et la « loi » : deux genres d’espace juridique dans la Chine des Qing)

E. John Gregory : Military Operations, Law and Late Imperial Space: The Spread of Militarized Adjudication (Opérations militaires, droit et espace dans l’empire tardif : l’essor des procédures judiciaires militarisées)

Ning Laure Zhang : Entre « loi des Miao » et loi sur les Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au xviiie siècle (Between « Miaoli » and Codified Laws on the Miao : The Trafficking in Human Beings in 18th-Century Guizhou)

II. Réglementer l’espace – Regulating Space

Zhiqiang Wang : Les lois spéciales à caractère régional dans le code des Qing (On Special Laws with a Regional Character in the Qing Code)

Xin-zhe Xie : Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing (Spatializing Law, Spatializing Knowledge : Governing Time and Space in Qing China’s Forensic Practice)

Max Oidtmann : A “Dog-eat-dog” World: Qing Jurispractices and the Legal Inscription of Piety in Amdo (Un monde de conflits féroces : pratique judiciaire et réglementation légale de la religion en Amdo sous les Qing)

Ulrich Theobald : Space and Place in Administrative Military Regulations of Qing China: An Evaluation of the Legal Type of Zeli  (L’espace et le lieu dans les réglementations de l’administration militaire à l’époque des Qing : une évaluation des zeli comme genre juridique)

Regard extérieur

Jean-Louis Halpérin : Spatializing Law in a Comparative Perspective of Legal History (Spacialiser le droit dans une perspective d’histoire juridique comparée)

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

Colloque

Lyon, 4 octobre 2017 – Amphi Doucet-Bon, 18, rue Chevreul

Contexte : Depuis le XIIème siècle, le territoire de la Dombes (01) a été aménagé par l’homme de façon à permettre l’exploitation de la ressource en eau qui y est omniprésente. Un vaste réseau hydrographique a été créé autour de quelques 1 100 étangs. Leur exploitation s’est accompagnée de l’édiction de règles non écrites. L’usage de l’eau est donc aujourd’hui réglementé par ces normes ancestrales, mais subissent également les fortes contraintes des mutations sociales et du droit contemporain.

Objectif de la journée : A la suite d’un projet de recherche (2015-2016) qui permis de mettre en évidence un certain nombre d’enjeux tant juridiques que pratiques liés à l’application de la coutume locale, le but est de démontrer que le droit coutumier de Dombes, inscrit dans le « Truchelut » depuis 1881, dispose toujours d’une force normative sur ce territoire. Il est cependant nécessaire d’exposer ses évolutions matérielles, ainsi que la nécessaire adaptation de son statut juridique.

En définitive, cette journée se propose dans un premier temps d’analyser les difficultés actuelles que connaît l’application du droit coutumier en Dombes, afin, dans un deuxième temps, de présenter les propositions qui ont été faites dans le but de les dépasser. Les enjeux de ces travaux sont importants à au moins deux égards. D’une part, d’un point de vue juridique et de la théorie du droit, il s’agit de montrer la persistance d’une source de droit originale dans l’ordonnancement juridique actuel. D’autre part, la réflexion juridique constitue un support pour la pérennisation de pratiques agricoles qui intègrent le patrimoine d’un territoire de notre région.

Pluridisciplinarité : La réflexion juridique, tant sur les règles applicables que sur leur forme, ne peut se départir d’une analyse des phénomènes historiques et sociaux qui ont façonné le territoire de la Dombes au cours des siècles. Ce constat rend donc nécessaire d’intégrer à cette journée, les interventions de chercheurs en Sciences humaines et sociales autres que le droit.

Les nouvelles dynamiques juridiques proposées tireront leur légitimité et leur efficacité de l’analyse du donné social local. En outre, une réflexion portant sur l’application d’un droit spontané local doit être ancrée dans le réel et nécessite donc l’éclairage des praticiens locaux du droit, et les représentants des filières professionnelles locales. À ce titre, certains d’entre eux seront invités à partager leurs expériences et leurs analyses des enjeux pesant sur ce territoire.

Programme provisoire :

Ouverture

8h30 Accueil des participants
9h Introduction du Colloque
Mot d’accueil : Doyen Fac de droit / Dir. EVS / Dir. École Notariale
Présentation des enjeux pour la Dombes D. Abad (président CD 01). J.L. Payet-Pigeon (VicePrésident Syndicat des Etangs). F. Guillemin (membre APPED). (Agence de l’eau RMC ?)
Présentation du projet et de la journée de débats par le directeur scientifique : Ph. Billet + l’animateur du projet : G. Bailly

Première partie : Contexte historique et sociologique

Présidence de session : Jean Untermaier

De la pratique au besoin de normativité : la nécessité d’une régulation juridique en territoire rural

9h30 André Buisson : présentation du territoire de la Dombes et des étangs : évolutions historiques et émergence des usages
10h30 L’exploitation de l’eau sous tension Vanessa Manceron : La construction d’une communauté de l’eau
10h50 Me Jean-Jacques Contassot (huissier de justice) : Une société locale sous tension : histoire récente des contentieux locaux

Deuxième partie : La complexité du droit applicable en Dombes

Présidence de session : Anne Honegger

1. La place et le rôle de la coutume dans les sources normatives

11h45 Pascale Deumier : La coutume d’hier à aujourd’hui, une source de droit persistante
12h05 Jean Untermaier : Droit coutumier et environnement, une mise en valeur originale de l’écosystème
12h25 Stéphane Verthuy DDT : La protection réglementaire de l’environnement dombiste et la coutume, un conflit normatif ?

2. Propriété et gestion collective d’une ressource naturelle commune

14h00 (intervenant à confirmer) Les incidences locales de la patrimonialisation de l’eau dans la loi sur l’eau de 1992
14h20 Philippe Billet : La patrimonialisation des services rendus par la ressource en eau.

Troisième partie : Le besoin de nouvelles dynamiques normatives en Dombes aujourd’hui

Présidence de session : Philippe Billet

1. Enjeux contemporains : Une inévitable et nécessaire évolution du droit applicable

14h50 Sylvain Bernard (Conseiller Piscicole CA 01) et F. Ballandras (Président APPED, pisciculteur) La modernisation des pratiques dans l’exploitation de la ressource et des étangs
15h10 Me Carole Guyard (Avocate, à confirmer) L’absence de mise en œuvre optimale du droit coutumier : les difficultés d’invocation de la coutume devant le juge de droit commun

2. Propositions d’évolution

15h30 : Du droit coutumier à la contractualisation du droit spontané local

Table ronde :
Présentation du rapport et des propositions formulées par G. Bailly. Discussion des conclusions avec S. Mérieux (Président Syndicat des Etangs) ; Notaires (Me Rassion, à confirmer); M. Didat, (juriste CA01), M. Benmergui (ONCFS)

17h15 : Conclusions et fin de la journée

17h30 : Remise officielle du rapport d’étude aux financeurs suivi d’un buffet Dombiste

La vérité côté cour. Une ethnologue aux assises

Christiane Besnier

La vérité côté cour
Une ethnologue aux assises

La découverte, 2017

ISBN : 9782707192110

Que se dit-il dans une cour d’assises, où se côtoient professionnels et jury populaire ? Comment y rend-on la justice ? Après avoir suivi une quarantaine de procès de 2001 à 2016, véritable immersion dans les prétoires, Christiane Besnier propose la première approche ethnographique de cette juridiction. Elle étudie au plus près, tout en maintenant la distance de l’ethnologue, les rouages du jugement dans les affaires de mœurs (viols et incestes) et d’homicides (meurtres et assassinats).

La recherche de la vérité en cour d’assises se rapproche d’une recherche en laboratoire. À partir de l’observation des faits, le président formule des hypothèses qu’il soumet au débat pour en mesurer la validité – un processus dans lequel l’oralité est décisive. Il est assisté dans cette tâche par les autres acteurs de l’audience. Ainsi, la cour d’assises produit une vérité construite collectivement. La comparaison avec la justice américaine, qui tend à désigner un gagnant et un perdant, au cours d’un affrontement entre avocats, met d’ailleurs en évidence la singularité du modèle français, où toutes les parties contribuent à la recherche graduelle de la vérité, faisant œuvre commune.

La Vérité côté cour initie le lecteur à toutes les étapes du procès, de la salle des pas perdus à celle des délibérés, et lui fait partager ces moments graves à travers de nombreuses citations saisies sur le vif.

Christiane Besnier est ethnologue. Elle dirige des recherches sur les juridictions criminelles en France et en Europe au sein du Centre d’anthropologie culturelle de Paris Descartes. Elle est rédacteur en chef de la revue Droit et Cultures (université Paris Nanterre).

Vacarme : Souveraineté aborigène

Barbara Glowczewski

Souveraineté aborigène

Vacarme 81, Cahier, automne 2017

Vacarme 81

Les peuples autochtones sont engagés depuis de longues années dans des luttes pour la reconnaissance de leurs territoires. En Nouvelle-Zélande, mais aussi en Australie dont il est question ici, ils parviennent à reconfigurer notamment les rapports à la terre. Leurs moyens sont multiples mais c’est au prix de mobilisations insistantes que petit à petit, ils imposent leur légitimité première et redéfinissent des équilibres hérités des colonisations.

Pour consulter l’article : Vacarme

Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Perspectives comparatives sur les droits des
peuples autochtones

2e jeudi du mois de 9 h à 13 h (salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018. Les séances des 14 décembre et 14 juin se dérouleront en salle AS1_08

À la suite des travaux réalisés dans le cadre du projet ERC/SOGIP sur les échelles de la gouvernance, depuis l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA 2007), nous poursuivons la réflexion sur les articulations entre « questions autochtones » et « processus globaux ». Les changements juridiques, politiques et sociaux découlant de cet instrument international font partie des évolutions  d’un ordre global sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones. Les caractéristiques de cette nouvelle gouvernance, les consensus et les contradictions sur lesquels elle s’appuie, les accords et les résistances qu’elle rencontre, se manifestent dans les villages et les communautés ainsi que dans les « lieux » apparemment « neutres » où sont prises les décisions globales. Dans une perspective comparative et à partir d’études de cas contextualisées, nous suivons les processus de reconnaissance légale, les enjeux de développement, les conflits de territorialité, les défis dans le champ de l’éducation, de la citoyenneté et de la participation politique, les disputes dans le domaine de la culture (patrimoine, musée, tourisme, propriété intellectuelle). Nous nous intéressons aux acteurs politiques se reconnaissant autochtones (organisations et individus), à leurs prises de position dans les scénarios de gouvernance planétaire, à l’impact des méga-agents du changement (parmi lesquels les firmes transnationales, les industries extractives). Le séminaire 2017-2018 s’appuiera également sur les travaux du Groupe de recherche internationale (GDRI-JUSTIP/CNRS) coordonné par Irène Bellier.

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences sociales

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

1er et 3e mercredis du mois de 13 h à 15 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le séminaire Histoire et Anthropologie de la famille et de la parenté que nous proposons à partir de l’année universitaire 2017-2018 est une offre d’enseignement collectif, pluridisciplinaire et pluri-institutionnel. Il est organisé par des enseignant-e-s et chercheurs-ses de l’EHESS (Laboratoire d’anthropologie sociale), du CNRS (Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne, IRHiS, Université Lille III, et Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Paris X-Nanterre-La-Défense) et des Universités Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt et Università Roma Tre.

Nous entendons renouer ici avec la grande tradition de rencontre entre Histoire et Anthropologie qui a naguère su nouer un dialogue fécond entre certains des plus grands esprits de notre époque. De Georges Duby à Jean-Pierre Vernant en passant par Marcel Détienne, Paul Veyne, Gérard Delille, Philippe Moreau ou Marcel Granet d’un côté, de Marcel Mauss à Claude Lévi-Strauss,  Jack Goody ou Marshall Shalins de l’autre, nos disciplines sont parvenues, sur certaines thématiques spécifiques, à construire de véritables objets communs. Au nombre de ces derniers, les études sur la parenté et sur la famille occupent une place centrale.

Depuis quelques années, toutefois, l’offre pluridisciplinaire et collective est plus clairsemée, ce, tant à l’université qu’au sein même de l’École des hautes études en sciences sociales dont elle est pourtant l’une des vocations premières. Beaucoup d’entre nous s’en sont retournées à leurs terres d’attaches hésitant à s’aventurer plus avant dans ces pérégrinations dans des contrées lointaines.

Nous nous proposons, quant à nous,  de renouer ce dialogue fructueux et de favoriser les rencontres entre disciplines voisines, quitte à en gommer les frontières. Pour ce faire nous mènerons une réflexion autour de l’évolution des formes familiales et des systèmes de parenté à la fois dans l’espace et dans le temps. Chaque année nous aborderons un thème spécifique, qui sera cohérent du point de vue des études sur la parenté et la famille, sans nécessairement s’astreindre à suivre une trame chronologique ou géographique linéaire.

Pour cette première année notre recherche portera sur les Mondes Anciens et Médiévaux, ces derniers incluant à la fois espaces et traditions européennes et extra-européennes.

Ce séminaire est ouvert à tous nos collègues chercheurs et enseignants ainsi qu’aux étudiant-e-s à partir du master. Il est validable pour ces derniers dans le cadre du master de l’EHESS.

1er semestre

15 novembre 2017 : Laurent Barry, Claire Chatelain, Isabelle Daillant, Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, Présentation du séminaire

6 décembre 2017 : Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre), « Mémoire généalogique et liens de parenté : une lecture à travers les dispenses matrimoniales dans la Florence tardo-médiévale »

Obtenir une dispense matrimoniale afin de permettre une union avec un parent – consanguin ou affin – plus ou moins proche nécessitait que le lien entre les deux suppliants puisse être formellement prouvé devant un tribunal ecclésiastique. L’historiographie, les recherches généalogiques et les archives de la Florence tardo-médiévale étant particulièrement riches, il est possible d’étudier de manière approfondie la mémoire généalogique que les acteurs mobilisaient au cours des procédures mises en œuvre pour prouver la parenté. Cette intervention se propose d’aborder la question, complexe et encore suffisamment peu étudiée de manière quantitative, de la mémoire généalogique à la fin de la période médiévale à partir d’une nouvelle méthode de représentation et d’analyse de cette mémoire généalogique. Pour ce faire, nous nous appuierons sur un vaste panel de sources judiciaires, de témoignages et de reconstructions généalogiques – qu’elles soient le fait des acteurs eux-mêmes ou des chercheurs – mettant au jour les liens de parenté entre les témoins et les suppliants.

20 décembre 2017 : Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil), « Parenté et famille dans la Rome ancienne : esquisse d’un bilan »

Depuis les dernières décennies du siècle dernier, deux grands courants se partagent l’étude de la parenté et de la famille dans la Rome ancienne : un courant essentiellement franco-italien, influencé par l’anthropologie française (Lévi-Strauss, Françoise Héritier) s’attache aux structures de parenté et d’alliance (terminologie, nature des formations de parenté, atome de parenté, règles d’alliance, représentations symboliques, etc.), alors qu’un courant anglo-saxon, souvent influencé par le féminisme américain, a pris pour objet la famille romaine dans sa vie concrète (famille nucléaire ou étendue, âges de la vie, conjugalité, sexualité, affects, etc.), en recourant à de nouveaux instruments heuristiques (principalement, la démographie et l’étude des textes médicaux antiques). C’est à présenter quelques questions traitées par les chercheurs appartenant à ces deux courants que sera consacré l’exposé.

17 janvier 2018 : Régine Le Jan (Université Paris 1), « Parenté maternelle, parenté agnatique : les femmes dans le système de parenté du haut Moyen Âge »

En déconstruisant et croisant les discours souvent contradictoires des sources, à partir de quelques dossiers, il s’agira d’évaluer la place des femmes et son évolution dans le système de parenté entre viiie et xie siècle.

7 février 2018 : Karine Karila-Cohen (Université Rennes 2), « Structure de parenté, onomastique et prosopographie des dèmes attiques : l’apport de l’analyse de réseau »

Dans les années 1980, Alain Bresson avait suggéré que les règles de transmission des noms et la fréquence des mariages dans un degré rapproché pouvaient se visualiser graphiquement. La recherche automatisée de groupes cohésifs pourrait ainsi être exploitée prosopographiquement. Il s’agit de proposer une expérimentation de ce projet à l’aide de l’analyse de réseau en choisissant comme échelle les dèmes attiques.

7 mars 2018 : Jérôme Wilgaux (Université de Nantes), « Nouvelles approches de la parenté grecque »

Ces dernières années ont été marquées par des relectures souvent radicales du monde grec du premier millénaire av. J.-C., dans des domaines aussi variés que la religion, l’économie, la politique, la société… Le cadre civique lui-même, sur lequel se focalisaient les approches antérieures, tend de plus en plus à être relativisé. Les études consacrées à la parenté grecque n’échappent pas à ce renouveau et l’inscription du thème de la famille aux concours de l’enseignement secondaire, s’accompagnant comme il se doit de la publication de synthèses rendant compte des recherches actuelles, invite donc à s’interroger sur les enjeux de ces approches, sur les problèmes auxquels elles cherchent avant tout à se confronter ainsi que sur leurs apports.

Anthropologie de la justice (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Anthropologie de la justice :
la responsabilité

Deborah Puccio-Den,  chargée de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )

2e jeudi du mois de 14 h à 17 h (salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018

La responsabilité est définie comme l’obligation faite à une personne de répondre de « ses » actes, soit parce qu’elle les a effectivement accomplis, soit du fait de son rôle ou des charges qu’elle assume vis-à-vis de ses proches ou de la société. Si ce concept juridique, philosophique, politique et moral établissant un lien entre un individu et la société ou l’État, mérite d’être revisité d’un point de vue anthropologique, c’est précisément parce que la nature de ce lien n’a rien d’évident ni de naturel, qu’il s’est historiquement construit, qu’il se présente différemment selon les cultures et qu’il est susceptible de produire des controverses à l’intérieur au sein même du droit ou des différents systèmes normatifs en vigueur dans une société. Il s’agira donc de suivre pas à pas les opérations judiciaires, cognitives et sociales d’attribution de la faute ou de la charge de réparation à des individus ou à des entités collectives, naturelles ou surnaturelles : États, familles, clans, organisations criminelles, entreprises, corporations, nature, divinités, etc. À partir des questions soulevées par un long terrain sur les procès à la mafia sicilienne, ce séminaire ouvrira sur d’autres actions judiciaires et d’autres formes d’incrimination articulant un « sujet » doté d’attributs et qualités lui permettant d’assumer ses actes (conscience, intentionnalité, langage) et des êtres collectifs (associations criminelles, ancêtres, membres d’un groupe d’affiliation), auquel ces actes, d’une manière ou d’une autre, sont aussi rattachés. La tension entre individuel et collectif apparaît comme constitutive de notre régime de modernité, ou plutôt de la façon dont les sociétés « modernes » ont pensé leur différence par rapport aux sociétés « archaïques » et « primitives », en accentuant la valeur de l’individu en tant qu’être autonome. Or, cette conception individualiste est, si ce n’est remise en cause, tout au moins mise à l’épreuve d’actions judiciaires et moments critiques où la linéarité du rapport entre l’agent et l’action semble brouillée. Ces situations constitueront l’observatoire privilégié de ce séminaire qui, à travers un questionnement sur le sujet responsable, voudrait questionner le sujet, ses propriétés et ses limites dans une perspective anthropologique ouverte au débat avec les autres disciplines et épistémologies.

On Retaliation

Bertram Turner and Günther Schlee (ed.)

On Retaliation
Towards an Interdisciplinary
Understanding of a Basic Human Condition

Berghahn, 2017

ISBN  978-1-78533-418-4

Retaliation is associated with all forms of social and political organization, and retaliatory logics inform many different conflict resolution procedures from consensual settlement to compensation to violent escalations. This book derives a concept of retaliation from the overall notion of reciprocity, defining retaliation as the human disposition to strive for a reactive balancing of conflicts and injustices. On Retaliation presents a synthesized approach to both the violence-generating and violence-avoiding potentials of retaliation. Contributors to this volume touch upon the interaction between retaliation and violence, the state’s monopoly on legitimate punishment and the factors of socio-political frameworks, religious interpretations and economic processes.

CONTENTS

Introduction: On Retaliation: Conceptual Plurality, Transdisciplinary Research, Rifts, Blurrings and Translations
Bertram Turner

SECTION I: RETALIATION AND THE HUMAN NATURE: THE SEARCH FOR UNIVERSALITIES?

Chapter 1. Revenge and Retaliation: A Social-functionalist Approach
Mario Gollwitzer and Arne Sjöström

Chapter 2. In The Heart of the Moment: The Influence of Visceral Factors on Retaliation
Robert J. Bies and Thomas M. Tripp

SECTION II: RETALIATION IN PSYCHOLOGICAL AND ECONOMIC ANALYSES OF CRIME AND DEVIANCE

Chapter 3. A Criminal is a Victim is a Criminal? An Economist’s View on the Victim-Offender Overlap
Horst Entorf

Chapter 4. Laypeople’s Reactions to Deviancy as Determined by Retributive Motives
Margit E. Oswald

SECTION III: RETALIATION AND PUNISHMENT: ENCOUNTER OF FORMAL AND INFORMAL NORMATIVITIES

Chapter 5. Violent Crimes and Retaliation in the European Criminal Justice System between the Seventeenth and Nineteen Centuries
Karl Härter

Chapter 6. Crime in Motion: Predation, Retaliation and the Spread of Urban Violence
Richard Wright, Volkan Topalli and Scott Jacques

SECTION IV: FAITH-BASED RETALIATION: SPIRITUALITY AND NORMATIVITY OF THE RETALIATORY GRAMMAR

Chapter 7. Crime and Punishment: Intentionality and Diya in Algeria and Sudan
Yazid Ben Hounet

Chapter 8. ‘Bewitched People and Bad Luck Everywhere!’ Disputing and Magical Retaliation in SiSwati-Speaking Southern Africa
Severin Lenart

SECTION V: RETALIATION IN NEGOTIATIONS AND ORGANIZATIONS OF SOCIAL AND POLITICAL ORDERS

Chapter 9. Forum Shopping as Retaliation in Disguise: How Nomadic Fulbe Condemn Retaliation and Forum Shopping, but Practise Them Anyway
Albert K. Drent

Chapter 10. Customary Law and the Joys of Statelessness: Somali Realities beyond Libertarian Fantasies
Günther Schlee

SECTION VI: TRAVELLING MODELS OF RETALIATION: POST-CONFLICT SCENARIOS IN INTERNATIONAL LAW AND ON THE GROUND

Chapter 11. Retaliation in Postwar Times: An Analysis of the Rhetoric and Practices of Retaliation in Bamyan, Afghanistan, 2009
Friederike Stahlmann

Chapter 12. The International Criminal Court Reparation System: Punishment, Retaliation, Restoration
Pietro Sullo

Conclusion: Retaliation in Specific Spheres of Effectiveness
Bertram Turner

Index

Pluralismes juridiques et interculturalités

Geneviève Motard, Emmanuelle Piccoli, Christoph Eberhard (dir.)

PLURALISMES JURIDIQUES

ET INTERCULTURALITÉS

Anthropologie et Société

Volume 40, numéro 2, 2016

Sommaire

  • Emmanuelle Piccoli, Geneviève Motard et Christoph Eberhard
    Présentation : Les vies du pluralisme, entre l’anthropologie et le droit
  • Étienne Le Roy
    Pourquoi, en Afrique, « le droit » refuse-t-il toujours le pluralisme que le communautarisme induit ?
  • Dominik Kohlhagen
    Conjugaisons juridiques : des dynamiques du droit en situation migratoire
  • Francine Saillant, Joseph J. Lévy et Alfredo Ramirez-Villagra
    Immigrants et réfugiés au prisme de la vie sociale des droits
  • Pascale Fournier
    Droit et cultures en sol français : récits de femmes juives et musulmanes à l’aube et au crépuscule du divorce
  • Caroline Simon et Barbara Truffin
    La diversité culturelle en procès : l’expérience de la justice belge par les familles à composante migratoire, quels enjeux pour le pluralisme juridique ?
  • Bernard Saladin d’Anglure
    Quand la coutume fait Loi. Du terrain anthropologique inuit au rôle de témoin-expert devant les instances juridiques
  • Bruce Granville Miller
    Sur la frontière : les Salish du littoral et l’érosion de la souveraineté
  • Benoit Éthier
    Pluralisme juridique et contemporanéité des droits et des responsabilités territoriales chez les Atikamekw Nehirowisiwok
  • Geneviève Motard et Mathieu-Joffre Lainé
    Prendre le droit autochtone au sérieux. Entretien avec Hadley Friedland

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique