Tous les articles par laetitiaguerlain

XVI International Conference of the International Association for Legal Methodology (bORDEAUX, jUNE 25th-26th)

XVI International Conference of the International Association for Legal Methodology

Bordeaux, 25-26 June 2020

Theme

“Law and Facts / Le droit et les faits”

The International Association of Legal Methodology and the Institut de recherche Montesquieu (University of Bordeaux) are issuing a call for presentations on the theme “Law and Facts / Le droit et les faits” at the International Conference to be held on 25 and 26 June 2020 at the Faculty of Law and Political Science of the University of Bordeaux in Bordeaux (France).

Description

The distinction between law and facts is a commonplace subject that continues to attract the interest of legal scholars. The views on the relation between Law and facts are sometimes contradictory: some criticize the tendency to adapt Law to social facts or even to deduce legal rules from said facts, while others reconcile the two going so far as to entertain the notion that law is a social fact. Nonetheless, legal reasoning draws a sharp distinction between Law and facts and interprets social facts through the eye of the law. These attempts at reconciliation can be surprising as almost everything opposes them: unlike Law and norms, facts happen only once and never repeat themselves. Facts are part of a present that is quickly over, whereas Law provides for the future by rule and closes the past by decisions and sanctions. Facts are unique, enclosed in a deep singularity and difficult to grasp, while Law is a shape that must encompass the diversity of facts.

Everything, however, permanently opposes facts and Law. On the one hand, facts “never stand still” and extend beyond the legal framework and, on the other hand, Law leaves an indelible mark on reality.

The next AILM convention seeks to explore these different points of intersection between Law and facts.

Facts as a source of norms

• Looking back at customs and practices in the 21st century. The practices that develop within a community or social group are likely to generate norms and frame future behaviour in an original way that is different from other social artefacts such as culture and language: where do disciplines such as anthropology and ethnography stand today with regard to the various modes of social regulation and their relationship to Law? What is the topicality of these normative sources in a time of increasingly globalized Western legal traditions?

• Revolutions or when facts have their revenge on Law. Law is not immune to social facts. As a consequence, one can arguably conceive revolutions that affect societies, whether they be social, cultural or political in nature, as turning points that reveal the profoundly factual nature of the law. What function do revolutionary “facts” play in the constitution of normative orders?

• The emergence of normative facts. Certain facts give rise, by their simple occurrence, to legal consequences. Objective liability, for example, bypasses several traditional mechanisms of legal reasoning (such as fault) to generate legal consequences: what ground? Enclosed land is another example. On what grounds are these situations treated separately? Are some facts “normative?” Conversely, could legal presumptions and fictions be interpreted as a refusal to allow certain facts to bring about the legal consequences that would otherwise occur?

Facts as a source of interpretation of norms

The consideration of social facts and cultural artifacts in legal reasoning can be seen as a recognition of the interdependence between norms and facts:

 The facts in legal reasoning. Social facts are often taken into consideration in legal reasoning: in what capacity? Are they potentially interpretative constraints? What place do they have in the discourse of lawyers and scholars? Do they interact in the balancing of legal rules?

• The facts in jurisdictional reasoning. Facts are assessed by judges who categorize and select them in order to define the “case” that will have to be addressed. How are these cases constructed? What role do the parties to a proceeding play in the construction of these cases? In constitutional Law, one can ask what control do the constitutional courts have over legislative facts?

• Facts as a measure and the “intelligence” of the law. Do the complexity and singularity of facts constitute obstacles to the use of artificial intelligence in law? Do the predictability of court decisions and actuarial tools open up a reign of quantifiable and measurable facts? Can Law, like facts, be measured?

Directives for the Proposals 

Interested participants must submit send their written proposal before February 1, 2020. Proposals must have a bilingual title, contain a short summary (between 100 and 150 words) in French or English and mention the name and affiliation of the author. 

Proposals should be sent to the following email address: 

aimj-ialm2020@usherbrooke.ca

Selected participants will be invited to contribute to a collective publication. Although a proposal can discuss other issues than the ones described above, the scientific committee can give preference to proposals more directly related to these specific topics. Resources permitting, financial support may be offered to scholars who wish to participate. 

Scientific Committee: 

Nader Hakim Mathieu Devinat Jean-Yves Chérot Alexandra Popovici
ProfessorUniversité de Bordeaux President of the IALM ProfessorUniversité de Sherbrooke ProfessorUniversité d’Aix-Marseille ProfessorUniversité de Sherbrooke

Revue : Passés futurs, n°6, 2019 (Les vitrines de l’humanité)

Passés Futurs – Revue – Numéro 6
 
 
Les vitrines de l’humanité
 

Depuis les années 1980, la légitimité de collectionner ou de montrer les « différentes humanités » fait débat, du point de vue du droit international, mais aussi dans une opinion publique de plus en plus sensible à ces questions. Où et comment l’humanité a-t-elle été et continue-t-elle à être exposée ? De quelles manières squelettes, crânes, corps embaumés, photographies, moulages et autres artefacts ont-ils été et sont-ils utilisés pour rendre compte de la diversité humaine ?

Les musées anthropologiques ont certes commencé à changer leur façon d’exposer, la question n’en demeure pas moins ouverte : est-il encore possible d’exposer des restes humains ? Comment gérer les demandes croissantes de restitutions ? À qui revient-il de juger et de trancher ces questions ?

Au carrefour de l’histoire de l’anthropologie, de la muséographie et de l’histoire de l’art, ainsi que des questions raciales et politiques, ce dossier se focalise sur l’exposition de l’humanité dans des contextes situés et spécifiques. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, il les aborde au travers de plusieurs musées anthropologiques en Italie, en France, au Japon, au Mexique et en Argentine.

Dossier dirigé par Silvia Sebastiani

Illustrations par Andrea Jacchia 

 
Silvia Sebastiani
Questions aux musées d’anthropologie : une introduction
Article
 
Pietro Corsi
Du Museum pictum au specimen dans les musées : Conclusions
Article
 
Anne Lafont
Du dessin au musée : comment faire des êtres humains des objets ?
Article
 
Silvano Montaldo
En finir avec Cesare Lombroso ?
Article
Maddalena Carli
Patrimonialiser la déviance
Article
 
Lucia Piccioni
Dupliquer et hiérarchiser l’humanité
Article
Irina Podgorny
Du Musée au Panthéon en Argentine
Article
 
Johannes Neurath
Temple de la nation et lieu sacré wixarika
Article
 
Alice Berthon
Dénis d’empire au Japon
Article
 

Également dans ce numéro

Enrico Castelli Gattinara
Les 55 jours d’Aldo Moro
Note Critique
 
Nicolás Kwiatkowski
Soul of a Nation. Art in the Age of Black Power
Note Critique
 
Henning Trüper
Siraj Ahmed, Archaeology of Babel. The Colonial Foundations of the Humanities, 2018
Compte-Rendu
 

Latest Issue of the Journal of Legal Anthropology (vol. 3, 2019)

 
Articles
 
 
 
 
Forum
 
 
 

Appel à contribution : La théorie de l’État au défi de l’anthropologie Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Appel à contribution

La théorie de l’État au défi de l’anthropologie

Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Date limite le jeudi 12 décembre 2019

L’objectif du présent volume est de mettre en évidence la tension qui caractérise les rapports entre deux projets scientifiques : d’une part, le projet d’une théorie juridique de l’État ; d’autre part, le projet anthropologique. Par anthropologie on entend ici l’étude empirique des sociétés non-occidentales (notamment des sociétés que l’on avait coutume d’appeler « primitives » ou « archaïques ») dans la mesure où elle vise, comme l’écrivait Claude Lévi-Strauss, à manifester l’existence de « propriétés générales de la vie sociale ». Or l’anthropologie ainsi entendue s’est largement constituée en miroir avec la théorie de l’État. Au moment même où celle-ci cherchait en Europe à s’isoler dans l’abstraction d’un système clos de concepts (la souveraineté, la constitution, le droit positif, les fonctions de l’État, etc.), les découvertes anthropologiques invitaient au contraire à réinscrire l’État moderne occidental dans une compréhension plus générale de la vie sociale. L’anthropologie n’a cessé depuis lors d’interroger la théorie de l’État, contribuant ainsi à une critique constructive des réflexions occidentales relatives au pouvoir et au droit.

Selon une première perspective relevant de l’histoire des idées, les contributions pourront porter sur de grandes figures ou de grands moments de cette confrontation. Des études monographiques pourraient par exemple examiner l’apparition conjointe, chez certains auteurs du XVIIIe siècle, des linéaments d’une théorie de l’État et des premiers signes d’une recherche anthropologique (Montesquieu, Rousseau, les Écossais) ; ou les premières tentatives faites par des anthropologues pour définir le droit indépendamment de la théorie de l’État (Malinowski, Hoebel). D’autres contributions pourraient mettre en évidence la façon dont des juristes ont eu recours à l’anthropologie pour renouveler la théorie abstraite de l’État : Sumner Maine, Duguit, Hauriou, Hayek, ont montré chacun à leur manière que la juridiction, la législation et l’exécution n’étaient pas seulement des « fonctions », mais aussi des dimensions invariantes des sociétés humaines dont la genèse et l’articulation pouvaient être mises en évidence.

Selon une approche relevant de la philosophie du droit et de la philosophie politique, les contributions pourront aussi analyser, sous divers angles, les multiples implications des enseignements anthropologiques pour la théorie de l’État. En s’appuyant sur ceux-ci, certaines études sont ainsi susceptibles d’infirmer les prétentions propres à l’« universalisme abstrait » auquel s’attachent diverses conceptions de l’État, en soulignant par exemple leur caractère potentiellement ethnocentrique. D’autres contributions pourraient également, à partir des leçons de l’anthropologie, refuser l’identification du droit en général avec le droit de l’État et, contre ce lieu commun du positivisme juridique, reconsidérer avec davantage de finesse la coutume et plus largement le pluralisme juridique ; songeons ainsi au « deep legal pluralism » de John Griffiths. Certains travaux, enfin, pourraient aborder de front l’enjeu politique que soulève cette confrontation, en mettant notamment en lumière les doctrines politiques qui, de manière parfois sous-jacente, s’affrontent à propos de la définition idoine du droit et du pouvoir. 

Selon ces deux axes, l’ambition de ce volume est de proposer un autre regard sur la théorie de l’État, afin de soumettre au doute ses bases les plus convenues en croisant les approches de juristes et de philosophes, conformément à la ligne éditoriale de la revue Droit & Philosophie.

Les résumés de propositions de contribution, en français ou en anglais, devront être envoyés à l’adresse de la revue : droitphilosophie@gmail.com jusqu’au jeudi 12 décembre 2019 (inclus). Leur taille ne devra pas excéder 6000 signes (espaces comprises). Ils seront accompagnés d’une bibliographie. En vue de leur anonymisation pour l’évaluation par deux rapporteurs selon le principe du double anonymat, les fichiers devront être envoyés dans un format modifiable (.doc, .docx, .odt).

Numéro coordonné par Tristan Pouthier (Université d’Orléans) et Pierre-Marie Raynal (Université de Cergy-Pontoise)

 

Calendrier

Les notifications d’acceptation ou de refus seront données d’ici le 15 janvier 2020.

Les contributions complètes et définitives seront à remettre d’ici le lundi 15 juin 2020.

La publication numérique interviendra en novembre 2020 et la publication papier chez Dalloz au printemps 2021.

conférence de Baudouin Dupret : « Le droit à proprement parler : avènement historique et pratiques contemporaines du droit positif, à partir de sa marge musulmane » (11 oct. 2019, Univ. de Bordeaux)

Université de Bordeaux
Faculté de droit et de science politique
Institut de recherche Montesquieu
Avenue Léon Duguit
Bâtiment recherche droit
Salle Manon Cormier
33608 PESSAC

Contact : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

 

 

 

clio@themis, n°16 : Droit et anthropologie : archéologie d’un savoir à la renaissance

  • GÉRALDINE CAZALS ET MARIE HOULLEMARE

    Les juristes et l’anthropologie à la Renaissance

    À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de (…)

     
  • RACHEL DARMON

    L’institution des dieux : mythologie, anthropologie et humanisme juridique à la Renaissance

    Résumé : Si l’anthropologie moderne diverge, par la systématicité de sa méthodologie, de pratiques d’écriture érudites au statut encore erratique, ses préoccupations n’étaient pas absentes de la démarche des humanistes, à l’intérieur, bien sûr de certaines limites. Au XVIe siècle commence à émerger une étude du fait religieux compris comme un fait de culture, comme une technique élaborée et institutionnalisée. L’humanisme juridique apporte à la tradition mythologique un cadre de réflexion sur le rôle des (…)

     
  • GÉRALDINE CAZALS

    Mens emblematica, mens juridica, mens anthropologica. Réflexions autour de la contribution des jurisconsultes humanistes auteurs d’emblèmes à l’anthropologie (premier XVIe siècle)

    Résumé : Cet article se propose d’analyser la place prise par les savoirs et les questionnements intéressant l’anthropologie dans le cadre des travaux liés au développement de l’emblématique dans la première moitié du XVIe siècle. Via l’étude de divers emblèmes composés notamment par André Alciat, Guillaume de La Perrière, Barthélemy Aneau ou Pierre Coustau, il s’attache à démontrer non seulement les liens entre emblématique, étude des rites antiques et analyse de différents phénomènes sociaux et humains, mais (…)

     
  • GAËLLE DEMELEMESTRE

    Les Dominicains et les Indiens

    Résumé : La conquête du Nouveau Monde a très rapidement suscité dans l’Espagne du XVIe siècle de violents débats, centrés autour de deux interrogations majeures portant sur le droit des Espagnols à la conquête et à la domination des Indes et sur leur droit à réduire les Indiens à l’esclavage. Pour y répondre, les théologiens et juristes espagnols de l’ordre de saint Dominique ont procédé à deux grandes innovations, que le présent article entreprend de développer. La première a été d’appuyer et de conforter leur (…)

     
  • GRÉGOIRE HOLTZ

    De l’« ensauvagement » à l’observation participante : archéologie d’une catégorie anthropologique

    Résumé : Cet article montre comment la notion d’observation participante, théorisée au XXe siècle, trouve ses origines dans les récits de voyages de la Renaissance qui expérimentent déjà l’enquête en immersion dans des sociétés étrangères. Si la légitimité de ces témoignages est héritée du paradigme judiciaire, les écrits juridiques empruntent réciproquement de nombreuses références aux récits pré-ethnographiques pour autoriser leur propos. Ces premières formes d’observation participante sont à la fois légitimées (…)

     
  • ANDREA DAHER

    Le Sauvage convertible dans l’alliance amicale franco-tupi (XVIIe siècle)

    Résumé : Ce texte porte sur l’inscription des « codes relationnels » établis avec les Indiens Tupinamba dans les récits des capucins Claude d’Abbeville et Yves d’Évreux, au début du XVIIe siècle, dans une perspective comparative par rapport au livre du huguenot Jean de Léry, dont ils sont tributaires. Il s’agit de répondre à la question de l’historicité de la notion de sympathie, dans la mise en place de critères d’identification (atribution de similitude) et de relation (hiérarchie) entre les hommes. (…)

     
  • CÉLINE ROYNIER

    L’anthropologie et le droit dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne : l’exemple du Philadelphus de R. Harvey (1593)

    Résumé : Richard Harvey, astrologue anglais du XVIe siècle, est un auteur assez méconnu. Pourtant, c’est dans son texte intitulé Philaldelphus, paru en 1593, qu’apparait pour la première fois en langue anglaise le terme d’« anthropology ». L’objet de cet article est de tenter de dégager le sens dans lequel est employé ce terme – qui est défini par l’auteur comme l’étude de la généalogie et des actes des personnes – à partir des éléments culturels de l’époque et notamment, d’éléments de culture juridique ainsi (…)

     
  • GILDUIN DAVY

    Par-delà les brumes du Nord : remarques sur la caractérologie juridique dans l’Historia om de nordiska folken d’Olaus Magnus (1555)

    Résumé : À bien des égards, Olaus Magnus – comme son frère Johannes – peut être considéré comme un père du gothicisme, entendu comme un mouvement d’idée engendrant une nouvelle approche anthropologique du Nord. Son Historia om de nordiska folken amorce en effet une nouvelle perception des peuples scandinaves (principalement les Suédois) dans laquelle est mis en lumière tout un faisceau de valeurs primaires qui configurent leur identité à la fois politique et juridique commune. En tout état de cause, sa (…)

     
  • JEAN-FRÉDÉRIC SCHAUB

    Le sang, notion politique et régulateur social sous l’Ancien Régime. Pour une histoire longue de la race

    Résumé : Un des arguments des historiens qui avancent que la question raciale ne prend forme qu’à l’époque contemporaine consiste à montrer que l’évocation du sang est métaphorique avant l’avènement du racisme dit scientifique. Il se serait agi d’évoquer la place de l’identité lignagère à travers une image, celle du sang qui coule de génération en génération. Le présent article, s’appuyant sur des sources à la fois normatives et littéraires, entend montrer au contraire que, dès la fin du Moyen Âge, le sang réel (…)

     
  • MARIE-CLARTÉ LAGRÉE

    Des apprentis anthropologues au Levant à la fin du XVIe siècle (Nicolay, Regnault, Giraudet, Villamont) : conditions de contact et questionnement

    Résumé : En s’appuyant sur quatre voyageurs français de la seconde moitié du XVIesiècle qui se sont rendus au Levant et ont publié leur récit, cet article étudie la vision anthropologique qui pouvait être la leur. Après avoir présenté les conditions de contact, d’un point de vue juridique et diplomatique, et avoir démontré que ces occasions étaient réelles, cette étude souligne la force de la croyance en l’unité du genre humain et avance que l’intérêt des voyageurs se porte non sur l’homme, mais davantage (…)

     

    Varia

  • CARLOS PETIT

    John H. Wigmore and European Culture in the Progressive Era

    Résumé : Nous nous intéressons ici aux initiatives de John Henry Wigmore (1863-1943), doyen de la faculté de droit de la Northwestern University. Depuis le début du dernier siècle, Wigmore a promu plusieurs collections (en anglais) d’œuvres de renommés juristes européens, en matiére du droit pénal, de l’histoire du droit, bref, de la philosophie du droit. Ces pages proposent des clefs pour procéder à une interprétation des collections et pour déveler les stratégies adoptées dans une dynamique de (…)

Colloque : Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ? (24-25 mai, Aix-Marseille Université)

Colloque

Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ?

Du vendredi 24 mai 2019 au samedi 25 mai 2019


Présentation

Un colloque sur un sujet très actuel mais qui n’attire malheureusement pas assez l’attention. Cet évènement a pour but de sensibiliser à la cause de la protection et de la reconnaissance pleines et entières des peuples autochtones et de leur patrimoine.

Nous mettons un point d’honneur sur la recherche d’intervenants de qualité et concernés par ces problématiques : ONG en contact direct avec les peuples, représentants d’autochtones, juristes, chercheurs spécialistes, etc.

Des temps d’échange seront organisés entre le public et les intervenants.

Se tiendra également une exposition de grands photographes professionnels dans le Hall principal de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, du lundi 20 mai au samedi 25 mai 2019.

Programme

Vendredi 24 mai 2019

13h30 : Accueil des participants et allocution de bienvenue

14h00 : Conférence introductive

Peuples autochtones et environnement : Écocide, biopiraterie, appropriation des expressions culturelles – Exemple du peuple Kanak en Nouvelle- Calédonie 
Mme. Subama Mapou, porte-parole IKAPALA et Comité Rhéébù Nùù

Reconnaissance et statut juridique des peuples autochtones 
Mr. Daniel Arboleda, doctorant AMU

15h30 : Pause

Table ronde n°1 – Droit à la terre

15h45 : Le droit de propriété des peuples autochtones 
Pr. Aurélie Laurent, université du Mans

Les menaces aux territoires – l’affaire Montagne d’Or 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

17h20 : Exposition et buffet

Discussions informelles entre les différents intervenants et le public autour d’un buffet et d’œuvres photographiques professionnelles

19h30 : Clôture

Samedi 25 mai 2019

9h00 : Accueil des participants / petit-déjeuner

Table ronde n°2 – l’importance des cultures autochtones

09h15 : Opportunités et contraintes du patrimoine culturel immatériel pour les cultures autochtones 
Pr. Laurent  Sébastien Fournier, Université AMU

La notion de “génocide culturel” – Le cas des residential schools au Canada 
Mme. Lorraine Dumont, doctorante AMU

10h45 : Pause

Table ronde n°3 – Les actions menées en faveur des peuples autochtones

11h00 : Les actions pour la préservation de la Culture – ACCB Bordeaux et les arrivants de Nouvelle- Calédonie 
Mme. Rachelle Hnawia, représentante Association ACCB

Protection des expressions culturelles, symboles et artisanat traditionnel 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

12h30 : Clôture et restauration

Accès gratuit, tout public

Faculté de droit et science politique
Amphithéâtre Favoreu
3 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

Source : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/31603-les-peuples-autochtones-quels-droits-quelle-protection

Book Review: An Anthropology of Marxism by Cedric J. Robinson

In An Anthropology of Marxism, reissued posthumously, Cedric J. Robinson provides a novel lens for deconstructing the work of Karl Marx by challenging Marx’s assertion that capitalism is an essential precondition for socialism. Robinson’s account holds great potential as a tool of political praxis, writes Eric Loefflad, and its critique of Marxism offers a new dimension of Marxist strategy for today’s world. An Anthropology of Marxism. Cedric J. Robinson. Pluto Press. 2019. 
In the decade following the 2008 financial crisis, global inequality is rising, climate disaster is impending and far-right authoritarianism is enjoying one political victory after another. As existing institutional logics fail to explain, let alone rectify, these situations, it is unsurprising that Karl Marx’s critique of capitalism, long marginalised after the fall of the Soviet Union, is experiencing a resurgence. However, this renewed Marxist interest is accompanied by claims that Marxism is prone to rigidity/exclusionism in its theory of universal emancipation. Diverse in its manifestations, this line of critique has portrayed the Marxist tradition as flawed in its primary location of transformative agency in a predominantly white male industrial working class whose exploitation is facilitated by their status as formally equal agents. What is lost in this account is capitalism’s reliance on inequality-based structures that include: the uncompensated labour of women in the domestic sphere, racialised colonial dispossession and the coerced extraction of value from slaves, serfs and peasants.

Against this backdrop, Cedric J. Robinson’s An Anthropology of Marxism (hereinafter ‘Anthropology’) provides a novel lens for deconstructing the work of Marx and the critiques lodged against it. Reissued from its original 2001 edition with a foreword from HLT Quan and a preface by Avery Gordon, the central argument of the now deceased Robinson is that Marx was incorrect in his assertion that capitalism is an essential precondition for socialism. Here he frames Marx’s theoretical synthesis of German philosophy, English political economy and the French revolutionary legacy as failing to interrogate its own cultural and intellectual presumptions. Rather, by rejecting pre-Enlightenment emancipatory endeavours as inconsequential instances of ‘primitive socialism’, Marx embraced the very conceits of bourgeois ideology he purported to critique. From this premise, Robinson offers an alternative genealogy of socialism by turning to eleventh-, twelfth- and thirteenth-century Europe. According to this narrative, peasant uprisings against the power of merchants, feudal lords and the hierarchy of the Catholic Church were driven by interpretations of Christianity that, in varying form, called for radical distributional and gender equality. This foundational eruption of socialism prompted the existing order to suppress these efforts through a reconfiguration of previously pluralistic Christian doctrines that labelled these popular movements as ‘heretical’. Yet, despite this concerted suppression, a formative socialism lived on through religious orders such as the Franciscans, and later the Jesuits, who attained influence as dispute resolvers and charity-providers throughout Europe and later its overseas colonies.

From here, Robinson shows how the legacies of formative socialism shaped the thought of both Immanuel Kant and Georg Hegel, yet were excluded from Marx’s depiction of these theorists. Following this, Anthropology turns to Marx’s usage of Aristotle. Here Robinson claims that Aristotle’s conception of a political society of formally equal citizens, and its erasure of women and slaves, is reproduced in Marx’s conception of proletariat agency and its emphasis on formal equality as constitutive of capitalist social relations. For Robinson, this exclusion of medieval socialist formulations that centred the plight of formally unequal subjects was symptomatic of Marx’s investment in bourgeois Enlightenment conceptions of linear progress through rationality. Thus, under Marx’s influence:the originated discourse in Western socialism became subjugated knowledges. In their place socialism acquired an alternative and secularized natural history, one drawn from the discursive practices of scientific discourse and bourgeois hagiography (111).In evaluating Robinson’s argument, we must understand the intervention he was making in the context of Anthropology’s original 2001 publication. As Quan notes in the foreword, Robinson can be read as a response to the anti-socialist ethos of the post-Cold War era that purported to discard Marxism into the world-historic repository of failed ideas. Thus, in continuing the socialist project by unmooring it from its Marxist baggage, Robinson’s claim was ‘an unwavering act of faith in the ability and role of ordinary women and men to make their society anew’ (p. ix, notes omitted). While this may clarify Robinson’s purpose, it raises the question of how his analysis should be treated in our current moment in which Marxist critique has regained its relevance.That said, one means of engaging Robinson’s Anthropology is to understand it through the same modes of Marxist analysis it critiques. WhileAnthropology decries dialectical materialism as bourgeois intellectual arrogance that deprived socialism of its original promise, ironically Anthropology can be interpreted as presenting an extraordinarily innovative dialectic in its own right.  Here, if socialism, i.e. spiritual anti-hierarchical medieval communalism, was a ‘thesis’ that found its ‘antithesis’ in the individualistic rationality of the bourgeois Enlightenment, then Marxism can be understood as a ‘synthesis’ of the socialist ethic with Enlightenment analytical methods.This interpretation is supported by William Robert’s recent contextualisation of Capital within the workers’ movement of Marx’s time, which shows how Marx’s theory stemmed from claims that labour’s political goals required a sufficiently radical understanding of its distinct arena of struggle. If the medievally-rooted socialist ethic informed this backdrop of labour activism, then, far from ‘intellectual conceit’, Marx’s mastery over bourgeois theory for the purpose of levying an all-pervasive critique acted to prevent workers’ assertions from being co-opted by ultimately futile capitalist offerings of reform. While this view preserves Robinson’s premise that the existence of socialism is not contingent on the emergence of capitalism, it does add the caveat that perhaps socialism, at least in Marx’s context, required Marxism to resist capitalism.Nothing about this interpretation should detract from Robinson’s overarching point that we must decentre the agency of Marx’s privileged white male industrial working class when theorising anti-capitalist resistance. Although the Marxist tradition is certainly not without chauvinism in this regard, it has also been remarkably adaptive to self-critique. A key illustration of this is Onur Ince’s demonstration of how capitalist domination is a globally interconnected force, but its exploitation is experienced (and resisted) in different ways across varying temporal and spatial contexts that include wage labour, involuntary servitude and colonial dispossession. In taking this multi-layered perspective to the next level, Anthropology shows how postcolonial/decolonial critiques of Marxist orthodoxies regarding the non-European world also apply to Europe itself.Beyond its analytical value, Robinson’s account holds great potential as a tool of political praxis.  For what Anthropology confronts is the question of how exactly are we to make sense of the cultural and political significance of Europe’s medieval period in our current global moment? Especially in Europe and settler offshoots, this historical period is susceptible to being problematically invoked by both the liberal centre and the far right. For liberal centrists, this era can be characterised as an alleged ‘dark age’ of ignorant barbarism, and the fact that it was transcended justifies the narrative of linear progress. For the far right, this era acts as an alleged ‘golden age’ of pure white Christian identity that justifies the resurrection of violent, and potentially genocidal, fascism. Both of these narratives mischaracterise the material dynamics of the current global crisis and, in varying capacities, both are rooted in the belief in Western superiority over all other peoples. Through Robinson’s account, we are provided with a third option for understanding the contemporary meaning of Europe’s middle ages: a legacy of ordinary people struggling for emancipation against unjust material conditions. Thus, paradoxically, Anthropology’s relentless critique of Marxism offers great potential in forging an entirely new dimension of Marxist strategy in the actually-existing world.

Eric Loefflad is a PhD candidate in Law at the University of Kent, Canterbury. His current research focuses on the intertwined material histories of law, empire and the emergence of modern political consciousness.

Note: This review gives the views of the author, and not the position of the LSE Review of Books blog, or of the London School of Economics.