Tous les articles par oonalemeur

Études post-coloniales et post-conflit au prisme de l’anthropologie politique

Séminaire de recherche

Études post-coloniales et post-conflit au prisme de l’anthropologie politique

Co-animé par Dorothée Delacroix et Valérie Rosoux

Organisé par Dorothée Delacroix

Avec le soutien de l’ISPOLE et du centre DVLP,en collaboration avec les « Midis du GRIAL »

19 février 2019

15h-16h30 | salle 4015 (4ème étage)

 Institut d’Études Européennes, rue du Marais 119, Bruxelles.

Dorothée Delacroix

Régimes de vérité et politiques du doute à « l’ère de l’os ». Rôle de l’ADN et adoptions rituelles des corps récupérés dans les charniers au  Pérou et en Espagne

Discutant : Stéphane Michonneau (Université de Lille, IRHIS)

Résumé

De part et d’autre de l’Atlantique, depuis une vingtaine d’années, l’ouverture des charniers liés aux conflits armés du XXe siècle connait un essor considérable. L’analyse ADN, comme méthode d’identification des victimes, est caractéristique de cette période que Ferrandiz (2014) qualifie d’« ère de l’os ». Afin de rendre compte des représentations que charrie l’identification des corps en sol ibéro-américain depuis le tournant médico-légal, cette présentation prétend explorer un double enjeu : d’une part, celui de l’appropriation progressive de la rhétorique de l’ADN par les mouvements de défense des droits humains, d’autre part, celui de légalisation de la mort et de la vérification du statut de victime menées par les pouvoirs publics à travers les instituts médico-légaux.

Si le « pouvoir du sang »(Gatti 2014, Sosa 2014) semble aujourd’hui indissociable de la quête des disparus et des bébés volés en Argentine, qu’en est-il au Pérou et en Espagne ? Dans quelle mesure la technique de la recherche ADN a-t-elle engendré un bouleversement du rapport aux morts, mais aussi à l’identité et au passé ? Le travail de terrain réalisé simultanément dans les Andes péruviennes et en Navarre (entre 2015 et 2018) montre que l’encadrement professionnel des exhumations – depuis le début des années 2000 – et les techniques d’identification utilisées aujourd’hui conduisent parfois à une remise en question l’identité des corps récupérés vingt à quarante ans plus tôt, parfois de façon informelle, toujours pour leur valeur symbolique et collective. Malgré la logique humanitaire à l’œuvre en Espagne et le fait que les acteurs centraux des processus d’exhumation soient les petits-enfants des victimes du franquisme, les « échecs » des fouilles – liés, par exemple, à des erreurs de localisation ou à une récupération d’un corps qui n’est pas entier – impliquent la réouverture de sépultures plus anciennes : celles qui avaient été réalisées à l’issue des exhumations appelées « précoces » ou « clandestines » à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt. Des lieux de souvenir, entretenus depuis deux à trois décennies par les familles qui imaginaient détenir là le corps de leur proche, sont ainsi ouverts et « vérifiés » grâce aux nouvelles technologies qui s’appuient sur l’analyse ADN. Que vient bousculer cette « épreuve de vérité » (Fassin 2010) et quel est son impact sur les représentations du corps et de la mort, sur les positionnements politiques que défendent différents collectifs et différentes personnes, mais encore sur les relations rituelles aux défunts ?

Biographie

Docteure en anthropologie et licenciée en philosophie, Dorothée Delacroix est actuellement post-doctorante du programme MOVE-IN Louvain cofinancé par les Actions Marie Skłodowska-Curie. Elle est membre de l’Institut de sciences politiques Louvain Europe (ISPOLE) de l’Université catholique de Louvain et associée au CREDA (Paris 3 Sorbonne-Nouvelle). Elle a été membre scientifique de la Casa de Velázquez (2016-2017), enseignante à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine (2017-2018), à l’Université de Nanterre (2015-2016) et à l’Université de Toulouse 2 (2010-2014). En 2016, elle a reçu le prix de thèse de l’Institut Varenne dans la catégorie Démocratisation et post-conflit qui donna lieu à la publication d’une version remaniée de sa thèse intitulée De pierres et de larmes. Mémorialisation et discours victimaire dans le Pérou d’après-guerre(Lextenso Editions, 2016). En 2019, elle a été lauréate du fonds Françoise-Marie Peemans de l’Académie royale de Belgique pour ses recherches sur les exhumations au Pérou et en Colombie.

PROGRAMME  2018/2019

Au lendemain de conflits socio-politiques ou socio-environnementaux, il est devenu pratique courante de mettre en œuvre des mécanismes visant à créer des « tables de concertation » et à indemniser les victimes pour une « consolidation durable de la paix ». Il s’agit cependant d’interventions qui ne sont pas exemptes d’ambiguïtés et de contradictions dans la mesure où certains idéaux normatifs sont susceptibles de se manifester sous la forme d’ingérence dans les structures de gouvernance locales et d’obligations morales envers les populations touchées par ces conflits et/ou différentes formes de discriminations.

Ce séminaire se veut le lieu d’une réflexion critique de ces processus ainsi que des réponses et des répertoires d’action déployés aussi bien par les populations que par les différents acteurs institutionnels en Amérique latine. Les politiques de consultation des populations locales, dans le cas des activités minières, et de réparation aux victimes constituent bien souvent une forme de mise à l’agenda politique des populations historiquement discriminées et exclues par leurs États, mais aussi une façon de (re)définir et (re)négocier les rapports de pouvoir. Les études en sciences sociales sur le « post-conflit » montrent souvent l’importance, pour ces populations, de la gestion du capital culturel des pourvoyeurs de l’aide comme l’est, par exemple, le vocabulaire du droit international humanitaire. Afin d’éviter la reproduction des discours monolithiques et hautement normatifs qui façonnent et soutiennent la légitimité de ces programmes d’aide, ce séminaire propose d’œuvrer à une analyse critique qui permette d’historiciser ces « politiques d’aide » et de rendre visible, à travers un travail d’enquête ethnographique et/ou historiographique, les défis que pose leur mise en œuvre.

Quelques questions traverseront les séances :

·     Comment identifier et nommer les paradoxes susceptibles d’être ancrés dans ces « politiques de l’aide » ?

·     Comment rendre compte et analyser les modalités de participation des populations visées par ces mêmes politiques ?

·   Quelles nouvelles économies morales conduisent à imposer la mise en œuvre de ces programmes ? Et que dire du risque de dépolitisation des acteurs et de leur construction comme sujet passif et vulnérable ?

Les séances du séminaire se tiendront dans la salle B290 du bâtiment Leclerc, de 13h à 14h30, sauf cas exceptionnels (mentionnés en italique ci-dessous).

Prochaines séances : 

22 ou 24 février 2019 (date et horaires à confirmer)
Séance spéciale au Musée Royal de l’Afrique centrale Delphine Griveaud, Mathilde Sallerin et Valérie Rosoux | Quelles réparations post-coloniales ?

16 avril 2019 à 17h
Karine Vanthuyne | Responsabilité sociale des entreprises et conflits socio-environnementaux : de l’apaisement à la radicalisation de l’opposition.

29 avril 2019
Mathilde Périvier | Défier le voisinage, les institutions et leurs autorités. Retour sur les déambulations d’un rara du Bel Air à Port-au-Prince (Haïti).

29 avril 2019 à 17h
Catherine Bourgeois | Commémorer ensemble ? Le massacre de 1987 à la frontière dominico-haïtienne.

6 mai 2019 Julie Lavielle | Le Parque monumento de Trujillo : la consécration d’une mise en récit d’un massacre face aux multiples cadres sociaux de la mémoire en Colombie.

13 mai 2019
Laura Tejero | Justice transitionnelle et subjectivités politiques en contexte péruvien.

8 juillet 2019 Capucine Boidin | Études décoloniales et post-coloniales en débat.


Journée d’études – Ethnographier le droit

Ethnographier le droit

Journée d’études du PRI Terrains du droit (EHESS)

Vendredi 15 juin 2018

54, Boulevard Raspail, 75006, Salle A1_08

Présentation

Cette journée d’étude propose une réflexion sur la plus-value d’une approche ethnographique du droit. Loin de n’être qu’une simple démarche d’enquête, l’ethnographie a des implications théoriques et épistémologiques sur la conception que les sciences sociales ont du droit, de sa production et de son application.

La recherche sociologique a traditionnellement cherché à expliquer le droit soit en termes de rapports de force, de pouvoir, de domination, soit dans ceux de la modernité et de la rationalisation, soit encore comme traduction symbolique d’une culture intériorisée. Toutes ces perspectives gardent, sur le droit, ses manifestations, les phénomènes qui s’y rattachent et ses pratiques, un regard extérieur qui – pour paraphraser Dworkin mais dans un sens totalement différent – ne prend pas le droit au sérieux dans sa dimension praxéologique. L’ethnographie permet de dépasser ces approches pour s’intéresser au droit comme activité pratique. Dans cette perspective, il s’agit de retrouver ce « quelque chose qui manque » de la recherche sur le droit, à savoir l’ensemble de ces détails de l’action qui sont constitutifs du phénomène juridique.

Attentive aux points de vue indigènes, aux contextes de l’action ainsi qu’à ses contraintes matérielles, formelles et sociales, l’ethnographie permet de concevoir le droit d’une façon dynamique qui articule les normes et leur pratique, dans une relation indissociable. Entre une règle juridique formelle et son application, il existe en effet un espace de contingence que seule l’attention prêtée aux détails de l’action juridique permet de décrire de manière pertinente. Ce faisant, l’ethnographie du droit montre comment les pratiques juridiques se déploient, dans des formes d’accommodement, autour d’une norme de référence qu’il s’agit aussi bien d’appliquer que de contourner, de violer ou d’interpréter.

En mettant l’accent sur les acteurs et les pratiques du droit, cette journée invite à réfléchir aux conditions de construction de la légalité, et partant, aux liens entre l’ethnographie du droit et le politique.

Programme:

9h : Accueil

9h00-9h30 :

Emilia Schijman : Présentation

Baudouin Dupret : Introduction – Ethnographier le droit

9h30-10h15 :

Lauriane Dos Santos : Négocier le droit ? Une ethnographie des pratiques judiciaires aux marges de l’Etat – Amazonie brésilienne

10h15-11h :

Deborah Puccio-Den : La responsabilité incarnée

11h-11h30 : Pause café

11h30-12h15 :

Julie Colemans : Ethnographier les émotions dans l’activité judiciaire

12h15-13h00 :

Fabien Le Bonniec : Chercher les différences… Une ethnographie des tribunaux dans le sud du Chili

13h-14h : Déjeuner

14h-14h45 :

Corentin Durand : Où est le droit en prison ? Pour une approche ethnographique de la  judiciarisation » de l’institution pénitentiaire

14h45-15h30 :

Barbara Truffin : La place de la culture et de l’ethnicité dans les accomplissements pratiques de la justice familiale en Belgique et en France : les familles à composante migratoire entre normes, faits et stéréotypes

15h30-16h15 :

Alessandro Buono et Emilia Schijman : Le propriétaire absent. Droits et responsabilités autour des biens vacants

16h15-16h45 :

Jacques Commaille : Conclusions

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

Colloque

Lyon, 4 octobre 2017 – Amphi Doucet-Bon, 18, rue Chevreul

Contexte : Depuis le XIIème siècle, le territoire de la Dombes (01) a été aménagé par l’homme de façon à permettre l’exploitation de la ressource en eau qui y est omniprésente. Un vaste réseau hydrographique a été créé autour de quelques 1 100 étangs. Leur exploitation s’est accompagnée de l’édiction de règles non écrites. L’usage de l’eau est donc aujourd’hui réglementé par ces normes ancestrales, mais subissent également les fortes contraintes des mutations sociales et du droit contemporain.

Objectif de la journée : A la suite d’un projet de recherche (2015-2016) qui permis de mettre en évidence un certain nombre d’enjeux tant juridiques que pratiques liés à l’application de la coutume locale, le but est de démontrer que le droit coutumier de Dombes, inscrit dans le « Truchelut » depuis 1881, dispose toujours d’une force normative sur ce territoire. Il est cependant nécessaire d’exposer ses évolutions matérielles, ainsi que la nécessaire adaptation de son statut juridique.

En définitive, cette journée se propose dans un premier temps d’analyser les difficultés actuelles que connaît l’application du droit coutumier en Dombes, afin, dans un deuxième temps, de présenter les propositions qui ont été faites dans le but de les dépasser. Les enjeux de ces travaux sont importants à au moins deux égards. D’une part, d’un point de vue juridique et de la théorie du droit, il s’agit de montrer la persistance d’une source de droit originale dans l’ordonnancement juridique actuel. D’autre part, la réflexion juridique constitue un support pour la pérennisation de pratiques agricoles qui intègrent le patrimoine d’un territoire de notre région.

Pluridisciplinarité : La réflexion juridique, tant sur les règles applicables que sur leur forme, ne peut se départir d’une analyse des phénomènes historiques et sociaux qui ont façonné le territoire de la Dombes au cours des siècles. Ce constat rend donc nécessaire d’intégrer à cette journée, les interventions de chercheurs en Sciences humaines et sociales autres que le droit.

Les nouvelles dynamiques juridiques proposées tireront leur légitimité et leur efficacité de l’analyse du donné social local. En outre, une réflexion portant sur l’application d’un droit spontané local doit être ancrée dans le réel et nécessite donc l’éclairage des praticiens locaux du droit, et les représentants des filières professionnelles locales. À ce titre, certains d’entre eux seront invités à partager leurs expériences et leurs analyses des enjeux pesant sur ce territoire.

Programme provisoire :

Ouverture

8h30 Accueil des participants
9h Introduction du Colloque
Mot d’accueil : Doyen Fac de droit / Dir. EVS / Dir. École Notariale
Présentation des enjeux pour la Dombes D. Abad (président CD 01). J.L. Payet-Pigeon (VicePrésident Syndicat des Etangs). F. Guillemin (membre APPED). (Agence de l’eau RMC ?)
Présentation du projet et de la journée de débats par le directeur scientifique : Ph. Billet + l’animateur du projet : G. Bailly

Première partie : Contexte historique et sociologique

Présidence de session : Jean Untermaier

De la pratique au besoin de normativité : la nécessité d’une régulation juridique en territoire rural

9h30 André Buisson : présentation du territoire de la Dombes et des étangs : évolutions historiques et émergence des usages
10h30 L’exploitation de l’eau sous tension Vanessa Manceron : La construction d’une communauté de l’eau
10h50 Me Jean-Jacques Contassot (huissier de justice) : Une société locale sous tension : histoire récente des contentieux locaux

Deuxième partie : La complexité du droit applicable en Dombes

Présidence de session : Anne Honegger

1. La place et le rôle de la coutume dans les sources normatives

11h45 Pascale Deumier : La coutume d’hier à aujourd’hui, une source de droit persistante
12h05 Jean Untermaier : Droit coutumier et environnement, une mise en valeur originale de l’écosystème
12h25 Stéphane Verthuy DDT : La protection réglementaire de l’environnement dombiste et la coutume, un conflit normatif ?

2. Propriété et gestion collective d’une ressource naturelle commune

14h00 (intervenant à confirmer) Les incidences locales de la patrimonialisation de l’eau dans la loi sur l’eau de 1992
14h20 Philippe Billet : La patrimonialisation des services rendus par la ressource en eau.

Troisième partie : Le besoin de nouvelles dynamiques normatives en Dombes aujourd’hui

Présidence de session : Philippe Billet

1. Enjeux contemporains : Une inévitable et nécessaire évolution du droit applicable

14h50 Sylvain Bernard (Conseiller Piscicole CA 01) et F. Ballandras (Président APPED, pisciculteur) La modernisation des pratiques dans l’exploitation de la ressource et des étangs
15h10 Me Carole Guyard (Avocate, à confirmer) L’absence de mise en œuvre optimale du droit coutumier : les difficultés d’invocation de la coutume devant le juge de droit commun

2. Propositions d’évolution

15h30 : Du droit coutumier à la contractualisation du droit spontané local

Table ronde :
Présentation du rapport et des propositions formulées par G. Bailly. Discussion des conclusions avec S. Mérieux (Président Syndicat des Etangs) ; Notaires (Me Rassion, à confirmer); M. Didat, (juriste CA01), M. Benmergui (ONCFS)

17h15 : Conclusions et fin de la journée

17h30 : Remise officielle du rapport d’étude aux financeurs suivi d’un buffet Dombiste