Latest issue of the Journal of legal anthropology, Volume 2 (2018): Issue 2 (Dec 2018)

More information here : https://www.berghahnjournals.com/view/journals/jla/jla-overview.xml

call for writing-up fellowships at the Department “Law & Anthropology” at the Max planck institute for Social Anthropology in Halle

Max-Planck-Institut für ethnologische Forschung
Max Planck Institute for Social Anthropology

The Max Planck Institute for Social Anthropology is one of the leading centres for research in socialanthropology. Common to all research projects at the Max Planck Institute is the comparative analysis of social change; it is primarily in this domain that its researchers contribute to anthropological theory, though many programmes also have applied significance and political topicality.

The Law & Anthropology Department invites applications for Dissertation writing-up fellowships

Background

One of the aims of the Law & Anthropology Department is to offer a stimulating interdisciplinary forum whereboth anthropologists and lawyers can engage with one another and conduct cutting-edge, policy-relevant research linked to the intensification of exchanges and encounters among and between societies, communities and cultures in today’s world. This calls for an in-depth assessment of the ways in which different normative orders and systems of morality coexist at various levels of decision-making.

The Law & Anthropology Department offers writing-up fellowships to enable doctoral candidates in the final stage of their programme to spend up to 6 months at the Institute to take advantage of its resources while finalizing their dissertations. The topic must be of immediate relevance to the Department’s research programme (see: www.eth.mpg.de/2951631/department_foblets). The fellow must be prepared to participate in the activities of the Department during the fellowship period, and is expected to submit a working paper that addresses the topic of his or her research. A presentation of the doctoral research will be included in the Department’s seminar series.

A clear understanding must be reached in advance between the Director of the Department and the candidate’s principal supervisor regarding how the candidate can take fullest advantage of this period and how the home university and the Max Planck Institute can collaborate in the best interests of the candidate and of both institutions.

The writing-up fellowships can begin either in September 2019 or January 2020. The grants will be awarded for a period of 3 – 6 months. The Institute provides successful candidates with a monthly living stipend that is not taxable and is free of social security obligations.

The Max Planck Society is committed to an equal opportunity policy.

Application procedure

Applicants are asked to submit the following materials:

– cover letter;
– curriculum vitae;
– writing sample (chapter of the PhD dissertation);
– 1-2 page summary of the PhD work;
– photocopies of university degrees and transcripts;
– a letter of recommendation from the principal supervisor confirming that the applicant is in a position to complete the doctoral manuscript within the 3- to 6-month period (to be sent directly to the Department at marencakova@eth.mpg.de).

Please submit your application materials electronically by 30 April 2019 by following the link for vacancies onour homepage (under ‘Career’), or by going directly to the online application form using the link below.

If you have further questions regarding the application procedure, please contact:
Max Planck Institute for Social Anthropology
Personnel Administration
Janka Diallo (jdiallo@eth.mpg.de)

We look forward to receiving your completed online application under https://recruitingapp 5034.de.umantis.com/Vacancies/364/Application/New/2%3Flang=eng .

Further information on the research agenda of the Max Planck Institute is availableon our website: http://www.eth.mpg.de


Table-ronde “Lecture de … Le droit dans les sociétés humaines, Louis Assier-Andrieu”, vendredi 19 avril 2019, Centre Panthéon

Le vendredi 19 avril 2019, de 13h30 à 18h,

Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, Aile Soufflot – Salle 1

Pierre Bonin et Pierre Brunet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRJS, Soazick Kerneis, Université Paris Nanterre, CHAD

organisent une table-ronde 

Lectures deLe droit dans les sociétés humaines

de Louis Assier-Andrieu, Paris, Nathan, 1996

Participeront à cette table-ronde : 

  • Boris Bernabé, Université Paris-Sud, DSR
  • Anne-Sophie Chambost, Université Jean Monnet (Saint-Etienne), CERCRID
  • Jacques Commaille, ENS Cachan, ISP
  • Albane Geslin, Sciences Po Aix, UMR DICE
  • Eugénie Mérieau, University of Göttingen, Alexander von Humboldt Chair of Comparative Constitutionalism
  • Laetitia Guerlain, Université de Bordeaux, CRM-CAHD
  • Pascal Texier, Université de Limoges, OMIJ

Avec le concours de la  

Conférence de Laetitia Guerlain “Droit et Anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles. Un programme de recherches” (Rennes, 14 mars 2019)

Dans le cadre des Rencontres de l’IODE. Séminaire interdisciplinaire sur et autour du droit. Jeudi 14 mars 2019, à 12h30, en salle 10.

Cette conférence sera l’occasion de découvrir les rapports qu’entretient la discipline juridique avec les autres sciences humaines et sociales. Plus précisément, dans une perspective historique, elle présentera les interactions anciennes qui ont pu concourir à rapprocher l’anthropologie et le droit.

More information : https://iode.univ-rennes1.fr/agenda/les-rencontres-de-liode-avec-laetitia-guerlain https://iode.univ-rennes1.fr/agenda/les-rencontres-de-liode-avec-laetitia-guerlain

CALL FOR PAPERS: Law in Context Early Career Workshop, 17-18 September 2019

The International Journal of Law in Context and the Centre for Socio-Legal Studies at the University of Oxford jointly invite early career scholars to participate in a workshop to be held in Oxford, September 17-18, 2019. The purpose of this international workshop is to bring together scholars at a relatively early stage in their careers to support them in developing research projects and preparing publications to submit to scholarly journals in the field of socio-legal studies. 

During the workshop scholars will make a presentation, take part in discussion, and receive feedback on their work from senior research staff at the Centre and the editorial team of the Journal. The best papers presented at the workshop will be considered for publication in the International Journal of Law in Context.

​Deadline
The deadline for applications is 10 July 2019.

​Eligibility
To be eligible to apply, the submission of a doctoral thesis is expected in 2019. Applications from inside and outside the UK are welcome. The ten best submissions will be selected and applicants will be invited to the workshop.
To make an application you should send a 1500-word extended abstract together with a cover letter with your name and contact information, details about your place of study or work, and the date of your expected or past doctoral submission. Abstracts may be on any contextual work dealing with law and its relationship with other social science disciplines.

Please send applications to Katie Hayward, admin@csls.ox.ac.uk

Meals and accommodation for one night in Oxford will be provided by the organisers. We expect that participants will pay for their own travel expenses.

Journée d’études Ethnographie et droit : pour une place renouvelée des enquêtes de terrain dans la connaissance du droit et de la justice en Belgique ?

12 MARS 2019

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. La Belgique francophone n’échappe pas à cette tendance perceptible dans différentes traditions de recherche nationales et disciplinaires. Toutefois, l’intérêt que suscite cette méthode n’y fait que peu l’objet de réflexion systématique. Ce relatif manque de relais et de dialogue au sein de la recherche belge francophone contraste avec le dynamisme des travaux sociojuridiques français développés notamment au sein de l’EHESS (séminaire 2018-2019) et dans des publications récentes (Dupret et Colemans 2018).

Partant de ce constat, l’objectif de cette journée d’étude vise à confronter les jalons d’une réflexion en voie de systématisation dans le champ français à l’épreuve de terrains menés en tout ou en partie en Belgique francophone et qui rendent compte des pratiques du droit et de la justice. Il s’agira de mettre en évidence les éclairages qu’offrent les travaux de chercheuses et chercheurs menant des enquêtes ethnographiques auprès de professionnels du droit, de la justice et de l’administration en Belgique pour souligner leurs apports concrets et décloisonnés aux questions théoriques et méthodologiques qui continuent de traverser les rapports entre sciences sociales et droit. 

La journée d’étude sera introduite par Baudouin Dupret, une des figures majeures du développement de cette réflexion en France, et sera ensuite ponctuée par les présentations et la discussion du rôle et de la nature des projets ethnographiques dans des travaux qui interrogent tous d’une manière ou d’une autre le droit et la justice belge en contexte.

Programme

9 :00 accueil 

9:30 Baudouin Dupret (Directeur de recherches CNRS, LAM, professeur invite de la MSH)   Introduction  

10:00 Julie Colemans (Ingénieure de recherche, Université de Liège) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « La manifestation et la prise en compte des émotions dans les tribunaux de la famille et du travail » (titre à confirmer) 

10: 45: Sophie Andreetta(postdoctorante Max Planck Institut Halle – Université de Liège)  présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « La notion de dignité humaine dans les décisions des CPAS et des tribunaux du travail en matière d’aide sociale pour les demandeurs d’asile » (titre à confirmer

11:30 Carla Nagels(Professeure à l’ULB)  présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Quand la partition écrite par le droit pénal est parfaitement jouée : observer les entreprises face au pénal »

12 :15- 15 :00 Lunch

14:00 Anne Wyvekens(Directrice de recherches CNRS – ISP Saclay)présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Justice pénale et « diversité » : ethnographier la «  défense culturelle »

14:45 Olivier Struelens(Doctorant UCL) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) “La pratique des juges en charge des déplacements illicites d’enfants : la transnationalisation du droit familial entre confiance interpersonnelle et institutionnelle” 

15: 30 MaïtéMaskens(Chargée de cours ULB) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Les standards de l’amour transnational dans le traitement des dossiers de suspicions de mariages frauduleux par les agents communaux belges » (titre à confirmer)

16:15 Conclusion 

Informations pratiques

La journée d’étude se déroule de 9:00 (accueil et café) à 16:30.

Le déjeuner est inclus si vous êtes inscrits.

 

Plus d’informations: 

Barbara Truffin

btruffin@ulb.ac.be

+ 32 (02) 650.36.13

Lieu

Institut de Sociologie, Salle Henri Janne  (15èmeétage)

Av. Jeanne 58-60
1050 Bruxelles

African Legal History Symposium

CALL FOR PAPERS: African Legal History Symposium

Co-conveners: Erin Braatz, Suffolk University Law School; Trina Hogg, Oregon State University; Elizabeth Thornberry, Johns Hopkins University; Charlotte Walker-Said, CUNY-John Jay College

Fortuitously, the 2019 annual meetings of the African Studies Association and the American Society for Legal History will both take place November 21-23 in Boston. In hopes of sparking a more sustained engagement across these two fields, and marking what we see as an inflection point in scholarship on African legal history, we invite paper proposals for an African Legal History preconference symposium, to be held in Boston on November 21, 2019. The symposium will be hosted by the American Society for Legal History in coordination with the African Studies Association, with sponsorship from the Suffolk University Law School.

We seek papers in the field of African legal history, broadly construed, and are particularly excited about papers that extend the insights of established scholarship, with its focus on customary law, in new directions. We encourage paper and panel proposals on law in Africa in the pre-colonial, colonial, and post-colonial periods, British, French, Islamic, Lusophone, and indigenous African traditions, and on all types of law (family, criminal, property, constitutional, business, customary, imperial, pluralist, international, etc.) Papers may focus on any region of the continent (including North Africa and the island territories).

Please email abstracts for proposed papers to bmello@suffolk.edu, with “African Legal History Symposium” in the subject line, by 5 April 2019. Abstracts should be no more than 300 words in length. Full papers to be presented at the symposium will be due by November 1, 2019, for circulation to all participants. Limited funding will be available to assist with the costs of travel. Funding priority will be given to scholars based on the African continent, graduate students, adjunct instructors, and scholars who do not have access to research funding through other sources.

We encourage symposium participants to consider submitting proposals directly to the ASA and ASLH as well, for inclusion in the main program of those conferences.

Cultural expertise and socio-legal studies : Special issue of Studies in law, politics and society, vol. 78, 2019

This special issue of Studies in Law, Politics, and Society aims to foster a dialogue that is inclusive, constructive, and innovative in order to lay the basis for evaluating the usefulness and impact of cultural expertise in modern litigation. It investigates the scope of cultural expertise as a new socio-legal concept that broadly concerns the use of social sciences in connection with rights and the solution of conflicts. While the definition of cultural expertise is new, the conflicts it applies to are not, and these range from criminal law to civil law, including international human rights. In this special issue, socio-legal scientists with interdisciplinary backgrounds scrutinize the applicability of the notion of cultural expertise in Europe and the rest of the World. Cases include murder, female genital mutilation, earthquake claims, Islamic law, underage marriages, child custody, adoption, land rights, and asylum. The authors debate on a variety of themes, such as legal pluralism, ethnicity, causal determinism, reification of culture, and the “culturalization” of defendants. The volume concludes with an overview of the ethical implications of the definition of cultural expertise and suggestions for a way forward.

Introduction; Livia Holden


Part I. Cultural Expertise with(out) Cultural Experts

From Invisible to Visible: Locating Cultural Expertise in the Law Courts of Two Finnish Cities; Taina Cooke

Cultural Expertise in Italian Courts: Contexts, Cases and Issues; Antonello Ciccozzi and Giorgia Decarli

Part II. Sites of Cultural Expertise

Assessing Cultural Expertise in Portugal: Challenges and Opportunities; João Teixeira Lopes, Anabela Leão and Ligia Ferro

Cultural Expertise in Asylum Granting Procedure in Greece: Evaluating the Experiences and the Prospects; Helen Rethimiotaki

Part III. Comparative Perspectives on Cultural Expertise

Court Cases, Cultural Expertise, and FGM in Europe; Ruth Mestre and Sara Johnsdotter

Between Norms, Facts and Stereotypes: The Place of Culture and Ethnicity in Belgian and French Family Justice; Caroline Simon, Barbara Truffin and Anne Wyvekens

Part IV. Cultural Expertise in Non-European Contexts

Cultural Expertise in Australia: Colonial Laws, Customs, and Emergent Legal Pluralism; Ann Black

The Role and Use of Cultural Expertise in Litigation in South Africa. Can the Western World Learn Anything from a Mixed, Pluralistic Legal System? Christa Rautenbach

Part V. Suggestions for a Way Forward

Beyond Cultural Expert Witnessing: Toward an Integrated Definition of Cultural Expertise; Livia Holden

Format:Hardback ISBN:9781787695160
Published:28 Feb 2019
Publisher:Emerald Publishing
LimitedDimensions:216 pages – 152 x 229mm
Series:Studies in Law, Politics, and Society

Publisher’s website : https://books.emeraldinsight.com/page/detail/Cultural-Expertise-and-SocioLegal-StudiesCultural-Expertise-and-Socio-Legal-Studies/?k=9781787695160


Journée d’études : L’ “aliéné indigène”. Justice et administration face à l’altérité psychique en Afrique française. Perspectives historiques et enjeux actuels (EHESS, 11 mars 2019)

Dans le contexte colonial français des siècles XIXeet XXe, que se passe-t-il lorsque l’altérité constitutive de l’« indigène » se double d’une différence supplémentaire qui touche à la sphère de la pathologie mentale ? Quelles sont les spécificités du traitement juridico-administratif de la folie ? Que les catégories et les discours de matrice coloniale nous apprennent-ils sur les politiques contemporaines de santé mentale ? Que reste-t-il de l’imaginaire colonial dans les pratiques et dans les discours institutionnels actuels autour de la santé mentale des populations d’origine africaine présentes en France ? Ces questionnements de fond sont à l’origine du projet AMIAF – « Aliéné mental » et « indigène ». Histoire juridique d’une double discrimination de statut en Afrique française (Fin XIXe  siècle-1960). Financé en 2018 par l’ANR dans le cadre des actions JCJC, le projet AMIAF se propose de réaliser une enquête historico-juridique relative aux discours et aux pratiques qui président à la construction et au fonctionnement du statut de l’« aliéné indigène » dans les territoires africains colonisés par la France. 

La demi-journée d’études exploratoire, qui fera suite à la première réunion de l’équipe du projet, vise à  poser les jalons de la recherche à venir, en focalisant l’attention sur les aspects méthodologiques de l’étude du traitement juridico-administratif de la folie en situation coloniale. Les communications seront centrées essentiellement sur la manière dont l’administration et la justice coloniale se sont saisies de la maladie mentale des populations africaines. Une attention spécifique sera accordée au rapport des institutions aux croyances et aux cultures locales, en prolongeant le regard sur les enjeux postcoloniaux. 

Matin

Réunion pour les membres de l’équipe du Projet ANR AMIAF

10h00  

Accueil, introduction et présentation du projet ANR AMIAF

10h30    

Discussion avec les membres de l’équipe du projet sur les apports et sur les perspectives de recherche de chacun.e,  sur les étapes futures du projet

12h00  Pause déjeuner

Après-midi

Demi-journée d’études ouverte au public

13h30  

Romain Tiquet (Postdoctorant FNS, Département d’histoire générale, Université de Genève), Aliénés et condamnés : transfert et internement des “fous dangereux” au Sénégal (Fin XIXesiècle-1918)

14h00 

Silvia Falconieri (CR, CNRS, IMAF), La « mentalité indigène » entre normalet pathologique. Lieux et modes du traitement juridico-administratif de la folie en Afrique française (1900-1940)

14h30   Discussion 

14h45   Pause

15h00 

Sandra Fancello (DR, CNRS, IMAF), Sorcellerie, justice et santé mentale. Commentaire au documentaire « World of Witchcraft »

15h30

Projection du documentaire World of Witchcraftde Daniel Bogado.

16h30  Discussion 

17h00 Fin des travaux, pot de clôture (Salle réunion de l’IMAF)

Discussion animée par R. Collignon (CR, CNRS)

Avec la participation des membres de l’équipe de l’ANR AMIAF : S. Falconieri(CNRS, IMAF, responsable du projet) ; G. Aïdan(CNRS, CERSA) ; R. Collignon (CNRS, LESC) ; N. Derasse(Université de Lille, CHJ) ;  S. Fancello(CNRS, IMAF) ; J. Ferrand(Université de Grenoble, CERDAP) ;H. Ferrière(Université de Bretagne Occidentale) ; R. Gallien(Université Paris 7) ; A. Lainé(IMAF) ; T. Le Marc’Hadour(Université d’Artois, CHJ) ; E. Pestre(Université Paris 7, UFR Études psychanalytiques) ; F. Renucci (CNRS, IMAF), M. Scarfone(Université de Strasbourg) ; I. Thiébau(CNRS, IMAF), R. Tiquet(Université de Genève).

publication

A. Niang, The Postcolonial State in Transition. Stateness and Modes of Sovereignty, Rowman & Littlefield International, 2018, “Kilombo International Relations and Colonial Questions”, 244.p

Théorie de l’Etat et de la souveraineté, Relations internationales, Théories postcoloniales, anthropologie, droit.

“The Postcolonial African State in Transition offers a new perspective on a set of fundamental, albeit old questions with salient contemporary resonance: what is the nature of the postcolonial state? How did it come about? And more crucially, the book poses an often neglected question: what was the postcolonial African state internally built against? Through a detailed historical investigation of the Voltaic region, the book theorizes the state in transition as the constitutive condition of the African state, rendering centralization processes as always transient, uncertain, even dangerous endeavors. In Africa and elsewhere in the colonial and postcolonial world, the centralized sovereign state has become something of a meta-model that bears the imprint of necessity and determinism. 

This book argues that there is nothing natural, linear, conventional or intrinsically consensual about the centralized state form. In fact, the African state emerged, and was erected against, and at the expense of a variety of authority structures and forms of self-governance. The state has sustained itself through destructive practices, internal colonization, and in fact the production and alienation of a range of internal others”.

Droit et culture(s) juridique(s). Appel à propositions d’articles pour la revue « Sociologie et sociétés »

Appel à propositions d’articles pour la revue Sociologie et sociétés

Résumé. Ce dossier thématique a pour objectif de consolider les bases d’une « sociologie culturelle du droit ». Prenant acte de l’intérêt croissant pour la question de la (ou des) culture(s) juridique(s), il vise à identifier les thèmes qui retiennent l’attention des chercheurs, les terrains empiriques qu’ils investissent, les concepts et les méthodes qu’ils mobilisent.

Coordinateurs

  • Yan Sénéchal (U de Montréal) : yan.senechal@umontreal.ca
  • Pierre Noreau (U de Montréal) : pierre.noreau@umontreal.ca 

Argumentaire

La sociologie peut-elle concevoir le « droit » autrement qu’indissociablement lié à la « société » ? Cette question était au cœur de la sociologie classique : Weber voyait dans le droit un « complexe de motifs » supplétifs dont pouvaient s’inspirer les êtres humains pour orienter leurs actions; Durkheim pour sa part l’envisageait comme « symbole visible » de la solidarité entre les individus. Les chemins ouverts par ces fondateurs ont été réinvestis avec le « tournant culturel » connu par la sociologie du droit à la fin du 20e siècle (1). Ce tournant opère un décentrement de la dialectique entre « droit » et « société » par l’introduction de la « culture » comme tertium comparationis.

Les recherches qui explorent la « culture » comme médiation entre « droit » et « société » se distinguent, analytiquement, en trois perspectives concomitantes2. La première considère la culture comme une « variable indépendante » permettant d’expliquer la configuration des phénomènes juridiques (le droit « dans » la culture); les valeurs sociales et les contextes nationaux sont parmi les « facteurs culturels » mobilisés par les chercheurs pour éclairer la malléabilité des normes, des pratiques et des institutions juridiques. La deuxième perspective envisage la culture comme une « variable dépendante » influencée par les phénomènes juridiques (la culture « dans » le droit); les chercheurs mettent cette fois l’accent sur l’ascendant des processus et des catégories juridiques sur les identités sociales et les représentations collectives. La troisième perspective abandonne le modèle des causes et des effets pour concevoir la culture et le droit comme deux dimensions « mutuellement constitutives » (le droit « comme » culture); les savoirs, les pratiques et les expériences juridiques retiennent ainsi l’attention des chercheurs dans la mesure où le droit est, en lui-même, un faisceau de schèmes culturels d’interprétation du monde social et d’action dans la vie quotidienne.

Le concept de « culture(s) juridique(s) », au singulier et au pluriel, tend aujourd’hui à s’imposer, malgré sa polysémie, pour rassembler les travaux qui alimentent le tournant culturel de la sociologie du droit. Ce concept permet de contourner l’étroitesse du « droit positif » en attirant l’attention vers les acteurs – profanes et professionnels – qui, en un sens, portent le droit.

Ce dossier thématique a pour objectif de consolider les bases d’une « sociologie culturelle du droit ». Prenant acte de l’intérêt croissant pour la question de la (ou des) culture(s) juridique(s), il vise à identifier les thèmes qui retiennent l’attention des chercheurs, les terrains empiriques qu’ils investissent, les concepts et les méthodes qu’ils mobilisent. Dans cette optique, trois axes de problématisation sont envisageables :

(I) Perspectives théoriques autour du concept de « culture(s) juridique(s) » : Le premier axe vise à approfondir les réflexions théoriques sur le concept de « culture(s) juridique(s) », de même que, plus généralement, sur les liens entre droit, culture et société. Les contributions pourraient permettre de mieux comprendre les conceptualisations en usage, leurs fécondités empiriques, leurs implications épistémologiques, leurs incidences ontologiques, etc.

(II) Recherches empiriques sur les cultures juridiques profanes, professionnelles et savantes : Le deuxième axe vise à explorer la diversité des recherches empiriques sur le phénomène des cultures juridiques. Les contributions pourraient porter sur les cultures juridiques profanes (jeunes, couples, travailleurs, croyants, minorités, mouvements sociaux, etc.) au prisme de leurs représentations, de leurs savoirs, de leurs expériences, de leurs émotions, de leurs pratiques, etc. Elles pourraient aussi interroger les cultures juridiques professionnelles (juristes, parlementaires, fonctionnaires, surveillants, etc.), leur formation, leurs activités de travail, leurs supports, etc. Les contributions pourraient encore se concentrer sur les cultures juridiques savantes (étudiants, enseignants, etc.), l’éducation universitaire, l’activité doctrinale, la recherche empirique, etc. Elles pourraient enfin questionner les interactions entre les cultures juridiques profanes, professionnelles et/ou savantes: entre individus et organismes communautaires, entre justiciables, juges et chercheurs, entre tradition autochtone et tradition allochtone, etc.

(III) Considérations réflexives des sciences sociales face aux cultures juridiques : Le troisième axe vise à réfléchir à ce que le concept et le phénomène de(s) culture(s) juridique(s) font à la sociologie et au travail sociologique. Les contributions pourraient rendre compte de la manière dont cet objet invite la sociologie, et plus généralement les sciences sociales, à repenser les objectifs et les conditions de la recherche en sociologie du droit, à poser de nouvelles questions épistémologiques, mais aussi méthodologiques et éthiques.

Calendrier

Les intentions de contributions, comportant un titre, un résumé et une courte biographie (3,000 signes max., espaces compris, soit approximativement 500 mots) doivent être adressées aux coordinateurs du dossier thématique (yan.senechal@umontreal.ca et pierre.noreau@umontreal.ca) 

avant le 15 mars 2019.

Les auteurs des propositions retenues seront avisés avant le 5 avril 2019.

Les articles finaux (70,000 signes max., espaces et bibliographie compris, soit approximativement 11,000 mots) devront être remis au plus tard le 4 octobre 2019. Conformément aux pratiques de la revue, l’acceptation de l’article final dépendra des conclusions de la procédure d’évaluation par les pairs. La parution du numéro est prévue pour l’année 2020.

(1) Austin Sarat et Jonathan Simon, « Beyond Legal Realism? Cultural Analysis, Cultural Studies, and the Situation of Legal Scholarship », Yale Journal of Law and the Humanities, vol. 13, 2001, pp. 3-32, à la page 8. 2 Abigail C. Saguy et Forrest Stuart, « Culture and Law: Beyond a Paradigm of Cause and Effect », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 619, no 1, 2008, pp. 149-164.


APPEL : Gouvernance néolibérale et justiciabilité des droits indiens

Cahiers des Amériques Latines : appel à contribution N° 94 – Nouveaux défis du pluralisme juridique

Résumé : À partir des années 90 en Amérique Latine, l’accroissement des mobilisations indiennes en défense de leurs droits s’accompagne de la judiciarisation de leurs luttes. Deux faits, apparemment contradictoires, peuvent expliquer ce mouvement : la dépossession, la violence et la criminalisation de leurs peuples et territoires, en raison d’un tournant néolibéral et extractiviste qui prédomine dans la région ; les nouvelles constitutions multiculturalistes en Amérique latine soutenues par les normes internationales qui ouvrent un espace pour la reconnaissance des droits des Indiens, spécialement du droit à l’autodétermination. 

Argumentaire : À partir des années 90 en Amérique Latine, l’accroissement des mobilisations indiennes en défense de leurs droits s’accompagne de la judiciarisation de leurs luttes. Deux faits, apparemment contradictoires, peuvent expliquer ce mouvement : la dépossession, la violence et la criminalisation de leurs peuples et territoires, en raison d’un tournant néolibéral et extractiviste qui prédomine dans la région ; les nouvelles constitutions multiculturalistes en Amérique latine soutenues par les normes internationales qui ouvrent un espace pour la reconnaissance des droits des Indiens, spécialement du droit à l’autodétermination (Gros et Dumoulin 2011 ; Hale 2002 ; Stavenhagen 2012 ; Valladares 2014).

Dans un contexte de crises économique et politique, le droit est devenu un instrument de lutte privilégié pour un nombre croissant de peuples indiens. Ils développent leur capacité à faire valoir des droits légalement reconnus, c’est-à-dire leur justiciabilité, face à la logique néocoloniale de l’État et du capital (Gómez 2013). Bien que ce soit une lutte inégale, des alternatives sont ouvertes pour défendre les droits collectifs et les rationalités juridiques traditionnelles, déjà reconnues dans le cadre international des droits de l’homme.

Le domaine judiciaire constitue une fenêtre pour analyser les limites et la portée du pluralisme juridique dans la gouvernance néolibérale. Pour cette raison, il est intéressant d’analyser les utilisations critiques du droit dans les espaces de pluralisme juridique où les cadres juridiques des échelles locales, nationales et internationales interagissent. La pluralisation du droit dans le domaine judiciaire permet-elle aux luttes des peuples autochtones de progresser vers plus d’émancipation, voire une décolonisation du droit ?

Le pluralisme juridique est une catégorie analytique qui a gagné en importance dans les sciences sociales latino-américaines, en particulier au sein de l’anthropologie juridique et dans le domaine des études critiques du droit (Wolkmer 2018; Yrigoyen 2012; Sánchez 1998; Santos 1988; Castro y Sierra 1998). Cette catégorie a émergé pour comprendre les relations complexes entre les différents ordres juridiques qui structurent les sociétés contemporaines et en particulier le rôle du colonialisme juridique. Elle permet de rendre compte de l’existence de configurations juridiques semi-autonomes où les systèmes normatifs des peuples indiens s’articulent avec le droit étatique hégémonique et le droit international. Une telle perspective remet en cause le centralisme du droit de l’État, base de la vision unitaire et moderne de l’État-nation. Elle montre l’existence d’une autre logique de régulation, elle aussi encastrée dans des relations de pouvoir et en interaction continue avec la loi hégémonique.

De ce fait, il est nécessaire d’aller au-delà des perspectives dualistes qui analysent les systèmes juridiques en tant qu’entités distinctes et mettre l’accent sur les dynamiques hybrides et interlégales pour considérer les différents niveaux, locaux, nationaux et mondiaux, où se réalise le droit. Pour cette raison, plusieurs auteurs préfèrent parler de pluralités juridiques et non du pluralisme juridique pour souligner les nombreux règlements qui coexistent et se chevauchent dans les sociétés modernes (Santos 1998 ; Sieder et Mc Neish 2013 ; Sierra 2011) dans le cadre légal de la gouvernance mondiale (Benda Beckmann et al 2009 ; Comaroff et Comaroff, 2006).

Projet de dossier : Fondé sur cette problématique, nous espérons recevoir des articles que réfléchissent sur les questions suivantes : Comment ces cadres réglementaires multiscalaires affectent-ils l’accès à la justice pour les peuples indiens et leurs institutions juridiques ? Est-il possible de faire un usage stratégique et décolonisant du droit dans le cadre du pluralisme juridique ? Comment les normativités différenciées sont-elles en conflit et quels effets ont-elles sur l’exercice des droits collectifs indiens ? Quels sont les effets de la reconnaissance de la justice indienne sur la structure judiciaire de l’État et dans quel sens l’intervention de la loi a transformé cette justice ? Comment d’autres sens de la justice sont identifiables dans les demandes de droits collectifs et dans leur judiciarisation ? Dans quelle mesure l’accès à la justice de l’État permet-il la protection contre la criminalisation de luttes et de la justice indienne ?

Modalités de soumission : Les propositions peuvent être soumises en français, espagnol ou anglais. Elles devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom ;
  • université ou laboratoire de rattachement ;
  • court CV avec adresse e-mail ;
  • titre envisagé de l’article ;
  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet d’article.

La date limite impérative de soumission des propositions d’articles est fixée au 20 mars 2019 à l’adresse suivante : cal94pluralisme@gmail.com

Le comité de rédaction de Cahiers des Amériques latines informera de l’acceptation ou non des propositions dans un délai de deux semaines.

Les articles de 45 000 signes environ (espaces, notes, bibliographie, résumés et mots-clés compris) devront être envoyés au coordinateur pour le 30 juin 2019. Ils seront soumis à une double évaluation anonyme.

La publication du dossier est prévue pour juin 2020.

Merci de bien vouloir consulter les instructions aux auteur-e-s : https://cal.revues.org/2324 Les articles ne répondant pas à ces instructions ne pourront être pris en compte.

Calendrier

  • Date limite de réception des propositions d’articles : 20 mars 2019.
  • Date limite de réception des articles : 30 juin 2019.
  • Publication prévue en juin 2020.

Comité scientifique

Le comité scientifique est composé de personnalités appelées à statuer sur la politique éditoriale de la revue et sur des questions ponctuelles d’expertise.

  • Luis Felipe de AlencastroProfesseur, histoire, université Sorbonne-Paris 1 (France)
  • Claude BataillonAncien directeur de recherche CNRS et professeur honoraire, géographie, université Toulouse-Le Mirail (France)
  • Carmen BernandProfesseure émérite, histoire, université Paris Ouest-Nanterre-La Défense (France)
  • Peter BirleChercheur, science politique, Ibero-Amerikanisches Institut, Berlin (Allemagne)
  • Bernard BretProfesseur émérite, géographie, université Lyon 3 (France)
  • Olivier CompagnonDirecteur de l’IHEAL, professeur, histoire contemporaine, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (France)
  • Martine DroulersDirectrice de recherche émérite CNRS, géographie (France)
  • Flavia FreidenbergProfesseure, science politique, Universidad Autónoma de México (Mexique)
  • Néstor García CancliniProfesseur, anthropologie, Universidad Autónoma Metropolitana (Mexique)
  • Antonio Sérgio A. GuimarãesProfesseur, sociologie, Universidade de São Paulo (Brésil)
  • Christian GrosProfesseur émérite, sociologie, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, IHEAL (France)
  • Serge GruzinskiDirecteur de recherche CNRS et directeur d’études EHESS, histoire, UMR Mondes américains (France)
  • Odile HoffmannDirectrice de recherche, géographie, IRD-Urmis (France)
  • Mona HuertaInstitut des Amériques (France)
  • Stephen Hugh-JonesProfesseur, anthropologie, King’s College, Cambridge (Royaume-Uni)
  • Hal KlepakProfesseur émérite, histoire, Royal College of Canada (Canada)
  • Jean-Pierre LavaudProfesseur émérite, sociologie, université des sciences et technologies de Lille 1 (France)
  • Annick LempérièreProfesseur, histoire, université Paris 1, UMR Mondes américains (France)
  • Jaime Marques-PereiraProfesseur, économie, université de Picardie-Jules Verne (France)
  • Guy MartinièreProfesseur émérite, histoire, université de La Rochelle (France)
  • Alain MussetDirecteur d’études EHESS, géographie, Centre de recherches historiques (France)
  • Daniel PécautDirecteur d’études EHESS émérite, sociologie, Centre d’étude des mouvements sociaux (France)
  • Marielle Pépin-LehalleurChargée de recherche honoraire CNRS (France)
  • Jean Revel-MourozDirecteur de recherche émérite CNRS, géographie (France)
  • Hélène Rivière d’ArcDirectrice de recherche émérite CNRS, géographie, Creda (France)
  • Yves Saint-Geoursambassadeur de France en Espagne (France)
  • Hervé ThéryProfesseur invité à l’université de São Paulo, directeur de recherche CNRS, géographie, Creda (France)
  • Héctor Hugo TrincheroProfesseur, anthropologie, Universidad de Buenos Aires (Argentine)
  • Juan Gabriel ValdésProfesseur, science politique et relations internationales, Universidad Austral de Chile (Chili)
  • Laurence WhiteheadSenior Research Fellow, science politique, université d’Oxford Nuffield College (Royaume-Uni)

Bibliographie

CASTRO Milka et SIERRA M. Teresa, « Derecho indígena y pluralismo jurídico en América Latina », (Numéro spécial), América Indígena, vol. LVIII, N° 1-2, 1998, p. 7-15.

GROS Christian et DUMOULIN David, Le Multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain ?, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012.

COMAROFF Jhon et COMAROFF Jean, Law and disorder in the poscolony, Chicago, IL, University of Chicago Press, 2006.

GÓMEZ Magdalena, « Los pueblos indígenas y la razón de Estado », Nueva Antropología, vol. XXVI, n° 78, 2013, p.43-62.

HALE Charles, « Governance, Cultural Rights and the Politics of Identity in Guatemala », Journal of Latin American Studies, vol. 34, n°3, 2002, p. 485-452.

SÁNCHEZ BOTERO Esther, Justicia y pueblos indígenas de Colombia, S. de Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 1998.

DE SOUZA SANTOS Boaventura, La globalización del derecho. Los Nuevos caminos de la regulación y la emancipación, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia – ILSA, 1998.

SIEDER Rachel et MACNEISH John, Gender Justice and Legal Pluralities. Latin American and African Perspectives, Oxon, USA, Routledge, 2013.

SIERRA María Teresa, « Pluralismo jurídico e interlegalidad. Debates antropológico en torno al derecho indígenas y las políticas de reconocimiento», in Victoria CHENAUT, Magdalena GÓMEZ, Héctor ORTÍZ y M.Teresa SIERRA, Justicia indígena y diversidad en América Latina. Pueblos indígenas ante la globalización, México, CIESAS – FLACSO- Ecuador, 2011.

STAVENHAGEN Rodolfo, Los pueblos indígenas y sus derechos, México, UNESCO, 2012.

VALLADARES DE LA CRUZ Laura (coord.), Nuevas violencias en América Latina. Los derechos indígenas ante las políticas neoextractivistas y las políticas de seguridad, México, UAM Itzapalapa-Juan Pablos éd., 2014.

VON BENDA-BECKMANN Franz, VON BENDA-BECKMANN Keebet et ECKERT Julia (eds.), Rules of Law and Laws of Ruling. On the governance of Law, Farnham, Ashgate, 2009.

WOLKMER Antonio Carlos, Pluralismo jurídico. Fundamentos de una nueva cultura del derecho, Madrid, Dykinson, 2018.

Forum Law as Culture

Through its homonymous forum, the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture” offers a space for interdisciplinary and intercultural exchange with international guests and fellows at the Center. The forum events normally take place on Tuesdays in the Center’s Max Weber Lecture Room and are open to the interested public. Admission is free.

The current program of April until July 2019 can be accessed here

PROJET LEGITIMUS. ÉTAT ET CULTURES JURIDIQUES AUTOCHTONES: UN DROIT EN QUÊTE DE LÉGITIMITÉ

États et cultures juridiques autochtones : un droit en quête de légitimité ou, plus simplement, le projet Legitimus, constitue un partenariat international de recherche comparative qui cherche à mieux comprendre les conditions de la mise en place, au Canada et ailleurs, de systèmes de droit qui organisent, sur une base plus égalitaire, la collaboration des cultures juridiques autochtones et non autochtones afin de contribuer à une gouvernance plus efficace.

Pourquoi le surnom Legitimus? Notre choix s’est arrêté sur ce mot latin, qui signifie à la fois « fixé, établi par la loi » et « qui est conforme aux règles, régulier » parce qu’il concilie les deux idées importantes de loi (et donc d’État) et de règles coutumières en plus de souligner un autre élément important du titre long : la légitimité.

MISSION

Les systèmes normatifs endogènes des autochtones ont été largement ignorés par les institutions officielles. Portés par l’oralité et caractérisés par l’absence de formalisme, ils sont difficilement accessibles aux chercheurs non autochtones et donc très peu connus en dehors du monde autochtone. Nous misons sur une relation de solidarité et de confiance avec nos partenaires autochtones pour rompre les solitudes juridiques.

La légitimité du droit est un facteur essentiel pour la vie en société, puisqu’elle induit non pas un sentiment d’obéissance subie, mais un sentiment actif de respect des relations sociales et juridiques. Notre recherche partenariale aide à mieux comprendre les manifestations, les causes et les conséquences des conflits de légitimité normative entre les ordres juridiques autochtones et étatiques, et à identifier les procédés novateurs de gestion de ces conflits.

WEBSITE : HERE

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique