Conférence CHAD Jacqueline Bemmer : Sensing the law – aurality and orality, perceptional experiences of pain and judgement in early medieval Ireland (22 mai 2018)

Droit et Anthropologie

Le mardi 22 mai, à 10 heures

Jaqueline Bemmer, Université de Vienne,

Sensing the law – aurality and orality, perceptional experiences of pain and judgement in early medieval Ireland

 

Les observatoires du droit

Qu’est-ce que le droit ? La question est récurrente et il faut se convaincre que l’objet est bien étrange. Le droit est sans doute une technique, peut-être un art, voire un simple outil aux mains de professionnels investis du pouvoir de dire le juste. Il est aussi un phénomène social ou culturel et sa compréhension passe par une mise en perspective du droit avec la culture qui l’a produit.

Au pays du ius, le juriste se représente volontiers comme un technicien déballant les instruments de sa « boîte à outils », une caisse dans laquelle s’empilerait l’arsenal normatif. Dès lors que l’on envisage le droit comme un phénomène global, un objet social qui compose avec les communautés humaines, noue et dénoue des relations accrochées à des valeurs qui s’expriment au quotidien, se pose la question des sources capables de révéler sa réalité complexe.

Le message des Annales était clair, il faut « nouer de nouvelles alliances », en l’occurrence adjoindre au substantif une conjonction de coordination qui rompe l’isolement du droit et introduise l’élément d’altérité capable de révéler ses différentes réalités.

Le séminaire nous placera dans le rôle de l’Optimiste convaincu de l’existence du droit, un Candide parti à la découverte de son objet. Le voyage comptera plusieurs étapes

Soazick Kerneis Directrice du CHAD EA 4417

https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3617/files/2018/02/Les-observatoires-du-droit-2018-nk.pdf

 

 

Cahiers Internationaux d’Anthropologie Juridique 

Les Cahiers Internationaux d’Anthropologie Juridique ont pris la suite des Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique qui sont publiés par les PULIM depuis 1998.

Pour retrouver les sommaires des numéros 1 à 44 (ICI)

Les derniers numéros :

– 45. A. Gentili, Les trois livres sur les ambassades, Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2015.

– 46. Baldo Degli Baldeschi, Commentaire sur la Paix de Constance (1183), Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2016.

– 47. Le droit à l’épreuve du genre, J. Hautebert (sous la direction de), 2016.

– 48. A.-M. Voutyras, Anthropologie de la folie et des passions dans l’Antiquité gréco-romaine, 2017.

– 49, A. Gentili, Les deux livres de la plaidoirie espagnole, Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2018.

Conférence et cycle – Didier Fassin : Le désir de punir. Une anthropologie du châtiment (2 mars 2018)

Conférence et cycle

Le désir de punir. Une anthropologie du châtiment

vendredi 2 mars 2018

Présentation

 

Les sociétés contemporaines sont entrées depuis plusieurs décennies dans un moment punitif, c’est-à-dire dans une période de plus grande sévérité de leur appareil pénal sans corrélation statistique avec l’évolution de la criminalité et de la délinquance. Ainsi la France a-t-elle aujourd’hui la population carcérale la plus nombreuse de son histoire en temps de paix. Plutôt que de commenter directement cette évolution, il peut être utile de retourner en quelque sorte aux sources du châtiment, en nous demandant ce que c’est que l’acte de punir, en nous interrogeant sur ce qu’en sont les justifications, et en nous attachant à en comprendre la distribution sociale. Cette triple approche s’appuiera à la fois sur des enquêtes ethnographiques conduites depuis une dizaine d’années sur la police, la justice et la prison et sur un questionnement généalogique mobilisant des travaux historiques, ethnologiques et philologiques. Elle mettra donc à l’épreuve les lectures normatives de la philosophie morale et de la théorie juridique en dévoilant la part d’ombre du châtiment et notamment la signification de cet étrange désir de punir qui anime les sociétés contemporaines.

Programme

 

15h00 : Intervention de Didier Fassin, Institute for Advanced Study, Princeton et EHESS, Paris

18h00 : Fin de la conférence

Didier Fassin est titulaire de la chaire de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study et de la direction d’études en anthropologie politique et morale à l’École des hautes études en sciences sociales. Médecin, sociologue et anthropologue, il est le cofondateur de l’Iris, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Université Paris 13-EHESS-CNRS-Inserm). Visiting Professor à l’Université de Princeton, il a été professeur invité dans de nombreuses universitésdont celles de Hong Kong, de Johannesburg, de Buenos Aires, de Cambridge et de Bruxelles. Récipiendaire de la Médaille d’or de l’anthropologie à l’Académie royale des sciences de Suède, il a donné les Tanner Lectures à l’Université de Californie, Berkeley, et les Conférences Adorno, à l’Université Goethe de Francfort. Ancien vice-président de Médecins sans frontières, il préside aujourd’hui le Comede, Comité pour la santé des exilés. Il est membre du Conseil scientifique de la Ville de Paris et du Comité d’éthique de l’Institut Pasteur. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, traduits en six langues, dont les plus récents, publiés au Seuil, sont La Raison humanitaire. Une histoire morale du présent (2010), La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers (2011), L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale (2015), Punir. Une passion contemporaine (2017) et (2018)

Contact : information@paris-iea.fr


Institut d’études avancées de Paris
Hôtel de Lauzun
17 quai d’Anjou
75004 Paris

Barbara Berardi-Tadié : « La double contrainte : paradoxes des droits humains au Népal »

Séminaire Centre d’études himalayennes – 7 mars 2018
dans le cadre de l’atelier Systèmes normatifs et conflits de valeurs

Barbara Berardi-Tadié (associée CEH) « La double contrainte : paradoxes des droits humains au Népal »

Horaire : 15h00 – 17h00
Salle de la Rotonde, Bâtiment C,
Campus CNRS, 7, rue Guy Môquet, Villejuif

A ceux d’entre vous qui n’êtes pas du campus CNRS de Villejuif : prière de noter qu’il vous faudra laisser une carte d’identité à l’entrée (plan Vigipirate).

La double contrainte :
paradoxes des droits humains au Népal

L’affirmation de la culture internationale des droits humains peut être considérée comme un des phénomènes majeurs de l’histoire récente du Népal. Elle a eu un impact multidimensionnel tant sur les dispositifs normatifs que sur les systèmes de valeurs. De fait, la culture des droits a transformé non seulement le cadre juridique et constitutionnel du pays, mais aussi l’expression de l’éthique, de l’identité et de la « tradition » : en un mot, la formulation des valeurs (morales) collectives.

Or, cette affirmation résulte aussi d’un processus de vernacularisation complexe, que groupes, individus et activistes ont mis en place afin d’adapter la « culture » globale des droits aux différents contextes locaux ou, d’un autre point de vue, de reformuler les valeurs morales et éthiques préexistantes dans les termes du langage des droits.

Une analyse de ce processus de vernacularisation du discours international sur les droits humains au Népal révèle les économies morales que ces droits mobilisent et recomposent. En même temps, elle fait aussi ressortir les frictions entre ces différentes économies morales, ainsi que les contradictions engendrées par l’adoption de la culture des droits dans le cadre népalais.

Je voudrais donner trois exemples de ces doubles contraintes.

Le premier concerne la revendication des droits de genre menée par un type spécifique d’associations de femmes, que l’on trouve au micro-niveau territorial : les collectifs de mères (ama samuha). J’essaierai de montrer en particulier comment certaines caractéristiques propres à la « culture des droits » (en premier lieu sa dimension individualiste) se heurtent aux économies morales de genre propres à ces femmes, traditionnellement construites autour d’une dimension relationnelle de l’identité féminine. Ce n’est qu’au prix d’une négociation investissant les notions éthiques de service social, d’honneur et de devoir que ces collectifs de femmes parviennent à intégrer, du moins partiellement, le discours sur les droits dans le cadre de l’économie de genre qui leur est propre.

Le deuxième exemple, qui intéresse les groupes dalit, montre comment les stratégies globales de lutte contre la discrimination encouragées par les activistes dalit, centrées sur le discours international sur les droits humains, peuvent se trouver aux antipodes de celles développées localement par ces groupes. Il en résulte des conflits interpersonnels et communautaires autour de plusieurs questions : quelle est la forme « juste » et légitime de lutte contre la discrimination ? Qui détient l’autorité de l’imposer aux autres ?

Le troisième exemple se situe à l’intersection entre la formalisation juridique des droits et leur exercice effectif : il s’agit plus spécifiquement d’explorer l’écart entre l’obtention du droit à la propriété ancestrale pour les femmes, que les activistes ont obtenu au bout de 25 ans de luttes juridiques et sociales, et sa jouissance réelle aujourd’hui. Cet exemple permet en particulier de comprendre pourquoi de nombreuses femmes renoncent à ces droits, à cause des conflits affectifs et intra-familiaux que leur revendication déclencherait.

Ces exemples permettent de cerner les différentes dimensions du paradoxe de la culture des droits, dont le pouvoir peut être à la fois émancipateur et contraignant.

Link : https://www.vjf.cnrs.fr/himalaya/spip3/spip.php?article511

 

Séminaire LISST – CAS

Séminaire d’Anthropologie Générale
2017-2018

 Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST)  – Centre d’Anthropologie sociale (CAS)

Université Toulouse Jean-Jaurès

Vendredi 23 mars 2018, 10H30-12H30, SALLE F423

KATHERINE HOFFMAN, Associate Professor (NORTHWESTERN UNIVERSITY), interviendra sur le thème :

Anthropologie juridique et anthropologie linguistique comme outils de recherche sur le passé : le genre dans les tribunaux coutumiers berbères au Maroc sous le protectorat français (1930-1956)

http://lisst.univ-tlse2.fr/accueil/presentation-du-laboratoire/actualite-manifestations/

Séminaire « Ruling on Animals in India »

organisé par Daniela Berti (CEH-CNRS), aura lieu le 2 février 2018 sur le campus CNRS de Villejuif.

 Horaire : 9.30 – 17.00
Salle de conférence, bâtiment D

In the morning we will have two working sessions on court cases that deal with animal welfare and animal rights. The cases will be presented by the lawyers who have argued them in court : Ritwick Dutta, from the National Green Tribunal in Delhi, and Vandana Misra, from the Himachal Pradesh High Court, in Shimla. In the afternoon session we will be showing some passages from the film “Unlocking the Cage” on Steven Wise’s “Non-Human Project”, which will be followed by a general discussion.
 
 
9.30 a.m. Coffee & Welcome by Daniela Berti (CNRS, CEH)

Cases from India

Ritwick Dutta, National Green Tribunal, Delhi
- The Elephants’ Corridor (Assam)
- The Black-Necked Crane (Arunachal Pradesh)
- The Birds’ Wetlands (Gurgaon)

Vandana Misra, Himachal Pradesh High Court, Shimla
- The Lurking Leopard (Himachal Pradesh)
- The “Vermin” Monkeys (Himachal Pradesh)

From a comparative perspective : USA-India

2.30 p.m. Steven Wise and the ‘Non-Human Project’ Introduction by Daniela Berti

Screening of an extract of the film “Unlocking the Cage” (2016) by Chris Hegedus and D.A. Pennebaker, featuring Steven Wise

General discussion
 
Afin de recevoir les documents qui feront l’objet des discussions lors de la séance du matin, merci de contacter dberti [at] vjf.cnrs.fr.

Workshop « Taking nature to the courtroom in South Asia »

Workshop organised in Edinburgh on 15-16 June 2017 by Daniela Berti (CNRS/CEH) and Tony Good (University of Edinburgh)

With the support of the Wenner-Gren Foundation, the University of Edinburgh, the Centre for Himayan Studies (CNRS/CEH) and the Centre for South Asian Studies (CEIAS)


The aim of this third workshop is to explore three contexts in which environmental issues, and the relationship between ecology and religion, come to the fore in contemporary South Asia : (i) development projects and territories of the gods ; (ii) protected areas and people’s rights ; and (iii) ’animal rights’ and religious reforms. Its distinctive focus, differentiating it from other work on development, environment or religion in South Asia, is on legal aspects of these issues, where possible on actual litigation in appellate and other courts.


Lieu : St Trinnean’s Room, Pollock Halls, Edinburgh
 
 
Programme
 
Thursday, 15 June

09.30-10.00 Introduction, Daniela Berti and Anthony Good

10.00-10.50 Domenico Amirante, University of Campania

The National Green Tribunal of India : a legal forum at the crossroads between science, environment and society

Discussant : Jamie Cross, University of Edinburgh

11.20-12.10 Sudha Vasan, University of Delhi

Green courts and the production of socio-ecological assemblages in India

Discussant : Jamie Cross

12.10-13.00 Anuj Bhuwania, South Asian University, New Delhi

On the ‘misuse’ of law in India : The case of anti-cow slaughter statutes

Discutant : Gilles Tarabout, CNRS/LESC

14.00-14.50 Rohit De, Yale

Cows and constitutionalism : from religious rites to economic rights

Discussant : Gilles Tarabout

14.50-15.40 Nayanika Mathur, University of Sussex, England
The government of crooked big cats in India, 1972-2017

Discussant : Heid Jerstad, University of Edinburgh

16.00-16.50 Diane Philiponet, Université de Toulouse – Jean-Jaurès

‘Monkeys come from the forest.’ State management of problems linked to monkeys in North Indian cities

Discussant : Heid Jerstad

16.50-17.30 Synthesising discussion : Sally Engle Merry (New York University)

 
Friday, 16 June

09.10-10.00 Anthony Good, University of Edinburgh

Animal sacrifice and the law in Tamil Nadu, South India

Discussant : Filippo Osella, University of Sussex

10.00-10.50 Daniela Berti, CNRS/CEH

Animal sacrifice under judicial scrutiny. Moral reforms and religious freedom in India

Discussant : Filippo Osella

11.20-12.10 Raphaël Voix, CNRS/CEIAS

Animal sacrifice in West Bengal ; practice, contestation and the state

Discussant : Véronique Bouillier, CNRS/CEIAS

12.10-13.00 Chiara Letizia, Université de Quebec, Montreal & Blandine Ripert, CNRS Paris/CSH Delhi

“Not in the name of religion.” A Supreme Court verdict on animal sacrifice in Nepal

Discussant : Véronique Bouillier

14.00-14.50 Joëlle Smadja, CNRS/CEH

A chronicle of law implementation in environmental conflicts : the case of Kaziranga National Park in Assam (North-East India)

Discussant : Tobias Kelly, University of Edinburgh

14.50-15.40 Kelly D. Alley & Tarini Mehta, Auburn University, USA

Draining activism : delay and persistence in India’s legal discourse

Discussant : Tobias Kelly

16.10-17.15 Synthesising discussion : K. Sivaramakrishnan, Yale

Workshop Timetable : workshop_timetable-2

Anne-Marie Voutyras-Pierre, Anthropologie juridique de la folie et des passions dans l’Antiquité gréco-romaine, PUL, 2018.

Présentation de l’éditeur

Les hommes de l’époque préclassique grecque ont rattaché l’explication de la folie et des passions à leurs croyances mythologico-religieuses, puis de la période classique à l’époque hellénistique, le rationalisme scientifique et philosophique a connu une floraison de la causalité naturelle explicative des phénomènes mentaux. Ce courant s’est refermé lors de l’Antiquité tardive, sous la souveraineté de la pensée théologique, pour laisser place à une nouvelle conception spirituelle et surnaturelle de la pathologie mentale.

D’un phénomène, à l’origine, extérieur à l’homme, la folie et les passions ont été conçues à partir de l’époque classique selon une étiologie interne. L’osmose entre les savoirs non conceptualisés dans des champs disciplinaires clos, a permis de poser des questions essentielles sur les perturbations mentales.

Des démarches d’ordonnancement des connaissances, de réflexions sur le sens d’une pratique médicale ou philosophique ont opéré une normativité sur laquelle le droit romain s’est construit. Distinguer le normal, du pathologique, du déviant, pour rechercher le traitement juridique et social juste, médicalement efficace, nécessitait au préalable de dégager la catégorie ontologique et morale de la personne. Il en résulta des réflexions sur le sain et le non sain, la capacité, la liberté, la volonté, la responsabilité. Les Anciens nous montrent que la folie est polymorphe, aussi complexe que la normalité dont elle n’est pas une antithèse dans la pensée et dans la réalité.

Sommaire

Partie I : Normativité des croyances et de la connaissance sur la folie et les passions

Chapitre 1 Les forces surnaturelles dans la folie et les passions, agents de la normativité
– La folie, les passions, produits d’un conflit de forces objectives
– La folie, les passions, au confluent de la conscience humaine et des dieux
– Folie et normativité des religions païennes
– La normativité de la magie et les perturbations mentales

Chapitre 2 Normativité médico-philosophique des idées naturelles de la folie et des passions
– La médecine spéculative grecque et la normativité de la psychopathologie
– La transmission des savoirs normatifs en psychopathologie de la Grèce à Rome
– De la normativité médicale aux normes juridiques sur la folie et les passions
– La philosophie et la pathologie mentale

Chapitre 3 La fusion des savoirs médicaux et philosophiques dans la théologie
– Instrumentalisation de la folie dans la politique impériale
– Encadrement normatif de la folie et des passions par la théologie

Chapitre 4 Construction normative de la personne par les traitements des perturbations mentales
– La recherche de santé mentale
– L’évolution des traitements : du mental au spirituel

Partie II : Représentation sociale et institutionnelle de la folie et des passions

Chapitre 1 L’émergence sociale des perturbés mentaux
– Les mots et les représentations de la folie et des passions
– Les approches sociales de la folie

Chapitre 2 La folie en politique : les empereurs fous ou déviants
– La chronique des empereurs perturbés mentaux
– La critique normative sous couvert de perturbations mentales

Partie III : L’existence de la folie sur la scène juridique

Chapitre 1 La personne du fou dans les normes juridiques de la famille
– La potestas du père sur les agnats : de la normalité à la folie.
– De la potestas à la curatelle

Chapitre 2 Conservation et transmission des droits par le fou
– Le fou attributaire passif de droit
– La querela inofficiosi testamenti et le trouble mental

Chapitre 3 Du délinquant aux malades de l’âme et de l’esprit
– L’émergence de la responsabilité individuelle et de son corollaire l’irrresponsabilité
– Les troubles psychiques dans les infractions les plus graves
– Les passions, pivots des infractions
– Les perturbés mentaux face à leurs juges

Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique , Vol. 18 , 658 pages. 35€

Parution : 02/2018
Editeur : Presses Universitaires de Limoges
ISBN : 978-2-8428-7766-8
Site de l’éditeur
Notice SUDOC

Recht als Kultur : Mirjam Künkler (Uppsala/Bonn): Women as Judges, Jurists and Legal Advisers in the Islamic Tradition (6 feb. 2018)

Abstract

The field of religio-legal authority, whether in Islam, Catholic and Eastern Christianity, or Judaism, is still by and large a field that lacks gender diversity. Rarely are women accepted as interpreters of religious law, as prayer leaders in front of mixed congregations, or as religious leaders whose advice is sought beyond questions pertaining to the private sphere. But in Islam the field is slowly changing, and has been for the better part of a decade now, as in several states programs are underway that train women as Islamic juristic authorities: the women ayatollahs of Iran come to mind, as do the murshidat of Morocco, female jurists that have joined fatwa boards in pre-war Syria and Indonesia, and women who have been appointed judges to Sudanese and Malaysian courts applying Islamic law.

This lecture will offer an overview of new initiatives promoting women’s juristic authority in Islamic law and the jurisprudential as well as political justifications that are given in each of these contexts. It will discuss the extent and forms of these programs and offer a typology of what type of authority women tend to be trained in. It will be suggested that contrary to public perceptions, in many of these contexts local Islamic legal traditions are more permissive regarding women’s religio-legal authority than current social practices would indicate.

  • Datum: 06.02.2018
  • Ort: Max-Weber-Vortragsraum des Käte Hamburger Kollegs „Recht als Kultur“
  • Uhrzeit: 18:00 Uhr

http://www.recht-als-kultur.de/de/aktivitaeten/forum-recht-als-kultur.3/mirjam-kuenkler-uppsala-bonn-women-as-judges-jurists-and-legal-advisers-in-the-islamic-tradition.222/

Aldo Andrea Cassi, Santa, giusta, umanitaria. La guerra nella civiltà occidentale, 2015.

L’opera. Una riflessione sulla cultura che più di tutte ha speculato sull’uso della violenza come strumento politico. Fin dagli antichi greci la guerra è stata oggetto di riflessione da parte di pensatori e filosofi, che la consideravano “giusta” (Aristotele), una condizione necessaria della stessa socialità. Il libro propone un excursus filosofico-giuridico, che parte dal pensiero ellenico e abbraccia la cristianità (da Agostino a Tommaso d’Aquino, da Bernardo di Chiaravalle a Giovanna d’Arco), fino ad arrivare ai nostri giorni, a nuove declinazioni come il terrorismo internazionale, nel tentativo di circoscrivere entro confini e concetti teologici, filosofici, etici, politici e giuridici, l’uso della guerra nei rapporti tra popoli e tra nazioni.

http://www.salernoeditrice.it/Scheda_libro.asp?id=2009&it=ok&categoria=21

Aldo Andrea Cassi, Ultramar. L’invenzione europea del Nuovo Mundo, 2007

Ultramar
Ultramar
L’invenzione europea del Nuovo Mondo

In breve

La Conquista del Nuovo Mondo fu l’opera di un Giano bifronte, un balletto sul filo del cinismo e dell’utopia. Di fronte all’enormità della scoperta, gli europei rimasero letteralmente senza parole. La Natura americana e la Cultura europea sembravano irrimediabilmente incommensurabili. Tutti gli aspetti del Nuovo Mondo richiedevano una definizione appropriata, che le categorie concettuali europee non erano in grado di fornire, se non per approssimazione: l’oceano venne provvisoriamente chiamato ‘Mar tenebroso’, il puma fu battezzato ‘leone di montagna’, gli stessi indigeni furono chiamati ‘indios’, anche se non si trattava nemmeno lontanamente di abitanti delle Indie. Per ‘prendere’ il Nuovo Mondo, prima di tutto bisognava ‘comprenderlo’ e i soli che avessero le parole giuste per farlo, gli stregoni delle nuove terre, erano i giuristi. La cultura giuridica fu insomma il sistema di comunicazione, l’interfaccia tra il Vecchio Mondo medievale e il Nuovo Mondo la cui scoperta inaugurava l’età moderna. Abituati per mestiere ad avere orrore delle approssimazioni, i giuristi iniziarono a distinguere, a discutere, a definire. Questo libro ripercorre la storia di quelle parole e del loro potere demiurgico e distruttivo.

Coutumes et droit écrit en Afrique noire aujourd’hui : inversion de suprématie ?

Mercredi 14 février 2018
Université Toulouse Capitole
Arsenal
Salle des Thèses
11 Rue des Puits Creusés
31000 Toulouse

Présentation

 

La question des rapports entre les coutumes et les droits écrits en Afrique noire s’est posée dès que les puissances coloniales ont introduit leur droit dans cet espace.
A cette époque elle était réglée par une volonté de faire prévaloir les droits écrits sur les coutumes, notamment par l’organisation d’une cohabitation des deux droits en dénigrant les coutumes pour mieux faire apparaître les mérites des droits écrits.
Cette volonté s’est poursuivie après les indépendances avec l’adoption par les Etats des solutions de cohabitation visant à terme la disparition des coutumes. Simplement, elle s’est heurtée, et se heurte encore à une résistance discrète mais omniprésente des coutumes, avec parfois des situations claires d’application des solutions coutumières au détriment des règles écrites. Peut-on sur la base de cette observation parler d’inversion de hiérarchie ? Les coutumes seraient-elles en réalité le droit réel à codifier et les droits écrits d’application exceptionnelle en Afrique noire ?
Au-delà d’un simple bilan, cette conférence interroge l’état actuel des rapports entre les droits écrits et les coutumes dans les Etats d’Afrique noire, avec pour ambition d’en tirer des enseignements en termes de processus de production des normes ayant des chances de s’appliquer effectivement dans un espace juridique donné.

 

Programme

 

10h00 : Intervention de Monsieur Pierre-Etienne KENFACK, Professeur, Université Yaoundé 2, Cameroun

 

(Monsieur Kenfack a fait ses études à l’Université de Yaoundé 2 où il a obtenu un doctorat de troisième cycle, avant de s’inscrire à l’Université Toulouse 1 pour la préparation d’une thèse de doctorat, finalement soutenue à l’Université Paris 1 (Panthéon Sorbonne).

Reçu major à la section droit privé du concours d’agrégation CAMES de 2011, il enseigne à l’Université Yaoundé 2 la théorie du droit, le droit international privé, le droit foncier et le droit OHADA. Ses champs privilégiés de recherches sont : les sources du droit, le droit foncier et le droit des ressources naturelles. Il est Professeur invité à l’Université Paris 1 (Panthéon Sorbonne), à l’Université de Caen (Basse Normandie) et dans plusieurs Universités Africaines.)

Inscription gratuite par mail à Cécile Petit : cecile.petit@ut-capitole.fr 

Inscription supplémentaire et obligatoire sur ADUM pour les doctorants

Reprise des cours de Philippe Descola au Collège de France : « la composition des collectifs. Formes d’hybridation »

Forum Law as Culture : Matthias Herdegen (Bonn): The International Law of Biotechnology: Personhood and Human Rights, Risk Management and International Trade

Matthias Herdegen (Bonn): The International Law of Biotechnology: Personhood and Human Rights, Risk Management and International Trade

Abstract

The international law of biotechnology reflects a complex interplay of legal values, individual rights and social interests. The debates on in vitro fertilization, cloning, stem cell research, gene therapy or transgenic crops highlight conflicting normative concepts and societal perceptions. Human rights, individual autonomy as well as traditional concepts of personhood and family life inspire regulatory models in the field of bio-medicine and reproduction techniques. Human dignity, referring to the individual person or to mankind at large, operates as common roof for legal and ethical standards. In international trade and environmental law, scientific corroboration of risks, commercial interests and different approaches to precaution compete and often conflict with socio-cultural considerations, especially in highly risk-averse societies. Patents may bar access to genetic resources as encoded information and to transgenic organisms. Human rights treaties as well as free trade regimes have become the battleground for political choices in heterogeneous societies and for different regulatory approaches adopted by states. Current discussion is driven by conflicting claims to ‘rationality’ and the difficult quest for value judgments based on an international consensus.

Prof. Dr. DDr. h.c. Matthias Herdegen

Curriculum Vitae

Matthias Herdegen is Director of the Institute of Public Law (Institut für Öffentliches Recht) and Director at the Institute of Public International Law (Institut für Völkerrecht) of the University of Bonn. His main areas of research are, inter alia,  in the fields of German and foreign constitutional law, European law, international business law, international law and biotechnology law.

After studying law at the Universities of Heidelberg and Cambridge, Matthias Herdegen gained his doctorate in Heidelberg in 1983. For his habilitation treatise “Gewissensfreiheit und Normativität im positiven Recht“ (Freedom of Conscience and Normativity in Positive Law), he received a special award for constitutional law from the German Federal Ministry of Science. Following his work as a research fellow for foreign and international law at the Max Planck Institute for Comparative Public Law and International Law in Heidelberg, he took on a professorship at the University of Bonn and, shortly after, was appointed professor at the University of Konstanz. Since 1995, Matthias Herdegen holds the chair for public law in Bonn. He has been a visiting professor at, inter alia, New York University (Global Law School), the University of Paris I (Sorbonne), the Universidad Autónoma de Mexico (UNAM) and the University of Tel Aviv, as well as adjunct professor at the City University of Hong Kong. Matthias Herdegen is honorary professor at the Pontifical Javeriana University and at the university Colegio Mayor de Nuestra Señora del Rosario in Bogotá. He is Director at the Interdisciplinary Latin America Center of the University of Bonn, executive co-editor of the Grundgesetz-Kommentar Maunz/Dürig (Maunz/Dürig Commentary on German Basic Law) and member of the Human Rights Committee of the International Law Association.

From October 2012 to April 2013, Matthias Herdegen was fellow at the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture” and continued his fellowship in October 2013. Since October 2017 he is again Fellow at the Käte Hamburger Center.

Date

  • Date: 23.01.2018
  • Place: Max Weber lecture room of the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture”
  • Time: 18:00 h

El Dr. Guiller Luévano, miembro del FLAD/México, realiza un análisis como experto en antropología jurídica sobre la Ley de Seguridad Interior

El Dr. Guiller Luévano, miembro del FLAD/México, realiza un análisis como experto en antropología jurídica sobre la Ley de Seguridad Interior
15 de diciembre de 2017

« La Ley de Seguridad interior que aprobaron las cámaras de senadores y diputados es una norma contraria a la noción y perspectiva de los derechos humanos, calificó Guillermo Luévano Bustamante catedrático de la Facultad de Derecho de la Universidad Autónoma de San Luis Potosí, UASLP. »

https://www.elsoldesanluis.com.mx/local/ley-de-seguridad-interior-contraria-a-los-derechos-humanos-especialista

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique