Call for papers : journée jeunes chercheurs. Equipe « Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes »

Laboratoire d’anthropologie sociale

Appel à communication

Journée jeunes chercheurs
Equipe « Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes »

Mercredi 13 février
Collège de France, 11 Place Marcelin Berthelot, 75005 Paris.

L’équipe « Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes » organise, dans le cadre de son séminaire, une journée spécialement dédiée aux jeunes chercheurs (Master 2, 1ère, 2ème et 3 ème années de doctorat).

L’objectif de cette rencontre est de promouvoir les travaux en cours concernant des sociétés ayant en commun la pratique de l’islam, en particulier dans les aires méditerranéenne méridionale (Maghreb, Machrek, de langue et de culture arabes, mais aussi berbères, turques), saharienne et subsaharienne. Pourront aussi être abordées les situations où l’islam se trouve en situation minoritaire – contexte européen principalement – du fait des courants migratoires anciens ou actuels, ainsi que les relations transnationales liées à l’islam.

Seront discutés d’un point de vue anthropologique et comparatiste, certains traits récurrents structurels et culturels de ces sociétés, en soulignant les convergences, dont participe mais non exclusivement l’islam.

Ouvert à l’ensemble des travaux anthropologiques (anthropologie sociale et culturelle) portant sur les sociétés et cultures musulmanes, cette journée constituera une opportunité pour échanger sur les travaux entrepris par les jeunes chercheurs et les accompagner dans la formulation de leurs problématiques, de leurs méthodologies et dans l’écriture – à cette fin un temps de la journée sera consacrée aux attentes des revues scientifiques.

Les jeunes chercheurs souhaitant participer à cette rencontre sont conviés à envoyer leurs propositions de communication (une demie page maximum) et un bref cv (maximum 5 pages) avant le 1er novembre 2018.

yazid.ben-hounet@ehess.fr
mlgelard@yahoo.fr

Un déjeuner sera offert aux participants. La prise en charge du transport et de l’hébergement ne pourra pas être assurée par les organisateurs.

Organisateurs: Yazid Ben Hounet (Chercheur CNRS – LAS), Anne-Marie Brisebarre (Directrice de recherche CNRS émérite, LAS), Barbara Casciarri (MCF HDR, Paris 8), Tarik Dahou (Chercheur HDR, IRD) et Marie-Luce Gélard (MCF HDR, Paris-Descartes/IUF).

Unité mixte de recherche du Centre national de la recherche scientifique et de l’école des hautes études en sciences sociales

Collège de France – 52, rue du cardinal Lemoine, 75005 Paris

tél. 01 44 27 …………….. / 01 44 27 17 31 – Fax. 01 44 27 17 66
courriel : las@ehess.fr /

……………………………….brisebar..@….ehess.fr……………………………………………………….site internet : http://las.ehess.fr

SEMINAIRE : « LA NEUTRALITE DES JURISTES »

SÉMINAIRE : « LA NEUTRALITÉ DES JURISTES »

CTAD – UMR 7074, Université Paris Nanterre
IHD – EA 2515, Université Paris Descartes

Organisateurs

Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes), Guillaume Richard (Université Paris-Descartes), Lionel Zevounou (Université Paris-Nanterre)

Lorsqu’elle parle de dogmatique, la théorie analytique du droit développée en France renvoie à un discours dont la caractéristique est de ne pas distinguer les points de vue descriptifs et normatifs. De nombreux travaux ont, dans ce sillage, cherché à montrer que la doctrine contemporaine était, à bien des égards, un discours de pouvoir, voire un discours au service du pouvoir. Le séminaire entend discuter une hypothèse différente. Il cherchera à comprendre de quelle manière le style doctrinal contemporain s’est institué dès la fin du xixe siècle, non pas en se fondant sur un quelconque critère théorique d’identification du discours dogmatique, mais en se pensant toujours lui-même comme un savoir, sans nécessairement avoir besoin de recourir à la distinction entre « dogmatique » et « science du droit », ni entre science du droit et droit. La théorie analytique du droit ne peut prétendre détenir le monopole de la représentation de la science du droit et il conviendra de dresser le panorama des différentes manières de se représenter une telle « science du droit », telle qu’elle est invoquée dans le discours juridique contemporain depuis le xixe siècle. Au-delà de cette question, il faut penser l’élaboration et la définition des frontières proposées par les juristes pour leur science.

Plusieurs travaux de philosophie et sociologie des sciences ont souligné l’évolution du concept de « science » à travers les siècles et les contextes. Parmi d’autres, les travaux de Merton, Gieryn ou d’autres ont démontré le caractère mouvant des frontières entre science et non-science. Les perspectives ouvertes par Michel Foucault ont également souligné combien la science se détachait et s’autonomisait à partir d’un substrat plus large, en fixant des critères d’inclusion et d’exclusion qui déterminent le discours scientifique admissible et la définition de la « science » dans un contexte donné. Les conceptions développées par Bruno Latour ont également orienté le regard sur les procédures suivies par les scientifiques et qui construisent la légitimité scientifique de telle ou telle pratique ou au contraire l’excluent du champ scientifique. Il ne faut pas, méthodologiquement, concevoir la science comme un savoir homogène reposant sur un critère sublimé (falsification, correspondance empirique, etc.) faisant la part entre le monde de la science et celui de la non-science, mais s’attacher au contraire à analyser les conditions de fixation de ces critères à un moment donné, à partir des pratiques mêmes des scientifiques ou de ceux qui se revendiquent comme tels.

Cette perspective permet de relier la manière dont les juristes ont ressenti le besoin de définir leur discipline selon un certain « modèle » de science, qui a influencé la manière de faire la doctrine. Le point de départ sera une analyse de la notion de neutralité du discours juridique, souvent mise en avant dans le discours juridique contemporain, soit pour considérer que la dogmatique juridique se doit de développer un discours distinct du discours politique et appuyé sur des considérations rationnelles ou scientifiques, soit pour reprocher à cette même dogmatique juridique de s’abriter derrière le paravent de la neutralité pour développer un discours éminemment politique. Pourtant, le regard rétrospectif sur la première moitié du xxe siècle montre que l’application de cette catégorie n’y est alors pas aussi simple. Le séminaire se proposera donc de revenir sur l’apparition de cette notion lorsqu’elle est appliquée au discours des juristes, à partir d’une discussion de ce concept largement tributaire dans son emploi des écrits de Max Weber. Le séminaire s’attachera ensuite à plusieurs études de cas portant sur la période contemporaine, afin de tester la pertinence d’appliquer les catégories de classement utilisées par l’épistémologie juridique contemporaine (positivisme, jusnaturalisme, discours prescriptif, etc.) à des périodes plus anciennes, antérieures aux années 1950, et d’analyser la définition de la science juridique et de son autonomie construite par le discours juridique.

Le séminaire, divisé en 5 séances réunira juristes ou historiens du droit, philosophes, sociologues.

Le séminaire se déroule sur deux sites universitaires : l’Université Paris Nanterre (RER A, Nanterre-Université) et la Faculté de droit de l’Université Paris Descartes (Métro ligne 13, Porte de Vanves ou Malakoff-Plateau de Vanves). À l’Université Paris Nanterre, les manifestations se dérouleront dans la salle 352 du bâtiment Simone Veil, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre. L’entrée est libre sous réserve des places disponibles.

PROGRAMME DES SÉANCES

              

SÉANCE N° 1

Jeudi 27 septembre 2018 – 16 h – Université Paris Nanterre (bâtiment Simone Veil, salle 352)

 Isabelle Kalinowski, CNRS (ENS-UMR Pays Germaniques)

« La science du droit et la question de la neutralité axiologique »

Discutant

Pierre Thévenin, CNRS (UMR ISP)

SÉANCE N° 2

Jeudi 10 janvier 2019 – 16 h – Université Paris Descartes

 Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre (UMR CTAD-IDHES)

« Orthodoxie et hétérodoxie dans la science du droit : le cas de Critique du droit »

Discutant

Jacques Chevallier, Université Panthéon-Assas (UMR CERSA)

 SÉANCE N° 3

Jeudi 21 février 2019 – 16 h – Université Paris Descartes

 Pierre-Nicolas Barénot, Université de Saint-Étienne (UMR CERCRID)

« La science juridique au XIXe siècle à travers les recueils d’arrêts »

Discutants

Claude Didry, CNRS (UMR Centre Maurice Halbwachs)
Claire Lemercier, CNRS (UMR Centre de Sociologie des Organisations)

 SÉANCE N° 4

Jeudi 28 mars 2019 – 16 h – Université Paris Nanterre

Fatiha Cherfouh, Université Paris Descartes (IHD)

« L’impossible neutralité des juristes : l’exemple de la Revue générale du droit »

Discutante

Rachel Vanneuville, CNRS (UMR Triangle, Lyon)

SÉANCE N° 5

Jeudi 16 mai 2019 – 16 h – Université Paris Nanterre

Guillaume Richard, Université Paris Descartes (IHD)

« Quelle science juridique d’après les comptes rendus de la Revue de droit public (1894-1940) ? »

Discutants

Olivier Leclerc, CNRS (UMR CERCRID)
Volny Fages, ENS Paris Saclay (UMR IDHES)

Vincent Réveillère

« Prendre au sérieux les pratiques des juristes : l’anthropologie d’Annelise Riles »

Discutante

Anne-Sophie Chambost, Université de Saint-Étienne (UMR CERCRID)

Séminaire Quai Branly : race et droit colonial

Séminaire Quai Branly : race et droit colonial

L’objectif de ce séminaire de vulgarisation destiné à un public juriste (M2, doctorat, enseignants- chercheurs), est de pouvoir faire connaître un certain nombre de travaux récents sur la race et le droit colonial dans le champ des sciences sociales. Le fil conducteur est de ce travail est de susciter une réflexion sur le concept de race et la manière dont ce dernier est susceptible d’enrichir la compréhension du droit français.

Le séminaire, dont les séances se déroulent systématiquement au Musée du Quai Branly Jacques Chirac, est divisé en quatre séances de 3 heures. La première heure est consacrée à un exposé de l’intervenant à la suite de quoi, une séance de discussion s’amorce avec le public.

En raison de la capacité d’accueil limitée (19 personnes), les inscriptions doivent se faire auprès de madame Mbalou Diallo : mbdiallo@parisnanterre.fr 

Pour les étudiants, vous devez remplir en ligne le formulaire suivant: http://www.quaibranly.fr/fr/recherchescientifique/activites/colloques-et-enseignements/enseignement-et-seminaires/demande-de-pass-etudiant/

Mardi 11 septembre de 15h à 18h en salle de cours 1 : Abdellali Hajjat, Maître de conférences en sciences politiques, Université Paris Nanterre, ISP (UMR 7220)

Assimilation et action publique

Cette intervention revient sur les principaux résultats de mon travail doctoral sur la genèse et les usages politiques et administratifs de la catégorie d’assimilation, tant dans les discours politiques que

dans les pratiques administratives relatives à la politique de la nationalité. On se posera les questions suivantes : comment le concept d’assimilation est-il devenu une catégorie pertinente pour penser l’action publique? Pourquoi a-t-on demandé aux étrangers d’être assimilés pour devenir des citoyens français? Existe-t-il un transfert des critères de civilisation de l’empire colonial vers les critères d’assimilation de la métropole? Comment l’administration mesure-t-elle l’assimilation des candidats à la naturalisation? Que révèlent les cas des refus de naturalisation pour «défaut d’assimilation», qui concernent essentiellement des candidat. e. s musulman. e. s?

Mardi 11 décembre de 15h à 18h en salle de cours 3 : Hourya Benthouami, Maître de conférences en philosophie, Université Toulouse Jean Jaurès, ERRAPHIS (EA 3051)

La transposition du concept d’intersectionnalité dans les instruments de mesure de la promotion de la diversité et de la lutte contre les discriminations

Mardi 12 mars 2019 de 15h à 18h en salle de cours 1 : Guillaume Mouralis, Chargé de recherches, CNRS, Centre Marc Bloch-ISP

Une expérience judiciaire sous contrainte. Le procès de Nuremberg et la question raciale américaine (1944-1951)

Ce travail propose un éclairage partiel (et assumé comme tel) du procès international de Nuremberg (1945-1946), de sa genèse et de son legs problématique aux États-Unis. Dans le mémoire original, j’envisage Nuremberg à la fois comme une expérimentation judiciaire sous contrainte et comme une ressource limitée dans les mobilisations contre le racisme domestique et pour les droits civiques. En définitive, ce travail souhaite contribuer à une réflexion plus générale sur l’articulation entre innovation juridique sous contrainte et appropriations militantes du droit international. En resituant plus spécifiquement le procès de Nuremberg dans une socio-histoire des pratiques juridiques internationales, au sens large, il s’agissait d’éclairer la relative déconnexion entre cette expérience et plusieurs processus parallèles (développement du droit international public ou des droits de l’homme); de mieux cerner sa place singulière dans une histoire américaine où, à bien des égards, Nuremberg relève d’une brève parenthèse multilatérale; de se prémunir, enfin, de l’illusion rétrospective consistant à y voir un «point de départ» professionnel, juridique ou institutionnel.

Mardi 11 juin 2019 de 15h à 18h en salle de cours 1 : Sivlia Falconieri, Chargé de recherches au CNRS, IMAF (UMR 8171)

Politiques raciales, politiques coloniales : regards croisés Franco-Italien. La construction juridique des catégories raciales dans l’Italie fasciste entre colonies et métropole (1925-1943)

Le décret du 17 novembre 1938, portant les Mesures pour la défense de la race italienne, introduit dans le système juridique la dichotomie « citoyen italien de race juive »/« citoyen italien de race aryenne ». Loin d’être simplement le résultat du rapprochement du gouvernement fasciste de l’Allemagne national-socialiste, la politique raciale frappant les Juifs doit être située dans la continuité de l’entreprise coloniale en Afrique dans laquelle l’Italie s’était lancée à partir de la fin du XIXe siècle. Dans cette perspective, cette communication s’arrêtera sur le discours juridique qui a présidé à l’élaboration et au fonctionnement des catégories raciales, en faisant ressortir la volonté du législateur et des spécialistes du droit de parvenir à l’unité et à la systématisation des politiques raciales à l’encontre des Juifs et des populations colonisés dans le cadre du droit public italien des années 1920-1940.

BOOK: Richard Jeffrey ROSS and Brian Philip OWENSBY, eds., Justice in a New World : Negotiating Legal Intelligibility in British, Iberian, and Indigenous America (New York: NYU Press, 2018). ISBN 9781479807246, $30

 

NYU Press has just published a new book on the interaction between settler and indigenous laws in the New World.

ABOUT THE BOOK

A historical and legal examination of the conflict and interplay between settler and indigenous laws in the New World

As British and Iberian empires expanded across the New World, differing notions of justice and legality played out against one another as settlers and indigenous people sought to negotiate their relationship. In order for settlers and natives to learn from, maneuver, resist, or accommodate each other, they had to grasp something of each other’s legal ideas and conceptions of justice.

This ambitious volume advances our understanding of how natives and settlers in both the British and Iberian New World empires struggled to use the other’s ideas of law and justice as a political, strategic, and moral resource.  In so doing, indigenous people and settlers alike changed their own practices of law and dialogue about justice.  Europeans and natives appealed to imperfect understandings of their interlocutors’ notions of justice and advanced their own conceptions during workaday negotiations, disputes, and assertions of right.  Settlers’ and indigenous peoples’ legal presuppositions shaped and sometimes misdirected their attempts to employ each other’s law.

Natives and settlers construed and misconstrued each other’s legal commitments while learning about them, never quite sure whether they were on solid ground.  Chapters explore the problem of “legal intelligibility”: How and to what extent did settler law and its associated notions of justice became intelligible—tactically, technically and morally—to natives, and vice versa?  To address this question, the volume offers a critical comparison between English and Iberian New World empires.  Chapters probe such topics as treaty negotiations, land sales, and the corporate privileges of indigenous peoples.  Ultimately, Justice in a New World offers both a deeper understanding of the transformation of notions of justice and law among settlers and indigenous people, and a dual comparative study of what it means for laws and moral codes to be legally intelligible.

ABOUT THE AUTHOR

Brian P. Owensby is Professor in the Department of History at the University of Virginia. He is the author of Intimate Ironies: Making Middle-Class Lives in Modern Brazil (1999) and Empire of Law and Indian Justice in Colonial Mexico (2008).

Richard J. Ross is Professor of Law and History at the University of Illinois (Urbana/Champaign) and Director of the Symposium on Comparative Early Modern Legal History. He is the editor, with Lauren Benton, of Legal Pluralism and Empires, 1500-1850 (2013).

The table of contents can be found here

More information here

Henri Lévy-Bruhl, Juriste sociologue

Henri Lévy-Bruhl Juriste sociologue
Sous la direction de : Emmanuelle Chevreau, Frédéric Audren, Raymond Verdier

Figure respectée des facultés de droit, Henri Lévy-Bruhl (1887-1964) occupe une place singulière dans le champ juridique en raison de ses options méthodologiques et de son engagement socialiste. Traversant tout à la fois les territoires du droit romain, de l’histoire du droit commercial, de l’ethnologie juridique ou de la sociologie criminelle, son oeuvre abondante, construite d’une manière très cohérente, reste pourtant trop mal connue.

Ce livre, issu d’un colloque organisé en mars 2015, se propose d’explorer l’itinéraire et l’oeuvre de ce grand historien du droit, en tentant d’en restituer la richesse et d’évaluer autant que possible sa place et son action dans l’histoire des sciences juridiques et sociales.

Cet ouvrage est également une vaste bibliographie des écrits de Henri Lévy-Bruhl et constitue un indispensable instrument de travail pour les juristes et les historiens.

Pages : 350 pages
Parution : août 2018
ISBN : 978-2-84934-347-0
36 €

Link to the publisher’s website : http://www.mareetmartin.com/catalogue/droit-science-politique/grands-personnages/henri-levy-bruhl

Norbert Rouland, Retour du Brésil. Impressions d’un juriste anthropologue français, Paris, L’Harmattan, 2018.

Retour du Brésil
Impressions d’un juriste anthropologue français
Norbert Rouland

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage a été rédigé à partir d’une série de conférences prononcées dans diverses villes brésiliennes en août 2016. Il s’attache à montrer la permanence des liens entre le Brésil et la France puis compare les approches de juristes brésiliens et français de sujets d’actualité tels que les droits de l’homme et l’égalité entre les femmes et les hommes. Il se conclut par une approche comparative du même type sur les rapports entre le droit et la musique.

Norbert Rouland est ancien membre de l’Institut Universitaire de France et Professeur émérite à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence. Il est un des juristes français qui a le plus contribué au développement de l’anthropologie juridique en France.

Portes océanes , Vol. 44 , 172 pages. 18,50€

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
ISBN : 978-2-343-15068-0 • 29 juin 2018 • 172 pages
EAN13 : 9782343150680
EAN PDF : 9782140094910

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60317

Journal of legal anthropology – spring 2018

Journal of Legal Anthropology

 SPRING 2018 

Contents

Editorial

Bringing into view – knowledge fields and socio-legal phenomena

 

Narmala Halstead, University of Sussex

From Hope to §3-1: Legal Selves and Imaginaries in the Wake of Substance Treatment Reform in Norway

Aleksandra Bartoszko, Oslo Metropolitan University

Life at a tangent to law: regulations, ‘mistakes’ and personhood amongst Kigali’s motari

Will Rollason, Brunel University London

Cutting the Face: Kinship, State, and Social Media Conflict in Networked Jordan

Geoffrey Fitzgibbon Hughes

London School of Economics and Political Science

Sentimentalizing Persons and Things: Creating Normative Arrangements of Bodies through Courtroom Talk

Jonas Bens, Freie Universität Berlin

Forum

Cosmopolitan politesse: Goodness, justice, civil society

Nigel Rapport, University of St Andrews

Reflections on Cosmopolitan Politesse with perspectives from Papua New Guinea

Eric Hirsch, Brunel University London

Justice, loyalty and cosmopolitan politesse in Mauritius

Thomas Hylland Eriksen, University of Oslo

Between the devil and the deep blue sea: A response to Rapport’s ‘Cosmopolitan politesse’

Marilyn Strathern, University of Cambridge

Forum Response

Nigel Rapport, University of St Andrews

Review Article

Love is love: The recent Jason Jones judgement in Trinidad and Tobago

Dylan Kerrigan

University of West Indies

Book Reviews

*********************************************

Journée d’études – Ethnographier le droit

Ethnographier le droit

Journée d’études du PRI Terrains du droit (EHESS)

Vendredi 15 juin 2018

54, Boulevard Raspail, 75006, Salle A1_08

Présentation

Cette journée d’étude propose une réflexion sur la plus-value d’une approche ethnographique du droit. Loin de n’être qu’une simple démarche d’enquête, l’ethnographie a des implications théoriques et épistémologiques sur la conception que les sciences sociales ont du droit, de sa production et de son application.

La recherche sociologique a traditionnellement cherché à expliquer le droit soit en termes de rapports de force, de pouvoir, de domination, soit dans ceux de la modernité et de la rationalisation, soit encore comme traduction symbolique d’une culture intériorisée. Toutes ces perspectives gardent, sur le droit, ses manifestations, les phénomènes qui s’y rattachent et ses pratiques, un regard extérieur qui – pour paraphraser Dworkin mais dans un sens totalement différent – ne prend pas le droit au sérieux dans sa dimension praxéologique. L’ethnographie permet de dépasser ces approches pour s’intéresser au droit comme activité pratique. Dans cette perspective, il s’agit de retrouver ce « quelque chose qui manque » de la recherche sur le droit, à savoir l’ensemble de ces détails de l’action qui sont constitutifs du phénomène juridique.

Attentive aux points de vue indigènes, aux contextes de l’action ainsi qu’à ses contraintes matérielles, formelles et sociales, l’ethnographie permet de concevoir le droit d’une façon dynamique qui articule les normes et leur pratique, dans une relation indissociable. Entre une règle juridique formelle et son application, il existe en effet un espace de contingence que seule l’attention prêtée aux détails de l’action juridique permet de décrire de manière pertinente. Ce faisant, l’ethnographie du droit montre comment les pratiques juridiques se déploient, dans des formes d’accommodement, autour d’une norme de référence qu’il s’agit aussi bien d’appliquer que de contourner, de violer ou d’interpréter.

En mettant l’accent sur les acteurs et les pratiques du droit, cette journée invite à réfléchir aux conditions de construction de la légalité, et partant, aux liens entre l’ethnographie du droit et le politique.

Programme:

9h : Accueil

9h00-9h30 :

Emilia Schijman : Présentation

Baudouin Dupret : Introduction – Ethnographier le droit

9h30-10h15 :

Lauriane Dos Santos : Négocier le droit ? Une ethnographie des pratiques judiciaires aux marges de l’Etat – Amazonie brésilienne

10h15-11h :

Deborah Puccio-Den : La responsabilité incarnée

11h-11h30 : Pause café

11h30-12h15 :

Julie Colemans : Ethnographier les émotions dans l’activité judiciaire

12h15-13h00 :

Fabien Le Bonniec : Chercher les différences… Une ethnographie des tribunaux dans le sud du Chili

13h-14h : Déjeuner

14h-14h45 :

Corentin Durand : Où est le droit en prison ? Pour une approche ethnographique de la  judiciarisation » de l’institution pénitentiaire

14h45-15h30 :

Barbara Truffin : La place de la culture et de l’ethnicité dans les accomplissements pratiques de la justice familiale en Belgique et en France : les familles à composante migratoire entre normes, faits et stéréotypes

15h30-16h15 :

Alessandro Buono et Emilia Schijman : Le propriétaire absent. Droits et responsabilités autour des biens vacants

16h15-16h45 :

Jacques Commaille : Conclusions

Valentino Cattelan (Madrid/Bonn): From the Island of Stone Money to the Archipelago of Islamic Finance. Reading Mangan’s Limits to Growth as an Exploration into Law, Economy and Cultures

Abstract

This lecture undertakes a voyage into law, economy and cultures by using the arts and humanities as heuristic vehicle and the ‘pure energy’ of money (Simmel) as fuel to cross intra- and inter-social boundaries.

More in detail, this journey is divided into three main parts.

To start, Part I explores Western intra-social borders by entering the ‘theatre of modernity’ as the meta-language underpinning the dichotomy with the East (Said) and the theatrum mundi of capitalism as a Western space where “all are ‘brothers’ in being equally others” (Nelson). Within this frame, Shakespeare’s Tragedy of Hamlet and The Merchant of Venice will be featured to contribute to the explanation.

After experiencing Hamlet’s ‘play within the play’ (ultimate affirmation of the ‘self’, self-reflective agency and vehicle of intermedial and intercultural transformation: Fischer & Greiner), a visit to Mangan’s Limits to Growth will represent the transcultural core of the trip (Part II). Mangan’s artwork, as we will see, gives rise to a complex interaction between matter and energy – materials and labor – through a generative project that reformulates the value of money in time, space and cultures. For this purpose, his installation consumes the ‘wealth’ produced by a bitcoin mining ring to print large-format photographs of rai stone, the ancient currency of the island of Yap; accordingly, the representation of others’ value(-s) is reformulated from one exchange medium to another, while alluding to the necessity of circulation in any currency. This transformative process will later be applied to interpret Islamic finance as an archipelago of meaning: Here, monetary (religious?) value, although originally carved via (closed) criteria of shari‘ah compliance, is converted to the (open) market through state-law mechanisms, practices of standardization, and secularisation (while secular (?) money is converted to shari‘ah compliance as well) in a trans-social space characterized by the inescapable effects of cross-cultural hybridization.

Through Mangan’s Limits to Growth, Part III, in a circular itinerary, will lastly draw some conclusions on the nature of money as an ‘absolute symbol’ (again, Simmel) and the diverse ‘value within the value’ that can exist in an archipelago where sailors (either ‘merchants of Venice’ or ‘merchants of Mecca’) navigate strong winds of cross-cultural interaction. In particular, by paraphrasing Messick’s ‘calligraphic state’, the canon of shari‘ah compliance entextualized in Islamic finance will be critically interpreted as conducive to a ‘typewritten market’ where (abstract) securitization de facto replaces (actual) socio-economic relations.

Dr. Valentino Cattelan

Curriculum Vitae

Valentino Cattelan (Ph.D in Law & Economics, Siena 2009) is a legal scholar with a specific interest in comparative studies and a focus on Islamic law, economics and finance. Since 2016 he has been Research Associate at the Saudi-Spanish Center for Islamic Economics and Finance (SCIEF), IE Business School (Madrid, Spain).  Prior to this he held research and teaching positions at the University of Rome Tor Vergata (2010-2013); the Oxford Centre for Islamic Studies (2014); and the University of Florence (2015). In 2017 he served as a Senior Research Fellow at the Max Planck Institute for Social Anthropology (Department of Law & Anthropology) in Halle (Germany); he also taught the module “Islamic Law, Ethics and Society” in the Graduate Programme in Islamic Studies and Humanities (GPISH) at the Institute of Ismaili Studies in London.
Dr. Valentino Cattelan holds an LL.B.+LL.M. (Laurea in Italian Law), and an LL.M. (Comparative Law) from the University of Rome Tor Vergata. He later earned a Ph.D. in Law & Economics (2009) from the University of Siena, with a dissertation on the topic Babel, Islamic Contract Law and Derivatives. How to Structure Shari‘ah-Compliant Financial Options. During the time of his doctoral degree, in 2008, he was also a visiting researcher at School of Oriental and African Studies (SOAS) of the University of London.
He is the author of several journal articles and book contributions on Islamic classical fiqh, the law of Islamic finance, Islamic property rights and the epistemology of Islamic economics. Moreover, he is the editor of the volumes Islamic Finance in Europe: Towards a Plural Financial System (Edward Elgar, 2013) and Islamic Social Finance: Entrepreneurship, Cooperation and the Sharing Economy (Routledge, forthcoming 2018).

Since April 2018 Dr. Valentino is Fellow at the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture”.

http://www.recht-als-kultur.de/en/activities/forum-law-as-culture.3/valentino-cattelan-madrid-bonn-from-the-island-of-stone-money-to-the-archipelago-of-islamic-finance-reading-mangan-s-limits-to-growth-as-an-exploration-into-law-economy-and-cultures.227/

 

Cycle de journées d’études – Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

APPEL A COMMUNICATIONS

Argumentaire

Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Ce renouvellement des approches s’est fréquemment adossé à la question des disciplines juridiques. Il a également emprunté le chemin d’un intérêt pour le collectif enseignant. Siprojuris, la base de données bio-bibliographique des professeurs de droit français entre 1804 et 1950, rassemblant 600 individus, a vu le jour, fruit d’un travail collectif coordonné par Catherine Fillon. Ouvrant de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale des élites juridiques, cet important déport prosopographique s’est doublé d’un renouvellement de la biographie intellectuelle des professeurs de droit, désormais moins préoccupée de décréter l’existence de « grands juristes » que de décrypter les mécanismes concrets d’accession à la « grandeur intellectuelle ». Enfin, cette nouvelle histoire des facultés de droit s’est souvent concentrée sur des aires géographiques particulières, ce qui a donné lieu à la création, en 2008, du Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit.

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est par conséquent substantiel pour ce qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

– Dans le cadre de l’expansion militaire ou coloniale tout d’abord, la métropole entend plaquer son modèle d’enseignement du droit dans le cadre d’institutions dédiées (facultés de droit dans les départements annexés par l’Empire napoléonien ; École de droit d’Alger, expansion universitaire vers le Levant avec les Écoles de droit du Caire ou de Beyrouth, École de droit d’Hanoï, etc.).

– En dehors du cadre « autoritaire » des régions militairement occupées ou colonisées ensuite, nombreux sont les professeurs de droit, surtout à partir de l’entre-deux-guerres, à promouvoir le droit français à l’étranger, dans le cadre d’une diplomatie culturelle bien comprise (conférences, cours au sein d’instituts culturels, etc.).

Cette appréhension transnationale de l’enseignement du droit se situe par conséquent à l’articulation d’un triple questionnement : la réflexion similaire venue des historiens d’autres disciplines, qui se sont également saisis de cette question ; le tournant historiographique vers l’histoire globale ou connectée, ainsi que vers la question des circulations, qui entend interroger, voire dépasser les cadres nationaux habituellement retenus pour écrire l’histoire ; la problématique actuelle de la dénationalisation/ globalisation de l’enseignement du droit, qui agite la doctrine.

Il nous a semblé qu’un tel questionnement relatif à l’enseignement du droit hors des frontières nationales était de nature à combler un vide historiographique important, tout en éclairant certains enjeux actuels de la globalisation de l’enseignement du droit. Par ailleurs, les contributions de collègues étrangers pouvant offrir un éclairage similaire dans leurs pays seront particulièrement appréciées. Ces trois journées d’études seront divisées thématiquement :

1) Lyon, décembre 2018 « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 La première journée d’études est consacrée aux diverses modalités structurelles de l’enseignement du droit en dehors du cadre métropolitain. Si, dans ses colonies, un État peut finir par envisager de créer des facultés calquées sur le modèle de la métropole, il lui faut généralement faire preuve de davantage d’inventivité dans les territoires étrangers demeurés maîtres de leur souveraineté où, par surcroît, il peut être en concurrence avec d’autres États tout aussi désireux de promouvoir leur influence politique et juridique. L’éventail des multiples formes retenues, ponctuelles ou plus pérennes (des tournées de conférences, à la main-mise sur des écoles locales, en passant par la création d’instituts culturels…) mérite d’être précisé, mais aussi cartographié. Où ? Suivant quelles formes ? Selon quels partenariats et avec quels financements ? sont autant de questions auxquelles cette première journée souhaite apporter des réponses plus précises.

 2) Bordeaux, mars 2020 « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

 Cette deuxième journée d’études se concentrera sur la question des cours de droit dispensés hors de la métropole. Quels sont les objectifs de tels enseignements ? (former des élites locales ; apporter une connaissance du droit local aux étudiants français ; acculturer les populations conquises au droit français ; promouvoir la « grandeur » du droit français à l’étranger, etc.). En fonction des différents buts de ces cours, leur contenu diffère-t-il ? Enseigne-t-on de la même manière, par exemple, le droit civil français dans les colonies, dans les pays militairement conquis ou encore dans les instituts culturels à l’étranger ? Autrement dit, les professeurs de droit opèrent-ils une adaptation du contenu de leurs cours en fonction du contexte et/ ou du public auquel ils s’adressent ? C’est, par conséquent, la question des modalités intellectuelles de l’enseignement juridique hors de la métropole qui sera ici abordée.

 3) Aix-Marseille, 2021 « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Enfin, cette troisième journée d’études s’intéressera aux acteurs, qu’ils soient enseignants ou étudiants. Du côté des professeurs, les questionnements concernent, comme souvent dans les problématiques de l’exil durable ou temporaire, la question des profils, des parcours et des raisons, lorsqu’elles existent, qui encouragent à partir. Quelles sont les motivations de ces enseignants ? Matérielles ? Personnelles ? Idéologiques ? Qu’est-ce que l’expérience étrangère nous raconte de ces hommes et de ces femmes : est-elle la preuve d’une plus grande ouverture d’esprit ? A-t-elle des incidences sur leur façon de concevoir et d’enseigner le droit ? Peut-elle avoir un sens politique ?… En parallèle, des interrogations similaires se posent pour les étudiants, en tant qu’individus, mais également en tant que groupes. Les migrations estudiantines peuvent notamment avoir des conséquences sur les équilibres sociaux et culturels des États ou encore sur la circulation des savoirs. Afin de ne pas enfermer ces acteurs du droit dans des spécificités qui pourraient s’avérer trompeuses, nous encourageons leur remise en perspective dans le monde plus global de l’enseignement supérieur, ainsi que les approches comparées.

Bibliographie indicative

Coll., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

Ancel (P.) et Heuschling (L.) (dir.), La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

Audren (F.) et Halpérin (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS éd., 2013.

Audren (F.), « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », in Krynen (J.) et d’Alteroche (B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

Bastier (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », in Nélidoff (Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au XIXe siècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

Charle (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in Heilbron (J.), Lenoir (R.) et Sapiro (G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

Charle (Ch.), Schriewer (J.) et Wagner (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

De Mari (E.), Fabre (M.), Renucci (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

Falconieri (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

Ferté (P.) et Barerra (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

Fillon (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du XXe siècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

Fillon (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Gaven (J.-C.) et Audren (F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux XIXe et XXe siècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

Gaillard (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

Gonzalez (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

Halary (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

Halpérin (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

Jamin (Ch.) et Van Caenegem (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène Charton et Marc Michel.

Picard (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

Ponthoreau (M.-Cl.) (dir.), La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

Singaravelou (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

Renucci (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (XVIIIe-XXe siècles), rapport de recherche gip « Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

Tronchet (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

Comité d’organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

Comité scientifique

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Peggy Larrieu, Mythes grecs et droit. Retour sur la fonction anthropologique du droit, Presses de l’Université de Laval, 2017

 

Mythes grecs et droit. Retour sur la fonction anthropologique du droit

Informations

Auteure : Peggy Larrieu
Collection: Dikè
Discipline: Philosophie
Parution: 9 août 2017
266 pages
34.95 $

La connaissance du passé n’est pas le seul enjeu d’un rapprochement entre le droit et le mythe. Il s’agit de saisir leurs rôles dans la fondation de la communauté humaine.

Description

La notion de mythe, dont la fortune a été brillante en sociologie, en anthropologie et en psychanalyse, ne peut laisser le juriste indifférent. Assurément, l’idée de rapprocher ces deux domaines peut paraître singulière, tant ils paraissent éloignés. Cependant, cette apparente altérité mérite d’être revisitée. Le retour au mythe, à travers une grille de lecture juridique, autorise une mise en perspective de la rationalité juridique contemporaine.

Chaque mythe antique est en rapport avec la fondation du droit. Mais, le droit positif a lui-même une dimension mythologique importante. En raison de sa fonction normative, il est pétri d’imaginaire et de fictions. Or, à une époque comme la nôtre, où les mythes et autres métarécits sont déconsidérés, assimilés à une pensée préscientifique, il faut peut-être reconnaître que ce sont ces métarécits qui donnent du sens et qui peuvent renforcer la légitimité du droit dans sa dimension instituante. Le droit ne peut conserver sa fonction anthropologique sans renouer avec ce qui le sous-tend, à savoir le mythe.

https://www.pulaval.com/produit/mythes-grecs-et-droit-retour-sur-la-fonction-anthropologique-du-droit

Call for papers : (Post-)Colonial Settling and Native Staying: Indigeneity and Land Rights in the Americas [LAW NET]

EASA2018: Staying, Moving, Settling

(Post-)Colonial Settling and Native Staying: Indigeneity and Land Rights in the Americas [LAW NET]

Convenors

  • Jonas Bens (Freie Universität Berlin) email
  • Antje Gunsenheimer (University of Bonn) email

Mail All Convenors

Chair Dr. Antje Gunsenheimer

Short abstract

How are « staying, moving, and settling » translated under colonial and postcolonial conditions into legal relationships between indigenous and settler communities to regulate land in the Americas? How are these legalities constructed, transformed, mobilized, and challenged?

Long abstract

From the early 15th century on, people from all over the world have settled in the Americas. The colonial endeavor transformed the newcomers into settlers and those who already inhabited the Americas into natives. From the very beginning, settler and indigenous communities negotiated — violently or on agreement — some kind of legal relationship defining the rights to land. Today, these legal issues continue as indigenous territories still are occupied by internal refugees and agro-industrial enterprises, often supported by the state. Legal relationships between indigenous and settler communities have varied over time under changing socio-economic conditions and varying shapes of colonial and postcolonial power relations; but they were always highly unequal, giving rise to tensions and violent conflicts. Although most recently international legal regimes for the protection of indigenous land rights have emerged, these land rights conflicts between settlers and natives have not lost their prevalence. Against that background, the panel invites papers with either an ethnographic or ethnohistorical perspective (or a combination of both) on indigeneity and land rights in the Americas. In accordance with the conference theme, the panel shall address how « staying, moving, and settling » under colonial and postcolonial conditions have been and still are translated into legal relationships to regulate land in the Americas and, how this endeavor causes further legal dilemma. Papers should focus on how and by whom these legalities between indigenous and settler communities have been and still are constructed, transformed, mobilized, and challenged in the context of conflicts over land.

More details :

Book : Legal pluralism in Central Asia.

Legal pluralism in Central Asia. Local jurisdiction and customary practices

Mahabat Sadyrbek

 

London; New York, NY: Routledge
2018

ISBN : 978-1-13855-176-3

Legal Pluralism in Central Asia reports on historical, anthropological and legal research which examines customary legal practices in Kyrgyzstan and relates them to wider societal developments in Central Asia and further afield. Using the term legal pluralism, the book demonstrates that there is a spectrum of approaches, available avenues, forms of local law and indigenous popular justice in Kyrgyzstan’s predominantly rural communities, which can be labelled living law. Based on her extensive original research, Mahabat Sadyrbek shows how contemporary peoples systematically address challenging problems, such as disputes, violence, accidents, crime and other difficulties, and thereby seek justice, redress, punishment, compensation, readjustment of relations or closure. She demonstrates that local law, expressed through ritually structured communicative exchange, through dictums and proverbs with binding characters and different legal practices or processes undertaken in specific ways, deem the solutions appropriate and acceptable. The reader is thereby enabled to see the law in people’s deepest assumptions and beliefs, in codes of shame and honour, in local mores and ethics as well as in religious terms. In this way, the book reveals the dynamic, changing and living character of law in a specific context and in a region hitherto insufficiently researched within legal anthropology.

 

Table of Contents

 

PART ONE Chapter 1: Introduction, Chapter 2: Legal Pluralism in Kyrgyzstan, Chapter 3: Social Structure and Agency

PART TWO Chapter 4: Concept of Apology and Forgiveness, Chapter 5: Mediation and Negotiation , Chapter 6: Making Amends and Kun-Giving

PART THREE Chapter 7: The State as the Main Form of Ordering , Chapter 8: Eldik sot – People’s Law, Chapter 9: Islam as a Reference

CONCLUSION

Book : Penser l’Anthropocène

Penser l’Anthropocène

Préface de Philippe Descola
Penser l'Anthropocène
ISBN : 9782724622102

 

L’Anthropocène a fait une entrée tonitruante dans la pensée contemporaine. Pour la première fois dans l’histoire de la planète, une époque géologique serait définie par l’action d’une espèce : l’espèce humaine. Mais que l’on isole l’humanité en tant qu’acteur unique ou que l’on pointe le rôle récent de la révolution industrielle, c’est toujours une vision occidentale que l’on adopte pour décrire le basculement annoncé, au risque de tenir à l’écart le reste du monde, humain et non humain.

Issu d’un colloque organisé par Philippe Descola et Catherine Larrère au Collège de France, à l’initiative de la Fondation de l’écologie politique, cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs d’horizons multiples sur un sujet qui par définition traverse toutes les disciplines. Sans négliger les controverses entre géologues, il prend le parti de la pluralité des récits anthropocéniques, en privilégiant le point de vue des peuples sur un changement qu’ils subissent et que l’on nomme à leur place, et en tenant compte de la dimension sociale, genrée et inégalitaire de la question climatique.

Ouvrant la réflexion à d’autres manières d’habiter la terre, aussi improbables paraissent-elles, il montre que l’avenir n’est pas que le prolongement linéaire du présent.

Pour consulter le Sommaire, cliquez sur le lien suivant.  Voir en particulier les chapitres 24, 25 et 28 :

 

Chapitre 24 – Violence matérielle et droit
Bronwyn Lay
Émergence d’un droit pacifique
Lex mercatoria
Jus cogens et loi sur l’écocide
Conclusion

Chapitre 25 – Dépasser la nature par le droit ?
Les limites du paradigme migratoire
Isabelle Delpla
Hypothèse d’une application totale du droit international
Détermination pénale de toutes les responsabilités
L’hypothèse d’un pays n’existant que par le droit international

Chapitre 28 – Quels apports de la notion d’Anthropocène à la justice climatique ?
Lydie Laigle
Changement climatique et justice : une association qui ne va pas de soi
Une justice climatique fondée sur des inégalités de responsabilités et d’impacts : analyses critiques
Qu’apporte la notion d’Anthropocène à la justice climatique ?
Les apports des approches de la justice environnementale aux conceptions de la justice climatique
La face oubliée de la justice climatique : démocratie et rapport nature-société
Conclusion

 

 

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique