Archives de catégorie : Colloques/Conférences

Colloque : Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ? (24-25 mai, Aix-Marseille Université)

Colloque

Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ?

Du vendredi 24 mai 2019 au samedi 25 mai 2019


Présentation

Un colloque sur un sujet très actuel mais qui n’attire malheureusement pas assez l’attention. Cet évènement a pour but de sensibiliser à la cause de la protection et de la reconnaissance pleines et entières des peuples autochtones et de leur patrimoine.

Nous mettons un point d’honneur sur la recherche d’intervenants de qualité et concernés par ces problématiques : ONG en contact direct avec les peuples, représentants d’autochtones, juristes, chercheurs spécialistes, etc.

Des temps d’échange seront organisés entre le public et les intervenants.

Se tiendra également une exposition de grands photographes professionnels dans le Hall principal de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, du lundi 20 mai au samedi 25 mai 2019.

Programme

Vendredi 24 mai 2019

13h30 : Accueil des participants et allocution de bienvenue

14h00 : Conférence introductive

Peuples autochtones et environnement : Écocide, biopiraterie, appropriation des expressions culturelles – Exemple du peuple Kanak en Nouvelle- Calédonie 
Mme. Subama Mapou, porte-parole IKAPALA et Comité Rhéébù Nùù

Reconnaissance et statut juridique des peuples autochtones 
Mr. Daniel Arboleda, doctorant AMU

15h30 : Pause

Table ronde n°1 – Droit à la terre

15h45 : Le droit de propriété des peuples autochtones 
Pr. Aurélie Laurent, université du Mans

Les menaces aux territoires – l’affaire Montagne d’Or 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

17h20 : Exposition et buffet

Discussions informelles entre les différents intervenants et le public autour d’un buffet et d’œuvres photographiques professionnelles

19h30 : Clôture

Samedi 25 mai 2019

9h00 : Accueil des participants / petit-déjeuner

Table ronde n°2 – l’importance des cultures autochtones

09h15 : Opportunités et contraintes du patrimoine culturel immatériel pour les cultures autochtones 
Pr. Laurent  Sébastien Fournier, Université AMU

La notion de “génocide culturel” – Le cas des residential schools au Canada 
Mme. Lorraine Dumont, doctorante AMU

10h45 : Pause

Table ronde n°3 – Les actions menées en faveur des peuples autochtones

11h00 : Les actions pour la préservation de la Culture – ACCB Bordeaux et les arrivants de Nouvelle- Calédonie 
Mme. Rachelle Hnawia, représentante Association ACCB

Protection des expressions culturelles, symboles et artisanat traditionnel 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

12h30 : Clôture et restauration

Accès gratuit, tout public

Faculté de droit et science politique
Amphithéâtre Favoreu
3 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

Source : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/31603-les-peuples-autochtones-quels-droits-quelle-protection

Journée d’études: Observer un tribunal – Une rencontre singulière entre un·e chercheur·e et la justice

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. Cette journée d’études explore un point de rencontre particulier: celui d’une méthode que l’on peut considérer comme « la marque de fabrique » de l’enquête ethnographique – l’observation – avec un lieu qui incarne la force du droit – l’audience au tribunal – où l’on postule que « tout ce qui y est dit doit être considéré comme important », tout comme tout ce qui y est observé…

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. Cette journée d’études explore un point de rencontre particulier: celui d’une méthode que l’on peut considérer comme « la marque de fabrique » de l’enquête ethnographique – l’observation – avec un lieu qui incarne la force du droit – l’audience au tribunal – où l’on postule que « tout ce qui y est dit doit être considéré comme important » (Vanhamme, 2009, p. 9), tout comme tout ce qui y est observé… Les orateurs de cette journée auront en commun d’avoir pratiqué la méthode de l’observation dans une Chambre (des Chambres) d’un tribunal (de tribunaux). Il s’agit de prendre au sérieux les questionnements réflexifs développés à partir de ce type de terrain de recherche, d’en dégager des observations communes mais aussi, si possible, des singularités. Que donne à voir la scène de justice quand on la saisit au moment où tous les protagonistes sont réunis pour défendre leur point de vue ? Ce moment est bien sûr saturé de rituels codifiés (ou non) mais comment les observer ? Quels acteurs s’y retrouvent (ceux de l’ombre et de la lumière) ? Quelle est leur place (assignée, revendiquée, observée, …) ? Quelle est la partition qu’ils sont amenés à (devoir) jouer ? Quel type d’interactions les relie (entre autres, en termes de rapports de pouvoir, de coopération, de recherche d’une vérité judiciaire ou d’un accord entre les parties, …) ? Comment se dévoilent-elles ? Et comment faire pour saisir la pièce dans son ensemble ainsi que les actes qui la composent ? Bref, comment observer une audience en action ? Quel est l’apport de cette méthode particulière d’enquête à la compréhension de la justice ?

Deux types de questionnement guident la réflexion. Dans la suite des développements ci-dessus, le premier questionnement concerne les rapports qui se nouent entre la méthode utilisée – l’observation – et le terrain singulier où elle se déroule – le tribunal. Le second a trait aux différents champs juridictionnels observés. La dimension culturelle paraît une variable de diversification pertinente. Mais elle peut se conjuguer avec l’utilisation de la contrainte. Quand le·a chercheur·e pénètre des chambres civiles supposées trancher des litiges entre deux parties ou, à l’inverse, des tribunaux amenés à prononcer des peines à l’encontre d’individus potentiellement coupables d’illégalismes, voire de trahison d’État, perçoit-il·elle la même scène composée des mêmes acteurs ou la pièce est-elle à ce point différente que l’observation et l’analyse qui en découlent deviennent singulières ? Comment appréhender cette rencontre ? La journée se déploie à travers des univers juridictionnels où la “contrainte” se fait de plus en plus prégnante, partant de terrains où la négociation entre parties paraît dominer (Chambres coutumières en Nouvelle-Calédonie, Chambres civiles en Belgique et au Bénin, tribunal de la famille en Belgique) en passant par l’observation de Chambres où l’État est partie intégrante au conflit (que l’on soit devant un tribunal administratif, une chambre correctionnelle ou une chambre d’exception).

Inscription obligatoire avant le 16 mai: Thomas.Rochet@ulb.ac.be, +32 (2) 650 46 39
Affiche et programme de la journée.

Date : le 20 mai 2019

Lieu : Campus du Solbosch, bâtiment S, 15e étage (av. Jeanne, 44 à 1050 Bruxelles)

Table-ronde “Lecture de … Le droit dans les sociétés humaines, Louis Assier-Andrieu”, vendredi 19 avril 2019, Centre Panthéon

Le vendredi 19 avril 2019, de 13h30 à 18h,

Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, Aile Soufflot – Salle 1

Pierre Bonin et Pierre Brunet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRJS, Soazick Kerneis, Université Paris Nanterre, CHAD

organisent une table-ronde 

Lectures deLe droit dans les sociétés humaines

de Louis Assier-Andrieu, Paris, Nathan, 1996

Participeront à cette table-ronde : 

  • Boris Bernabé, Université Paris-Sud, DSR
  • Anne-Sophie Chambost, Université Jean Monnet (Saint-Etienne), CERCRID
  • Jacques Commaille, ENS Cachan, ISP
  • Albane Geslin, Sciences Po Aix, UMR DICE
  • Eugénie Mérieau, University of Göttingen, Alexander von Humboldt Chair of Comparative Constitutionalism
  • Laetitia Guerlain, Université de Bordeaux, CRM-CAHD
  • Pascal Texier, Université de Limoges, OMIJ

Avec le concours de la  

Journée d’études Ethnographie et droit : pour une place renouvelée des enquêtes de terrain dans la connaissance du droit et de la justice en Belgique ?

12 MARS 2019

Depuis quelques décennies, le recours aux enquêtes ethnographiques dans les champs de recherche situés au croisement du droit et des sciences sociales s’est considérablement développé et affermi. La Belgique francophone n’échappe pas à cette tendance perceptible dans différentes traditions de recherche nationales et disciplinaires. Toutefois, l’intérêt que suscite cette méthode n’y fait que peu l’objet de réflexion systématique. Ce relatif manque de relais et de dialogue au sein de la recherche belge francophone contraste avec le dynamisme des travaux sociojuridiques français développés notamment au sein de l’EHESS (séminaire 2018-2019) et dans des publications récentes (Dupret et Colemans 2018).

Partant de ce constat, l’objectif de cette journée d’étude vise à confronter les jalons d’une réflexion en voie de systématisation dans le champ français à l’épreuve de terrains menés en tout ou en partie en Belgique francophone et qui rendent compte des pratiques du droit et de la justice. Il s’agira de mettre en évidence les éclairages qu’offrent les travaux de chercheuses et chercheurs menant des enquêtes ethnographiques auprès de professionnels du droit, de la justice et de l’administration en Belgique pour souligner leurs apports concrets et décloisonnés aux questions théoriques et méthodologiques qui continuent de traverser les rapports entre sciences sociales et droit. 

La journée d’étude sera introduite par Baudouin Dupret, une des figures majeures du développement de cette réflexion en France, et sera ensuite ponctuée par les présentations et la discussion du rôle et de la nature des projets ethnographiques dans des travaux qui interrogent tous d’une manière ou d’une autre le droit et la justice belge en contexte.

Programme

9 :00 accueil 

9:30 Baudouin Dupret (Directeur de recherches CNRS, LAM, professeur invite de la MSH)   Introduction  

10:00 Julie Colemans (Ingénieure de recherche, Université de Liège) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « La manifestation et la prise en compte des émotions dans les tribunaux de la famille et du travail » (titre à confirmer) 

10: 45: Sophie Andreetta(postdoctorante Max Planck Institut Halle – Université de Liège)  présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « La notion de dignité humaine dans les décisions des CPAS et des tribunaux du travail en matière d’aide sociale pour les demandeurs d’asile » (titre à confirmer

11:30 Carla Nagels(Professeure à l’ULB)  présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Quand la partition écrite par le droit pénal est parfaitement jouée : observer les entreprises face au pénal »

12 :15- 15 :00 Lunch

14:00 Anne Wyvekens(Directrice de recherches CNRS – ISP Saclay)présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Justice pénale et « diversité » : ethnographier la «  défense culturelle »

14:45 Olivier Struelens(Doctorant UCL) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) “La pratique des juges en charge des déplacements illicites d’enfants : la transnationalisation du droit familial entre confiance interpersonnelle et institutionnelle” 

15: 30 MaïtéMaskens(Chargée de cours ULB) présentation (25 min) et discussion (20 minutes) « Les standards de l’amour transnational dans le traitement des dossiers de suspicions de mariages frauduleux par les agents communaux belges » (titre à confirmer)

16:15 Conclusion 

Informations pratiques

La journée d’étude se déroule de 9:00 (accueil et café) à 16:30.

Le déjeuner est inclus si vous êtes inscrits.

 

Plus d’informations: 

Barbara Truffin

btruffin@ulb.ac.be

+ 32 (02) 650.36.13

Lieu

Institut de Sociologie, Salle Henri Janne  (15èmeétage)

Av. Jeanne 58-60
1050 Bruxelles

CONFERENCE : Transnational legal ordering at the societal boundaries of multinational mining enterprises: A legal anthropological approacH

Laura Knöpfel

PhD Candidate and research fellow at the Transnational Law Institute, King’s College London

07 Mar 2019, 12:30PM to 2:00P

VENUE:MANOR ROAD BUILDING – SEMINAR ROOM E

SERIES:CENTRE FOR SOCIO-LEGAL STUDIES DISCUSSION GROUP

ORGANISED BY:CENTRE FOR SOCIO-LEGAL STUDIES – UNIVERSITY OF OXFORD

Conference : Gender, Craft, Law and Politics: Notes for an Ethnography of Legislative Drafting

Dr Emily Grabham

Professor of Law, Kent Law School, University of Kent

25 Feb 2019, 4:30PM to 6:00PM

VENUE:MANOR ROAD BUILDING – SEMINAR ROOM G

SERIES:CENTRE FOR SOCIO-LEGAL STUDIES SEMINAR SERIES – OXFORD

ORGANISED BY: CENTRE FOR SOCIO-LEGAL STUDIES – UNIVERSITY OF OXFORD

How should we understand the work of legislative drafters in contemporary society? These highly skilled government lawyers draft primary legislation. Working in the Cabinet Office, they show immense attention to legal detail, syntax, sentence construction, coherence, and grammar in a creative process that produces powerful legal documents and social effects. They constantly think about the wider public audience for their writing, yet their everyday work remains largely hidden from public awareness and academic analysis, even as the text of statute law becomes easier to access on the internet and debates rage in the media about the meaning of draft Bills (e.g. “Brexit” withdrawal legislation).

In this paper, I will present my current reseach on legislative drafting, which takes the form of a multi-sited legal ethnography drawing on interviews, observation, documentary and doctrinal analysis. I hope that this work may eventually contribute new material to scholarly debates on legal technicalities, the materiality of law, and the ‘making of law’, which has yet to turn its gaze to drafters’ everyday lives and their participation in wider socio-technical networks of law-making.

As part of this ongoing work, my current research focuses specifically on the technical work of drafting gender in statutes: the debates, skills, and political contestation involved in ‘gender neutral’, ‘gender inclusive’ and ‘non-binary’ drafting. Working with colleagues in socio-legal studies and psychology from King’s College, Kent, and Loughborough, I’m part of an ESRC-funded three year study that aims to critically explore different ways of reforming legal gender status in England & Wales: the Future of Legal Gender project. Studying drafting as part of this interdisciplinary research raises tricky political and epistemological questions for feminist legal scholars about the politics of legal form, the location of gender politics within law, and the political force of changing modes of legal expression. Within wider and fraught debates about the role of gender in law, what insights can we gain from studying the experts who craft legal gender norms as a matter of statutory drafting? How much do shifts in drafting techniques really respond or contribute to legal change? Should feminist legal scholars care about drafting, how much, and why? My answer is yes we should care, and the paper will aim to provide some reasons why.

CONFERENCE : ASSOCIATION FOR THE STUDY OF LAW, CULTURE, AND THE HUMANITIES TWENTY-SECOND ANNUAL CONFERENCE


TWENTY-SECOND ANNUAL CONFERENCE

MARCH 22 – 23, 2019
OTTAWA, CANADA

We are pleased to announce that the Twenty-Second Annual Meeting of the Association for the Study of Law, Culture and the Humanities will be held at the Fairmont Chateau Laurier, Ottawa, Canada on March 22-23, 2019.

This year’s conference is hosted by Carleton University’s Department of Law and Legal Studies, as well as the Joint Chair in Women’s Studies at the University of Ottawa and Carleton University.

The call for papers is now closed. The program will be circulated shortly. In the meantime, here is some IMPORTANT INFORMATION to plan your attendance.

KEYNOTE ADDRESS | DAWN DUMONT (AUTHOR, JOURNALIST, COMEDIAN)

We are pleased to announce that the conference’s keynote address will be given by Dawn Dumont. She is the award winning author of Nobody Cries at Bingo (2011), Rose’s Run (2014) and Glass Beads (2017). She is also a comedian and comedy host who has been featured on the Canadian Broadcasting Corporation (CBC), the Aboriginal Peoples Television Network (APTN), and was once on an episode of ABC’s “One Life To Live”. She is a mom to a not-precocious 3 year old. Her keynote is titled: “Indigenous Voice: Directions on my Rez”.

REGISTRATION

All presenters and participants must register for the conference. Please register for the conference here. Fees in US dollars are based on income band (also in US dollars). Registration will increase by $75 after 20 February 2019.

  • Graduate students and post-doctoral scholars: $35
  • Income less than $75,000: $125
  • Income between $75,000-$99,999: $155
  • Income between $100,000-$124,999: $210
  • Income $125,000 and over: $260

The conference registration fee includes the annual fee for membership in the Association.

HOTEL

Book your room at the Fairmont Chateau Laurier (1 Rideau St, Ottawa, (613) 241-1414) by Wednesday 20 February 2019. The group rate of $245 CAD is available from 18-25 March for those who want to come early/stay later. You can reserve your room right now via this link. Or you can call Global Reservations (1-866-540-4410) to make a reservation and quote the group block code: SLCH0319 or the conference name: Study of Law, Culture and the Humanities.

CHILD CARE

We are able to subsidize childcare on Friday 22 March 2019. Please email law.culture.humanities@gmail.com by Thursday January 31 if you anticipate you will need childcare. Please write ‘child care’ in the subject line.

AUDIO/VISUAL

For reasons of cost, many of the conference rooms will not have audio/visual equipment. If it is essential for your presentation to use Audio/Visual, please email law.culture.humanities@gmail.com by Thursday January 31 with a breakdown of your requirements. Please write ‘AV’ in the subject line.

VISITING OTTAWA

There is lots to see in Ottawa! You can get discounts simply by presenting your conference badge. Check out the details here. https://www.ottawatourism.ca/fyb/pdfs/Flash-Your-Badge-2018.pdf.

A map and list of restaurant suggestions will be included in the program. New to LCH? Interested in meeting some new folks? Too tired to look at the map of local restaurants? Join conference organizers for a group dinner. Email law.culture.humanities@gmail.com no later than Wednesday 20 March to indicate your interest.

There will be more tourism information supplied at registration, but if you have pressing questions about Ottawa, please email our local coordinator, stacy.douglas@carleton.ca.

The Association for the Study of Law, Culture and the Humanities is an organization of scholars engaged in interdisciplinary, humanistically-oriented legal scholarship. The Association brings together a wide range of people engaged in scholarship on legal history, legal theory and jurisprudence, political, law and cultural studies, law and anthropology, law and literature, law and the performing arts, and legal hermeneutics. We want to encourage dialogue across and among these fields about issues of interpretation, identity, and values, about authority, obligation, and justice, and about law’s role as a constituent part of cultures and communities. If you have any general questions about the conference, please do not hesitate to contact us at law.culture.humanities@gmail.com.

Colloquium : Rituels et conduites ordaliques Injustices et vérités (dec. 5th-6th)

Ce colloque transdisciplinaire prend appui sur quatre publications antérieures : La Vengeance (1981-1984 et 2004), Le Serment (1991), Les Justices de l’Invisible (2013) et Henry Lévy-Bruhl Juriste sociologue (2018).

Histoire et préhistoire, Droit et pré-droit, Philosophie et Anthropologie de la Nature, Ethnologie et Sociologie-, Sciences psychologiques et morales, religieuses et théologiques, Sciences du Langage, de la Vie et de la Santé… sont invités à croiser leurs regards sur le phénomène universel des ordalies, ces épreuves physiques vitales de véridicité ayant valeur de juste preuve.

Peut-on valablement étudier la notion de nature, cet objet énigmatique, qui n’est pas vraiment objet… qui est notre sol…ce qui nous porte, se demandait Maurice Merleau-Ponty, en ouverture de son cours sur la Nature au Collège de France ?

Lui faisant écho cinquante ans plus tard, dans sa leçon inaugurale le 29 mars 2009, Philippe Descola invite l’anthropologie à se métamorphoser en repensant son domaine et ses outils de manière à inclure dans son objet bien plus que l’anthropos… Pour parler d’une anthropologie de la nature, il fallait y inclure toute cette collectivité des existants liée à lui…

Dans la pensée religieuse des sociétés archaïques, Nature et son mystérieux Surnaturel, loin d’être séparés et isolés, forment un couple vital fondé sur les échanges interactifs entre les deux mondes visible et invisible.

Le propre du visible, selon l’auteur de l’Œil et l’Esprit, est d’être superficie d’une profondeur inépuisable ; la croyance est alors la preuve des réalités que l’on ne voit pas : il y a ainsi, en termes canoniques, un duplex oculus : corporalis propriè dictus et intellectualis, qui per similitudinem dicitur.

Cet œil spirituel permet de détecter les signes du sacré et conférer au pouvoir oraculaire la faculté de prédire l’avenir en fonction du passé et du présent. En premier lieu, les procédures divinatoires permettent de dévoiler les activités maléfiques et actes sacrilèges ; il revient ensuite aux procédures ordaliques de sanctionner la rupture des interdits et tabous portant atteinte à la vie humaine et sociale, tels le meurtre, l’adultère, le vol, la trahison, la sorcellerie…

Le crime de sorcellerie, peut-être le plus ancien au plan mythologique, retiendra ici particulièrement notre attention : en l’absence de sanctions pénales étatiques dans plusieurs pays d’Afrique noire, il est actuellement justiciable des ordalies élémentaires.

Ces ordalies primordiales sont présentes – et ont vraisemblablement leur raison d’être – dans les sociétés mettant en relation l’ordre social avec l’harmonie cosmique, et les humains avec les puissances supra-humaines.

Les preuves dites rationnelles (aveu, témoignage, …) faisant défaut dans les procès de sorcellerie dont par définition les faits et actes maléfiques sont imperceptibles aux non-voyants, on fait alors appel dans un premier temps à la divination.

A la suite d’un malheur, le patient part en quête d’un malfaiteur en consultant les oracles : au vu de leurs révélations mettant en cause l’action maléfique d’un parent ou d’un proche, il porte plainte contre le présumé coupable devant un ordaliste ; engagé par un serment d’auto-malédiction au moment de se soumettre à l’épreuve élémentaire de l’eau ou du feu, il prend le risque vital de se vouer à la vengeance divine, s’il accuse à tort un innocent, qui, lui, sortira vainqueur de l’épreuve. Aussi il n’est pas rare qu’une personne, s’estimant à tort accusée de sorcellerie et blessée dans sa dignité, demande à subir une épreuve ordalique pour prouver son innocence.

Déjà, dans les tragédies grecques, selon Marie Delcourt, les éléments étaient les alliés naturels de l’innocent contre le coupable et étaient souvent invoqués par celui qui cherche à rassurer sa conscience en se faisant justice à lui-même. Puissances de vie, les Eléments, face aux forces impures du mal et de la mort, sont ainsi pris à témoin pour stigmatiser les transgresseurs des interdits vitaux et auteurs de parjures.

Cette brève évocation des ordalies élémentaires nous a permis de souligner l’ensemble tripartite divination-serment-ordalie, qui préside à l’instauration de la justice divine dans maintes sociétés actuelles.

Gustave Glotz, en quête des idées primordiales à la source même de l’institution ordalique et ses nombreux rituels (par l’eau, le feu, la terre…), dans la Grèce primitive, s’interrogeait en 1904 sur sa destinée dans la Grèce historique : il soulignait son merveilleux don de métamorphose dans le cadre de la Cité où elle exerça une infinie variété de fonctions : duel judiciaire, tirage au sort des prêtres et des magistrats athéniens…

C’est l’étude des nouvelles ordalies, dites conduites ordaliques qu’il nous faut à présent étudier…

Raymond Verdier

Programme

Mercredi 5 décembre 2018

9h00 : Accueil

9h15 : Session présidée par Denis Salas, Président de l’Association française d’Histoire de la

Justice

Note de présentation 
Raymond Verdier

Les Quatre Eléments dans la philosophie pré-socratique 
Alain Petit

L’ordalie et l’efficacité du religieux 
Gérard Courtois

10h45 : Pause

11h00 : Session présidée par Gérard Courtois, Professeur émérite d’Histoire du Droit

Les expositions d’enfants dans la tragédie grecque : une pratique Ordalique ? 
Sébastien Dalmon

Procédés ordaliques et pratiques du serment dans le monde grec d’époque romane 
Andreas Helmis

Le serment par la Vie ; une conduite ordalique dans l’Egypte pharaonique ? 
Bernadette Menu

13h00 : Déjeuner libre

14h15 : Session présidée par Antoine Garapon, S.G. Institut des Hautes Etudes sur la Justice

L’ordalie du Motendo chez les Masangu du Gabon 
Christian Mayisse

L’interrogatoire du mort en pays Joula-Felup (Sénégal) 
Odile Journet

Les ordalies dans l’Afrique subsaharienne : fondement et évolution 
Papa Ogo Seck

Croix-Koma et les preuves ordaliques chez les Bakongo 
Alphonse Ngoma

16h15 : Pause

16h30 : Session présidée par Jean-Pierre Poly, Professeur émérite d’Histoire du Droit

L’ordalie dite du poison en Afrique noire 
Paulette Roulon-Doko

Les ordalies hier et aujourd’hui au Burkina-Faso 
Blaise Bayili

La justice divine chez les Bobo-Fing du Burkina-Faso 
Maurice Sanou

Le mal sorcier et la vérité du feu en pays Kabyè (Togo) 
Raymond Verdier

18h30 : Fin de la 1ère journée

Jeudi 6 décembre 2018

9h00 : Session présidée par Sophie Démare-Lafont, Présidente de la Société d’Histoire du Droit

Le duel judiciaire en Irlande Médiévale 
Christophe Archan

L’ilôt de l’honneur dans la société Viking 
Gilduin Davy

Le duel judiciaire dans la chanson de geste 
Philippe Haugeard

Résistance du duel judiciaire et réactions canoniques dans la chrétienté occidentale (XIIe-XIIIe s.) 
Bruno Lemesle

La fabrique de l’ordalie dans l’Antiquité tardive 
Soazick Kerneis

13h00 : Déjeuner libre

14h15 : Session présidée par Christiane Besnier, Rédacteur en chef de Droit et Cultures

Entre Jeu et Suicide, les conduites ordaliques 
Marc Valleur, Medecin Psychiatre

A propos du suicide 
Michel Debout, Professeur de médecine légale, membre du Conseil Economique et social

15h30 : Pause

15h45 : Session présidée par Marc Valleur, ancien médecin chef de l’Hôpital Marmottan

Un furieux désir de sacrifice, le sur-musulman 
Fehti Benslama, Professeur de psychopathologie clinique Univ. Paris Diderot

17h00 : Fin du colloque

Contact : Nathalie Kalnoky : nathalie.kalnoky@parisnanterre.fr

Location :

Université Paris-Nanterre
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Salle des Conférences, Rez-de-chaussée
200 Avenue de la République
92000 Nanterre

Abstract submission deadline : Human Rights Work and Transnational Legal Activism: Limits and Potential (February 8 and 9, 2019)

Human Rights Work and Transnational Legal Activism: Limits and Potential (February 8 and 9, 2019)

Interested participants are invited to send abstracts of no more than 600 words and a short bio to humanrights@ethnologie.lmu.de by October 20, 2018.

International human rights laws and bodies have been one of the key sites of the struggle against state crimes and human rights abuses in the post-World War II era. Yet, the discrepancy between the promises of international human rights laws and what they actually do has not gone unquestioned. While in some contexts numerous international treaties, conventions and regulations have served as a means of pressuring governments to improve human rights, in certain other contexts international human rights laws and movements have become a part of the problem. The constituents of international human rights movements have frequently been criticized for being complicit with neoliberal and neocolonial projects and policies. The aim of this workshop is to bring together anthropologists, critical legal scholars, and transnational human rights activists to discuss the limits and potential of international human rights regimes and transnational legal activism. We ask: What kinds of spaces do international courts and systems of human rights protection create as a means of strengthening the weak in the face of state crimes? How and under what circumstances is state sovereignty challenged or reinforced by international human rights laws and regimes? How does transnational legal activism contribute to the enhancing of justice? How do transnational legal activism and human rights language and institutions set the stage for co-optation and de-radicalization? What does the presence or absence of human rights interventions in the context of state crimes against stateless people reveal about international human rights regimes? 

Key Note Speaker: Dr. Ayça Çubukçu, Associate Professor in Human Rights and Co-Director of LSE Human Rights at London School of Economics and Political Science.  

Organizers: Dr. Deniz Yonucu & Dr. Martin Sökefeld 

Interested participants are invited to send abstracts of no more than 600 words and a short bio to humanrights@ethnologie.lmu.de by October 20, 2018. 

Authors will be notified of the decision by November 5, 2018. Full papers are due for circulation by January 25, 2019.  Accommodation expenses of the participants will be fully covered by the organizers. Travel expenses up to 200 Euros will be reimbursed.

Colloque : Le corps en droit. Approches historique, philosophique et anthropologique (Nanterre, 8-9 nov. 2018)

Colloque

Le corps en droit

Approches historique, philosophique et anthropologique

Du jeudi 8 novembre 2018 au vendredi 9 novembre 2018


Présentation

Autorisation de la GPA, statut des embryons congelés, réflexion sur l’euthanasie, légalisation de la prostitution, réattribution sexuelle, la question du corps est plus que jamais d’actualité pour le législateur, le juge et le justiciable. L’absence de consensus sur ces questionnements et les débats passionnés qu’entrainent toutes les problématiques liées au corps sont la conséquence directe de la difficulté à définir juridiquement ce concept.

Effectivement, il faudra attendre les lois dites bioéthiques (94-653) du 29 juillet 1994 pour observer une prise en compte du corps par le législateur en France. L’article 16 de ce corpus est particulièrement décisif puisqu’il dispose que le corps humain est inviolable. En cela, le législateur vient consacrer les principes que le juge avait dégagé à plusieurs reprises : le 3 juin 1969 lorsque le TGI affirme qu’une convention portant sur la peau est nulle ; le 22 janvier 1988 et le 13 décembre 1989, quand, respectivement, le Conseil d’Etat et la Cour de Cassation décident que les contrats de mères porteuses sont invalides.

Pour autant, même lorsque le corps est pris en compte, protégé par la loi, c’est compte-tenu de son lien avec ce qui fait de nous des personnes : l’humanité, ce concept immatériel qui confère à tout homme une dignité qu’il convient de respecter. C’est ainsi que les lois bioéthiques de 1994 ont attribué au corps un statut juridique au nom de « la primauté de la personne et de l’interdiction de toute atteinte à la dignité de celle-ci ».

C’est aussi cette motivation qui anime le juge administratif dans le célèbre arrêt du Conseil d’Etat du 27 octobre 1995 qui interdit au nom de la dignité de la personne humaine, le lancer de nain. Au final, nulle définition juridique du corps. Seulement la qualification de res extra commercium pour ce qui est du corps vivant ou mort, et de ses dérivés. On notera que si les pays de tradition civiliste tendent à considérer juridiquement le corps de la même façon qu’en France, les systèmes de Common Law se révèlent globalement plus souple quant à sa réification. L’impuissance du droit à définir et encadrer juridiquement le corps s’explique par le fait qu’il s’agit philosophiquement d’une zone grise. A minima, le corps est ce qui constitue la matérialité d’un être vivant, sa dimension physique, mais il est difficile d’aller plus loin.

En effet, il existe dans la doctrine une ferme opposition entre dualisme et monisme quant à la question du corps et de sa définition.

Dans la conception traditionnelle dualiste, le corps corruptible et l’âme immortelle coexistent au sein d’un même Être humain, mais de manière séparée et antagoniste. L’âme fonde l’existence humaine en valeur tandis que le corps n’en est que l’incarnation matérielle. Par ailleurs, il y a dans la tradition dualiste un soupçon porté sur le corps qui est un lieu de passion, de maladie, d’illusion et qui emprisonne l’âme qui ne peut accéder à la vérité qu’une fois la mort survenue.

La conception moniste est plus récente. On peut dater son avènement avec Spinoza au XVIIe siècle pour qui l’âme et le corps sont les deux expressions distinctes d’une même substance. Il n’y a pas de hiérarchie et l’un n’agit pas sans l’autre. On observe au contraire un parallélisme : ce qui se passe dans l’un à une correspondance dans l’autre. L’âme existe par l’intermédiaire du corps qui, en tant qu’espace expressif, véhicule l’être au monde et fait de nous des personnes. Selon que le corps est envisagé comme subordonné (dualisme) ou non (monisme) à l’humanité qui réside en chaque personne, son appréciation par le Droit change.

Pour reprendre la classification que le professeur Jean-Pierre Baud a dégagé dans L’affaire de la main volée – Une histoire juridique du corps, le corps peut, selon la tradition philosophique embrassée, être envisagé de trois façons différentes. Tantôt comme simple chose parmi les choses dans la tradition dualiste la plus pure ; tantôt comme une extension de la personne pour les partisans du monisme ; tantôt encore comme une res sui generis pour les tenants d’une troisième voie intermédiaire entre le monisme et le dualisme.

Nous allons aujourd’hui modestement tenter de faire le point sur le statut juridique du corps. Pour ce faire, nous convierons l’Histoire du Droit, l’Anthropologie juridique, la Philosophie du Droit et le Droit positif. Surtout, tout au long de ces deux journées, nous nous transporterons en différents lieux et à différentes époques pour, au moyen de ce voyage temporel et spatial, tenter de dessiner une histoire et une géographie de l’appréciation du corps par le Droit.

Programme

Jeudi 8 novembre 2018

9h00-9h30 Accueil

9h

sous la présidence d’Arnaud Le Pillouer, Université Paris Nanterre

Présentation, propos introductifs
Ralph Evêque, Université Paris Nanterre

Sur le déni de qualification juridique du corps vivant, hommage au Professeur Jean-Pierre Baud
Naomi Omeonga, Université Paris Nanterre

De l’Anthropométrie au Droit – La juridicisation d’une approche racialisée des castes dans l’Inde coloniale
Amanjit Kaur Sharanjit, Université Paris Nanterre

14h00

sous la présidence d’Yvonne Muller-Lagarde, Université Paris Nanterre

La distinction entre torture ordinaire et extraordinaire : Une modulation de la douleur judiciaire (XVIe-XVIIe s.)
Cyrielle Chamot, Université Paris II

La victoire du Diable ? Entre acte de volonté et acte de folie : la réponse tourmentée des jurés anglais dans les verdicts d’« homicides de soi-même » (XIIIe-XIVe s.)
Kim-Thao Le, Université Paris Nanterre

15h30-16h00 Pause

Le « cadavre qui saigne » dans le procès du XIIIe au XVIIIe s. en Europe : de la preuve révélée à la preuve raisonnée
Astrid Akopian, Université Paris Nanterre

En quête de vérité : l’interrogation du corps pour une réponse juridique chez les Bobo-Fing du Burkina Faso
Maurice Sanou, Université Paris Nanterre

Vendredi 9 novembre 2018

9h00

Sous la présidence de Capucine Nemo-Pekelman, Université Paris Nanterre

Basile de Césarée, le corps et les émotions
Martin Le Roy, CHAD UPN

Le corps du faussaire : poena sanguinis et controverse canonique
Alexandre Mimouni, Université Paris II

10h30-11h00 Pause

Maladie et obligations matrimoniales : l’exemple de la lèpre au Moyen Âge
Sarah Bakkali-Hassani, Université Paris II

La pollution par le sang en droit canonique médiéval
Emmanuel Falzone, Université Saint-Louis – Bruxelles

14h00

Sous la présidence de Jean-Pierre Poly, Université Paris Nanterre

Que la bête meure. Vers le chemin du pardon dans les mentalités scandinaves du XIIIe s.
Antoine Giraud, Université Paris Nanterre

Le visage d’un homme et le cœur d’une bête: la représentation des seigneurs Anglo-irlandais par Sir John Davies au début du XVIIe s.
Marion Attia, Université Paris Nanterre

15h30-16h00 Pause

L’excision, entre coutume et mutilation : Regard anthropologique
Boubou Ba, Université Paris Nanterre

Le corps des femmes : la place des filles-mères dans la « pyramide normative » chrétienne
Marjorie Coulas, Université Paris Nanterre

Pot de clôture

Université Paris-Nanterre – Bâtiment Max Weber
Salle des conférences (Rez-de-chaussée)
200 Avenue de la République
92000 Nanterre

Valentino Cattelan (Madrid/Bonn): From the Island of Stone Money to the Archipelago of Islamic Finance. Reading Mangan’s Limits to Growth as an Exploration into Law, Economy and Cultures

Abstract

This lecture undertakes a voyage into law, economy and cultures by using the arts and humanities as heuristic vehicle and the ‘pure energy’ of money (Simmel) as fuel to cross intra- and inter-social boundaries.

More in detail, this journey is divided into three main parts.

To start, Part I explores Western intra-social borders by entering the ‘theatre of modernity’ as the meta-language underpinning the dichotomy with the East (Said) and the theatrum mundi of capitalism as a Western space where “all are ‘brothers’ in being equally others” (Nelson). Within this frame, Shakespeare’s Tragedy of Hamlet and The Merchant of Venice will be featured to contribute to the explanation.

After experiencing Hamlet’s ‘play within the play’ (ultimate affirmation of the ‘self’, self-reflective agency and vehicle of intermedial and intercultural transformation: Fischer & Greiner), a visit to Mangan’s Limits to Growth will represent the transcultural core of the trip (Part II). Mangan’s artwork, as we will see, gives rise to a complex interaction between matter and energy – materials and labor – through a generative project that reformulates the value of money in time, space and cultures. For this purpose, his installation consumes the ‘wealth’ produced by a bitcoin mining ring to print large-format photographs of rai stone, the ancient currency of the island of Yap; accordingly, the representation of others’ value(-s) is reformulated from one exchange medium to another, while alluding to the necessity of circulation in any currency. This transformative process will later be applied to interpret Islamic finance as an archipelago of meaning: Here, monetary (religious?) value, although originally carved via (closed) criteria of shari‘ah compliance, is converted to the (open) market through state-law mechanisms, practices of standardization, and secularisation (while secular (?) money is converted to shari‘ah compliance as well) in a trans-social space characterized by the inescapable effects of cross-cultural hybridization.

Through Mangan’s Limits to Growth, Part III, in a circular itinerary, will lastly draw some conclusions on the nature of money as an ‘absolute symbol’ (again, Simmel) and the diverse ‘value within the value’ that can exist in an archipelago where sailors (either ‘merchants of Venice’ or ‘merchants of Mecca’) navigate strong winds of cross-cultural interaction. In particular, by paraphrasing Messick’s ‘calligraphic state’, the canon of shari‘ah compliance entextualized in Islamic finance will be critically interpreted as conducive to a ‘typewritten market’ where (abstract) securitization de facto replaces (actual) socio-economic relations.

Dr. Valentino Cattelan

Curriculum Vitae

Valentino Cattelan (Ph.D in Law & Economics, Siena 2009) is a legal scholar with a specific interest in comparative studies and a focus on Islamic law, economics and finance. Since 2016 he has been Research Associate at the Saudi-Spanish Center for Islamic Economics and Finance (SCIEF), IE Business School (Madrid, Spain).  Prior to this he held research and teaching positions at the University of Rome Tor Vergata (2010-2013); the Oxford Centre for Islamic Studies (2014); and the University of Florence (2015). In 2017 he served as a Senior Research Fellow at the Max Planck Institute for Social Anthropology (Department of Law & Anthropology) in Halle (Germany); he also taught the module “Islamic Law, Ethics and Society” in the Graduate Programme in Islamic Studies and Humanities (GPISH) at the Institute of Ismaili Studies in London.
Dr. Valentino Cattelan holds an LL.B.+LL.M. (Laurea in Italian Law), and an LL.M. (Comparative Law) from the University of Rome Tor Vergata. He later earned a Ph.D. in Law & Economics (2009) from the University of Siena, with a dissertation on the topic Babel, Islamic Contract Law and Derivatives. How to Structure Shari‘ah-Compliant Financial Options. During the time of his doctoral degree, in 2008, he was also a visiting researcher at School of Oriental and African Studies (SOAS) of the University of London.
He is the author of several journal articles and book contributions on Islamic classical fiqh, the law of Islamic finance, Islamic property rights and the epistemology of Islamic economics. Moreover, he is the editor of the volumes Islamic Finance in Europe: Towards a Plural Financial System (Edward Elgar, 2013) and Islamic Social Finance: Entrepreneurship, Cooperation and the Sharing Economy (Routledge, forthcoming 2018).

Since April 2018 Dr. Valentino is Fellow at the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture”.

http://www.recht-als-kultur.de/en/activities/forum-law-as-culture.3/valentino-cattelan-madrid-bonn-from-the-island-of-stone-money-to-the-archipelago-of-islamic-finance-reading-mangan-s-limits-to-growth-as-an-exploration-into-law-economy-and-cultures.227/

 

Call for papers : (Post-)Colonial Settling and Native Staying: Indigeneity and Land Rights in the Americas [LAW NET]

EASA2018: Staying, Moving, Settling

(Post-)Colonial Settling and Native Staying: Indigeneity and Land Rights in the Americas [LAW NET]

Convenors

  • Jonas Bens (Freie Universität Berlin) email
  • Antje Gunsenheimer (University of Bonn) email

Mail All Convenors

Chair Dr. Antje Gunsenheimer

Short abstract

How are “staying, moving, and settling” translated under colonial and postcolonial conditions into legal relationships between indigenous and settler communities to regulate land in the Americas? How are these legalities constructed, transformed, mobilized, and challenged?

Long abstract

From the early 15th century on, people from all over the world have settled in the Americas. The colonial endeavor transformed the newcomers into settlers and those who already inhabited the Americas into natives. From the very beginning, settler and indigenous communities negotiated — violently or on agreement — some kind of legal relationship defining the rights to land. Today, these legal issues continue as indigenous territories still are occupied by internal refugees and agro-industrial enterprises, often supported by the state. Legal relationships between indigenous and settler communities have varied over time under changing socio-economic conditions and varying shapes of colonial and postcolonial power relations; but they were always highly unequal, giving rise to tensions and violent conflicts. Although most recently international legal regimes for the protection of indigenous land rights have emerged, these land rights conflicts between settlers and natives have not lost their prevalence. Against that background, the panel invites papers with either an ethnographic or ethnohistorical perspective (or a combination of both) on indigeneity and land rights in the Americas. In accordance with the conference theme, the panel shall address how “staying, moving, and settling” under colonial and postcolonial conditions have been and still are translated into legal relationships to regulate land in the Americas and, how this endeavor causes further legal dilemma. Papers should focus on how and by whom these legalities between indigenous and settler communities have been and still are constructed, transformed, mobilized, and challenged in the context of conflicts over land.

More details :