Tous les articles par Frédéric

SÉMINAIRE ÉCOLE DE DROIT E SCIENCES PO : “LE DROIT FRANÇAIS AU PRISME DE LA QUESTION RACIALE”

Photo : Diversity hands raised up gesture ®shutterstock/Rawpixel

 

SÉMINAIRE DE L’ÉCOLE DE DROIT DE SCIENCES PO

Jeudi, 28 Novembre, 2019 – 12:4514:15

Lionel Zevounou interviendra sur le thème : Le droit français au prisme de la question raciale.

Ce travail théorique, encore à l’état de friche, propose une analyse du droit français au prisme de la « race ». De la Révolution française à la Ve République, la France a dominé sur un empire colonial important. Parant, il apparaît difficile de faire l’impasse sur la contribution des juristes et des catégories juridiques à l’exercice d’une telle domination.

Après un rappel du rapport entretenu entre différents régimes juridiques et question raciale (de la Révolution à la IIIe République), on tentera d’identifier la manière dont elle ressort en droit français. L’appréhension de la « race » par ce dernier système juridique présente en effet, une spécificité par rapport aux États-Unis. Dire cela n’obère pas les analogies possibles et les emprunts intellectuels – notamment le mouvement des Critical Race Theory –, pour autant qu’ils soient pertinents d’un point de vue épistémologique.

Lionel Zevounou est Maître de conférences en droit public à l’Université Paris Nanterre et membre du Centre de théorie et analyse du droit (CTAD). Il enseigne le droit administratif de l’Union européenne, le droit administratif et la gestion publique. Ses domaines de recherche sont la théorie du droit et le droit économique.
Il a notamment publié Les usages de la notion de concurrence en droit, Paris, LGDJ, 2012. Depuis 2018, il est membre de l’Institut universitaire de France. Dans le cadre de son projet de recherche sur Le discours juridique sur l’assimilation il est Visiting Senior Researcher à la Yale Law School. À partir de l’année 2020, il animera à l’EHESS un séminaire intitulé Race, droit et sciences sociales en collaboration avec Abdellali Hajjat (ULB) et Silyane Larcher (CNRS). 

Event details
 
Date: 
Jeudi, 28 Novembre, 2019 – 12:4514:15
 
Lieu: 
Sciences Po – 13 rue de l’Université – Paris 7ème – Salle 410T (4e étage)

Revue droit et cultures, n°78, 2019

78 | 2019/2
De l’émancipation à la justice environnementale

Réflexion à partir de l’expérience brésilienne d’éducation à l’environnement critique
From Political Emancipation to Environmental Justice. The Brazilian Experience
 
 

Table ronde autour de… LA VOIE CHEYENNE

Programme

 

13h30 : Lectures de… Karl N. Llewellyn et E. Adamson Hoebel, La voie cheyenne : conflit et jurisprudence dans la science primitive du droit

Table ronde organisée par Pierre Bonin et Pierre Brunet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRJS, et Soazick Kernels, Université Paris Nanterre, CHAD

Le trouble exemplaire universel, nouvelle introduction à La voie cheyenne
Louis Assier-Andrieu, CNRS, Sciencepo Paris

De Cheyenne Way à Theory of Rules, ou du pluralisme à la praxéologie : l’évolution d’usages personnels de Llewellyn
Baudouin Dupret, CNRS, Université catholique de Louvain

La réception de Cheyenne Way. Réflexions autour de la construction d’un ouvrage classique
Yannick Ganne, Université de Strasbourg

L’influence réaliste dans la démarche de la Voie Cheyenne ?
Eric Millard, Université Paris Nanterre

Droit moderne, voie cheyenne et juridicité comparée : d’une impasse à une issue et retour
Frédéric F. Martin, Université de Nantes

Terrain et droit – éléments d’épistémologie comparée
Julie Colemans, Université de Liège

La Voie cheyenne, une saga américaine ? Relire Llewellyn et Hoebel à la lumière des Sturlungar
Gilduin Davy, Université Paris Nanterre

LIEU :  Centre Port-Royal
Salle des séminaires
Bâtiment Suzanne Bastid, 2e étage
1 rue de la glacière
75013 Paris

 

 

Soutenance de these de Marc Goetzmann

À l’ombre du Léviathan

Coutume et propriété comme « faisceau de droits » de Henry Sumner Maine à Elinor Ostrom

Marc Goetzmann

jeudi 05 décembre 2019 à 14:00
 

Composition du jury

Frédéric Audren, Directeur de recherches CNRS, Sciences Po Paris

Stéphane Chauvier, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Myrian-Isabelle Ducrocq, Maître de Conférences HDR, Université Paris-Nanterre

Bruno Karsenti, Directeur d’études, EHESS

Mélanie Plouviez, Maître de Conférences, Université Côte d’Azur

Pierre-Yves Quiviger, Professeur, Université Côte d’Azur

Résumé de la thèse

Ce travail souligne les liens directs ou indirects de filiation entre l’étude contemporaine des « communs » par Elinor Ostrom et ses collègues et celle des « communautés de village » par certains penseurs de la fin du XIXe siècle. En particulier, ces deux corpus contestent explicitement le recours à la figure du « Léviathan » comme souverain, producteur du droit et protecteur de la propriété individuelle. Il s’agit de montrer, à travers les œuvres de Henry Sumner Maine et John Stuart Mill, que le problème de la gestion de l’Inde coloniale vient alimenter les débats européens de l’époque sur un ensemble de questions, telles que celle de l’alternative entre propriété individuelle et collective, de la codification juridique, ou de la nature de la souveraineté. Le paradigme philosophique et juridique hérité de Hobbes, Bentham et Austin se voit ainsi contesté, face à l’existence des « communautés » de village aux régimes de propriété complexes et régulées par des systèmes coutumiers indépendants de tout « souverain ». La coutume apparaît dans ces communautés comme un ensemble de règles ayant pour fonction de permettre la gestion collective de ressources, ce que confirme et précise l’étude des communs par Elinor Ostrom. C’est aussi dans ce cadre que l’on peut situer l’origine d’une certaine acception de la propriété comme « faisceau de droits ». Nous proposons une forme de généalogie de cette expression, afin de montrer que, dans le contexte du XIXe comme dans celui, plus récent, de l’étude des communs, elle ne désigne pas un ensemble fragmenté de droits, mais bien plutôt une structure spécifique marquée par une conception patrimoniale de la propriété qui se distingue de l’idée de propriété comme maîtrise absolue de l’individu sur les choses. Ces comparaisons contribuent aussi à une compréhension élargie des problèmes de coopération, en soulignant le rôle que la coutume peut jouer dans leur résolution.

 

In the Shadow of the Leviathan. Customary law and property as a « bundle of rights » from Henry Sumner Maine to Elinor Ostrom

This work highlights the direct or indirect links between the contemporary study of « commons » by Elinor Ostrom and her colleagues and that of « village communities » by some late 19th century thinkers. In particular, these two corpuses explicitly challenge the use of the figure of the Leviathan as sovereign, source of the law and protector of individual property. The works of Henry Sumner Maine and John Stuart Mill show that the problem of managing colonial India fueled debates that interested their European contemporaries on questions such as the alternative between individual and collective property, the problem of legal codification, or the nature of sovereignty. The philosophical and legal paradigm inherited from Hobbes, Bentham and Austin is thus challenged in the face of the existence of these « village communities » and their complex structures of ownership, regulated by customary systems independent from any « sovereign ». Custom then appears in these communities as a set of rules designed to allow the collective management of resources, which is confirmed and clarified by Elinor Ostrom’s study of the commons. It is also in this context that the origin of the idea of property as a « bundle of rights » can be found. We show that, in the 19th century as in the more recent studies on the commons, this idea does not refer to a fragmented set of rights, but rather to a specific structure, that encapsulates a patrimonial conception of property, to be distinguished from the idea of property as the absolute dominion of individuals over things. These parallels also offer valuable insights on problems of collective action and cooperation, by highlighting the role customary law plays in solving them.

LIEU : Cité Universitaire Internationale de Paris. Auditorium du Collège Franco-Britannique
9 B Boulevard Jourdan
75014 Paris.

COLLOQUE : Quelle autochtonie pour les Peuples autochtones ? Langue du droit et ingénieries institutionnelles

4 et 5 décembre 2019

Musée de l’Homme,

Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Ce colloque s’insère dans le cadre de l’année internationale des langues autochtones.

Il a pour objet d’examiner la manière dont la langue du droit tend à parler de l’autochtonie et fait parler les autochtones d’eux-mêmes.

Voir le programme en suivant le lien : Programme avec visuel

COLLOQUE :Le retour de la restitution. Géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour

Dates : Mercredi 12 juin 2019 – 09:00 – 19:00

Lieu : Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques, 75006 Paris, Amphi Durkheim 

Journée d’étude co-organisée entre le CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques – Inalco-Paris Diderot-IRD) et le CANTHEL (Centre d’anthropologie culturelle – université Paris Descartes)

Contacts :saskia.cousin@parisdescartes.fralexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr

Inscription gratuite et obligatoire :https://www.billetweb.fr/le-retour-de-la-restitution

Repatriation strikes back. Sujet récurrent depuis une trentaine d’année, la question de la restitution des objets volés ou spoliés est de retour, dans un contexte politique a priori plus favorable. Si les préconisations du rapport Sarr-Savoy (2018) suscitent de vives confrontations au sein des mondes muséaux et marchands, cette journée d’études vise à dépayser le débat en donnant la parole aux acteurs, aux publics et aux pays concernés par le retour et l’accueil de ces objets.

La restitution est-elle le fait du prince, ou l’aboutissement de décennies de réclamations successives ? De quelle géopolitique est-elle le nom ? Quels sont les acteurs de cette histoire ? Quelles places donner aux diasporas longtemps ignorées par les musées européens ? Comment penser les transferts et les appropriations ici et là-bas ? Quels statuts ces objets sacrés et royaux devenus « fétiches de musées » vont-ils prendre lors de leur retour ? Quels seront leurs publics ? Comment considérer et expliquer les oppositions locales au retour ? Mêlant acteurs et chercheurs, organisée autour de questions vives et actuelles, mais aussi immémoriales, cette journée ambitionne de lancer le débat plutôt que de le clore.

Programme ICI

9h00 – Mot d’accueil.  Valérie Robin & Marie Salaun (directrices du Canthel) et Didier Nativel (directeur du Cessma). 

9h15 – Ouverture de la journée par son excellence Irénée Bienvenu Zevounou, Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin près l’UNESCO

9h30 – Introduction. Saskia Cousin (U. Paris Descartes/Canthel) et Alexandra Galitzine (Inalco/Cessma) : « Le retour de la restitution : l’entrée par les acteurs »

9h45-11h15 –Géopolitique de la restitution

11h30-13h00 – Musées, objets et diasporas : propriétés, appropriations

13h00-14h30 – Pause déjeuner

14h30-16h00 – Que penser, que faire des objets rapatriés ?

16h15-17h45 – Vers quoi retourner ? 

17h45-19h00 –débat : les identités au prisme de la restitution

Colloque : Grandes figures du droit de l’époque contemporaine, colloque international en l’honneur du doyen Christian Chêne

Colloque international en l’honneur du doyen Christian Chêne

jeudi 6 juin 2019

Salle des Actes
Faculté de droit, d’économie et de gestion
10, avenue Pierre Larousse
92240 Malakoff

Ce colloque a pour objectif de mettre en évidence des auteurs majeurs qui, par leurs œuvres ou par les sujets qu’ils ont traités, ont marqué leur époque. À ce titre, un choix de neuf grands juristes (ou spécialistes ayant étudié le droit) a été retenu. Les interventions viseront donc non seulement à mettre en lumière leur apport, mais aussi à dégager de grandes mutations du droit et de la science du droit, entre le début du XIXe siècle et les premières années du XXIe siècle.

Articulé en trois sessions thématiques, chacune présidée par un spécialiste, ce colloque portera successivement sur :
– l’exploration des fondements du droit, en mettant l’accent sur trois auteurs célèbres, dans trois domaines distincts : Otto Lenel (1849-1935) en droit romain, Georges Boyer (1896-1960) en assyriologie juridique et Alain Testart (1945-2013) en anthropologie juridique ;
– les innovations de juristes français dans trois secteurs du droit, qui ont aujourd’hui une résonance particulière : la question des droits d’auteur avec Auguste-Charles Renouard (1714-1878), celle de l’extradition avec Théophile Ducrocq (1829-1913) et les développements contemporains du droit bancaire avec Michel Cabrillac (1929-2014) ;
– l’apport de grands juristes européens à la science du droit avec Joseph Unger (1828-1913) dans l’empire austro-hongrois, William Searle Holdsworth (1871-1944) en Angleterre et Norberto Bobbio (1909-2004) en Italie.

Programme : voir ici


Première session – Exploration des fondements du droitS

10h30 Otto Lenel et le développement d’une étude historique sur le droit romain
M. Jose Javier de Los Mozos Touya, professeur à l’Université de Valladolid

11h00 Georges Boyer, une figure de la Faculté de droit de Toulouse
Mme Sophie Démare-Lafont, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, PSL

11h30 L’anthropologie du droit dans l’oeuvre d’Alain Testart
Mme Soazick Kerneis, professeur à l’Université Paris Nanterre

Deuxième session – Innovations de juristes français contemporainsS

14h00 Auguste-Charles Renouard (1794-1878), pionnier de la doctrine du droit d’auteur
M. Laurent Pfister, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Sorbonne

14h30 La contribution de Théophile Ducrocq au droit de l’extradition
M. Jean-Marie Augustin, professeur émérite à l’Université de Poitiers

15h00 Michel Cabrillac, un juriste visionnaire
M. Dominique Legeais, professeur à l’Université Paris Descartes, directeur du CEDAG (EA 1516)

Troisième session – Apports européens

Sous la présidence de M. Jean-Yves de Cara, professeur émérite à l’Université Paris Descartes, membre du Centre Maurice Hauriou (EA 1515)

16h00 Joseph Unger, père fondateur de la science civiliste autrichienne
M. Franz-Stefan Meissel, professeur à l’Université de Vienne

16h30 Notes sur le précédent en Common Law au regard de l’œuvre de William Searle Holdsworth
M. Frédéric Rideau, maître de conférences à l’Université de Poitiers

17h00 Norberto Bobbio : entre positivisme juridique et histoire
M. Paolo Alvazzi Del Frate, professeur à l’Université Roma Tre, membre associé de l’Institut d’Histoire du Droit (EA 2515)

LIVRE : Les reliques en action – Variations juridiques sur la force agissante des choses sacrées

Sous la direction de Xavier Perrot (Presses Universitaires de Limoges, 2019)

Le présent ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de Limoges en 2016, année des 72e Ostensions septennales limousines et marchoises. Ces célébrations furent l’occasion pour juristes et historiens de réinterroger, différemment peut-être, la notion de relique à l’aune de ce corps-objet qui, faisant image, fait agir et réagir au sein de l’espace sacré d’hier, mais aussi civique d’aujourd’hui.

Dix contributions consacrées essentiellement aux reliques chrétiennes se distribuent ainsi dans ce volume, autour de la triade Réagir, Vénérer, Douter, trois verbes d’action qui lèvent un coin du voile sur le mystère de la sainteté, les émotions face au sacré et les enjeux juridiques contemporains. Objets de vénération, parfois de détestation, objets patrimoniaux et également objets de droit, les reliques sont bien dans la cité – en action – ce qui en fait des objets bons à penser pour les sciences sociales.

Sommaire :

– Avant-propos, Xavier Perrot

Vénérer

– L’agilité triomphante des saints : le « corps animé » de Catherine de Bologne (Stéphane Boiron)

– Le manuscrit de la lettre florentine des Pandectes : une relique civique (Valérie Hayaert)

– Réflexions sur l’inscription des Ostensions septennales limousines par l’UNESCO sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (Virginie Saint-James)

Réagir

– Reliques et puissance sacrale paroissiale – Limoges XVIIe-XVIIIe siècles (Pascal Texier)

– Une « dévotion indiscrète » Privation de reliques et émotion populaire au début du XVIIIe siècle. Le cas de saint Julien d’Alexandrie (Albrecht Burkardt)

– Le dernier voyage de saint Jean de Rila La translation des reliques dans le contexte du début de la domination ottomane (Ivan Biliarsky)

– Les reliques et les Protestants (Dominique Gaurier)

Douter

– Définir la relique : entre authenticité et identité (Laura Viaut)

– Statut du cadavre et reliques humaines (Anne-Blandine Caire)

– Les Ostensions limousines devant le Conseil d’état (Jean Morange)

Collection CIAJ
Année de publication 2019
Langue Français
ISBN10 2-84-287-736-1
ISBN13 9782842877361
Format Livre broché
Pages 216
Discipline Droits, Sciences éco, gestion

SITE DE l’EDITEUR : ICI

Contrat doctoral : Les usages du droit en régime autoritaire – Mondes arabe et musulman

Informations générales

Référence : UMR5115-BAUDUP-001
Lieu de travail : PESSAC
Date de publication : jeudi 9 mai 2019
Nom du responsable scientifique : Baudouin Dupret
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L’étude des recompositions de l’Etat en contexte plus ou moins autoritaire ne peut faire l’économie du rôle que les gouvernants entendent faire jouer au droit et aux institutions de la justice. Il est en effet marquant de constater à quel point les gouvernants se sentent contraints et justifiés, dans ces régimes, à saisir les institutions du droit pour mener leur politique. La théorie positiviste marque une distinction nette entre le droit et la morale, considérant qu’une règle n’a pas besoin d’être morale pour être juridique et, partant, que l’Etat de droit (rule of law) peut être réduit au gouvernement par le droit (rule by law). Cela suppose en général deux choses: d’une part, que les gouvernants mettent en place un arsenal législatif susceptible de fonder cette conception autoritaire de la gouvernance; d’autre part, qu’ils réduisent au maximum la part interprétative du travail des juges, qu’ils cantonnent à leur rôle de “bouche de la loi”. Cette formule de gouvernement par le droit ne doit pas être confondue avec cette autre formule qui consiste en la violation par un Etat et ses institutions des règles juridiques de façade qu’il n’édicte qu’à des fins d’affichage et de consommation internationale. En contexte autoritaire, on peut observer des usages du droit correspondant à l’une ou l’autre de ces formules ou à une combinaison des deux. Entre usage restrictif et usage cosmétique du droit, il existe un continuum de situations où le droit est instrumentalisé à diverses fins. Dans tous les cas de figure, l’on constate le recours au droit comme outil de l’autoritarisme. En parallèle, on observe que la construction autoritaire de l’Etat n’est jamais parfaite et que les acteurs et usagers des institutions concernées investissent les interstices laissés vacants par les gouvernants et cherchent à exploiter les marges qui leur sont offertes. C’est à l’étude de ces usages du droit, à l’exploration de ces cas de figure et à leur documentation empirique que la thèse devra s’atteler.

Contexte de travail

Pôle de recherche et d’enseignement pluridisciplinaire d’envergure reconnu internationalement, Les Afriques dans le monde est rattaché au CNRS et à Sciences Po Bordeaux. Il regroupe des politistes, anthropologues, économistes, géographes, historiens et littéraires. LAM est associé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à l’Université Bordeaux Montaigne et à l’Université de Bordeaux. Son périmètre de recherche englobe l’ensemble du continent africain, la Caraïbe, les sociétés issues de la traite et les diasporas noires.

Informations complémentaires

Le/la candidate sera titulaire d’un master. Il/elle devra nécessairement avoir une bonne formation juridique, mais aussi dans les sciences sociales s’intéressant au droit. Il/elle maîtrisera le français et l’anglais, ainsi que la langue et le système juridique du pays sur lequel il/elle mènera sa recherche. Il/elle mènera des travaux ethnographiques et documentaires, entre l’observation du fonctionnement des institutions juridiques et judiciaires, d’une part, et l’analyse des textes jurisprudentiels et des dossiers des cas étudiés, de l’autre. La thèse supposera de longs séjours de terrain. En-dehors de ces séjours, le/la candidate devra participer activemnt aux activités du laboratoire LAM et de l’école doctorale SP2.

Consulter cette offre : ici

REVIEW : The Journal of Legal Pluralism and Unofficial Law, VOL. 50, 2018

Introduction
Ethnographic legal studies: reconnecting anthropological and sociological traditionsJonas Bens & Larissa Vetters
Legal pluralism, social theory, and the state
Keebet von Benda-Beckmann & Bertram Turner
Commentary: from the state law monopoly to the social theory of collectivities
Jan-Christoph Marschelke

Seeking justice, experiencing the state: criminal justice and real legal uncertainty in the Democratic Republic of Congo
Carolien Jacobs
Commentary : Expecting justice: struggling with the indeterminate between ideals and practices
Heike Drotbohm & Eva Riedke
Article : Contested constructions of trust in the juridical system of Argentin
Ingo Rohrer
Article commentary : Commentary: Performances of state criticism from the inside. Thoughts on “Contested constructions of trust in the juridical system of Argentina”
Thomas G. Kirsch

Article : States of uncertainty: plural laws and affective governance in the context of assisted suicide in Germany
Marcos Freire de Andrade Neves
Article commentary : Commentary: Toward a trans-sequential analysis of plural legal orders: some thoughts on “states of uncertainty”
Thomas Scheffer
Article : The courtroom as an affective arrangement: analysing atmospheres in courtroom ethnography
Jonas Bens
Article commentary : Affect in the courtroom: beyond language and performance
Deniz Yonucu
Article : Humanitarians in court: how duty of care travelled from human resources to legal liability
Kristin Bergtora Sandvik
Article commentary :The morals of liability: some thoughts on “Humanitarians in court”
Julia Eckert


Article : Regulatory capture? Fiscal anthropological insights into the heart of contemporary statehood
Johanna Mugler
Article commentary : Commentary: ethnography, critique and the state. Some thoughts on “fiscal anthropological insights into the heart of contemporary statehood”1
Thomas Bierschenk

BOOK : Leggi e giudici di fronte alle nuove realtà: nuove forme di filiazione e genitorialità

Author
Alice Margaria

Publisher
Bologna: Società Editrice Il Mulino

Year of publication
2018 

ISBN
978-88-15-27797-8

OPAC

Abstract
Il volume prende in esame il divario fra la realtà sociale vissuta concretamente dalle famiglie che hanno fatto ricorso alla procreazione medicalmente assistita (PMA) e la loro totale o parziale inesistenza sul piano giuridico, causata dallo scarso aggiornamento in materia del diritto scritto. L’avvento della PMA infatti, oltre a dar luogo a nuove modalità di formazione del nucleo familiare, ha comportato la frammentazione delle nozioni – un tempo unitarie – di maternità e paternità, producendo quindi potenziale confusione sul versante della determinazione dello «status filiationis» del nuovo nato. A fronte di una pluralità di figure potenzialmente e/o fattualmente genitoriali, la responsabilità di «fare ordine» e di rispondere alle diverse istanze e ai bisogni delle nuove famiglie è ricaduta sulle spalle dei giudici, i quali hanno talvolta trovato fonte d’ispirazione nella giurisprudenza della Corte europea dei diritti umani. Spingendosi oltre i confini europei, la ricerca indaga il ruolo giocato dai giudici nazionali nel «fare da ponte» tra diritto e società,.portando alla luce le logiche, le tecniche e i principi che li hanno guidati nel risolvere le innumerevoli controversie giunte alla loro attenzione.

Workshop : L’indigénat Autour de l’ouvrage d’Isabelle Merle et Adrian Muckle

Présentation de l’ouvrage

L’indigénat évoque une triste histoire. D’abord, pour les colonisés qui subirent pendant plus d’un demi-siècle les effets de ce régime juridique répressif. Ensuite, pour la nation française qui dévoya en colonie ses idéaux démocratiques en refusant de les étendre à ceux qu’elle soumettait. 
Ce livre offre, pour la première fois, une histoire du régime de l’indigénat sur la longue durée, depuis ses origines les plus lointaines dans l’Algérie de la conquête jusqu’aux héritages les plus contemporains en Nouvelle-Calédonie. Dans ce pays, l’indigénat éclaire avec force les pratiques de la domination coloniale du point de vue de ceux qui l’exercent comme de ceux qui la subissent. 
Isabelle Merle et Adrian Muckle offrent une réflexion au long cours sur la fabrique de la condition indigène et de l’exception coloniale à travers l’histoire singulière de la Nouvelle-Calédonie, dont la mémoire continue de hanter les débats contemporains.

Programme

10h00 : Table ronde en présence de : 
Isabelle Merle, CNRS, CREDO 
Adrian Muckle, Victoria University of Wellington

autour de leur ouvrage : « L’indigénat. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » Paris, ed. CNRS, 2019

Discutant·es : 
Claire Fredj, Université Paris Nanterre, IDHE.S 
Jean-Louis Halpérin, Université Paris Nanterre, Centre de théorie et d’analyse du droit 
Annick Lacroix, Université Paris Nanterre, IDHE.S 
Sylvie Thénault, CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains 
Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre, Centre de théorie et d’analyse du droit


Université Paris Nanterre
Bâtiment M. Weber, salle 1
200 avenue de la République
92000 Nanterre

Livre : Les rites et usages funéraires: essais d’anthropologie juridique

Auteur : Jean-François BOUDET (coord.)

Presses Universitaires Aix-Marseille

Les cérémonies mortuaires, les opérations liées aux sépultures et le culte des morts relèvent la plupart du temps de la religion.

En France, malgré l’affirmation d’une République laïque, en dépit des principes issus de la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 et de la fin du monopole de la religion en matière funéraire, la mort reste un sujet saisi par les religions. Cette situation repose sur l’expression d’une croyance liée au devoir dus aux morts. Si cette croyance dépasse même les religions au sens premier du terme pour s’étendre à d’autres pratiques et traditions, en d’autres parties du monde, elle demeure essentielle dans l’appréhension même de la mort.

Cette croyance, les pratiques et traditions qui en résultent, mettent ainsi en place des rites et usages funéraires qui appellent aujourd’hui un ensemble de questionnements et de réflexions dans un contexte mouvant de globalisations culturelles et financières et d’un retour des identités collectives autant qu’individuelles.

L’objet de cet ouvrage est ainsi de confronter cet événement qu’est la mort comme fait juridique, mais suivant une approche sociale, culturelle ou symbolique. Rassemblant un ensemble de contributions de chercheurs francophones (belges, canadiens, congolais, français, rwandais et suisses), cet ouvrage propose des lectures diversifiées sur les droits de la mort dans l’Histoire, les droits civils et la mort, les droits religieux et la mort ou encore les ailleurs de la mort.

Table des matières : ici

ISBN: 9782731411263. Nombre de pages: 296

Journée d’études: Observer un tribunal – Une rencontre singulière entre un·e chercheur·e et la justice

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. Cette journée d’études explore un point de rencontre particulier: celui d’une méthode que l’on peut considérer comme « la marque de fabrique » de l’enquête ethnographique – l’observation – avec un lieu qui incarne la force du droit – l’audience au tribunal – où l’on postule que « tout ce qui y est dit doit être considéré comme important », tout comme tout ce qui y est observé…

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. Cette journée d’études explore un point de rencontre particulier: celui d’une méthode que l’on peut considérer comme « la marque de fabrique » de l’enquête ethnographique – l’observation – avec un lieu qui incarne la force du droit – l’audience au tribunal – où l’on postule que « tout ce qui y est dit doit être considéré comme important » (Vanhamme, 2009, p. 9), tout comme tout ce qui y est observé… Les orateurs de cette journée auront en commun d’avoir pratiqué la méthode de l’observation dans une Chambre (des Chambres) d’un tribunal (de tribunaux). Il s’agit de prendre au sérieux les questionnements réflexifs développés à partir de ce type de terrain de recherche, d’en dégager des observations communes mais aussi, si possible, des singularités. Que donne à voir la scène de justice quand on la saisit au moment où tous les protagonistes sont réunis pour défendre leur point de vue ? Ce moment est bien sûr saturé de rituels codifiés (ou non) mais comment les observer ? Quels acteurs s’y retrouvent (ceux de l’ombre et de la lumière) ? Quelle est leur place (assignée, revendiquée, observée, …) ? Quelle est la partition qu’ils sont amenés à (devoir) jouer ? Quel type d’interactions les relie (entre autres, en termes de rapports de pouvoir, de coopération, de recherche d’une vérité judiciaire ou d’un accord entre les parties, …) ? Comment se dévoilent-elles ? Et comment faire pour saisir la pièce dans son ensemble ainsi que les actes qui la composent ? Bref, comment observer une audience en action ? Quel est l’apport de cette méthode particulière d’enquête à la compréhension de la justice ?

Deux types de questionnement guident la réflexion. Dans la suite des développements ci-dessus, le premier questionnement concerne les rapports qui se nouent entre la méthode utilisée – l’observation – et le terrain singulier où elle se déroule – le tribunal. Le second a trait aux différents champs juridictionnels observés. La dimension culturelle paraît une variable de diversification pertinente. Mais elle peut se conjuguer avec l’utilisation de la contrainte. Quand le·a chercheur·e pénètre des chambres civiles supposées trancher des litiges entre deux parties ou, à l’inverse, des tribunaux amenés à prononcer des peines à l’encontre d’individus potentiellement coupables d’illégalismes, voire de trahison d’État, perçoit-il·elle la même scène composée des mêmes acteurs ou la pièce est-elle à ce point différente que l’observation et l’analyse qui en découlent deviennent singulières ? Comment appréhender cette rencontre ? La journée se déploie à travers des univers juridictionnels où la “contrainte” se fait de plus en plus prégnante, partant de terrains où la négociation entre parties paraît dominer (Chambres coutumières en Nouvelle-Calédonie, Chambres civiles en Belgique et au Bénin, tribunal de la famille en Belgique) en passant par l’observation de Chambres où l’État est partie intégrante au conflit (que l’on soit devant un tribunal administratif, une chambre correctionnelle ou une chambre d’exception).

Inscription obligatoire avant le 16 mai: Thomas.Rochet@ulb.ac.be, +32 (2) 650 46 39
Affiche et programme de la journée.

Date : le 20 mai 2019

Lieu : Campus du Solbosch, bâtiment S, 15e étage (av. Jeanne, 44 à 1050 Bruxelles)