COLLOQUE : Quelle autochtonie pour les Peuples autochtones ? Langue du droit et ingénieries institutionnelles

4 et 5 décembre 2019

Musée de l’Homme,

Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Ce colloque s’insère dans le cadre de l’année internationale des langues autochtones.

Il a pour objet d’examiner la manière dont la langue du droit tend à parler de l’autochtonie et fait parler les autochtones d’eux-mêmes.

Voir le programme en suivant le lien : Programme avec visuel

Appel à contribution : La théorie de l’État au défi de l’anthropologie Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Appel à contribution

La théorie de l’État au défi de l’anthropologie

Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Date limite le jeudi 12 décembre 2019

L’objectif du présent volume est de mettre en évidence la tension qui caractérise les rapports entre deux projets scientifiques : d’une part, le projet d’une théorie juridique de l’État ; d’autre part, le projet anthropologique. Par anthropologie on entend ici l’étude empirique des sociétés non-occidentales (notamment des sociétés que l’on avait coutume d’appeler « primitives » ou « archaïques ») dans la mesure où elle vise, comme l’écrivait Claude Lévi-Strauss, à manifester l’existence de « propriétés générales de la vie sociale ». Or l’anthropologie ainsi entendue s’est largement constituée en miroir avec la théorie de l’État. Au moment même où celle-ci cherchait en Europe à s’isoler dans l’abstraction d’un système clos de concepts (la souveraineté, la constitution, le droit positif, les fonctions de l’État, etc.), les découvertes anthropologiques invitaient au contraire à réinscrire l’État moderne occidental dans une compréhension plus générale de la vie sociale. L’anthropologie n’a cessé depuis lors d’interroger la théorie de l’État, contribuant ainsi à une critique constructive des réflexions occidentales relatives au pouvoir et au droit.

Selon une première perspective relevant de l’histoire des idées, les contributions pourront porter sur de grandes figures ou de grands moments de cette confrontation. Des études monographiques pourraient par exemple examiner l’apparition conjointe, chez certains auteurs du XVIIIe siècle, des linéaments d’une théorie de l’État et des premiers signes d’une recherche anthropologique (Montesquieu, Rousseau, les Écossais) ; ou les premières tentatives faites par des anthropologues pour définir le droit indépendamment de la théorie de l’État (Malinowski, Hoebel). D’autres contributions pourraient mettre en évidence la façon dont des juristes ont eu recours à l’anthropologie pour renouveler la théorie abstraite de l’État : Sumner Maine, Duguit, Hauriou, Hayek, ont montré chacun à leur manière que la juridiction, la législation et l’exécution n’étaient pas seulement des « fonctions », mais aussi des dimensions invariantes des sociétés humaines dont la genèse et l’articulation pouvaient être mises en évidence.

Selon une approche relevant de la philosophie du droit et de la philosophie politique, les contributions pourront aussi analyser, sous divers angles, les multiples implications des enseignements anthropologiques pour la théorie de l’État. En s’appuyant sur ceux-ci, certaines études sont ainsi susceptibles d’infirmer les prétentions propres à l’« universalisme abstrait » auquel s’attachent diverses conceptions de l’État, en soulignant par exemple leur caractère potentiellement ethnocentrique. D’autres contributions pourraient également, à partir des leçons de l’anthropologie, refuser l’identification du droit en général avec le droit de l’État et, contre ce lieu commun du positivisme juridique, reconsidérer avec davantage de finesse la coutume et plus largement le pluralisme juridique ; songeons ainsi au « deep legal pluralism » de John Griffiths. Certains travaux, enfin, pourraient aborder de front l’enjeu politique que soulève cette confrontation, en mettant notamment en lumière les doctrines politiques qui, de manière parfois sous-jacente, s’affrontent à propos de la définition idoine du droit et du pouvoir. 

Selon ces deux axes, l’ambition de ce volume est de proposer un autre regard sur la théorie de l’État, afin de soumettre au doute ses bases les plus convenues en croisant les approches de juristes et de philosophes, conformément à la ligne éditoriale de la revue Droit & Philosophie.

Les résumés de propositions de contribution, en français ou en anglais, devront être envoyés à l’adresse de la revue : droitphilosophie@gmail.com jusqu’au jeudi 12 décembre 2019 (inclus). Leur taille ne devra pas excéder 6000 signes (espaces comprises). Ils seront accompagnés d’une bibliographie. En vue de leur anonymisation pour l’évaluation par deux rapporteurs selon le principe du double anonymat, les fichiers devront être envoyés dans un format modifiable (.doc, .docx, .odt).

Numéro coordonné par Tristan Pouthier (Université d’Orléans) et Pierre-Marie Raynal (Université de Cergy-Pontoise)

 

Calendrier

Les notifications d’acceptation ou de refus seront données d’ici le 15 janvier 2020.

Les contributions complètes et définitives seront à remettre d’ici le lundi 15 juin 2020.

La publication numérique interviendra en novembre 2020 et la publication papier chez Dalloz au printemps 2021.

PARUTION

M. S. Jones, Birthright Citizens: A History of Race and Rights in Antebellum America, Cambridge University Press, 2018, coll. “Studies in Legal History”, 268.p

Birthright Citizens tells how African American activists radically transformed the terms of citizenship for all Americans. Before the Civil War, colonization schemes and black laws threatened to deport former slaves born in the United States. Birthright Citizens recovers the story of how African American activists remade national belonging through battles in legislatures, conventions, and courthouses.

They faced formidable opposition, most notoriously from the US Supreme Court decision in Dred Scott. Still, Martha S. Jones explains, no single case defined their status. Former slaves studied law, secured allies, and conducted themselves like citizens, establishing their status through local, everyday claims. All along they argued that birth guaranteed their rights. With fresh archival sources and an ambitious reframing of constitutional law-making before the Civil War, Jones shows how when the Fourteenth Amendment constitutionalized the birthright principle, the aspirations of black Americans’ aspirations were realized.

Cet ouvrage a fait l’objet d’au moins trois recensions: 

A. Twitty, Journal of Southern History, 2019, vol. 85, n°3, p. 686-687; 
R. D. Brown, Journal of the Early Republic, 2019, vol. 39, n°3, p. 575-577;
W. G. Thomas III, The Journal of the Civil War Era, 2019, vol. 9, n°3, p. 467-470.

PArution

K. Bridges, Critical Race Theory: a primer, Foundation Press, 2018

This highly-readable primer on Critical Race Theory (CRT) examines the theory’s basic commitments, strengths, and weaknesses. In addition to serving as a primary text for graduate and undergraduate Critical Race Theory seminars or courses on Race and the Law, it can also be assigned in courses on Antidiscrimination Law, Civil Rights, and Law and Society. The book can be used by any reader seeking to understand the relationship between constructions of race and the law.

The text consists of four Parts. Part I provides a history of CRT. Part II introduces and explores several core concepts in the theory―including institutional/structural racism, implicit bias, microaggressions, racial privilege, the relationship between race and class, and intersectionality. Part III builds on Part II’s discussion of intersectionality by exploring the intersection of race with a variety of other characteristics―including sexuality and gender identity, religion, and ability. Part IV analyzes several contemporary issues to which CRT speaks―including racial disparities in health, affirmative action, the criminal justice system, the welfare state, and education.

Parution

A. Nakissa, Anthropology of Islamic Law: Education, Ethics, and Legal Interpretation at Egypt’s Al-Azhar, New York, Oxford University Press, 2019, 312.p 

This book shows how hermeneutic theory and practice theory can be brought together to analyze cultural, legal, and religious traditions. These ideas are developed through an analysis of the Islamic legal tradition, which examines both Islamic legal doctrine and religious education. In terms of disciplinary orientation, the book combines anthropology and Islamicist history, utilizing both ethnography and in-depth analysis of Arabic religious texts. The book focuses on higher religious learning in contemporary Egypt, examining its intellectual, ethical, and pedagogical dimensions. Data is drawn from over two years of fieldwork inside al-Azhar University, Cairo University’s Dār al-ʿUlūm, and the network of traditional study circles associated with the al-Azhar mosque. Together these sites constitute the most important venue for the transmission of religious learning in the contemporary Muslim world. Although the book gives special attention to contemporary Egypt, it provides a broader analysis relevant to Islamic legal doctrine and religious education throughout history. 

 

 

conférence de Baudouin Dupret : « Le droit à proprement parler : avènement historique et pratiques contemporaines du droit positif, à partir de sa marge musulmane » (11 oct. 2019, Univ. de Bordeaux)

Université de Bordeaux
Faculté de droit et de science politique
Institut de recherche Montesquieu
Avenue Léon Duguit
Bâtiment recherche droit
Salle Manon Cormier
33608 PESSAC

Contact : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

 

 

 

clio@themis, n°16 : Droit et anthropologie : archéologie d’un savoir à la renaissance

  • GÉRALDINE CAZALS ET MARIE HOULLEMARE

    Les juristes et l’anthropologie à la Renaissance

    À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de (…)

     
  • RACHEL DARMON

    L’institution des dieux : mythologie, anthropologie et humanisme juridique à la Renaissance

    Résumé : Si l’anthropologie moderne diverge, par la systématicité de sa méthodologie, de pratiques d’écriture érudites au statut encore erratique, ses préoccupations n’étaient pas absentes de la démarche des humanistes, à l’intérieur, bien sûr de certaines limites. Au XVIe siècle commence à émerger une étude du fait religieux compris comme un fait de culture, comme une technique élaborée et institutionnalisée. L’humanisme juridique apporte à la tradition mythologique un cadre de réflexion sur le rôle des (…)

     
  • GÉRALDINE CAZALS

    Mens emblematica, mens juridica, mens anthropologica. Réflexions autour de la contribution des jurisconsultes humanistes auteurs d’emblèmes à l’anthropologie (premier XVIe siècle)

    Résumé : Cet article se propose d’analyser la place prise par les savoirs et les questionnements intéressant l’anthropologie dans le cadre des travaux liés au développement de l’emblématique dans la première moitié du XVIe siècle. Via l’étude de divers emblèmes composés notamment par André Alciat, Guillaume de La Perrière, Barthélemy Aneau ou Pierre Coustau, il s’attache à démontrer non seulement les liens entre emblématique, étude des rites antiques et analyse de différents phénomènes sociaux et humains, mais (…)

     
  • GAËLLE DEMELEMESTRE

    Les Dominicains et les Indiens

    Résumé : La conquête du Nouveau Monde a très rapidement suscité dans l’Espagne du XVIe siècle de violents débats, centrés autour de deux interrogations majeures portant sur le droit des Espagnols à la conquête et à la domination des Indes et sur leur droit à réduire les Indiens à l’esclavage. Pour y répondre, les théologiens et juristes espagnols de l’ordre de saint Dominique ont procédé à deux grandes innovations, que le présent article entreprend de développer. La première a été d’appuyer et de conforter leur (…)

     
  • GRÉGOIRE HOLTZ

    De l’« ensauvagement » à l’observation participante : archéologie d’une catégorie anthropologique

    Résumé : Cet article montre comment la notion d’observation participante, théorisée au XXe siècle, trouve ses origines dans les récits de voyages de la Renaissance qui expérimentent déjà l’enquête en immersion dans des sociétés étrangères. Si la légitimité de ces témoignages est héritée du paradigme judiciaire, les écrits juridiques empruntent réciproquement de nombreuses références aux récits pré-ethnographiques pour autoriser leur propos. Ces premières formes d’observation participante sont à la fois légitimées (…)

     
  • ANDREA DAHER

    Le Sauvage convertible dans l’alliance amicale franco-tupi (XVIIe siècle)

    Résumé : Ce texte porte sur l’inscription des « codes relationnels » établis avec les Indiens Tupinamba dans les récits des capucins Claude d’Abbeville et Yves d’Évreux, au début du XVIIe siècle, dans une perspective comparative par rapport au livre du huguenot Jean de Léry, dont ils sont tributaires. Il s’agit de répondre à la question de l’historicité de la notion de sympathie, dans la mise en place de critères d’identification (atribution de similitude) et de relation (hiérarchie) entre les hommes. (…)

     
  • CÉLINE ROYNIER

    L’anthropologie et le droit dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne : l’exemple du Philadelphus de R. Harvey (1593)

    Résumé : Richard Harvey, astrologue anglais du XVIe siècle, est un auteur assez méconnu. Pourtant, c’est dans son texte intitulé Philaldelphus, paru en 1593, qu’apparait pour la première fois en langue anglaise le terme d’« anthropology ». L’objet de cet article est de tenter de dégager le sens dans lequel est employé ce terme – qui est défini par l’auteur comme l’étude de la généalogie et des actes des personnes – à partir des éléments culturels de l’époque et notamment, d’éléments de culture juridique ainsi (…)

     
  • GILDUIN DAVY

    Par-delà les brumes du Nord : remarques sur la caractérologie juridique dans l’Historia om de nordiska folken d’Olaus Magnus (1555)

    Résumé : À bien des égards, Olaus Magnus – comme son frère Johannes – peut être considéré comme un père du gothicisme, entendu comme un mouvement d’idée engendrant une nouvelle approche anthropologique du Nord. Son Historia om de nordiska folken amorce en effet une nouvelle perception des peuples scandinaves (principalement les Suédois) dans laquelle est mis en lumière tout un faisceau de valeurs primaires qui configurent leur identité à la fois politique et juridique commune. En tout état de cause, sa (…)

     
  • JEAN-FRÉDÉRIC SCHAUB

    Le sang, notion politique et régulateur social sous l’Ancien Régime. Pour une histoire longue de la race

    Résumé : Un des arguments des historiens qui avancent que la question raciale ne prend forme qu’à l’époque contemporaine consiste à montrer que l’évocation du sang est métaphorique avant l’avènement du racisme dit scientifique. Il se serait agi d’évoquer la place de l’identité lignagère à travers une image, celle du sang qui coule de génération en génération. Le présent article, s’appuyant sur des sources à la fois normatives et littéraires, entend montrer au contraire que, dès la fin du Moyen Âge, le sang réel (…)

     
  • MARIE-CLARTÉ LAGRÉE

    Des apprentis anthropologues au Levant à la fin du XVIe siècle (Nicolay, Regnault, Giraudet, Villamont) : conditions de contact et questionnement

    Résumé : En s’appuyant sur quatre voyageurs français de la seconde moitié du XVIesiècle qui se sont rendus au Levant et ont publié leur récit, cet article étudie la vision anthropologique qui pouvait être la leur. Après avoir présenté les conditions de contact, d’un point de vue juridique et diplomatique, et avoir démontré que ces occasions étaient réelles, cette étude souligne la force de la croyance en l’unité du genre humain et avance que l’intérêt des voyageurs se porte non sur l’homme, mais davantage (…)

     

    Varia

  • CARLOS PETIT

    John H. Wigmore and European Culture in the Progressive Era

    Résumé : Nous nous intéressons ici aux initiatives de John Henry Wigmore (1863-1943), doyen de la faculté de droit de la Northwestern University. Depuis le début du dernier siècle, Wigmore a promu plusieurs collections (en anglais) d’œuvres de renommés juristes européens, en matiére du droit pénal, de l’histoire du droit, bref, de la philosophie du droit. Ces pages proposent des clefs pour procéder à une interprétation des collections et pour déveler les stratégies adoptées dans une dynamique de (…)

COLLOQUE :Le retour de la restitution. Géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour

Dates : Mercredi 12 juin 2019 – 09:00 – 19:00

Lieu : Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques, 75006 Paris, Amphi Durkheim 

Journée d’étude co-organisée entre le CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques – Inalco-Paris Diderot-IRD) et le CANTHEL (Centre d’anthropologie culturelle – université Paris Descartes)

Contacts :saskia.cousin@parisdescartes.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Inscription gratuite et obligatoire :https://www.billetweb.fr/le-retour-de-la-restitution

Repatriation strikes back. Sujet récurrent depuis une trentaine d’année, la question de la restitution des objets volés ou spoliés est de retour, dans un contexte politique a priori plus favorable. Si les préconisations du rapport Sarr-Savoy (2018) suscitent de vives confrontations au sein des mondes muséaux et marchands, cette journée d’études vise à dépayser le débat en donnant la parole aux acteurs, aux publics et aux pays concernés par le retour et l’accueil de ces objets.

La restitution est-elle le fait du prince, ou l’aboutissement de décennies de réclamations successives ? De quelle géopolitique est-elle le nom ? Quels sont les acteurs de cette histoire ? Quelles places donner aux diasporas longtemps ignorées par les musées européens ? Comment penser les transferts et les appropriations ici et là-bas ? Quels statuts ces objets sacrés et royaux devenus « fétiches de musées » vont-ils prendre lors de leur retour ? Quels seront leurs publics ? Comment considérer et expliquer les oppositions locales au retour ? Mêlant acteurs et chercheurs, organisée autour de questions vives et actuelles, mais aussi immémoriales, cette journée ambitionne de lancer le débat plutôt que de le clore.

Programme ICI

9h00 – Mot d’accueil.  Valérie Robin & Marie Salaun (directrices du Canthel) et Didier Nativel (directeur du Cessma). 

9h15 – Ouverture de la journée par son excellence Irénée Bienvenu Zevounou, Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin près l’UNESCO

9h30 – Introduction. Saskia Cousin (U. Paris Descartes/Canthel) et Alexandra Galitzine (Inalco/Cessma) : « Le retour de la restitution : l’entrée par les acteurs »

9h45-11h15 –Géopolitique de la restitution

11h30-13h00 – Musées, objets et diasporas : propriétés, appropriations

13h00-14h30 – Pause déjeuner

14h30-16h00 – Que penser, que faire des objets rapatriés ?

16h15-17h45 – Vers quoi retourner ? 

17h45-19h00 –débat : les identités au prisme de la restitution

Colloque : Grandes figures du droit de l’époque contemporaine, colloque international en l’honneur du doyen Christian Chêne

Colloque international en l’honneur du doyen Christian Chêne

jeudi 6 juin 2019

Salle des Actes
Faculté de droit, d’économie et de gestion
10, avenue Pierre Larousse
92240 Malakoff

Ce colloque a pour objectif de mettre en évidence des auteurs majeurs qui, par leurs œuvres ou par les sujets qu’ils ont traités, ont marqué leur époque. À ce titre, un choix de neuf grands juristes (ou spécialistes ayant étudié le droit) a été retenu. Les interventions viseront donc non seulement à mettre en lumière leur apport, mais aussi à dégager de grandes mutations du droit et de la science du droit, entre le début du XIXe siècle et les premières années du XXIe siècle.

Articulé en trois sessions thématiques, chacune présidée par un spécialiste, ce colloque portera successivement sur :
– l’exploration des fondements du droit, en mettant l’accent sur trois auteurs célèbres, dans trois domaines distincts : Otto Lenel (1849-1935) en droit romain, Georges Boyer (1896-1960) en assyriologie juridique et Alain Testart (1945-2013) en anthropologie juridique ;
– les innovations de juristes français dans trois secteurs du droit, qui ont aujourd’hui une résonance particulière : la question des droits d’auteur avec Auguste-Charles Renouard (1714-1878), celle de l’extradition avec Théophile Ducrocq (1829-1913) et les développements contemporains du droit bancaire avec Michel Cabrillac (1929-2014) ;
– l’apport de grands juristes européens à la science du droit avec Joseph Unger (1828-1913) dans l’empire austro-hongrois, William Searle Holdsworth (1871-1944) en Angleterre et Norberto Bobbio (1909-2004) en Italie.

Programme : voir ici


Première session – Exploration des fondements du droitS

10h30 Otto Lenel et le développement d’une étude historique sur le droit romain
M. Jose Javier de Los Mozos Touya, professeur à l’Université de Valladolid

11h00 Georges Boyer, une figure de la Faculté de droit de Toulouse
Mme Sophie Démare-Lafont, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, PSL

11h30 L’anthropologie du droit dans l’oeuvre d’Alain Testart
Mme Soazick Kerneis, professeur à l’Université Paris Nanterre

Deuxième session – Innovations de juristes français contemporainsS

14h00 Auguste-Charles Renouard (1794-1878), pionnier de la doctrine du droit d’auteur
M. Laurent Pfister, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Sorbonne

14h30 La contribution de Théophile Ducrocq au droit de l’extradition
M. Jean-Marie Augustin, professeur émérite à l’Université de Poitiers

15h00 Michel Cabrillac, un juriste visionnaire
M. Dominique Legeais, professeur à l’Université Paris Descartes, directeur du CEDAG (EA 1516)

Troisième session – Apports européens

Sous la présidence de M. Jean-Yves de Cara, professeur émérite à l’Université Paris Descartes, membre du Centre Maurice Hauriou (EA 1515)

16h00 Joseph Unger, père fondateur de la science civiliste autrichienne
M. Franz-Stefan Meissel, professeur à l’Université de Vienne

16h30 Notes sur le précédent en Common Law au regard de l’œuvre de William Searle Holdsworth
M. Frédéric Rideau, maître de conférences à l’Université de Poitiers

17h00 Norberto Bobbio : entre positivisme juridique et histoire
M. Paolo Alvazzi Del Frate, professeur à l’Université Roma Tre, membre associé de l’Institut d’Histoire du Droit (EA 2515)

Colloque : Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ? (24-25 mai, Aix-Marseille Université)

Colloque

Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ?

Du vendredi 24 mai 2019 au samedi 25 mai 2019


Présentation

Un colloque sur un sujet très actuel mais qui n’attire malheureusement pas assez l’attention. Cet évènement a pour but de sensibiliser à la cause de la protection et de la reconnaissance pleines et entières des peuples autochtones et de leur patrimoine.

Nous mettons un point d’honneur sur la recherche d’intervenants de qualité et concernés par ces problématiques : ONG en contact direct avec les peuples, représentants d’autochtones, juristes, chercheurs spécialistes, etc.

Des temps d’échange seront organisés entre le public et les intervenants.

Se tiendra également une exposition de grands photographes professionnels dans le Hall principal de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, du lundi 20 mai au samedi 25 mai 2019.

Programme

Vendredi 24 mai 2019

13h30 : Accueil des participants et allocution de bienvenue

14h00 : Conférence introductive

Peuples autochtones et environnement : Écocide, biopiraterie, appropriation des expressions culturelles – Exemple du peuple Kanak en Nouvelle- Calédonie 
Mme. Subama Mapou, porte-parole IKAPALA et Comité Rhéébù Nùù

Reconnaissance et statut juridique des peuples autochtones 
Mr. Daniel Arboleda, doctorant AMU

15h30 : Pause

Table ronde n°1 – Droit à la terre

15h45 : Le droit de propriété des peuples autochtones 
Pr. Aurélie Laurent, université du Mans

Les menaces aux territoires – l’affaire Montagne d’Or 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

17h20 : Exposition et buffet

Discussions informelles entre les différents intervenants et le public autour d’un buffet et d’œuvres photographiques professionnelles

19h30 : Clôture

Samedi 25 mai 2019

9h00 : Accueil des participants / petit-déjeuner

Table ronde n°2 – l’importance des cultures autochtones

09h15 : Opportunités et contraintes du patrimoine culturel immatériel pour les cultures autochtones 
Pr. Laurent  Sébastien Fournier, Université AMU

La notion de “génocide culturel” – Le cas des residential schools au Canada 
Mme. Lorraine Dumont, doctorante AMU

10h45 : Pause

Table ronde n°3 – Les actions menées en faveur des peuples autochtones

11h00 : Les actions pour la préservation de la Culture – ACCB Bordeaux et les arrivants de Nouvelle- Calédonie 
Mme. Rachelle Hnawia, représentante Association ACCB

Protection des expressions culturelles, symboles et artisanat traditionnel 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

12h30 : Clôture et restauration

Accès gratuit, tout public

Faculté de droit et science politique
Amphithéâtre Favoreu
3 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

Source : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/31603-les-peuples-autochtones-quels-droits-quelle-protection

Blog d'actualité de l'anthropologie juridique