Études post-coloniales et post-conflit au prisme de l’anthropologie politique

Séminaire de recherche

Études post-coloniales et post-conflit au prisme de l’anthropologie politique

Co-animé par Dorothée Delacroix et Valérie Rosoux

Organisé par Dorothée Delacroix

Avec le soutien de l’ISPOLE et du centre DVLP,en collaboration avec les « Midis du GRIAL »

19 février 2019

15h-16h30 | salle 4015 (4ème étage)

 Institut d’Études Européennes, rue du Marais 119, Bruxelles.

Dorothée Delacroix

Régimes de vérité et politiques du doute à « l’ère de l’os ». Rôle de l’ADN et adoptions rituelles des corps récupérés dans les charniers au  Pérou et en Espagne

Discutant : Stéphane Michonneau (Université de Lille, IRHIS)

Résumé

De part et d’autre de l’Atlantique, depuis une vingtaine d’années, l’ouverture des charniers liés aux conflits armés du XXe siècle connait un essor considérable. L’analyse ADN, comme méthode d’identification des victimes, est caractéristique de cette période que Ferrandiz (2014) qualifie d’« ère de l’os ». Afin de rendre compte des représentations que charrie l’identification des corps en sol ibéro-américain depuis le tournant médico-légal, cette présentation prétend explorer un double enjeu : d’une part, celui de l’appropriation progressive de la rhétorique de l’ADN par les mouvements de défense des droits humains, d’autre part, celui de légalisation de la mort et de la vérification du statut de victime menées par les pouvoirs publics à travers les instituts médico-légaux.

Si le « pouvoir du sang »(Gatti 2014, Sosa 2014) semble aujourd’hui indissociable de la quête des disparus et des bébés volés en Argentine, qu’en est-il au Pérou et en Espagne ? Dans quelle mesure la technique de la recherche ADN a-t-elle engendré un bouleversement du rapport aux morts, mais aussi à l’identité et au passé ? Le travail de terrain réalisé simultanément dans les Andes péruviennes et en Navarre (entre 2015 et 2018) montre que l’encadrement professionnel des exhumations – depuis le début des années 2000 – et les techniques d’identification utilisées aujourd’hui conduisent parfois à une remise en question l’identité des corps récupérés vingt à quarante ans plus tôt, parfois de façon informelle, toujours pour leur valeur symbolique et collective. Malgré la logique humanitaire à l’œuvre en Espagne et le fait que les acteurs centraux des processus d’exhumation soient les petits-enfants des victimes du franquisme, les « échecs » des fouilles – liés, par exemple, à des erreurs de localisation ou à une récupération d’un corps qui n’est pas entier – impliquent la réouverture de sépultures plus anciennes : celles qui avaient été réalisées à l’issue des exhumations appelées « précoces » ou « clandestines » à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt. Des lieux de souvenir, entretenus depuis deux à trois décennies par les familles qui imaginaient détenir là le corps de leur proche, sont ainsi ouverts et « vérifiés » grâce aux nouvelles technologies qui s’appuient sur l’analyse ADN. Que vient bousculer cette « épreuve de vérité » (Fassin 2010) et quel est son impact sur les représentations du corps et de la mort, sur les positionnements politiques que défendent différents collectifs et différentes personnes, mais encore sur les relations rituelles aux défunts ?

Biographie

Docteure en anthropologie et licenciée en philosophie, Dorothée Delacroix est actuellement post-doctorante du programme MOVE-IN Louvain cofinancé par les Actions Marie Skłodowska-Curie. Elle est membre de l’Institut de sciences politiques Louvain Europe (ISPOLE) de l’Université catholique de Louvain et associée au CREDA (Paris 3 Sorbonne-Nouvelle). Elle a été membre scientifique de la Casa de Velázquez (2016-2017), enseignante à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine (2017-2018), à l’Université de Nanterre (2015-2016) et à l’Université de Toulouse 2 (2010-2014). En 2016, elle a reçu le prix de thèse de l’Institut Varenne dans la catégorie Démocratisation et post-conflit qui donna lieu à la publication d’une version remaniée de sa thèse intitulée De pierres et de larmes. Mémorialisation et discours victimaire dans le Pérou d’après-guerre(Lextenso Editions, 2016). En 2019, elle a été lauréate du fonds Françoise-Marie Peemans de l’Académie royale de Belgique pour ses recherches sur les exhumations au Pérou et en Colombie.

PROGRAMME  2018/2019

Au lendemain de conflits socio-politiques ou socio-environnementaux, il est devenu pratique courante de mettre en œuvre des mécanismes visant à créer des « tables de concertation » et à indemniser les victimes pour une « consolidation durable de la paix ». Il s’agit cependant d’interventions qui ne sont pas exemptes d’ambiguïtés et de contradictions dans la mesure où certains idéaux normatifs sont susceptibles de se manifester sous la forme d’ingérence dans les structures de gouvernance locales et d’obligations morales envers les populations touchées par ces conflits et/ou différentes formes de discriminations.

Ce séminaire se veut le lieu d’une réflexion critique de ces processus ainsi que des réponses et des répertoires d’action déployés aussi bien par les populations que par les différents acteurs institutionnels en Amérique latine. Les politiques de consultation des populations locales, dans le cas des activités minières, et de réparation aux victimes constituent bien souvent une forme de mise à l’agenda politique des populations historiquement discriminées et exclues par leurs États, mais aussi une façon de (re)définir et (re)négocier les rapports de pouvoir. Les études en sciences sociales sur le « post-conflit » montrent souvent l’importance, pour ces populations, de la gestion du capital culturel des pourvoyeurs de l’aide comme l’est, par exemple, le vocabulaire du droit international humanitaire. Afin d’éviter la reproduction des discours monolithiques et hautement normatifs qui façonnent et soutiennent la légitimité de ces programmes d’aide, ce séminaire propose d’œuvrer à une analyse critique qui permette d’historiciser ces « politiques d’aide » et de rendre visible, à travers un travail d’enquête ethnographique et/ou historiographique, les défis que pose leur mise en œuvre.

Quelques questions traverseront les séances :

·     Comment identifier et nommer les paradoxes susceptibles d’être ancrés dans ces « politiques de l’aide » ?

·     Comment rendre compte et analyser les modalités de participation des populations visées par ces mêmes politiques ?

·   Quelles nouvelles économies morales conduisent à imposer la mise en œuvre de ces programmes ? Et que dire du risque de dépolitisation des acteurs et de leur construction comme sujet passif et vulnérable ?

Les séances du séminaire se tiendront dans la salle B290 du bâtiment Leclerc, de 13h à 14h30, sauf cas exceptionnels (mentionnés en italique ci-dessous).

Prochaines séances : 

22 ou 24 février 2019 (date et horaires à confirmer)
Séance spéciale au Musée Royal de l’Afrique centrale Delphine Griveaud, Mathilde Sallerin et Valérie Rosoux | Quelles réparations post-coloniales ?

16 avril 2019 à 17h
Karine Vanthuyne | Responsabilité sociale des entreprises et conflits socio-environnementaux : de l’apaisement à la radicalisation de l’opposition.

29 avril 2019
Mathilde Périvier | Défier le voisinage, les institutions et leurs autorités. Retour sur les déambulations d’un rara du Bel Air à Port-au-Prince (Haïti).

29 avril 2019 à 17h
Catherine Bourgeois | Commémorer ensemble ? Le massacre de 1987 à la frontière dominico-haïtienne.

6 mai 2019 Julie Lavielle | Le Parque monumento de Trujillo : la consécration d’une mise en récit d’un massacre face aux multiples cadres sociaux de la mémoire en Colombie.

13 mai 2019
Laura Tejero | Justice transitionnelle et subjectivités politiques en contexte péruvien.

8 juillet 2019 Capucine Boidin | Études décoloniales et post-coloniales en débat.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.