Archives de catégorie : Billets

PARUTION:

A. Kamugisha, Beyond Coloniality. Citizenship and Freedom in the Caribbean Intellectual Tradition, Indiana University Press, 2019, 320.p

Against the lethargy and despair of the contemporary Anglophone Caribbean experience, Aaron Kamugisha gives a powerful argument for advancing Caribbean radical thought as an answer to the conundrums of the present. Beyond Coloniality is an extended meditation on Caribbean thought and freedom at the beginning of the 21st century and a profound rejection of the postindependence social and political organization of the Anglophone Caribbean and its contentment with neocolonial arrangements of power. Kamugisha provides a dazzling reading of two towering figures of the Caribbean intellectual tradition, C. L. R. James and Sylvia Wynter, and their quest for human freedom beyond coloniality. Ultimately, he urges the Caribbean to recall and reconsider the radicalism of its most distinguished 20th-century thinkers in order to imagine a future beyond neocolonialism.

Acknowledgements
Chapter 1: Beyond Caribbean Coloniality

PART 1: THE COLONIALITY OF THE PRESENT

Chapter 2: The Coloniality of Citizenship in the Contemporary Anglophone Caribbean
Chapter 3: Creole Nationalism and Racism in the Caribbean

PART II: THE CARIBBEAN BEYOND

Chapter 4: A Jamesian Poeisis? C.L.R. James’s New Society and Caribbean Freedom
Chapter 5: The Caribbean Beyond: Sylvia Wynter’s Black Experience of New World Coloniality and the Human after Western Man

Conclusion: A Caribbean Sympathy
Bibliography
Index

Table-ronde “Lecture de … Le droit dans les sociétés humaines, Louis Assier-Andrieu”, vendredi 19 avril 2019, Centre Panthéon

Le vendredi 19 avril 2019, de 13h30 à 18h,

Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, Aile Soufflot – Salle 1

Pierre Bonin et Pierre Brunet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRJS, Soazick Kerneis, Université Paris Nanterre, CHAD

organisent une table-ronde 

Lectures deLe droit dans les sociétés humaines

de Louis Assier-Andrieu, Paris, Nathan, 1996

Participeront à cette table-ronde : 

  • Boris Bernabé, Université Paris-Sud, DSR
  • Anne-Sophie Chambost, Université Jean Monnet (Saint-Etienne), CERCRID
  • Jacques Commaille, ENS Cachan, ISP
  • Albane Geslin, Sciences Po Aix, UMR DICE
  • Eugénie Mérieau, University of Göttingen, Alexander von Humboldt Chair of Comparative Constitutionalism
  • Laetitia Guerlain, Université de Bordeaux, CRM-CAHD
  • Pascal Texier, Université de Limoges, OMIJ

Avec le concours de la  

Conférence de Laetitia Guerlain “Droit et Anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles. Un programme de recherches” (Rennes, 14 mars 2019)

Dans le cadre des Rencontres de l’IODE. Séminaire interdisciplinaire sur et autour du droit. Jeudi 14 mars 2019, à 12h30, en salle 10.

Cette conférence sera l’occasion de découvrir les rapports qu’entretient la discipline juridique avec les autres sciences humaines et sociales. Plus précisément, dans une perspective historique, elle présentera les interactions anciennes qui ont pu concourir à rapprocher l’anthropologie et le droit.

More information : https://iode.univ-rennes1.fr/agenda/les-rencontres-de-liode-avec-laetitia-guerlain https://iode.univ-rennes1.fr/agenda/les-rencontres-de-liode-avec-laetitia-guerlain

CALL FOR PAPERS: Law in Context Early Career Workshop, 17-18 September 2019

The International Journal of Law in Context and the Centre for Socio-Legal Studies at the University of Oxford jointly invite early career scholars to participate in a workshop to be held in Oxford, September 17-18, 2019. The purpose of this international workshop is to bring together scholars at a relatively early stage in their careers to support them in developing research projects and preparing publications to submit to scholarly journals in the field of socio-legal studies. 

During the workshop scholars will make a presentation, take part in discussion, and receive feedback on their work from senior research staff at the Centre and the editorial team of the Journal. The best papers presented at the workshop will be considered for publication in the International Journal of Law in Context.

​Deadline
The deadline for applications is 10 July 2019.

​Eligibility
To be eligible to apply, the submission of a doctoral thesis is expected in 2019. Applications from inside and outside the UK are welcome. The ten best submissions will be selected and applicants will be invited to the workshop.
To make an application you should send a 1500-word extended abstract together with a cover letter with your name and contact information, details about your place of study or work, and the date of your expected or past doctoral submission. Abstracts may be on any contextual work dealing with law and its relationship with other social science disciplines.

Please send applications to Katie Hayward, admin@csls.ox.ac.uk

Meals and accommodation for one night in Oxford will be provided by the organisers. We expect that participants will pay for their own travel expenses.

African Legal History Symposium

CALL FOR PAPERS: African Legal History Symposium

Co-conveners: Erin Braatz, Suffolk University Law School; Trina Hogg, Oregon State University; Elizabeth Thornberry, Johns Hopkins University; Charlotte Walker-Said, CUNY-John Jay College

Fortuitously, the 2019 annual meetings of the African Studies Association and the American Society for Legal History will both take place November 21-23 in Boston. In hopes of sparking a more sustained engagement across these two fields, and marking what we see as an inflection point in scholarship on African legal history, we invite paper proposals for an African Legal History preconference symposium, to be held in Boston on November 21, 2019. The symposium will be hosted by the American Society for Legal History in coordination with the African Studies Association, with sponsorship from the Suffolk University Law School.

We seek papers in the field of African legal history, broadly construed, and are particularly excited about papers that extend the insights of established scholarship, with its focus on customary law, in new directions. We encourage paper and panel proposals on law in Africa in the pre-colonial, colonial, and post-colonial periods, British, French, Islamic, Lusophone, and indigenous African traditions, and on all types of law (family, criminal, property, constitutional, business, customary, imperial, pluralist, international, etc.) Papers may focus on any region of the continent (including North Africa and the island territories).

Please email abstracts for proposed papers to bmello@suffolk.edu, with “African Legal History Symposium” in the subject line, by 5 April 2019. Abstracts should be no more than 300 words in length. Full papers to be presented at the symposium will be due by November 1, 2019, for circulation to all participants. Limited funding will be available to assist with the costs of travel. Funding priority will be given to scholars based on the African continent, graduate students, adjunct instructors, and scholars who do not have access to research funding through other sources.

We encourage symposium participants to consider submitting proposals directly to the ASA and ASLH as well, for inclusion in the main program of those conferences.

Cultural expertise and socio-legal studies : Special issue of Studies in law, politics and society, vol. 78, 2019

This special issue of Studies in Law, Politics, and Society aims to foster a dialogue that is inclusive, constructive, and innovative in order to lay the basis for evaluating the usefulness and impact of cultural expertise in modern litigation. It investigates the scope of cultural expertise as a new socio-legal concept that broadly concerns the use of social sciences in connection with rights and the solution of conflicts. While the definition of cultural expertise is new, the conflicts it applies to are not, and these range from criminal law to civil law, including international human rights. In this special issue, socio-legal scientists with interdisciplinary backgrounds scrutinize the applicability of the notion of cultural expertise in Europe and the rest of the World. Cases include murder, female genital mutilation, earthquake claims, Islamic law, underage marriages, child custody, adoption, land rights, and asylum. The authors debate on a variety of themes, such as legal pluralism, ethnicity, causal determinism, reification of culture, and the “culturalization” of defendants. The volume concludes with an overview of the ethical implications of the definition of cultural expertise and suggestions for a way forward.

Introduction; Livia Holden


Part I. Cultural Expertise with(out) Cultural Experts

From Invisible to Visible: Locating Cultural Expertise in the Law Courts of Two Finnish Cities; Taina Cooke

Cultural Expertise in Italian Courts: Contexts, Cases and Issues; Antonello Ciccozzi and Giorgia Decarli

Part II. Sites of Cultural Expertise

Assessing Cultural Expertise in Portugal: Challenges and Opportunities; João Teixeira Lopes, Anabela Leão and Ligia Ferro

Cultural Expertise in Asylum Granting Procedure in Greece: Evaluating the Experiences and the Prospects; Helen Rethimiotaki

Part III. Comparative Perspectives on Cultural Expertise

Court Cases, Cultural Expertise, and FGM in Europe; Ruth Mestre and Sara Johnsdotter

Between Norms, Facts and Stereotypes: The Place of Culture and Ethnicity in Belgian and French Family Justice; Caroline Simon, Barbara Truffin and Anne Wyvekens

Part IV. Cultural Expertise in Non-European Contexts

Cultural Expertise in Australia: Colonial Laws, Customs, and Emergent Legal Pluralism; Ann Black

The Role and Use of Cultural Expertise in Litigation in South Africa. Can the Western World Learn Anything from a Mixed, Pluralistic Legal System? Christa Rautenbach

Part V. Suggestions for a Way Forward

Beyond Cultural Expert Witnessing: Toward an Integrated Definition of Cultural Expertise; Livia Holden

Format:Hardback ISBN:9781787695160
Published:28 Feb 2019
Publisher:Emerald Publishing
LimitedDimensions:216 pages – 152 x 229mm
Series:Studies in Law, Politics, and Society

Publisher’s website : https://books.emeraldinsight.com/page/detail/Cultural-Expertise-and-SocioLegal-StudiesCultural-Expertise-and-Socio-Legal-Studies/?k=9781787695160


Journée d’études : L’ “aliéné indigène”. Justice et administration face à l’altérité psychique en Afrique française. Perspectives historiques et enjeux actuels (EHESS, 11 mars 2019)

Dans le contexte colonial français des siècles XIXeet XXe, que se passe-t-il lorsque l’altérité constitutive de l’« indigène » se double d’une différence supplémentaire qui touche à la sphère de la pathologie mentale ? Quelles sont les spécificités du traitement juridico-administratif de la folie ? Que les catégories et les discours de matrice coloniale nous apprennent-ils sur les politiques contemporaines de santé mentale ? Que reste-t-il de l’imaginaire colonial dans les pratiques et dans les discours institutionnels actuels autour de la santé mentale des populations d’origine africaine présentes en France ? Ces questionnements de fond sont à l’origine du projet AMIAF – « Aliéné mental » et « indigène ». Histoire juridique d’une double discrimination de statut en Afrique française (Fin XIXe  siècle-1960). Financé en 2018 par l’ANR dans le cadre des actions JCJC, le projet AMIAF se propose de réaliser une enquête historico-juridique relative aux discours et aux pratiques qui président à la construction et au fonctionnement du statut de l’« aliéné indigène » dans les territoires africains colonisés par la France. 

La demi-journée d’études exploratoire, qui fera suite à la première réunion de l’équipe du projet, vise à  poser les jalons de la recherche à venir, en focalisant l’attention sur les aspects méthodologiques de l’étude du traitement juridico-administratif de la folie en situation coloniale. Les communications seront centrées essentiellement sur la manière dont l’administration et la justice coloniale se sont saisies de la maladie mentale des populations africaines. Une attention spécifique sera accordée au rapport des institutions aux croyances et aux cultures locales, en prolongeant le regard sur les enjeux postcoloniaux. 

Matin

Réunion pour les membres de l’équipe du Projet ANR AMIAF

10h00  

Accueil, introduction et présentation du projet ANR AMIAF

10h30    

Discussion avec les membres de l’équipe du projet sur les apports et sur les perspectives de recherche de chacun.e,  sur les étapes futures du projet

12h00  Pause déjeuner

Après-midi

Demi-journée d’études ouverte au public

13h30  

Romain Tiquet (Postdoctorant FNS, Département d’histoire générale, Université de Genève), Aliénés et condamnés : transfert et internement des “fous dangereux” au Sénégal (Fin XIXesiècle-1918)

14h00 

Silvia Falconieri (CR, CNRS, IMAF), La « mentalité indigène » entre normalet pathologique. Lieux et modes du traitement juridico-administratif de la folie en Afrique française (1900-1940)

14h30   Discussion 

14h45   Pause

15h00 

Sandra Fancello (DR, CNRS, IMAF), Sorcellerie, justice et santé mentale. Commentaire au documentaire « World of Witchcraft »

15h30

Projection du documentaire World of Witchcraftde Daniel Bogado.

16h30  Discussion 

17h00 Fin des travaux, pot de clôture (Salle réunion de l’IMAF)

Discussion animée par R. Collignon (CR, CNRS)

Avec la participation des membres de l’équipe de l’ANR AMIAF : S. Falconieri(CNRS, IMAF, responsable du projet) ; G. Aïdan(CNRS, CERSA) ; R. Collignon (CNRS, LESC) ; N. Derasse(Université de Lille, CHJ) ;  S. Fancello(CNRS, IMAF) ; J. Ferrand(Université de Grenoble, CERDAP) ;H. Ferrière(Université de Bretagne Occidentale) ; R. Gallien(Université Paris 7) ; A. Lainé(IMAF) ; T. Le Marc’Hadour(Université d’Artois, CHJ) ; E. Pestre(Université Paris 7, UFR Études psychanalytiques) ; F. Renucci (CNRS, IMAF), M. Scarfone(Université de Strasbourg) ; I. Thiébau(CNRS, IMAF), R. Tiquet(Université de Genève).

publication

A. Niang, The Postcolonial State in Transition. Stateness and Modes of Sovereignty, Rowman & Littlefield International, 2018, “Kilombo International Relations and Colonial Questions”, 244.p

Théorie de l’Etat et de la souveraineté, Relations internationales, Théories postcoloniales, anthropologie, droit.

“The Postcolonial African State in Transition offers a new perspective on a set of fundamental, albeit old questions with salient contemporary resonance: what is the nature of the postcolonial state? How did it come about? And more crucially, the book poses an often neglected question: what was the postcolonial African state internally built against? Through a detailed historical investigation of the Voltaic region, the book theorizes the state in transition as the constitutive condition of the African state, rendering centralization processes as always transient, uncertain, even dangerous endeavors. In Africa and elsewhere in the colonial and postcolonial world, the centralized sovereign state has become something of a meta-model that bears the imprint of necessity and determinism. 

This book argues that there is nothing natural, linear, conventional or intrinsically consensual about the centralized state form. In fact, the African state emerged, and was erected against, and at the expense of a variety of authority structures and forms of self-governance. The state has sustained itself through destructive practices, internal colonization, and in fact the production and alienation of a range of internal others”.

APPEL : Gouvernance néolibérale et justiciabilité des droits indiens

Cahiers des Amériques Latines : appel à contribution N° 94 – Nouveaux défis du pluralisme juridique

Résumé : À partir des années 90 en Amérique Latine, l’accroissement des mobilisations indiennes en défense de leurs droits s’accompagne de la judiciarisation de leurs luttes. Deux faits, apparemment contradictoires, peuvent expliquer ce mouvement : la dépossession, la violence et la criminalisation de leurs peuples et territoires, en raison d’un tournant néolibéral et extractiviste qui prédomine dans la région ; les nouvelles constitutions multiculturalistes en Amérique latine soutenues par les normes internationales qui ouvrent un espace pour la reconnaissance des droits des Indiens, spécialement du droit à l’autodétermination. 

Argumentaire : À partir des années 90 en Amérique Latine, l’accroissement des mobilisations indiennes en défense de leurs droits s’accompagne de la judiciarisation de leurs luttes. Deux faits, apparemment contradictoires, peuvent expliquer ce mouvement : la dépossession, la violence et la criminalisation de leurs peuples et territoires, en raison d’un tournant néolibéral et extractiviste qui prédomine dans la région ; les nouvelles constitutions multiculturalistes en Amérique latine soutenues par les normes internationales qui ouvrent un espace pour la reconnaissance des droits des Indiens, spécialement du droit à l’autodétermination (Gros et Dumoulin 2011 ; Hale 2002 ; Stavenhagen 2012 ; Valladares 2014).

Dans un contexte de crises économique et politique, le droit est devenu un instrument de lutte privilégié pour un nombre croissant de peuples indiens. Ils développent leur capacité à faire valoir des droits légalement reconnus, c’est-à-dire leur justiciabilité, face à la logique néocoloniale de l’État et du capital (Gómez 2013). Bien que ce soit une lutte inégale, des alternatives sont ouvertes pour défendre les droits collectifs et les rationalités juridiques traditionnelles, déjà reconnues dans le cadre international des droits de l’homme.

Le domaine judiciaire constitue une fenêtre pour analyser les limites et la portée du pluralisme juridique dans la gouvernance néolibérale. Pour cette raison, il est intéressant d’analyser les utilisations critiques du droit dans les espaces de pluralisme juridique où les cadres juridiques des échelles locales, nationales et internationales interagissent. La pluralisation du droit dans le domaine judiciaire permet-elle aux luttes des peuples autochtones de progresser vers plus d’émancipation, voire une décolonisation du droit ?

Le pluralisme juridique est une catégorie analytique qui a gagné en importance dans les sciences sociales latino-américaines, en particulier au sein de l’anthropologie juridique et dans le domaine des études critiques du droit (Wolkmer 2018; Yrigoyen 2012; Sánchez 1998; Santos 1988; Castro y Sierra 1998). Cette catégorie a émergé pour comprendre les relations complexes entre les différents ordres juridiques qui structurent les sociétés contemporaines et en particulier le rôle du colonialisme juridique. Elle permet de rendre compte de l’existence de configurations juridiques semi-autonomes où les systèmes normatifs des peuples indiens s’articulent avec le droit étatique hégémonique et le droit international. Une telle perspective remet en cause le centralisme du droit de l’État, base de la vision unitaire et moderne de l’État-nation. Elle montre l’existence d’une autre logique de régulation, elle aussi encastrée dans des relations de pouvoir et en interaction continue avec la loi hégémonique.

De ce fait, il est nécessaire d’aller au-delà des perspectives dualistes qui analysent les systèmes juridiques en tant qu’entités distinctes et mettre l’accent sur les dynamiques hybrides et interlégales pour considérer les différents niveaux, locaux, nationaux et mondiaux, où se réalise le droit. Pour cette raison, plusieurs auteurs préfèrent parler de pluralités juridiques et non du pluralisme juridique pour souligner les nombreux règlements qui coexistent et se chevauchent dans les sociétés modernes (Santos 1998 ; Sieder et Mc Neish 2013 ; Sierra 2011) dans le cadre légal de la gouvernance mondiale (Benda Beckmann et al 2009 ; Comaroff et Comaroff, 2006).

Projet de dossier : Fondé sur cette problématique, nous espérons recevoir des articles que réfléchissent sur les questions suivantes : Comment ces cadres réglementaires multiscalaires affectent-ils l’accès à la justice pour les peuples indiens et leurs institutions juridiques ? Est-il possible de faire un usage stratégique et décolonisant du droit dans le cadre du pluralisme juridique ? Comment les normativités différenciées sont-elles en conflit et quels effets ont-elles sur l’exercice des droits collectifs indiens ? Quels sont les effets de la reconnaissance de la justice indienne sur la structure judiciaire de l’État et dans quel sens l’intervention de la loi a transformé cette justice ? Comment d’autres sens de la justice sont identifiables dans les demandes de droits collectifs et dans leur judiciarisation ? Dans quelle mesure l’accès à la justice de l’État permet-il la protection contre la criminalisation de luttes et de la justice indienne ?

Modalités de soumission : Les propositions peuvent être soumises en français, espagnol ou anglais. Elles devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom ;
  • université ou laboratoire de rattachement ;
  • court CV avec adresse e-mail ;
  • titre envisagé de l’article ;
  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet d’article.

La date limite impérative de soumission des propositions d’articles est fixée au 20 mars 2019 à l’adresse suivante : cal94pluralisme@gmail.com

Le comité de rédaction de Cahiers des Amériques latines informera de l’acceptation ou non des propositions dans un délai de deux semaines.

Les articles de 45 000 signes environ (espaces, notes, bibliographie, résumés et mots-clés compris) devront être envoyés au coordinateur pour le 30 juin 2019. Ils seront soumis à une double évaluation anonyme.

La publication du dossier est prévue pour juin 2020.

Merci de bien vouloir consulter les instructions aux auteur-e-s : https://cal.revues.org/2324 Les articles ne répondant pas à ces instructions ne pourront être pris en compte.

Calendrier

  • Date limite de réception des propositions d’articles : 20 mars 2019.
  • Date limite de réception des articles : 30 juin 2019.
  • Publication prévue en juin 2020.

Comité scientifique

Le comité scientifique est composé de personnalités appelées à statuer sur la politique éditoriale de la revue et sur des questions ponctuelles d’expertise.

  • Luis Felipe de AlencastroProfesseur, histoire, université Sorbonne-Paris 1 (France)
  • Claude BataillonAncien directeur de recherche CNRS et professeur honoraire, géographie, université Toulouse-Le Mirail (France)
  • Carmen BernandProfesseure émérite, histoire, université Paris Ouest-Nanterre-La Défense (France)
  • Peter BirleChercheur, science politique, Ibero-Amerikanisches Institut, Berlin (Allemagne)
  • Bernard BretProfesseur émérite, géographie, université Lyon 3 (France)
  • Olivier CompagnonDirecteur de l’IHEAL, professeur, histoire contemporaine, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (France)
  • Martine DroulersDirectrice de recherche émérite CNRS, géographie (France)
  • Flavia FreidenbergProfesseure, science politique, Universidad Autónoma de México (Mexique)
  • Néstor García CancliniProfesseur, anthropologie, Universidad Autónoma Metropolitana (Mexique)
  • Antonio Sérgio A. GuimarãesProfesseur, sociologie, Universidade de São Paulo (Brésil)
  • Christian GrosProfesseur émérite, sociologie, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, IHEAL (France)
  • Serge GruzinskiDirecteur de recherche CNRS et directeur d’études EHESS, histoire, UMR Mondes américains (France)
  • Odile HoffmannDirectrice de recherche, géographie, IRD-Urmis (France)
  • Mona HuertaInstitut des Amériques (France)
  • Stephen Hugh-JonesProfesseur, anthropologie, King’s College, Cambridge (Royaume-Uni)
  • Hal KlepakProfesseur émérite, histoire, Royal College of Canada (Canada)
  • Jean-Pierre LavaudProfesseur émérite, sociologie, université des sciences et technologies de Lille 1 (France)
  • Annick LempérièreProfesseur, histoire, université Paris 1, UMR Mondes américains (France)
  • Jaime Marques-PereiraProfesseur, économie, université de Picardie-Jules Verne (France)
  • Guy MartinièreProfesseur émérite, histoire, université de La Rochelle (France)
  • Alain MussetDirecteur d’études EHESS, géographie, Centre de recherches historiques (France)
  • Daniel PécautDirecteur d’études EHESS émérite, sociologie, Centre d’étude des mouvements sociaux (France)
  • Marielle Pépin-LehalleurChargée de recherche honoraire CNRS (France)
  • Jean Revel-MourozDirecteur de recherche émérite CNRS, géographie (France)
  • Hélène Rivière d’ArcDirectrice de recherche émérite CNRS, géographie, Creda (France)
  • Yves Saint-Geoursambassadeur de France en Espagne (France)
  • Hervé ThéryProfesseur invité à l’université de São Paulo, directeur de recherche CNRS, géographie, Creda (France)
  • Héctor Hugo TrincheroProfesseur, anthropologie, Universidad de Buenos Aires (Argentine)
  • Juan Gabriel ValdésProfesseur, science politique et relations internationales, Universidad Austral de Chile (Chili)
  • Laurence WhiteheadSenior Research Fellow, science politique, université d’Oxford Nuffield College (Royaume-Uni)

Bibliographie

CASTRO Milka et SIERRA M. Teresa, « Derecho indígena y pluralismo jurídico en América Latina », (Numéro spécial), América Indígena, vol. LVIII, N° 1-2, 1998, p. 7-15.

GROS Christian et DUMOULIN David, Le Multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain ?, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012.

COMAROFF Jhon et COMAROFF Jean, Law and disorder in the poscolony, Chicago, IL, University of Chicago Press, 2006.

GÓMEZ Magdalena, « Los pueblos indígenas y la razón de Estado », Nueva Antropología, vol. XXVI, n° 78, 2013, p.43-62.

HALE Charles, « Governance, Cultural Rights and the Politics of Identity in Guatemala », Journal of Latin American Studies, vol. 34, n°3, 2002, p. 485-452.

SÁNCHEZ BOTERO Esther, Justicia y pueblos indígenas de Colombia, S. de Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, 1998.

DE SOUZA SANTOS Boaventura, La globalización del derecho. Los Nuevos caminos de la regulación y la emancipación, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia – ILSA, 1998.

SIEDER Rachel et MACNEISH John, Gender Justice and Legal Pluralities. Latin American and African Perspectives, Oxon, USA, Routledge, 2013.

SIERRA María Teresa, « Pluralismo jurídico e interlegalidad. Debates antropológico en torno al derecho indígenas y las políticas de reconocimiento», in Victoria CHENAUT, Magdalena GÓMEZ, Héctor ORTÍZ y M.Teresa SIERRA, Justicia indígena y diversidad en América Latina. Pueblos indígenas ante la globalización, México, CIESAS – FLACSO- Ecuador, 2011.

STAVENHAGEN Rodolfo, Los pueblos indígenas y sus derechos, México, UNESCO, 2012.

VALLADARES DE LA CRUZ Laura (coord.), Nuevas violencias en América Latina. Los derechos indígenas ante las políticas neoextractivistas y las políticas de seguridad, México, UAM Itzapalapa-Juan Pablos éd., 2014.

VON BENDA-BECKMANN Franz, VON BENDA-BECKMANN Keebet et ECKERT Julia (eds.), Rules of Law and Laws of Ruling. On the governance of Law, Farnham, Ashgate, 2009.

WOLKMER Antonio Carlos, Pluralismo jurídico. Fundamentos de una nueva cultura del derecho, Madrid, Dykinson, 2018.

Legal Anthropology : UNiversity of bern

Institute of Social Anthropology : Legal Anthropology

Legal anthropology studies the social meaning and importance of law. It deals with how law is created, how law sustains and changes other social institutions and how law structures social behaviours. At the same time, it raises the question of how law itself is socially constructed. This dual way of looking at the law, as both shaped by society and shaping society, is fundamental to the perspective of legal anthropology.

In the early 20th century, questions of social control and integration were key subjects for research within legal anthropology. Later, these were superseded by an interest in conflict and dispute resolution. Already during colonial rule, questions of how conflicts in legal norms shape multiple legal systems (legal pluralism) were raised. With the globalisation of law, these issues are gaining new significance. When researchers observe the processes by which legal norms become transnational, it is first a question of studying the normative changes that are initiated as a result of the “import” or “export” of law – be they human rights, specific types of ownership law, or the standards for legal procedure. Second, questions about the role of law in cementing or changing social inequality, the conditions in which legal means can be used to change social order, and the ambivalent relationship between law and power are increasingly attracting interest.

Legal anthropology constitutes a central focus in the master program ATS.

Reseach projects on: Legal Anthropology :

Law and order in urban India

Prof. Julia Eckert

Studying everyday policing in Mumbai, I analyses police interpretations of law and the multifaceted social, economic and political relations that such interpretation is embedded in. I thereby trace the negotiations of rights, norms of justice and authority that occur in everyday interactions between citizens and state officials, as well as among state officials themselves. I am particularly interested in how security legislation has come to define the limits of legitimate political articulation.

Aiding and abetting: juridifiying transnational liability

Prof. Julia Eckert

The attribution of responsibility in world society is increasingly a field of contestation. On the one hand, the perception of causal and moral links reaching far in space and time are ever more explicitly pronounced; on the other hand, the very complexity of these links often engenders a fragmentation of responsibility both in law as well as in moral commitment. Current institutions of responsibility in law appear to abstract from enabling contexts, resulting in appeals to a global community of concern without corresponding obligatory commitments. Focussing on the use of „aiding and abetting“ in strategic litigation as well as jurisdiction, I trace the contestations over global responsibility and liability.

Doing Credibility; The Construction of Credibility in Swiss Asylum Procedures

Prof. Julia Eckert, Laura Affolter, Johanna Fuchs, Raphaël Rey

In deciding whether asylum seekers are granted asylum or not, immigration officers and judges in Switzerland as elsewhere must not only decide whether an asylum seeker fits the definition of a refugee. They must also assess the credibility of the asylum seeker’s statements. It is precisely this assessment and decision-making process Johanna Fuchs, Laura Affolter and Raphaël Rey analyse in this project. The researchers focus on four of the main actors involved in asylum procedures: asylum seekers, legal advisors, officers working for the State Secretariat for Migration as well as judges and clerks in the Federal Administrative Court. By looking at these different actors the project examines how credibility and the lack of credibility are defined and and how credibility is negotiated in the decision-making process.

Link to the Project

Law in Protest: Transnational Struggles for Corporate Liability

Prof. Julia Eckert, Angela Lindt M.A.

Negative impacts on the environment and on the livelihood of local populations caused by transnational corporations (TNCs) operating in the so-called Global South have become a politically contested issue. Holding the companies involved or their employees legally liable has often been difficult because of jurisdictional or governance obstacles. Regardless the difficult legal situation, there are worldwide growing attempts to bring TNCs to court for violations of human rights or for serious environmental damages. By referring to a transnational discourse of human rights and by using international narratives of law and justice, local protest groups make use of law as an instrument to legitimize their claims and to gain international support for their struggles. In most of the court cases social movements, non-governmental organisations (NGOs) and transnational networks of human rights lawyers play a major role. These networks often include not only European cause lawyers and the concerned plaintiffs in the operation area of the defendant TNC, but also link plaintiff groups, local NGOs and lawyers of independent court cases in different countries.
A considerable gap in research exists concerning how advocacy organisations and local plaintiffs influence each other with respect to normative evaluation, political goals and litigation strategies. The project “Law in Protest: Transnational Struggles for Corporate Liability” enquires into these changes, examining the normative change born from these litigation processes both among local plaintiffs and in the legal norms adopted to litigate against TNCs. Our project assumes that lawsuits and the practices of “case-making” are social processes that, on the one hand, reflect existing power relations between actors involved, but, on the other hand, provide space for negotiations about norms, interpretations and goals.
By conducting empirical ethnographic research on the work of lawyers and human rights activists in different settings and places, the overarching aim of the project is to find out whether the strategic application of national law leads to normative – legal as well as social – change. We content that by a) enquiring into the evolving strategies of local plaintiffs using national laws against TNCs, b) the strategic litigation of cause lawyering by transnational legal NGOs, and c) the relationships between these different actors involved in the court cases we can gain insights into the normative changes occurring at these different levels. We will analyse the practice of strategic litigation applied by cause lawyers in Germany and the United Kingdom (subproject A) as well as by social movements and local NGOs in Peru (subproject B). We investigate how local protest movements and international law firms introduce transnational discourses of human rights and social justice into individual national court cases with the intent to enforce social and political change on the local level. By studying these transnational human rights networks in the field of corporate liability, the project deals with a key issue of contemporary social anthropology.

The Moral Economy of Assam Tea Production

Anna-Lena Wolf, M.A.

The current PhD project is an ethnography on the moral economy of tea production on tea plantations in Assam. I am analysing how various entangled and contradictory moral frameworks – underlying the plantation economy of Assam tea – are conceived of, embodied, negotiated and transformed ‘…to understand the everyday-grounded logics of macro-economic (and political) processes…’ (Palomera & Vetta 2016: 428). I am furthermore interested in how structural inequalities are generated within/by the tea plantation economy in Assam and how they are maintained or challenged, for example, by forms of state regulation, moral sentiments or forms of protest.

The emergence of global tax payers: the (re-)making of international business tax law

Prof. Julia Eckert, Dr. des. Johanna Mugler

This ethnographic research project explores the emergence of global tax norms and the negotiation and making of international tax law. By studying the actors and the processes through which international tax law develops, this project contributes to the understanding of the making and change of these international laws and global norms. More

Harvard LIBRARY : Using the Anthropological Literature database

Featured edited works in Legal Anthropology

The Anthropological Literature e-resource contains articles from edited works, many which deal with law and anthropology. Click on the link below to view a small sample of titles that have been indexed that focus on this branch of anthropology.
View list of featured Edited Works in Anthropological Literature

Featured journals in Legal Anthropology

Face mask and gorget
Face mask and gorget
molded metal for chin and nose,
overlapping gorget
Peabody ID: 2003.1.2148
Peabody Collections Online

Below is a list of selected journal titles in legal anthropology meant to illustrate the breadth of coverage in Anthropological Literature. It is only a representative sample. For a complete list of currently indexed journal titles, please click on the “Currently Indexed Journals” tab.

Allpanchis  Indexed 1969-1993
American Indian quarterly  Indexed 1974-
Anales de antropología  Indexed 1964-
Anthropologie et sociétés  Indexed 1977-
Canadian journal of native studies  Indexed 1981-
Cuadernos del sur   Indexed 2003-
Enquête  Indexed 1996-1998
Ibero-amerikanisches Archiv  Indexed 1930-2000
International journal of cultural property  Indexed 1992-
Law & anthropology  Indexed 1987-
Law & society review  Indexed 1969-1991
Man and life   Indexed 1975-
Political and legal anthropology review : PoLar  Indexed 1998-
Recherches amérindiennes au Québec  Indexed 1971-

Séminaire EHESS. Communs : droit, histoire et historiographies (du jeudi 8 novembre 2018 au jeudi 11 avril 2019)

Les 2e et 4e jeudis du mois de 17 h à 19 h du 8 novembre 2018 au 23 mai 2019

Les communs font l’objet de programmes de recherche de plus en plus nombreux, menés à partir d’ancrages disciplinaires les plus divers. L’étude des communs se nourrit, et alimente en même temps, des traditions historiographies multiples : des « humanités classiques » à « l’humanité sauvage » des mondes post-coloniaux, du communisme primitif de Morgan aux débats sur les dynamiques d’enclosure ou d’ouverture dans les régulations d’accès aux communs de la connaissance. La focale privilégiée par le séminaire sera historique et juridique. Le rôle de l’histoire est à la fois central et ambigu dans l’étude des communs. Les travaux sur les communs, quelles que soient les disciplines au travers desquelles ils sont abordés (droit, anthropologie, études politiques, géographie, sociologie…), comprennent fréquemment – comme un passage obligé – une approche historique. Cet usage de l’histoire pose un certain nombre de questions. Quelle continuité peut-on tracer entre des biens communs qualifiés « d’historiques » et intéressant des « communautés » de taille modeste – et les « nouveaux communs », notamment ceux de l’information et de la connaissance, ou encore les « communs globaux » comme l’air ou la biodiversité ? Tenter d’élaborer un cadre théorique pour ces différentes lignes de recherche — sur les communs historiques, les nouveaux communs et les communs globaux –, c’est éviter une naturalisation des communs et prendre la mesure de leur caractère institué. Des débats portent sur la pertinence de références historiques, comme celles « d’enclosure ». Des figures fédératrices différentes se dessinent dans l’étude des communs, d’Elinor Ostrom à Carol M. Rose, qui interrogent les dynamiques – historiques aussi – entre public et commun et posent de façon renouvelée la question de « l’accès » et de la catégorie du « public ».

Nous nous intéresserons notamment à l’analyse de la triangulation entre ressources au sens large du terme, pratiques des acteurs et attribution de droits, qui nous parait comme la marque spécifique des communs. Notre attention se portera sur la dynamique sociale qui lie une chose, une ressource, une pratique, une expérience ou un événement à l’identification d’un collectif d’acteurs. Nous observerons les montages et les traductions juridiques qui sont à la fois la condition et l’effet de ce nouage. Une approche historique et juridique des communs nous permettra d’isoler et d’analyser des séquences temporelles, dans lesquelles les « collectifs » viennent postérieurement au « commun ». Nous privilégierons tout spécialement : 


1) Le rôle du droit privé dans le façonnage institutionnel des communs et 
2) Les phénomènes divers d’institution juridique des ressources ou des pratiques.

Le séminaire alternera des séances où nous étudierons une riche littérature qui aborde l’histoire des biens communs et leur statut juridique, en croisant la présentation de recherches en cours et des lectures critiques de la littérature sur le sujet. Et des séances où nous accueillerons chercheurs et équipes de recherche, qui s’intéressent aux communs à partir de points de vue disciplinaires différents.

Programme

8 novembre 2018

17h00 : Communs : entre archives historiques et dispositifs juridiques 
Alice Ingold, EHESS 
Michele Spanò, EHESS

22 novembre 2018

17h00 : Les communs au prisme de l’Etat 
Alice Ingold, EHESS

13 décembre 2018

17h00 : La communauté face à la société : dialectique de la résistance 
Louis Assier-Andrieu, Ecole de Droit, Sciences Po Paris

10 janvier 2019

17h00 : Coopératives et travail agricole : que cultive-t-on en commun ? 
Niccolò Mignemi, ERHIMOR-CRH

24 janvier 2019

17h00 : Gouverner la mer par les communs. L’huître et les régimes de la territorialité maritime (Manche, XVIIIe-XIXe siècle) 
Romain Grancher, CNRS, TEMOS

14 février 2019

17h00 : La matrice judiciaire de la chose publique romaine 
Claudia Moatti, Paris 8 et University of Southern California

28 février 2019

17h00 : Le public, le privé et la commune dans les villes italiennes du Moyen Âge 
Giuliano Milani, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

14 mars 2019

17h00 : Communs et assemblée villageoise en Kabylie, de l’Algérie coloniale à l’époque contemporaine 
Alain Mahé, EHESS

28 mars 2019

17h00 : Comment le paysage, du point de vue conceptuel et du point de vue des pratiques, est-il affecté par l’émergence de la problématique des communs ? 
Jean-Marc Besse, EHESS

11 avril 2019

17h00 : Communs et catastrophes : a Crash Test for Property 
Fabien Locher, CNRS, CRH-EHESS

9 mai 2019

17h00 : Intendance de la biodiversité et transferts de la gestion des ressources : la fabrique des communautés autochtones et locales 
Fabien Girard, Université Grenoble Alpes

23 mai 2019

17h00 : The ‘home’ and organised social abandonment – how state authorities have forfeited their legal and political responsibilities in the rush to privatise social housing provision 
Brenna Bhandar, SOAS – University of London


EHESS
Salle 5
105 Bd Raspail
75006 Paris

https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2599// 

Fabriquer des actes d’Etat Une ethnographie du travail bureaucratique, by Jean-Marc Weller

Cet ouvrage porte sur une des modalités emblématiques de la capacité d’intervention publique : la production d’« actes d’État », c’est-à-dire de décisions administratives (notification, arrêté, jugement, permis, certificat, etc.) qui, sitôt qu’elles sont prises, sont dotées d’une autorité qui nous obligent. L’enquête ethnographique que ce livre propose dans plusieurs administrations (Justice, Agriculture, Sécurité Sociale) invite à s’intéresser aux modalités concrètes par lesquelles l’État peut agir. La réponse semble connue : au-delà de prendre des décisions légitimées par le droit, il produit des écrits. Mais comment les documents, sans lesquels ces décisions n’existeraient pas, sont-ils confectionnés ? Et par quels mystères ces papiers se couvrent-ils d’une force qui fait que c’est bien, à travers eux, l’État qui agit ? Pour répondre à ces questions, il faut ouvrir la porte des bureaux, arpenter leurs linéaires, en feuilleter les dossiers, en suivre la paperasserie, et entrer ainsi dans l’épaisseur des activités d’écriture, des opérations de calcul, des manipulations informatiques qui nous éclairent sur l’importance de l’organisation documentaire, la diversité des agencements bureaucratiques possibles, l’intelligence et les contradictions du travail qui s’y accomplit. 

 Jean-Marc Weller est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (UPEM-CNRS-INRA-ESIEE). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.

Parution : 10/2018
Editeur : Economica
ISBN : 978-2-7178-7040-4

Etudes sociologiques , 320 pages.  39 €

Appel à contribution Cahiers Jean Moulin, n° 5 (Le quotidien et le droit)

Date limite : 1er mars 2019

https://revues.univ-lyon3.fr/cjm/index.php?id=380

Le choix du « quotidien » comme thème du dossier du numéro 5 des Cahiers Jean Moulin peut paraître surprenant, de la part d’une revue juridique. Non seulement, le terme ne relève pas du vocabulaire des juristes, mais ce qu’il désigne semble échapper à l’empire du droit. Le quotidien renvoie à ce qui se répète tous les jours et par-là est habituel ou familier (selon les sens du terme latin quotidianus) ; le comportement quotidien s’inscrit dans la moyenne, loin de toute exceptionnalité. À l’inverse, si l’on met à part le cas des juristes formés au droit, le rapport des individus à cette technique relève le plus souvent d’un événement exceptionnel : il ne se manifeste véritablement que lors de moments inhabituels, ou du moins peu fréquents de la vie ordinaire (conclusion d’un bail d’habitation, achat d’un logement, procès avec un voisin). Le procès pénal même, représentation peut-être la plus diffusée et la plus médiatisée de ce qu’est le droit, tranche, par son caractère rituel, son déroulement, la façon qu’on y a de s’exprimer, avec ce qui forme la vie quotidienne de la plupart des individus. Ainsi le quotidien ne serait-il pas concerné par le droit ou n’interviendrait-il qu’en marge du droit, parce que, dans sa vie quotidienne, l’individu ne se rend pas compte des rapports juridiques et vit le recours au procès comme un événement exceptionnel [1]. En ce sens, le droit vient rompre la vie ordinaire et fait entrer l’individu dans le domaine de l’imprévisible ou de l’incertitude. Le juriste n’aurait guère de raisons de s’y intéresser non plus, puisqu’il n’y aurait rien à apprendre pour le droit de pratiques qui n’ont pas besoin de lui et se déroulent en marge de lui.

Le rejet du quotidien hors de l’investigation scientifique a longtemps concerné la plupart des champs du savoir. Assimilé à la répétition routinière, le quotidien manque du soubassement idéologique ou du prestige théorique suffisants pour arrêter le philosophe, plus occupé à scruter le monde des idées que l’espace matériel qui l’entoure. Pourtant, la philosophie, depuis au moins la phénoménologie husserlienne, s’est emparée de la question du quotidien. Le développement des sciences humaines à partir du xixe siècle, et en particulier de la sociologie, s’est faite de son côté par le rejet de la métaphysique au profit de l’étude « mondaine » de ce qui nous entoure, non sans conséquences sur la science juridique elle-même : l’étude du droit comme fait social chez Duguit ou la notion de droit social théorisée par Gurvitch en sont des illustrations. Dans cette perspective nouvelle, le quotidien ne se réduit pas à des pratiques routinières faites machinalement, et en cela insignifiantes, mais consiste en un processus continu d’appropriations et de réutilisations en partie imprévisibles, qui témoignent de la capacité inventive des individus (Certeau, 1990) et de « l’extraordinaire de l’ordinaire » (Macherey, 2005).

Le quotidien comme fait et comme règle

L’analyse qu’É. Balibar fournit de la « quotidianisation » du charisme chez Max Weber offre à cet égard des pistes pour l’étude du quotidien dans le droit (Balibar, 2004). La « quotidianisation » ou l’expression « inscription dans la réalité quotidienne » sont préférées au terme de routinisation (utilisé habituellement depuis la traduction française ancienne de Weber, 1995, p. 326 sq.) pour traduire la Veralltäglichung(dérivant d’alltäglich, quotidien) ; cette traduction ôte l’aspect péjoratif du terme routinisation, que le propos de Weber ne contient pas. La notion de quotidien (alltäglich) renvoie néanmoins à tout un système de valeurs, et plus précisément de valeurs d’obéissance fondant, pour Weber, un mode de légitimation de l’exercice du pouvoir. Parmi les trois formes de légitimité qu’il identifie, la légitimité charismatique rompt nettement avec le quotidien, qu’il s’exprime de manière ancienne sous la forme de la domination traditionnelle, ou sous la forme moderne et plus ambiguë de la domination légale : les processus réguliers, relativement prévisibles (soit parce qu’il s’agit de répéter le passé, soit parce qu’il s’agit de suivre des règles toujours plus ou moins identiques), de ces deux modes d’exercice du pouvoir sont subvertis par la dimension nettement révolutionnaire du charisme individuel. La « quotidianisation » du charisme correspond alors à la continuation sous d’autres formes de la légitimité initialement fondée sur le lien charismatique (résultant du rapport direct entre le chef ou le leader et ceux qui lui obéissent) ; le charisme entre dans la réalité quotidienne en se rapprochant des formes de légitimité traditionnelle ou légale-rationnelle. Dans l’analyse qu’É. Balibar propose de Weber, tout processus révolutionnaire passe ainsi nécessairement par une phase charismatique et par une phase de quotidianisation.

Ce faisant, le quotidien renvoie non seulement à ce qui est ordinaire, mais à ce qui constitue un modèle de comportement, une règle ou une régularité. On trouve dans le quotidien la même ambiguïté que dans le champ lexical de la normalité. Le normal est à la fois un fait (ce qui se fait couramment, en moyenne) et une valeur (ce qui est préférable). Si le droit est un ensemble de normes et définit ce qui est conforme à la norme, alors le quotidien, entendu comme ce qui n’est pas exceptionnel, se répète et ne choque pas les habitudes, entretient un lien beaucoup plus direct que celui suggéré plus haut avec le droit, et se trouve même en partie déterminé par le système juridique. Le quotidien est une pratique perçue comme normale, mais qui dépend elle-même souvent de la représentation véhiculée par le système juridique.

Cela suppose d’élargir le regard sur les différents usages du droit : l’usage « répressif » (au sens large), le plus communément associé au droit, est sans doute dominant, mais ne doit pas occulter l’usage persuasif et pédagogique par lequel le droit contribue à former une représentation normalisée du monde, notamment par sa fonction de nomination (Lochak, 1983). Le droit crée et impose des catégories de langage qui instituent la représentation commune du monde social (Bourdieu, 2001), jouant, au-delà de la simple question du respect des règles, un rôle plus diffus pour peser sur l’univers quotidien des individus. Mentionnons simplement à titre d’exemple le rôle que le droit a pu jouer pour déterminer la structure de l’espace vécu à partir de catégories administratives, ainsi lors de l’invention des départements au moment de la Révolution française (Ozouf-Marignier, 1989).

Vie quotidienne et droit moderne

Cette fonction attribuée au droit témoigne d’une double rupture historique au seuil de la modernité, qui a un rapport direct avec le quotidien. La première est interne à la pensée juridique. Le développement des courants juridiques contemporains, positivisme, normativisme ou encore décisionnisme, témoignent que le droit est conçu comme un outil fixant des normes de comportement aux individus, qui peuvent donc entraîner des effets sur leur vie quotidienne. La conception du droit naturel dominant précédemment prétendait à l’inverse faire du droit (au moins dans sa version idéale) le simple constat de relations objectives.

La deuxième rupture porte plus généralement sur l’opérabilité du droit. Les analyses proposées sur le droit romain antique par Y. Thomas en font un ensemble de techniques et de procédures internes, destinées avant tout à produire du droit ; les procédures ont dans le droit même leur propre fin, sans visée d’emprise sociale (Pottage, 2014). La perspective moderne tend au contraire à faire du droit un outil normatif destiné à indiquer, produire et renforcer le comportement jugé adéquat juridiquement. À partir du xviiie siècle, cette conception donne à l’État, et plus particulièrement à la loi étatique, un rôle décisif pour intervenir sur la société et sur le comportement individuel. Investie d’une légitimité politique importante en tant qu’émanation de la volonté générale, la loi est devenue le support d’un projet de rationalisation et d’intervention dans la société (Baranger, 2018). Le droit doit dès lors assurer le bien-être des sujets, jusque dans les moindres gestes des individus. La vie est touchée dans son quotidien même. Ce projet de transformation de la société, a été particulièrement pris en charge, dans le cas français, par l’État, qui devient « instituteur du social » (Rosanvallon, 1990).

L’analyse de ce processus n’est cependant pas sans questions. La première tient à sa consistance juridique. M. Foucault a pu caractériser la modernité par le modèle disciplinaire, fait d’action continu sur les corps, dans les mouvements les plus ordinaires de la vie physique (Foucault, 1975), avant d’en faire un idéal-type opposé au modèle de la loi : là où la discipline opère de façon continue et rapprochée, la loi opère de façon plus lointaine et ponctuelle, lors des procès (Foucault, 2009, p. 10-13). La règle juridique, lorsqu’elle prétend intervenir dans la pratique la plus quotidienne des individus, s’appuie sur des savoirs et des données qui sont élaborées en dehors du droit et fournies par d’autres champs de savoir (médical, statistique, économique, etc.). Mais conserve-t-elle alors son statut et sa spécificité de norme juridique ?

La seconde question tient aux destinataires des normes juridiques. Faire du droit un outil de transformation sociale suppose que la règle soit respectée, donc effective. Cela renvoie à une autre problématique : celle de l’accès au droit pour ceux qui n’ont pas de connaissance juridique, afin de le comprendre ou de le respecter. La diffusion du droit renvoie dans les régimes démocratiques à un impératif politique : celui de diffuser la connaissance d’une règle censée avoir un fondement populaire ; elle tient aussi à l’impératif pratique d’en assurer le respect. Ainsi s’observe à l’époque contemporaine la multiplication des supports de diffusion du droit souvent sous une forme simplifiée [2] : au-delà de l’enseignement universitaire, délivré à ceux qui se préparent à une profession juridique, le développement de publications à destination des « profanes », revues ou manuels simplifiés, et la diffusion du droit pratique montrent le souci d’élargir la connaissance du droit à l’ensemble de la société (Guerlain & Hakim, à paraître). Le rapport entre le quotidien et le droit ne peut ainsi faire l’impasse sur le clivage qui existe entre les juristes professionnels (enseignants, juges ou praticiens) et les « profanes », individus sans formation juridique spécialisée. Il doit aussi s’attacher à la représentation que les individus, dans leur vie quotidienne, peuvent se faire du droit : les études, menées en particulier aux États-Unis, autour de la legal consciousness, de la conscience que les individus ordinaires ont du droit, soulignent le rapport différencié au droit selon les situations de la vie quotidienne et les différents effets de pouvoir qui en découlent (Pélisse, 2005 ; Ewick & Silbey, 1998 ; Kearns & Sarat, 1993).

La résistance du quotidien au droit

Cette intervention du droit, et plus particulièrement de la loi étatique, dans la vie quotidienne des individus, ne va pas sans résistances. Celle-ci peut passer par un retournement de l’outil juridique utilisé par les profanes dans le but d’obtenir gain de cause. Le mouvement du cause lawyering aux États-Unis témoigne de l’intérêt pour les mobilisations militantes du droit dans des situations très concrètes, par l’intermédiaire en particulier des avocats (Israël, 2001), ce qui transpose d’une certaine manière sur le plan du droit la dimension inventive du quotidien, mais interroge aussi les contacts qui peuvent s’établir entre profanes et professionnels.

Mais la contestation peut se faire plus globale, contre l’emprise d’un droit étatique accusé de détruire les pratiques spontanées des individus. Le droit coutumier a ainsi été valorisé par certains courants juridiques comme l’expression de règles émanant des pratiques mêmes de la société, et non d’une volonté abstraite. Dans la conception romantique de la coutume, la pratique quotidienne (habituelle et répétée) devient ainsi une source normative valorisée, qui s’oppose à l’abstraction de la loi ou du code. La tradition marxiste, à la suite des articles de Marx sur le vol de bois, s’est également intéressée à la façon dont le droit étatique, considéré comme bourgeois, a fait l’objet de contestations destinées à affirmer la légitimité des coutumes populaires (Marx, 2013 [1842] ; Thompson, 2014 [1975]). Au xxe siècle, contestant le normativisme ou le positivisme étatique, le courant du pluralisme juridique a défendu, dans la théorie juridique, l’existence d’une pluralité d’ordres juridiques et la capacité d’auto-organisation et d’auto-régulation des sociétés sans la médiation de l’État. Il s’est agi de ne pas voir du droit que dans les productions de l’État, mais aussi (et surtout) dans la vie quotidienne, qui produit des normes, même non cohérentes, peu systématiques et peu structurées. Cette perspective, s’opposant au volontarisme juridique de la modernité, dissout l’idée même de « projet juridique » par lequel on prétendrait réguler la vie des gens et remet en cause la prééminence de l’État (Hespanha, 1997), souvent par la valorisation des situations historiques prémodernes de pluralisme (Grossi, 1995). Le savoir juridique redevient un mécanisme prudentiel d’observation de phénomènes extérieurs à lui, par le biais notamment du procès casuistique, et non un projet de régulation des comportements. Dans cette perspective, les mécanismes de discipline les plus efficaces se situent à un échelon très rapproché, formant un véritable droit du quotidien.

On le voit, les pistes ouvertes par la question du quotidien sont nombreuses et interrogent au premier chef l’inscription du phénomène juridique dans la société. Les articles proposés pourront procéder d’une analyse du droit positif comme de l’histoire du droit, à partir d’un point de vue juridique, sociologique ou de science politique. Les articles pourront porter sur des études de cas, mais aussi concerner des approches plus théoriques sur le lien que le quotidien entretient avec le droit. Ils peuvent s’inscrire dans les thèmes suggérés par l’appel à communication ou explorer d’autres objets pertinents pour la compréhension du rapport entre quotidien ou vie quotidienne et droit.

La date limite pour l’envoi des propositions est le 1er mars 2019.

BIBLIOGRAPHIE

É. Balibar, 2004, « La “quotidianisation du charisme” selon Max Weber », intervention le 3 novembre 2004 à l’université Lille 3. URL : https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/165/files/2017/09/03-11-2004_Balibar.pdf.

D. Baranger, 2018, Penser la loi. Essai sur le législateur des temps modernes, Paris, Gallimard.

P. Bourdieu, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, « Points ».

M. de Certeau, 1990 [1980], L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

P. Ewick & S. S. Silbey, 1998, The common place of law: Stories from everyday life, University of Chicago Press.

M. Foucault, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

M. Foucault, 2009, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil.

M. Galanter, 1974, « Why the “Haves” Come out Ahead: Speculations on the Limits of Legal Change », Law & Society Review, vol. 9-1, p. 95-160.

A. M. Hespanha, 1997, « Le droit du quotidien », 19e conférence Marc-Bloch. URL : www.ehess.fr/sites/default/files/pagedebase/fichiers/antonio_manuel_hespanha.pdf.

L. Israël, 2001, « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et société, n° 49, p. 793-824.

O. Lenel, 1889, Palingenesia Iuris Ciuilis, Leipzig, 2 vol.

P. Grossi, 1995, L’Ordine giuridico medievale, Bari-Rome, Laterza.

L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso.

L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, « Acquiring legal literacy: popular legal literature in 19th century France », in M. Korpiola (dir.),Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan.

T. R. Kearns & A. Sarat (dir.), 1993, Law in everyday life, Ann Arbor, University of Michigan Press.

D. Lochak, 1983, « Droit, normalité et normalisation », in CURAPP, Le Droit en procès, Paris, PUF, p. 51-77.

P. Macherey, 2005, « Le quotidien, objet philosophique ? », Articulo – Journal of Urban Research. URL : http://journals.openedition.org/articulo/871 ; DOI : 10.4000/articulo.871.

K. Marx, 2013 [1842], La loi sur le vol de bois, Sainte-Marguerite-sur-Mer, Édition des Équateurs.

H. Moutouh, 2003, « Pluralisme juridique », in D. Alland & S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, p. 1159-1162.

M.-V. Ozouf-Marignier, 1989, La Formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle, Paris, EHESS.

J. Pélisse, 2005, « A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies », Genèses, no 59-2, p. 114-130 ; DOI : 10.3917/gen.059.0114.

A. Pottage, 2014, « Law after Anthropology: Object and Technique in Roman Law », Theory, Culture & Society, vol. 31 (2/3), p. 147-166. DOI: 10.1177/0263276413502239.

P. Rosanvallon, 1990, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.

E. P. Thompson, 2014 [1975], La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du xviiie siècle, trad. Chr. Jaquet, Paris, La Découverte.

M. Weber, 1995, Économie et société. 1. Les catégories de la société, trad. J. Freund et alii,Paris, Pocket.


[1] Sur la différence entre les one-shotters (individus ne recourant qu’une seule fois ou rarement au procès au cours de leur existence) et les repeat-players (cas notamment des grandes entreprises ou des acteurs institutionnels habitués aux procès), Galanter, 1974.

[2] Gaius a composé au iie siècle un Livre des choses quotidiennes (Gai rerum cottidianarum sive aureorum libri VII, Lenel, 1889, I, col. 251 sq.), autre manuel plus détaillé que les Institutes du même auteur (malgré sa transmission fragmentaire) et destiné aux praticiens du droit (plutôt qu’aux étudiants) ; le titre en a été repris par quelques ouvrages à l’époque moderne. Si l’on excepte ces titres, les ouvrages ou les collections associant droit et quotidien apparaissent principalement dans la deuxième moitié du xixe siècle.