Truth, Intentionality and Evidence.

Yazid Ben Hounet, Deborah Puccio-Den (ed.)

Truth, Intentionality and Evidence
Anthropological Approaches to Crime

 Routledge, March 2017

ISBN: 9781138646094

 

Cover Image

 

This book provides an anthropological exploration of the ways in which crime is perceived and defined, focusing on notions of truth, intentionality, and evidence. The chapters contain rich ethnographic case studies drawn from work in the Middle East, Africa, India, Mexico and Europe. A variety of instances are discussed, from court proceedings, police reports and newspapers to moments of conflict resolution and reconciliation. Through analysis of this material, the authors reflect on how perception of an act as a crime can differ and how the definition of crime may not be shared by all societies. The approach takes into consideration local standards as well as social, legal and contextual constraints.

Table of Contents :

1. Questioning the Truth. Ideals of Justice and Trial Techniques in India 2. Evidence, Certainty, and Doubt: Judge’s Knowledge in Iranian Criminal Sanctioning 3. The (ir)relevance of avowals in the interpretation of criminal evidence in Syria 4. On intentionality in Mafia crimes 5. Crime, intentionality and blood money in Algeria and Sudan 6. “To Lose Oneself While Acting”: Crime and Forgiveness in the Mixe Highlands of Oaxaca, Mexico 7. Translating evidentiary practices and technologies of truth finding: oath taking as witness testimony in plural legal configurations in rural Morocco 8. A faded narrative: reconstruction and restitution in medico-legal expertise in India 9. Technologies of truth and access to justice: Becoming an apartheid victim in contemporary South Africa

Trahisons : Droit et Cultures (74/2017-2)

74 | 2017-2
ISBN 978-2-343-12774-3

 

Conference Call : Punishment: Negotiating Society

 International Max Planck Research School
Retaliation, Mediation and Punishment
(IMPRS-REMEP)

Conference Call
‘Punishment: Negotiating Society’
14 – 16 February, 2018

Max Planck Institute for Social Anthropology, Halle an der Saale, Germany
(Deadline for abstract submission: 17 December, 2017)

 

REMEP is a multidisciplinary research school that examines the concepts of retaliation, mediation and punishment from different theoretical and methodological angles, with a focus on their role on
peace and social order. This conference looks at the social context of punishment.

We start from the premise that punishment involves not only a handful of actors (i.e., members of the jurisdiction, perpetrators, victims, etc.) but a complex array of actors, including families, kin groups, and other polities that judge and punish; peers; associations; the audience(s) (including the media audience and the (mass) public); the punished (including, group-, surrogate- or proxypunishment); and executive bodies such as states and private prison managements. We see punishment not only in the context of retaliation, deterrence, prevention, incapacitation and rehabilitation/retribution, but also as a reflection of society and as a constant negotiation of legitimacy, a renegotiation of social order and control. Populism, neoliberalism, misogyny, nationalism, and racism – to name just a few phenomena – are negotiated in the context of punishment.

This conference will be anchored around three key issues:

1. Theory, legitimacy and history of punishment

In this section, we propose to concentrate on the development of a coherent framework and theories of punishment in order to elaborate the semantics of punishment. Topics within this include the purposes of punishment in various legal systems and the historical shifts that punishment has undergone. We further seek theoretical contributions related to the informal, micro, local, national, international, and global influences on punishment policies and especially the challenges that emerge when these levels interact. Both historically and in the present, challenges can be observed especially at the fringes of normativities, it is here where legitimation is scrutinized. This occurs, for instance, in cases in which the perpetrator is also a victim, e.g. in the case of (former) child soldiers. A less obvious example are trials that shift venues from local to national or to the International Criminal Court, including changes of prisons and favourable prison conditions. This can culminate in the evasion of mundane punishment, replacing it with divine punishment by shifting the discourse from a legal to a religious one. Secular, domestic, familial, religious, cultural, and human rights discourses interact and demand for a more complex understanding of criminality and punishment. Furthermore, these interactions result in a need to find alternatives to criminal procedures that include restorative justice.

2. Media audiences, mass publics, and group punishment

The contested term “penal populism” is at the centre of a debate that questions the involvement of “the public” in the criminal justice systems, based on the argument that the presence of the public tends to encourage symbolic actions which disregard the proportionality principle in favour of populist gain. Since populism targets political success in elections, it potentially leads to preventive policies that are detrimental to minority groups, increasing the likelihood of punishment becoming a matter of living on the wrong side of the street or having the wrong passport. Such populist measures further reduce the use of risk prevention in the form of social programmes, instead giving preference to repressive measures. We are seeking to unravel the interaction of media, populists, and the public that is said to have weakened the principle of equality before the law; simultaneously, we propose to move away from this approach and analyse the justice system now and in the past as a tool of and for governing and for the creation of social order and the exertion of social control, benefitting some but not necessarily all.

3. Interdisciplinary approach to punishment

To ensure different approaches to punishment and critical perspectives on our law- and social-science-based analysis, we especially invite scholars from other disciplines – for example, neuroscientists who are working on understanding the relation of the brain to punishment and behaviour and investigating changes in the frontal cortex that occur during and before acts of crime. Such research puts questions of free will, social control, deviant behaviour, and crime at the forefront. Further, we invite political economists who are studying the effects, benefits, and disadvantages of private prisons and home-confinement technologies and how these increase the likelihood of mass condemnations; and evolutionary anthropologists who include the evolutionary effects of punishment in their studies.

Speakers will be invited by the organizers on the basis of submitted abstracts. PhD students within the REMEP program are encouraged to submit an abstract. Abstracts should not exceed 500 words and should be submitted to Timm Sureau (sureau@eth.mpg.de) and Gunther Schlee (schlee@eth.mpg.de) by December 17, 2017. Further questions should be directed to the coordinator Timm Sureau.

A selection from submitted abstracts will be made by early January 2018

Culture in the Domains of Law

René Provost (ed.)

Culture in the Domains of Law

Cambridge Studies in Law and Society, 2017

ISBN : 9781107163331

Culture in the Domains of Law
What does it mean for courts and other legal institutions to be culturally sensitive? What are the institutional implications and consequences of such an aspiration? To what extent is legal discourse capable of accommodating multiple cultural narratives without losing its claim to normative specificity? And how are we to understand meetings of law and culture in the context of formal and informal legal processes, when demands are made to accommodate cultural difference? The encounter of law and culture is a polycentric relation, but these questions draw our attention to law and legal institutions as one site of encounter warranting further investigation, to map out the place of culture in the domains of law by relying on the insights of law, anthropology, politics, and philosophy. Culture in the Domains of Law seeks to examine and answer these questions, resulting in a richer outlook on both law and culture.

Table of Contents:

1. Centaur jurisprudence – culture before the law René Provost
Part I. Accommodation of Minority Cultural Practices:
2. Legal pluralism and the interpretive limits of law Anthony Connolly
3. Family law, state recognition and intersecting spheres/spaces: Jewish and Muslim women divorcing in the UK Pascale Fournier
4. Customary norms vs state law. French courts’ responses to the traditional practice of excision Lucia Bellucci
Part II. Aboriginal Law:
5. Law, culture, fact in indigenous claims: legal pluralism as a problem of recognition Kirsten Anker
6. On perpetuity: tradition, law, and the pluralism of Hopi jurisprudence Justin Richland
7. Existing in the hyphen: on relational legal culture Jen Hendry
8. The unexpected effects of the recognition of indigenous rights in New Caledonia: the story of an assimilation measure becoming the trigger for the acculturation of the French legal system Thomas Burelli and Régis Lafargue
Part III. Alternative Dispute Resolution:
9. Cultures of conflict: welcoming and resisting ‘non-Western’ influence in alternative dispute resolution Eric Reiter
10. Rebalancing power and culture: the case of alternative dispute resolution Morgan Brigg
11. Grassroots law in context: moving beyond the cultural justification Kristin Doughty
Part IV. Law in Conflicts:
12. Cannibal laws René Provost
13. Beyond the paradox of exporting the rule of law: resilience and the war on drugs in the Americas David Chandler.

Editor :

René Provost, McGill University, Montréal
René Provost is Professor of Law at McGill University, Canada, where he was the founding director of the McGill Centre for Human Rights and Legal Pluralism. He has researched and published widely on international law and legal pluralism. In 2015, he was named a Fellow of the Pierre Elliott Trudeau Foundation, Québec for his contribution to the advancement of knowledge in the humanities and social sciences.

Contributors :

René Provost, Anthony Connolly, Pascale Fournier, Lucia Bellucci, Kirsten Anker, Justin Richland, Jen Hendry, Thomas Burelli, Régis Lafargue, Eric Reiter, Morgan Brigg, Kristin Doughty, David Chandler

The Anthropology of Global Organizations

Ronald Niezen & Maria Sapignoli (ed.)

Palaces of Hope
The Anthropology of Global Organizations

Cambridge Studies in Law and Society,  2017

ISBN : 9781107127494

Palaces of Hope

This volume assembles in one place the work of scholars who are making key contributions to a new approach to the United Nations, and to global organizations and international law more generally. Anthropology has in recent years taken on global organizations as a legitimate source of its subject matter. The research that is being done in this field gives a human face to these world-reforming institutions. Palaces of Hope demonstrates that these institutions are not monolithic or uniform, even though loosely connected by a common organizational network. They vary above all in their powers and forms of public engagement. Yet there are common threads that run through the studies included here: the actions of global institutions in practice, everyday forms of hope and their frustration, and the will to improve confronted with the realities of nationalism, neoliberalism, and the structures of international power.

Table of contents:

1. Introduction Ronald Niezen and Maria Sapignoli
2. Heart of darkness: an exploration of the WTO Marc Abélès
3. Horseshoe and catwalk: power, complexity and consensus-making in the United Nations Security Council Niels Nagelhus Schia
4. A kaleidoscopic institutional form: expertise and transformation in the permanent forum on indigenous issues Maria Sapignoli
5. The ‘public’ character of the Universal Periodic Review: contested concept and methodological challenge Jane K. Cowan and Julie Billaud
6. Meeting ‘the world’ at the Palais Wilson: embodied universalism at the UN Human Rights Committee Miia Halme-Tuomisaari
7. Expertise and quantification in global institutions Sally Engle Merry
8. From boardrooms to field programs: humanitarianism and international development in Southern Africa Robert K. Hitchcock
9. Global village courts: international organizations and the bureaucratization of rural justice systems in the Global South Tobias Berger
10. Contrasting values of forests and ice in the making of a global climate agreement Noor Johnson and David Rojas
11. The best of the best: positing, measuring and sensing value in the UNESCO World Heritage Arena Christoph Brumann
12. Propaganda on trial: structural fragility and the epistemology of international legal institutions Richard Ashby Wilson
13. The anthropology by organizations: legal knowledge and the UN’s ethnological imagination Ronald Niezen
Index.

Editors :

Ronald Niezen (McGill University, Montréal)
Ronald Niezen holds the Katharine A. Pearson Chair in Civil Society and Public Policy in the Faculty of Law and the Department of Anthropology at McGill University, Montréal. His work on public justice outreach includes the study of truth and reconciliation commissions, online lobbying, and human rights movements. These areas of study have involved research in a variety of forums, including the United Nations Working Group on Indigenous Populations, the Permanent Forum on Indigenous Issues, the World Health Organization, and the Arctic Council. His books include The Origins of Indigenism: Human Rights and the Politics of Difference (2003), Public Justice and the Anthropology of Law (Cambridge, 2010), and Truth and Indignation: Canada’s Truth and Reconciliation Commission on Indian Residential Schools (2013).

Maria Sapignoli (Max Planck Institute for Social Anthropology)
Maria Sapignoli is a Research Fellow in the Department of Law and Anthropology at the Max Planck Institute for Social Anthropology. She has done research on legal activism, indigenous rights, and social movements. These areas of study have involved work in a variety of global organizations, including the United Nations Secretariat Headquarters, the Permanent Forum on Indigenous Issues, the International Fund for Agricultural Development, and the International Labour Organization’s Training Centre. Some of her research involves San activism in southern Africa on issues related to indigenous peoples’ rights and claims to land and resources in the context of resettlement. She is the author of several articles and book chapters on indigenous peoples in southern Africa, most recently in Anthropological Forum (2015) and the Routledge Handbook of Indigenous Peoples’ Rights (2016).

Contributors : Ronald Niezen, Maria Sapignoli, Marc Abélès, Niels Nagelhus Schia, Jane K. Cowan, Julie Billaud, Miia Halme-Tuomisaari, Sally Engle Merry, Robert K. Hitchcock, Tobias Berger, Noor Johnson, David Rojas, Christoph Brumann, Richard Ashby Wilson

Mark Goodale, Anthropology and Law.

Mark Goodale

Anthropology and Law. A Critical Introduction

Foreword by Sally Engle Merry

NUY Press, mai 2017

ISBN: 9781479895519

 

An introduction to the anthropology of law that explores the connections between law, politics, and technology. From legal responsibility for genocide to rectifying past injuries to indigenous people, the anthropology of law addresses some of the crucial ethical issues of our day. Over the past twenty-five years, anthropologists have studied how new forms of law have reshaped important questions of citizenship, biotechnology, and rights movements, among many others. Meanwhile, the rise of international law and transitional justice has posed new ethical and intellectual challenges to anthropologists. Anthropology and Law provides a comprehensive overview of the anthropology of law in the post-Cold War era. Mark Goodale introduces the central problems of the field and builds on the legacy of its intellectual history, while a foreword by Sally Engle Merry highlights the challenges of using the law to seek justice on an international scale. The book’s chapters cover a range of intersecting areas including language and law, history, regulation, indigenous rights, and gender. For a complete understanding of the consequential ways in which anthropologists have studied, interacted with, and critiqued, the ways and means of law, Anthropology and Law is required reading.

Mark Goodale is Professor of Cultural and Social Anthropology at the University of Lausanne. Previously, he was Professor of Conflict Studies and Anthropology at George Mason University and the first Marjorie Shostak Distinguished Lecturer in Anthropology at Emory University. He is the author of Surrendering to Utopia: An Anthropology of Human Rights (Stanford UP, 2009) and Dilemmas of Modernity: Bolivian Encounters with Law and Liberalism (Stanford UP, 2008) and the editor or coeditor of eleven other volumes on anthropology, human rights, legal pluralism, justice, Latin American politics and society, and methodology. The founding Series Editor of Stanford Studies in Human Rights, he is currently writing a book about revolution, ideology, and law in Bolivia based on several years of ethnographic research funded by the US National Science Foundation and the Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research.

Anthropology and Law – a Conversation

Anthropology and Law – a Conversation with Mark Goodale

Law & Society Lecture Series

 

 

Dienstag, 24. Oktober 2017, um 18:15 Uhr 
Humboldt-Universität zu Berlin, Juristische Fakultät
Altes Palais, Unter den Linden 9, Raum E 25

Diese Veranstaltung findet auf Englisch statt.

About the lecture:

The event is dedicated to the presentation and discussion of Mark Goodale’s recently published book Anthropology and Law. A Critical Introduction, which provides a comprehensive overview of the anthropology of law in the post-Cold War era and introduces the central problems of the field. In our discussion, we aim for a broader interdisciplinary conversation on a number of core questions and themes at the interface of anthropology and law.

After an opening statement by the author, there will be a series of comments on individual chapters by speakers with various disciplinary backgrounds. While these chapters are dedicated to specific themes (such as human rights, justice, law & gender and law & indigeneity), comments and the ensuing general discussion will provide room for exploring overarching methodological and conceptual questions.

Speakers:

Mark Goodale, Laboratory of Social and Cultural Anthropology, University of Lausanne

Despoina Glarou, Faculty of Law, Freie Universität Berlin

Jonas Bens, Institute for Social and Cultural Anthropology, Freie Universität Berlin

Alik Mazukatow, Institute of European Ethnology, Humboldt-Universität zu Berlin

Gabriele d’Amico, Faculty of Law, Freie Universität Berlin

Chair: Larissa Vetters, Law & Society Institute Berlin

***

Mark Goodale is an anthropologist, sociolegal scholar, and social theorist. He is Professor of Cultural and Social Anthropology at the University of Lausanne. Before moving to UNIL, he was on the faculties of George Mason University and Emory University, where he was the first Marjorie Shostak Distinguished Lecturer in Anthropology. He conducts ethnographic research on law, social and political change, and culture and is currently writing an ethnography of justice, ideology, and practice in Bolivia based on several years of research funded by the US National Science Foundation and the Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research. He has authored or edited numerous books, including Letters to the Contrary: A Curated History of the UNESCO Human Rights Survey (ed., Stanford UP, 2018), Anthropology and Law: A Critical Introduction (NYU Press, 2017), Neoliberalism, Interrupted: Social Change and Contested Governance in Contemporary Latin America (coed. with Nancy Postero, Stanford UP, 2013), Human Rights at the Crossroads (ed., Oxford UP, 2012), and Mirrors of Justice (coed. with Kamari Maxine Clarke, Cambridge UP, 2010) and is the Series Editor of Stanford Studies in Human Rights.

Dr. Despoina Glarou, LL.M, MBA, is Managing Director of, and Senior Lecturer at the Freie Universität Berlin ‘Human Rights Under Pressure-Ethics, Law and Politics’ Programme and an internationally established expert in public international law, international affairs, and human rights, with long-standing experience as an educator, scholar, and lawyer.

Alik Mazukatow, M.A., is interested in policy, law, other normativities, and their interplay in social practice. He currently conducts ethnographic reseach on German antidiscrimination law and policies.

Gabriele D’amico, MSc.. A criminal lawyer by training, Gabriele D’amico works at the intersection of human rights, philosophy and cultural economics and proposes UNESCO as a platform for dialectically managing the conflict between cultural diversity and human rights. 

Jonas Bens is a postdoctoral researcher at the Affective Societies research center and the Institute of Social and Cultural Anthropology at Freie Universität Berlin. He specializes in legal anthropology, political anthropology, indigenous studies, transitional justice and theories of democracy.

Comparative Law and Anthropology

Comparative Law and Anthropology
Research Handbooks in Comparative Law series

Edited by James A.R. Nafziger, Thomas B. Stoel Professor of Law and Director of International Programs, Willamette University College of Law, US

This cutting-edge Research Handbook, at the intersection of comparative law and anthropology, explores mutually enriching insights and outlooks. The 20 contributors, including several of the most eminent scholars, as well as new voices, offer diverse expertise, national backgrounds and professional experience. Their overall approach is  »ground up » without regard to unified paradigms of research or objects of study.

Through a pluralistic definition of law and multidisciplinary approaches, Comparative Law and Anthropology significantly advances both theory and practice. The Research Handbook’s expansive concept of comparative law blends a traditional geographical orientation with historical and jurisprudential dimensions within a broad range of contexts of anthropological inquiry, from indigenous communities, to law schools and transitional societies. 

This comprehensive and original collection of diverse writings about anthropology and the law around the world offers an inspiring but realistic source for legal scholars, anthropologists and policy-makers.

Contributors include: U. Acharya, C. Bell, J. Blake, S. Brink, E. Darian-Smith, R. Francaviglia, M. Lazarus-Black, P. McHugh, S.F. Moore, E. Moustaira, L. Nader, J. Nafziger, M. Novakovic, R. Price, O. Ruppel, J.A. Sanchez, W. Shipley, R. Tejani, A. Telesetsky, K. Thomas

Publication Date: November 2017
ISBN: 978 1 78195 517 8

Law into the Future : Perspectives from Asia (15th ASLI conference)

Call for Papers for the 15th ASLI Conference

Dear colleagues,

Greetings from the Asian Law Institute Secretariat

We are pleased to announce the Call for Papers for the 15th ASLI Conference to be held in Seoul, South Korea next year.

Here is the link to the conference website which has more information, including a welcome message: https://law.nus.edu.sg/asli/15th_asli_conf/index.html.

A call for papers has been sent via email to our mailing list.  A copy of the call for papers is attached below.  Please feel free to forward the call for papers to whomever you think may be interested in the ASLI conference and encourage colleagues to attend, either to present a paper or to meet up with other Asian law scholars.

The ASLI Open Forum will be held during the lunch hour of the conference on Thursday, 10 May 2018. We would like to invite all participants (both ASLI Members and Non-Members) to join us. You can share your ideas and get updates on ASLI at the forum.

I look forward to meeting all of you in May 2018.

Best regards,

Gary F. Bell

Director of ASLI

ASLI conference banner

 

Introduction

We are pleased to announce that the Asian Law Institute (ASLI) and Seoul National University School of Law will host the 15th ASLI Conference in Seoul on 10 and 11 May 2018.  We look forward to welcoming you, and value your contribution to the ongoing success of this annual conference.

The 15th ASLI Conference 2018

The purpose of the annual conference is to bring together scholars of Asian law from within and outside Asia to interact, share ideas and build collegial networks which may facilitate dialogue and research collaborations. We hope that the research forum will be widely used to bring together collaborators in various projects.  Presenters and non-presenters are encouraged to connect with fellow academics before the conference and to start thinking about potential research projects.

The conference format remains broadly the same as in previous years: there will be five rounds of five parallel sessions over two days. The broad theme of the 2018 conference is Law into the Future: Perspectives from Asia.

Under the conference theme, we will, as far as possible, group papers within broad subject areas, and will form panels on this basis. Examples of subject areas in previous conferences include Human Rights, Children and Law, Constitutional and Administrative Law, Competition Law, Intellectual Property Rights, Legal Pluralism, Religious Law, International Law, Criminal Law, Women and Law, Maritime Law, Corporate Law and Governance, International Business Law, Labour and Employment Law, Law and Economics, WTO Law and Law and Society.

However, we welcome papers on all topics, and the ‘Miscellaneous’ category means that it is not necessary for a paper to fit within any specific subject area to be accepted.

There will be four to five papers per panel to give presenters and discussants adequate time for fruitful engagement. In preparing abstracts of their proposed papers, we encourage prospective participants to engage with Asian Law and address the conference theme. In addition to the general call for individual papers, we also encourage individuals to organize their own panels by coordinating with colleagues, preferably from other ASLI institutions. This will allow for the panels to be more cohesive and will also foster greater collaboration between academics, which is one of the key aims of ASLI. 

 Please visit our conference web site at https://law.nus.edu.sg/asli/15th_asli_conf/index.html for details selection criteria, guidelines for abstract or paper submissions and other related conference information.

Click here for online submission of individual.

Click here for online submission of panels.

The website, which will be updated periodically with the latest information on tentative panel sessions and programme schedule, also contains information on recommended conference hotels.

We regret that no subsidies are available for expenditures such as air flights, hotel charges and conference fees. A detailed and finalized programme (speaker panels, etc.) will be made available to all registered participants nearer the date of the conference.

We would very much appreciate your help in bringing this conference to the attention of your faculty/law school colleagues, as well as to anyone whom you think might be interested in attending, whether as a paper presenter or otherwise.

For enquiries regarding the conference, please contact the ASLI Secretariat at

asliconference@nus.edu.sg.

Thank you and we look forward to seeing you in Seoul, South Korea in May 2018.

Yours sincerely

The ASLI Secretariat

 

L’Anthropologie à la Renaissance

L’Anthropologie

à la Renaissance

Université de Rouen

20-21 novembre 2017

Organisation : Géraldine Cazals & Marie Houllemare

Programme : anthropo2

À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de penser l’homme non seulement comme sujet mais aussi comme objet de savoir, et qu’aurait été ainsi rendue possible la naissance de l’anthropologie, progressivement définie comme science de l’homme dans ses variations culturelles. Ce ne serait que dans les années 1750 que serait sortie de ses balbutiements et de sa préhistoire cette discipline, avant son institutionnalisation au XIXe siècle, autour des enjeux liés à l’histoire naturelle de l’homme, et le développement d’ambitions tendant à embrasser tous les aspects de la connaissance de l’homme. D’autres travaux cependant questionnent fortement cette analyse, qui retrace logiquement l’archéologie de la définition contemporaine de l’anthropologie et en explicite les présupposés méthodologiques et scientifiques qui s’y veulent attachés. En effet, cette chronologie semble pour le moins rigide, voire quelque peu anachronique pour qui s’intéresse aux périodes plus anciennes, et notamment à la Renaissance. Les travaux de Claude Blanckaert l’ont bien montré, bien qu’encore rare et d’un emploi non réglé, le terme d’anthropologie est attesté en français dès le début du XVIe siècle. Certes, le thème central de l’anthropologie philosophique de la Renaissance, puis de l’âge classique, reste « la connaissance de soi ». Mais, dès la fin du siècle, se dégagent deux orientations des recherches « anthropologiques » : l’une vise, au profit du sujet, les règles de la sagesse et de bonheur basées sur l’économie de l’affectivité, la police des mœurs et les devoirs de l’homme de qualité, l’autre prend l’homme pour objet d’analyse, dans sa phénoménologie concrète, tant anatomique que psychologique ou politique (C. Blanckaert, 1989 : « L’anthropologie en France, le mot et l’histoire », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris). Ainsi le début du XVIIe siècle correspondrait-il, déjà, à un moment essentiel d’affirmation de la discipline. Bien d’autres travaux par ailleurs démontrent à quel point la Renaissance peut constituer pour l’histoire de la naissance ou du développement de l’anthropologie une période centrale. Plusieurs développements en sont bien connus : les découvertes géographiques qui se multiplient depuis la fin du Moyen Âge obligent les Européens à une rencontre avec l’altérité qui exige une reconsidération de l’humanité. Ainsi, les récits de voyages qui se multiplient donnent un certain nombre de descriptions ethnographiques des peuples rencontrés. Dès le début du XVIe siècle, avec le retour de certains grands explorateurs, les premiers Indiens débarquent en Europe. Les premières collectes d’objets exotiques donnent lieu à l’apparition d’Americana dans les cabinets de curiosités. Par l’intensité des échanges marchands qui y ont cours, Rouen est à cet égard un lieu d’importance. La célèbre fête cannibale organisée pour l’entrée d’Henri II en 1550 l’atteste. Tandis que l’humanisme célèbre la grandeur et la dignité de l’homme, les Indiens sont certes regardés par certains comme des étrangetés, des sauvages voire des bêtes farouches ; ils sont rapidement aussi identifiés comme des membres à part entière d’une humanité qui voit sa dimension et ses caractéristiques reconsidérées. Parfois vus comme les derniers représentants d’un âge d’or ou d’un paradis perdu, ils sont intégrés à la chaîne de l’humanité comme des primitifs, dans le cadre de conceptions évolutionnistes. Tandis que, grâce aux travaux de Vésale, s’ouvre le moment anatomique de la science de l’homme, l’unité de l’espèce humaine est affirmée. En dépit d’importants travaux, souvent centrés sur des évènements et sur des figures majeures de ces développements, l’importance de ces différents phénomènes dans le développement de l’anthropologie à la Renaissance mérite d’être précisée.

C’est à un tel travail qu’invite le présent colloque, dont les actes sont destiné à constituer un dossier pluridisciplinaire qui sera publié dans la revue numérique Clio@Themis (http://www.cliothemis.com).

LUNDI 20 NOVEMBRE
 
9h30 : Accueil et introduction du colloque : Maud LAROCHE (Professeur de droit privé à l’Université de Rouen), Géraldine CAZALS (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Rouen, Institut universitaire de France) et Marie HOULLEMARE (Maître de conférences en histoire moderne, Université d’Amiens, Institut universitaire de France)
SESSION I
Modératrice Géraldine Cazals
 
10h : Philippe DESAN (Professeur de français et d’histoire de la culture à l’Université de Chicago)
Les principes fondamentaux d’une anthropologie culturelle et sociale chez Montaigne
10h 30 : Grégoire HOLTZ (Professeur associé, University of Toronto, Victoria College, Groupe d’Étude sur l’Ancien Régime – GEAR)
De l’« ensauvagement » à l’observation participante : L’archéologie d’une catégorie anthropologique
 
Modérateur Philippe Desan
 
11h30 : Jean-Frédéric SCHAUB (Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales –EHESS, Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain)
Le sang à l’époque moderne : métaphore du rang ou véhicule réel ?
12h : Andrea DAHER (Professeur de théorie et méthodologie de l’histoire à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro)
Les modalités d’invention de l’Indien Tupinamba au XVIe siècle
 
SESSION II
 
Modératrice Céline Roynier
 
14h30 : Diego QUAGLIONI (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Trente, Faculté de Jurisprudence)
Les sources de l’anthropologie bodinienne dans la République : géographie, histoire et politique
 
15 h : Gilduin DAVY (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Nanterre, Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit –CHAD)
Mœurs, coutumes et caractères des anciens Normands chez Olaus Magnus (1490-1557)
Modérateur Diego Quaglioni
 
16h : Rachel DARMON (Maître de conférences de littérature française à l’Université Paul Valéry-Montpellier III, Institut de Recherche sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières, UMR 5186)
Les traités sur les dieux païens à la Renaissance : une approche anthropologique ?
 
16h30 : Géraldine CAZALS (Professeur d’histoire du droit à l’Université de Rouen, Institut universitaire de France)
Emblématique et anthropologie
 
Discussion et clôture des travaux
MARDI 21 NOVEMBRE
SESSION III
 
Modératrice Andrea Daher
 
10h : Marie-Christine DELAIGUE (Chercheur à l’Université de Grenade, département d’Anthropologie Sociale)
Anthropologie et esclavage à la Renaissance dans la péninsule Ibérique
 
10h30 : Céline ROYNIER (Professeur de droit public à l’Université de Cergy-Pontoise, Centre de Philosophie Juridique et Politique –CPJP)
L’anthropologie dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne
 
Modératrice Marie Houllemare
 
11h30 : Karen LOPEZ (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Laboratoire d’Anthropologie Sociale)
Les effets anthropologiques de la Controverse de Valladolid
12h : Shingo AKIMOTO (Doctorant en philosophie, Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne)
Les idées anthropologiques et la systématisation de droit
 
Avec les contributions écrites de :
Marie-Clarté LAGRÉE (Agrégée d’histoire et docteur en histoire moderne de l’université Paris-Sorbonne, Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages –CRLV)
Curieux de veoir le pays » : des apprentis anthropologues au Levant à l’automne de la Renaissance
Gaelle DEMELEMESTRE (Chercheur au CNRS, Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités – IHRIM, UMR 5317 CNRS/ENS-Lyon)
Les Dominicains et les Indiens
 
Contact : Corinne Thierry (corinne.thierry@univ-rouen.fr)

Enjeux philosophiques du droit coutumier

Colloque
« Enjeux philosophiques du droit coutumier »
14-16 mai 2018

(date limite : 15 novembre)

Organisé par le Centre de Recherche en Histoire des Idées
Département de Philosophie de l’Université de Nice
Membre de l’Université Côté d’Azur
En partenariat avec la MSH Sud-Est

Argumentaire

Ce colloque entend rassembler un large éventail de contributions, toutes centrées autour des questions proprement philosophiques que le droit coutumier pose. Loin de considérer l’expression de « droit coutumier » comme une évidence, il s’agira de relever et, autant que possible, de résoudre les tensions que crée la juxtaposition de deux formes de régulation du social aussi proches que lointaines : le droit et la coutume.

Ontologie du droit coutumier

L’expression même de droit coutumier nous impose, avant toute réflexion, la remarque préliminaire suivante : parler d’un droit coutumier implique immédiatement de distinguer un genre (le droit), d’une espèce (le droit dit coutumier). Le droit coutumier apparaît donc comme une forme spécifique du droit et partage en cela les traits génériques propre à l’ensemble des catégories du juridique.

Néanmoins, qualifier un droit de coutumier, ce n’est pas comme parler du droit des contrats, ou du droit pénal. Il ne s’agit pas de l’une des sous-espèces du droit, et il peut lui-même accéder au titre de genre. On remarquera aussi que l’expression de « droit coutumier » semble isoler une source particulière du droit parmi les quatre sources « traditionnelles », que sont la législation, la doctrine et la jurisprudence. En effet, il semblerait étrange de parler de « droit législatif », de « droit doctrinal » et même de « droit jurisprudentiel ».
Il s’agit alors d’interroger l’ambiguïté qui se cache derrière ce qualificatif de « coutumier » : a-t-il pour fonction de désigner une manifestation parmi d’autres du juridique, ou bien désigne-t-il une forme à part du juridique, qui possèderait ses propres caractéristiques et qui ne serait pas totalement réductible au droit ?

Principes du droit coutumier

La réponse à ces questions dépend très certainement d’une exploration aussi empirique que théorique du mode de fonctionnement spécifique au droit coutumier. Savoir s’il n’est qu’une forme parmi d’autres du juridique ou s’il s’en distingue suffisamment pour être son propre genre impose de déterminer les principes de ce droit coutumier. Si ce droit est dit coutumier, c’est évidemment parce que la coutume y occupe une place privilégiée en tant que source du droit. Comprendre la différence spécifique du droit coutumier, c’est donc s’efforcer de comprendre comment la place de la coutume conditionne la nature même de ce droit.

Il faudra donc s’interroger sur la façon dont la place centrale accordée à la coutume détermine l’existence d’institutions spécifiques et de critères à part entière de l’établissement de ce que sont les droits des individus. Comme les Commentaries de Blackstone l’explicitent, tout système de droit, dès l’instant qu’il comporte un élément coutumier, doit établir les principes spatio-temporels et logiques de la preuve de la coutume. La Common Law anglo-saxonne et ses principes spécifiques ne doivent cependant pas éclipser derrière eux toute tentative de saisir ce que peuvent être les principes et les spécificités du droit coutumier, et l’on restera particulièrement attentifs à la façon dont le droit coutumier prend sa place dans des contextes pluralistes, où plusieurs droits coutumiers peuvent se retrouver en concurrence. Dans ces conditions, l’interaction entre droit et coutume prend la forme d’un conflit normatif plutôt que celle d’un « droit coutumier » unifié.

Explorer les limites et le caractère fictionnel des procédures relatives à la coutume de la Common Law peut servir de point de départ pour redéployer les potentialités du droit coutumier, et en interroger les fondements. Notamment, il serait intéressant d’étudier les formes diverses que prend le droit coutumier à une époque où le modèle de la Common Law s’impose à différentes échelles et dans différents domaines, notamment dans le droit international, et où le droit coutumier se déploie dans des contextes de pluralisme juridique au sein de régions décolonisées. Les enjeux spécifiques rencontrés dans ces contextes ne peuvent que permettre d’interroger les limites et la plasticité du droit coutumier. Les changements d’échelles et de domaines touchent-ils à l’essence du droit coutumier, si tant est qu’il en ait une ? Révèlent-elles au contraire une certaine nature du droit coutumier, au-delà de ses incarnations spécifiques ? Il s’agira entre autres de saisir l’efficace spécifique du droit coutumier, et notamment de déterminer si le droit coutumier repose sur les mêmes formes de contraintes que le droit, et s’il dispose de modes d’institutions et d’application spécifiques. La question de la place de la sanction est par exemple essentielle.

Un droit sans coutume ?

Dans le prolongement de ces réflexions, il est nécessaire de noter que dans tout droit dit coutumier, la coutume est réduite à n’être qu’une source du droit, et en tant que telle se voit privée d’être une forme de normativité indépendante. N’est coutume que la coutume reconnue comme telle, selon les processus requis et au nom des institutions et des critères que le droit définit. Dans ce cas, la coutume n’est qu’une des sources possibles du droit, en concurrence avec d’autres, et cette dernière n’a d’existence juridique que secondaire.

C’est la raison pour laquelle John Austin a pu si facilement disqualifier l’autonomie de la coutume, argumentant avec Hobbes contre l’école historique que la nature même du droit empêche la coutume d’avoir un efficace propre en dehors de la reconnaissance directe ou indirecte, explicite ou tacite, du souverain. L’une des ambitions principales de ce colloque serait justement d’évaluer la justesse de l’affirmation austinienne, ce qui pourrait permettre de
fournir une réponse à la question de la priorité du substantif ou du qualificatif dans l’expression « droit coutumier ». En sous-bassement se trouve la question même de l’autonomie de la coutume comme forme de régulation sociale.

Les enjeux de la codification

Pour ce faire, nous pourrions être amenés à considérer ce qui disparaît et ce qui reste de la coutume dans le droit coutumier, afin de comprendre réellement la nature de ce dernier. Cela ne peut que nous conduire à nous interroger sur le thème spécifique de la codification de la coutume, acte fondateur du droit coutumier. Cette codification n’est jamais, de fait, un acte neutre, et il serait des plus pertinent de mettre en lumière, sous les angles les plus divers possibles, toutes les tensions qui entourent cette codification, cristallisant des équilibres de pouvoir ou des luttes socio-économiques. Un axe d’étude intéressant, déjà beaucoup évoqué en sciences sociales mais rarement en philosophie, serait celui des interactions entre le droit formel et coutume dans les pays décolonisés.

La codification du droit est d’ailleurs l’un de ces moments où savoirs et pouvoirs se rencontrent avec le plus d’intensité. L’école historique du droit a affirmé avec force la nécessité d’entourer l’étude du droit de celle des humanités, que l’on peut élargir aujourd’hui à l’ensemble des sciences humaines et sociales, de l’anthropologie à l’économie, en passant par la sociologie. On s’interrogera donc sur la place que ces disciplines peuvent occuper dans la codification et l’établissement de la coutume, sur la légitimité et sur les méthodes de leur approche.

Ouvertures artistiques

Les autres domaines du savoir et de la création ne sauraient être expulsés de la réflexion que nous souhaitons mettre en place. On pourra se demander notamment si la littérature et les autres arts sont en mesure de produire des discours réflexifs sur la nature du droit coutumier, à l’image de l’ouvrage d’Ismaël Kadaré, Avril Brisé. Une perspective artistique peut en effet dégager d’autres enjeux propres au droit coutumier et aux sociétés qu’il régule. Parmi ces enjeux, ont trouve en particulier la question de l’articulation entre « tradition » et « modernité », et de la place qu’y trouve l’individu. La façon dont le droit coutumier des peuples se confronte à l’évolution des sociétés mondialisées est naturellement un thème commun à de nombreux artistes et auteurs, que leur regard soit nostalgique, esthétisant, ou critique.

Aspects empiriques : droits coutumiers et sciences humaines et sociales

Enfin, la question se pose évidemment de la place à donner à l’étude d’exemples spécifiques. Il est évident qu’ils devront être centraux dans l’étude de l’objet que constitue le droit coutumier, mais qu’aucune réflexion ne peut cependant se limiter à proposer des monographies de droits coutumiers différents. Il sera particulièrement intéressant d’adopter une démarche comparatiste, rapprochant notamment la façon dont certaines catégories du droit coutumier, comme par exemple le droit de propriété, cristallisent tous les questionnements évoqués ci-dessus, et comment différentes catégories de droit permettent de les reformuler.

Tout exemple se doit d’être l’occasion d’une réflexion sur les thématiques évoquées ci-dessus, sans exclure d’autres thématiques.

De plus, il n’est pas du tout requis de ne s’intéresser qu’aux enjeux contemporains du droit coutumier ou, au contraire, à ne développer que des points de vue historiques. L’actualité du droit coutumier est indubitable, de même que l’histoire de son évolution est essentielle à la compréhension des enjeux contemporains qu’il soulève. Les nombreuses interrogations soulevées par ce colloque permettront alors de restituer la profondeur historique du droit coutumier, sans oublier d’explorer la façon dont les sciences humaines et sociales dans toute leur diversité abordent le droit coutumier.

La liste suivante de questions, non-exhaustive, permet de lancer les pistes auxquelles les contributions devront s’efforcer de répondre : L’expression de « droit coutumier » désigne-t-elle un mode de régulation sociale spécifique, entre le juridique et le coutumier ? La coutume est-elle une source à part du droit ? La coutume peut-elle être considérée comme un en-deçà ou un au-delà du droit ? Y-a-il une « forme » spécifique du droit coutumier malgré la diversité de ses manifestations ? Y a-t-il un modèle du droit coutumier, comme pourrait l’être le droit international ? Quelles transformations la coutume subit-elle quand elle intègre le « droit coutumier » ?Quels  enjeux philosophiques la codification de la coutume dans le droit coutumier soulève-t-elle ? Quels sont les enjeux de l’existence du droit coutumier dans des cadres pluralistes/décolonisés ? Quels sont les rapports du droit coutumier avec des standards à la fois moraux et juridiques comme le sont les droits de l’homme par exemple ? Quelle est la place du droit coutumier au sein de la dynamique du changement social ? Quelle place pour le thème de l’articulation entre droit et coutume dans les arts ? Y a-t-il un point de vue proprement artistique sur la question de la coutume ? Consiste-t-il à représenter, magnifier, ou critiquer la coutume ? Quelles interactions et quels enjeux de pouvoir y a-t-il entre les sciences humaines et sociales et le droit autour de la question de la coutume ?
Quels liens le droit coutumier entretient-il avec les localités, leurs territoires, leurs histoires et leurs organisations sociales ? Comment les différentes disciplines des sciences humaines et sociales permettent-elle de rendre compte de ces dynamiques, et de leur conflit avec le formalisme du droit ?

Contacts (en copie)
mgoetzman@unice.fr
edoardo.frezet@gmail.com

Calendrier
Réception des propositions : 15 novembre
Notification de décision du comité : 15 décembre
Liste finale des participants : février 2018
Transmission des articles : 15 avril

Soumission des propositions
Les propositions anonymisées sont à envoyer (sous format pdf) en copie simultanée à Marc Goetzmann et Edoardo Frezet (contacts ci-dessus).

Elles seront comprises entre 300 et 750 mots, et accompagnées d’une fiche de présentation incluant au minimum :
-nom et prénom de l’auteur.e
-titre de la proposition
-affiliation de l’auteur.e (département, université, laboratoire etc.)
-position occupée par l’auteur.e et possibilités de financement (voir ci-dessous)

Toutes ces informations sont essentielles pour garantir la diversité des intervenant.e.s, mais aussi pour déterminer de la façon la plus équitable la répartition de nos fonds.

Prise en charge des frais
L’hébergement (2 nuitées a priori) sera pris en charge.
Le transport ne sera pas systématiquement pris en charge, notamment si l’intervenant.e peut bénéficier de fonds propres de la part de son institution.

C’est pourquoi il est nécessaire de nous indiquer dans votre fiche de présentation si votre institution est en mesure de couvrir tout ou partie de vos frais de déplacement et autres pour le colloque, afin de conserver le maximum de fonds possibles pour élargir le cercle des intervenant.e.s, notamment pour les plus jeunes chercheurs, pour lesquels nous nous efforcerons de fournir une prise en charge plus large.

Appel à contributions : AAC colloque coutume

Quelle est ma loi ? Les paradoxes de la reconnaissance des droits autochtones

Quelle est ma loi  ?
Les paradoxes de la reconnaissance des droits autochtones

 

L’École de droit de Sciences Po a le plaisir d’accueillir Maxime St-Hilaire et Barbara Truffin autour d’une table ronde sur la reconnaissance des droits autochtones. Bien que l’avancée représentée par la signature de la déclaration des droits autochtones de l’ONU en 2007, après douze années de négociations ardues, soit incontestable, elle n’en a pas moins engendré de nouveaux questionnements. On observe en particulier une montée en puissance mais aussi une diversification des processus de « juridicisation » de la reconnaissance des peuples autochtones, au-delà de la seule « codification des droits coutumiers ». L’émergence de formes de constitutionnalisation des droits autochtones met en jeu des épistémologies juridiques omniprésentes dans les revendications autochtones. Un jeu dialectique complexe s’enclenche, entre imposition, réappropriation et invention de catégories juridiques. L’étude de ces processus est un champ de recherche faisant place à l’interdisciplinarité et à des méthodologies diverses. Nos deux intervenants venant de disciplines différentes et utilisant des méthodologies différentes, leur confrontation sera l’occasion de rendre compte de la complexité des enjeux de la reconnaissance des peuples autochtones.

Maxime St-Hilaire est professeur à la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Il est l’auteur d’un ouvrage basé sur sa thèse de doctorat intitulé, La lutte pour la pleine reconnaissance des droits ancestraux. Problématique juridique et enquête philosophique (Montréal, Yvon Blais, col. « Prix Minerve », 2015). Maxime St-Hilaire s’attarde ainsi sur la question de la ‘pleine reconnaissance’ des droits ancestraux en soumettant à la réflexion juridico-épistémologique le droit, la théorie du droit mais également la philosophie. La lutte pour la pleine reconnaissance des droits ancestraux est donc abordée à la lumière de la complexité des ressorts et enjeux politiques, moraux et éthiques. Les logiques actives de fabrication du droit et de ses grilles de lectures, telles que le monisme et le pluralisme, sont explorées pour mieux comprendre les limites inhérentes aux politiques de reconnaissance.

Barbara Truffin est chercheuse au Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Une partie de sa recherche porte sur le rôle du droit en Amazonie équatorienne où elle évalue en particulier le processus de ‘juridicisation’ des droits des peuples autochtones en Equateur à travers leur constitutionnalisation. Elle examine les paradoxes ainsi que les conséquences politiques, juridiques et culturelles de ce processus dans le contexte particulier de l’Amazonie équatorienne, dont certaines caractéristiques sont l’ineffectivité constitutionnelle liée aux phénomènes de para-juridicité, la complexification des rapports que cela entraine, également intensifié par la privatisation du pouvoir public.

Voir le site de l’École de droit ici

Vendredi 13 octobre 2017
de 14h00 à 17h00
Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères (5e étage)
L’accès à cette salle se fait par le 27 rue Saint-Guillaume

Les droits des peuples autochtones

 Irène Bellier, Leslie Cloud, Laurent Lacroix, Les droits des peuples autochtones. Des Nations unies aux sociétés locales,  L’Harmattan, Horizons autochtones, 2017

Le 13 septembre 2007, l’Assemblée générale des Nations unies adoptait la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (DDPA), un document de haute valeur symbolique et morale destiné à réparer les situations de marginalisation et de discrimination dans lesquelles ont été plongées les sociétés et les personnes autochtones du fait de la colonisation et de la construction de l’État moderne. Cette déclaration de droit international a une portée universelle, elle étend le domaine des droits humains et reconnaît des droits collectifs à côté des droits individuels.

Mais elle ne s’applique directement dans aucun des États de la planète et l’on observe des situations très variées, marquées par l’histoire et par l’actualité, de reconnaissance, de déni, de violation des droits fondamentaux ou environnementaux. Réalisé à partir d’une étude menée sur plusieurs années aux Nations unies et dans une dizaine d’États sur quatre continents, ce livre explique ce que sont les droits consacrés par la DDPA et les interprétations auxquelles ils donnent lieu au sein des systèmes régionaux de droits de l’homme. Il situe les contextes politiques et juridiques de nombreux peuples autochtones, et ouvre la réflexion sur les conditions de mise en oeuvre de normes protectrices et ambitieuses. Si le cadre international, la méthode comparative, les collaborations interdisciplinaires conduisent à saisir le sujet sous les différentes facettes qui démontrent l’étendue de sa complexité, l’analyse proposée permet, elle, d’envisager les moyens d’avancer en termes de respect des différences culturelles et d’inclusion sociale ou économique.

Au fil de trois parties, le lecteur pourra prendre connaissance du cadre juridique international puis se plonger dans les dynamiques politiques et les situations des peuples autochtones, en Argentine, en Australie, en Bolivie, au Botswana, au Chili, en Guyane française, en Inde, au Mexique, en Nouvelle- Calédonie et en Namibie. Afin de comprendre au mieux comment les droits des peuples autochtones sont visés ou négligés dans les dispositifs étatiques, l’étude propose une lecture qui repose sur trois catégories de droits : la première est relative à l’espace politique de la gouvernance, de la participation et de la citoyenneté, la deuxième au rapport à la terre, aux territoires et aux ressources naturelles, la troisième aux droits culturels, économiques et sociaux.

LES AUTEURS
Irène Bellier, Leslie Cloud et Laurent Lacroix. Avec la collaboration de : Rowena Dickins Morrison, Jennifer Hays, Verónica González, Stéphanie Guyon, Martin Préaud, Raphaël Rousseleau et Benoît Trépied.

Site de l’éditeur : L’Harmattan

Bon de commande : Bon de commande-DPA_Bellier_et_al.(1)

Droit & Anthropologie

Ce carnet de recherche Droit & Anthropologie souhaite rendre compte de manière régulière non seulement de l’activité scientifique dans le domaine de l’anthropologie juridique mais plus généralement de tous les travaux qui s’efforcent de mettre en lumière l’apport de l’anthropologie dans l’élucidation de ce qu’est « le droit ». Ce carnet s’intéresse à l’ensemble des domaines de l’anthropologie explorant les phénomènes de juridicité : anthropologie juridique stricto sensu, anthropologie des institutions, anthropologie historique du droit, anthropologie de la parenté, anthropologie politique, etc.

Ce carnet pourra accueillir les appels à communication, les annonces de conférences, de colloques, de publications (ouvrages, revues et articles), la présentation des actions de formation doctorale, les annonces de soutenances de thèses, la mise en lumière de sources, la réalisation d’expositions virtuelles, les informations bibliographiques ou encore des entretiens avec des acteurs de ce champ.

Les objectifs de ce blog sont les suivants : 1°) centraliser autant que possible toutes les informations sur les travaux et les initiatives scientifiques abordant les phénomènes juridiques dans une perspective anthropologique  ; 2°) rendre plus visible les travaux dans ce domaine pour contribuer à une compréhension renouvelée des phénomènes normatifs ; 3°) tenter de fédérer la communauté des chercheurs travaillant sur les relations entre droit et anthropologie par un accroissement des échanges et une meilleure circulation de l’information ; 4°) renforcer l’identité de la discipline au sein de l’espace académique et favoriser en particulier les discussions entre les juristes et les anthropologues.

Le blog est animé par des chercheurs français et étrangers investis dans le domaine de l’anthropologie juridique.

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique