Archives de catégorie : Livres

Fabriquer des actes d’Etat Une ethnographie du travail bureaucratique, by Jean-Marc Weller

Cet ouvrage porte sur une des modalités emblématiques de la capacité d’intervention publique : la production d’« actes d’État », c’est-à-dire de décisions administratives (notification, arrêté, jugement, permis, certificat, etc.) qui, sitôt qu’elles sont prises, sont dotées d’une autorité qui nous obligent. L’enquête ethnographique que ce livre propose dans plusieurs administrations (Justice, Agriculture, Sécurité Sociale) invite à s’intéresser aux modalités concrètes par lesquelles l’État peut agir. La réponse semble connue : au-delà de prendre des décisions légitimées par le droit, il produit des écrits. Mais comment les documents, sans lesquels ces décisions n’existeraient pas, sont-ils confectionnés ? Et par quels mystères ces papiers se couvrent-ils d’une force qui fait que c’est bien, à travers eux, l’État qui agit ? Pour répondre à ces questions, il faut ouvrir la porte des bureaux, arpenter leurs linéaires, en feuilleter les dossiers, en suivre la paperasserie, et entrer ainsi dans l’épaisseur des activités d’écriture, des opérations de calcul, des manipulations informatiques qui nous éclairent sur l’importance de l’organisation documentaire, la diversité des agencements bureaucratiques possibles, l’intelligence et les contradictions du travail qui s’y accomplit. 

 Jean-Marc Weller est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (UPEM-CNRS-INRA-ESIEE). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.

Parution : 10/2018
Editeur : Economica
ISBN : 978-2-7178-7040-4

Etudes sociologiques , 320 pages.  39 €

Book : A Cultural History of Law Volumes 1-6 (ed. Gary Watt, 2018)

About A Cultural History of Law

How have legal ideas and institutions affected Western culture? And how has the law itself been shaped by its cultural context?
In a work spanning 4,500 years, these questions are addressed by 57 experts, each contributing an authoritative study of a theme applied to a period in history. Supported by detailed case material and over 230 illustrations, the volumes examine trends and nuances of the culture of law in Western societies from antiquity to the present. Individual volume editors ensure the cohesion of the whole, and to make it as easy as possible to use, chapter titles are identical across each of the volumes. This gives the choice of reading about a specific period in one of the volumes, or following a theme across history by reading the relevant chapter in each of the six.

The six volumes cover: 1 – Antiquity (2500 BCE-500 CE); 2 – Middle Ages (500-1500); 3 – Early Modern Age (1500-1680); 4 – Age of Enlightenment (1680-1820); 5 – Age of Reform (1820-1920); 6 – Modern Age (1920-present).

Themes (and chapter titles) are: Justice; Constitution; Codes; Agreements; Arguments; Property and Possession; Wrongs; and the Legal Profession.

The total page extent for the pack is approximately 1200 pages. Each volume opens with a Series Preface, an Introduction and Notes on Contributors and concludes with Notes, Bibliography and an Index.

The Cultural Histories Series
A Cultural History of Law is part of the Cultural Histories Series. Titles are available both as printed hardcover sets for libraries needing just one subject or preferring a one-off purchase and tangible reference for their shelves, or as part of a fully searchable digital library available to institutions by annual subscription or on perpetual access (see www.bloomsburyculturalhistory.com).

Table of contents

Volume 1: A Cultural History of Law in Antiquity 
Edited by Julen Etxabe, University of Helsinki, Finland

Volume 2: A Cultural History of Law in the Middle Ages
Edited by Emanuele Conte, Roma Tre University, Italy and EHESS, Paris, France and Laurent Mayali, University of California at Berkeley, USA

Volume 3: A Cultural History of Law in the Early Modern Age
Edited by Peter Goodrich, Cardozo School of Law, New York, USA

Volume 4: A Cultural History of Law in the Age of Enlightenment 
Edited by Rebecca Probert, University of Exeter, UK and John Snape, University of Warwick, UK

Volume 5: A Cultural History of Law in the Age of Reform
Edited by Ian Ward, Newcastle University, UK

Volume 6: A Cultural History of Law in the Modern Age 
Edited by Richard K Sherwin, New York University Law School, USA and Danielle Celermajer, University of Sydney, Australia

ublished:29-11-2018
Format:Hardback 
Edition:1st
ISBN:9781474212854
Imprint:Bloomsbury Academic
Series:The Cultural Histories Series
Illustrations:237 bw illus

Publisher’s website : https://www.bloomsbury.com/uk/a-cultural-history-of-law-9781474212854/

Smaïn Laacher, Croire à l’incroyable. Un sociologue à la Cour nationale du droit d’asile, Paris, NRF, 2018.


Présentation de l’éditeur

Un jour de mai 1999, le Haut Commissariat aux réfugiés proposait à Smaïn Laacher, sociologue connu pour ses travaux sur l’immigration et les déplacements de populations, d’être un de ses représentants auprès de ce qui deviendrait la Cour nationale du droit d’asile. Il s’agit d’être un des deux juges assesseurs qui, avec le juge président, constituent la «formation» chargée d’étudier l’ultime recours des requérants déboutés du droit d’asile en première instance. 
Durant une quinzaine d’années, Smaïn Laacher est au cœur de l’institution qui applique la politique souveraine du droit d’asile. Une application pragmatique, selon l’évaluation par les juges de la véracité du dossier, mais qui souvent a conscience de sa fragilité : comment juger, c’est-à-dire décider du destin d’une femme ou d’un homme qui, le plus habituellement, ne parle pas le français, mais doit emporter l’intime conviction de la formation que sa vie est en danger dans son pays d’origine? Il faut que les juges se forgent une opinion alors que les faits supposés se sont déroulés à des milliers de kilomètres, sans véritables témoins ni preuves, et dans un contexte de spécificités religieuses, culturelles ou linguistiques que seuls des anthropologues de terrain pourraient appréhender. 
Comment savoir ce que furent réellement les épreuves subies par les requérants quand les femmes tairont, en particulier, les violences dont elles ont été les victimes? Que les réfugiés racontent souvent un même récit dont d’autres requérants leur ont dit que c’est celui-ci et pas un autre que les juges attendent et entendent? Qu’est-ce qu’une preuve lorsque le juge doit se fonder sur la seule bonne foi de celui qui demande? 
Smaïn Laacher nous conduit dans les arcanes du droit d’asile. Mille et une questions y assaillent les juges comme en témoigne ce document exceptionnel sur une justice qui est rendue en votre nom.

NRF Essais , 192 pages.  18 €

Publisher’s website : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/NRF-Essais/Croire-a-l-incroyable

BOOK: Richard Jeffrey ROSS and Brian Philip OWENSBY, eds., Justice in a New World : Negotiating Legal Intelligibility in British, Iberian, and Indigenous America (New York: NYU Press, 2018). ISBN 9781479807246, $30

 

NYU Press has just published a new book on the interaction between settler and indigenous laws in the New World.

ABOUT THE BOOK

A historical and legal examination of the conflict and interplay between settler and indigenous laws in the New World

As British and Iberian empires expanded across the New World, differing notions of justice and legality played out against one another as settlers and indigenous people sought to negotiate their relationship. In order for settlers and natives to learn from, maneuver, resist, or accommodate each other, they had to grasp something of each other’s legal ideas and conceptions of justice.

This ambitious volume advances our understanding of how natives and settlers in both the British and Iberian New World empires struggled to use the other’s ideas of law and justice as a political, strategic, and moral resource.  In so doing, indigenous people and settlers alike changed their own practices of law and dialogue about justice.  Europeans and natives appealed to imperfect understandings of their interlocutors’ notions of justice and advanced their own conceptions during workaday negotiations, disputes, and assertions of right.  Settlers’ and indigenous peoples’ legal presuppositions shaped and sometimes misdirected their attempts to employ each other’s law.

Natives and settlers construed and misconstrued each other’s legal commitments while learning about them, never quite sure whether they were on solid ground.  Chapters explore the problem of “legal intelligibility”: How and to what extent did settler law and its associated notions of justice became intelligible—tactically, technically and morally—to natives, and vice versa?  To address this question, the volume offers a critical comparison between English and Iberian New World empires.  Chapters probe such topics as treaty negotiations, land sales, and the corporate privileges of indigenous peoples.  Ultimately, Justice in a New World offers both a deeper understanding of the transformation of notions of justice and law among settlers and indigenous people, and a dual comparative study of what it means for laws and moral codes to be legally intelligible.

ABOUT THE AUTHOR

Brian P. Owensby is Professor in the Department of History at the University of Virginia. He is the author of Intimate Ironies: Making Middle-Class Lives in Modern Brazil (1999) and Empire of Law and Indian Justice in Colonial Mexico (2008).

Richard J. Ross is Professor of Law and History at the University of Illinois (Urbana/Champaign) and Director of the Symposium on Comparative Early Modern Legal History. He is the editor, with Lauren Benton, of Legal Pluralism and Empires, 1500-1850 (2013).

The table of contents can be found here

More information here

Henri Lévy-Bruhl, Juriste sociologue

Henri Lévy-Bruhl Juriste sociologue
Sous la direction de : Emmanuelle Chevreau, Frédéric Audren, Raymond Verdier

Figure respectée des facultés de droit, Henri Lévy-Bruhl (1887-1964) occupe une place singulière dans le champ juridique en raison de ses options méthodologiques et de son engagement socialiste. Traversant tout à la fois les territoires du droit romain, de l’histoire du droit commercial, de l’ethnologie juridique ou de la sociologie criminelle, son oeuvre abondante, construite d’une manière très cohérente, reste pourtant trop mal connue.

Ce livre, issu d’un colloque organisé en mars 2015, se propose d’explorer l’itinéraire et l’oeuvre de ce grand historien du droit, en tentant d’en restituer la richesse et d’évaluer autant que possible sa place et son action dans l’histoire des sciences juridiques et sociales.

Cet ouvrage est également une vaste bibliographie des écrits de Henri Lévy-Bruhl et constitue un indispensable instrument de travail pour les juristes et les historiens.

Pages : 350 pages
Parution : août 2018
ISBN : 978-2-84934-347-0
36 €

Link to the publisher’s website : http://www.mareetmartin.com/catalogue/droit-science-politique/grands-personnages/henri-levy-bruhl

Norbert Rouland, Retour du Brésil. Impressions d’un juriste anthropologue français, Paris, L’Harmattan, 2018.

Retour du Brésil
Impressions d’un juriste anthropologue français
Norbert Rouland

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage a été rédigé à partir d’une série de conférences prononcées dans diverses villes brésiliennes en août 2016. Il s’attache à montrer la permanence des liens entre le Brésil et la France puis compare les approches de juristes brésiliens et français de sujets d’actualité tels que les droits de l’homme et l’égalité entre les femmes et les hommes. Il se conclut par une approche comparative du même type sur les rapports entre le droit et la musique.

Norbert Rouland est ancien membre de l’Institut Universitaire de France et Professeur émérite à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence. Il est un des juristes français qui a le plus contribué au développement de l’anthropologie juridique en France.

Portes océanes , Vol. 44 , 172 pages. 18,50€

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm
ISBN : 978-2-343-15068-0 • 29 juin 2018 • 172 pages
EAN13 : 9782343150680
EAN PDF : 9782140094910

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60317

Peggy Larrieu, Mythes grecs et droit. Retour sur la fonction anthropologique du droit, Presses de l’Université de Laval, 2017

 

Mythes grecs et droit. Retour sur la fonction anthropologique du droit

Informations

Auteure : Peggy Larrieu
Collection: Dikè
Discipline: Philosophie
Parution: 9 août 2017
266 pages
34.95 $

La connaissance du passé n’est pas le seul enjeu d’un rapprochement entre le droit et le mythe. Il s’agit de saisir leurs rôles dans la fondation de la communauté humaine.

Description

La notion de mythe, dont la fortune a été brillante en sociologie, en anthropologie et en psychanalyse, ne peut laisser le juriste indifférent. Assurément, l’idée de rapprocher ces deux domaines peut paraître singulière, tant ils paraissent éloignés. Cependant, cette apparente altérité mérite d’être revisitée. Le retour au mythe, à travers une grille de lecture juridique, autorise une mise en perspective de la rationalité juridique contemporaine.

Chaque mythe antique est en rapport avec la fondation du droit. Mais, le droit positif a lui-même une dimension mythologique importante. En raison de sa fonction normative, il est pétri d’imaginaire et de fictions. Or, à une époque comme la nôtre, où les mythes et autres métarécits sont déconsidérés, assimilés à une pensée préscientifique, il faut peut-être reconnaître que ce sont ces métarécits qui donnent du sens et qui peuvent renforcer la légitimité du droit dans sa dimension instituante. Le droit ne peut conserver sa fonction anthropologique sans renouer avec ce qui le sous-tend, à savoir le mythe.

https://www.pulaval.com/produit/mythes-grecs-et-droit-retour-sur-la-fonction-anthropologique-du-droit

Book : Legal pluralism in Central Asia.

Legal pluralism in Central Asia. Local jurisdiction and customary practices

Mahabat Sadyrbek

 

London; New York, NY: Routledge
2018

ISBN : 978-1-13855-176-3

Legal Pluralism in Central Asia reports on historical, anthropological and legal research which examines customary legal practices in Kyrgyzstan and relates them to wider societal developments in Central Asia and further afield. Using the term legal pluralism, the book demonstrates that there is a spectrum of approaches, available avenues, forms of local law and indigenous popular justice in Kyrgyzstan’s predominantly rural communities, which can be labelled living law. Based on her extensive original research, Mahabat Sadyrbek shows how contemporary peoples systematically address challenging problems, such as disputes, violence, accidents, crime and other difficulties, and thereby seek justice, redress, punishment, compensation, readjustment of relations or closure. She demonstrates that local law, expressed through ritually structured communicative exchange, through dictums and proverbs with binding characters and different legal practices or processes undertaken in specific ways, deem the solutions appropriate and acceptable. The reader is thereby enabled to see the law in people’s deepest assumptions and beliefs, in codes of shame and honour, in local mores and ethics as well as in religious terms. In this way, the book reveals the dynamic, changing and living character of law in a specific context and in a region hitherto insufficiently researched within legal anthropology.

 

Table of Contents

 

PART ONE Chapter 1: Introduction, Chapter 2: Legal Pluralism in Kyrgyzstan, Chapter 3: Social Structure and Agency

PART TWO Chapter 4: Concept of Apology and Forgiveness, Chapter 5: Mediation and Negotiation , Chapter 6: Making Amends and Kun-Giving

PART THREE Chapter 7: The State as the Main Form of Ordering , Chapter 8: Eldik sot – People’s Law, Chapter 9: Islam as a Reference

CONCLUSION

Book : Penser l’Anthropocène

Penser l’Anthropocène

Préface de Philippe Descola
Penser l'Anthropocène
ISBN : 9782724622102

 

L’Anthropocène a fait une entrée tonitruante dans la pensée contemporaine. Pour la première fois dans l’histoire de la planète, une époque géologique serait définie par l’action d’une espèce : l’espèce humaine. Mais que l’on isole l’humanité en tant qu’acteur unique ou que l’on pointe le rôle récent de la révolution industrielle, c’est toujours une vision occidentale que l’on adopte pour décrire le basculement annoncé, au risque de tenir à l’écart le reste du monde, humain et non humain.

Issu d’un colloque organisé par Philippe Descola et Catherine Larrère au Collège de France, à l’initiative de la Fondation de l’écologie politique, cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs d’horizons multiples sur un sujet qui par définition traverse toutes les disciplines. Sans négliger les controverses entre géologues, il prend le parti de la pluralité des récits anthropocéniques, en privilégiant le point de vue des peuples sur un changement qu’ils subissent et que l’on nomme à leur place, et en tenant compte de la dimension sociale, genrée et inégalitaire de la question climatique.

Ouvrant la réflexion à d’autres manières d’habiter la terre, aussi improbables paraissent-elles, il montre que l’avenir n’est pas que le prolongement linéaire du présent.

Pour consulter le Sommaire, cliquez sur le lien suivant.  Voir en particulier les chapitres 24, 25 et 28 :

 

Chapitre 24 – Violence matérielle et droit
Bronwyn Lay
Émergence d’un droit pacifique
Lex mercatoria
Jus cogens et loi sur l’écocide
Conclusion

Chapitre 25 – Dépasser la nature par le droit ?
Les limites du paradigme migratoire
Isabelle Delpla
Hypothèse d’une application totale du droit international
Détermination pénale de toutes les responsabilités
L’hypothèse d’un pays n’existant que par le droit international

Chapitre 28 – Quels apports de la notion d’Anthropocène à la justice climatique ?
Lydie Laigle
Changement climatique et justice : une association qui ne va pas de soi
Une justice climatique fondée sur des inégalités de responsabilités et d’impacts : analyses critiques
Qu’apporte la notion d’Anthropocène à la justice climatique ?
Les apports des approches de la justice environnementale aux conceptions de la justice climatique
La face oubliée de la justice climatique : démocratie et rapport nature-société
Conclusion

 

 

Livre : Des droits pour la nature ?

Des droits pour la nature ?

L’expérience équatorienne

L’Harmattan

130 pages – Parution : 02/2018

L’idée de « droits de la nature » n’est plus seulement une hypothèse curieuse de philosophe ; elle n’est plus seulement un élément rhétorique du discours en défense de la « Terre-Mère », elle a donné lieu à une institution juridique concrète et à un début de jurisprudence. Depuis 2008, la Constitution de l’Équateur fait de « la Nature, ou Pacha Mama » une personne juridique. Elle lui a attribué des droits en propre, indépendants des droits des personnes humaines, exigibles devant les tribunaux.

Ce livre fournit les éléments d’analyse historique, juridique et anthropologique qui sont nécessaires pour comprendre le sens d’une institution si particulière. Il s’attache en même temps à dégager les enjeux philosophiques de cette expérience inédite en matière de droit des non-humains.

Tristan Lefort-Martine étudie la philosophie à l’ENS de Lyon. Il a également traduit l’article Should trees have standing ? de Christopher Stone qui, dès 1972, défendait l’idée de personnification des objets naturels, sous le titre Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ?, Éditions Le Passager clandestin, 2017.

Law and Property in Algeria. Anthropological perspectives, Edited by Yazid Ben Hounet. Brill, Studies in the History and Society of The Maghrib 10.

Law and Property in Algeria. Anthropological perspectives, Edited by Yazid Ben Hounet.

Brill, Studies in the History and Society of The Maghrib 10.

Contributors are : Hichem Amichi, Emilie Barraud, Ammar Belhimer, Yazid Ben Hounet, Nejm Benessaiah, Sami Bouarfa, Tarik Dahou, Baudouin Dupret, Marcel Kuper, Judith
Scheele, Alice Wilson.

brill_-_law_and_property_in_algeria_-_2018-02-22

 

Anne-Marie Voutyras-Pierre, Anthropologie juridique de la folie et des passions dans l’Antiquité gréco-romaine, PUL, 2018.

Présentation de l’éditeur

Les hommes de l’époque préclassique grecque ont rattaché l’explication de la folie et des passions à leurs croyances mythologico-religieuses, puis de la période classique à l’époque hellénistique, le rationalisme scientifique et philosophique a connu une floraison de la causalité naturelle explicative des phénomènes mentaux. Ce courant s’est refermé lors de l’Antiquité tardive, sous la souveraineté de la pensée théologique, pour laisser place à une nouvelle conception spirituelle et surnaturelle de la pathologie mentale.

D’un phénomène, à l’origine, extérieur à l’homme, la folie et les passions ont été conçues à partir de l’époque classique selon une étiologie interne. L’osmose entre les savoirs non conceptualisés dans des champs disciplinaires clos, a permis de poser des questions essentielles sur les perturbations mentales.

Des démarches d’ordonnancement des connaissances, de réflexions sur le sens d’une pratique médicale ou philosophique ont opéré une normativité sur laquelle le droit romain s’est construit. Distinguer le normal, du pathologique, du déviant, pour rechercher le traitement juridique et social juste, médicalement efficace, nécessitait au préalable de dégager la catégorie ontologique et morale de la personne. Il en résulta des réflexions sur le sain et le non sain, la capacité, la liberté, la volonté, la responsabilité. Les Anciens nous montrent que la folie est polymorphe, aussi complexe que la normalité dont elle n’est pas une antithèse dans la pensée et dans la réalité.

Sommaire

Partie I : Normativité des croyances et de la connaissance sur la folie et les passions

Chapitre 1 Les forces surnaturelles dans la folie et les passions, agents de la normativité
– La folie, les passions, produits d’un conflit de forces objectives
– La folie, les passions, au confluent de la conscience humaine et des dieux
– Folie et normativité des religions païennes
– La normativité de la magie et les perturbations mentales

Chapitre 2 Normativité médico-philosophique des idées naturelles de la folie et des passions
– La médecine spéculative grecque et la normativité de la psychopathologie
– La transmission des savoirs normatifs en psychopathologie de la Grèce à Rome
– De la normativité médicale aux normes juridiques sur la folie et les passions
– La philosophie et la pathologie mentale

Chapitre 3 La fusion des savoirs médicaux et philosophiques dans la théologie
– Instrumentalisation de la folie dans la politique impériale
– Encadrement normatif de la folie et des passions par la théologie

Chapitre 4 Construction normative de la personne par les traitements des perturbations mentales
– La recherche de santé mentale
– L’évolution des traitements : du mental au spirituel

Partie II : Représentation sociale et institutionnelle de la folie et des passions

Chapitre 1 L’émergence sociale des perturbés mentaux
– Les mots et les représentations de la folie et des passions
– Les approches sociales de la folie

Chapitre 2 La folie en politique : les empereurs fous ou déviants
– La chronique des empereurs perturbés mentaux
– La critique normative sous couvert de perturbations mentales

Partie III : L’existence de la folie sur la scène juridique

Chapitre 1 La personne du fou dans les normes juridiques de la famille
– La potestas du père sur les agnats : de la normalité à la folie.
– De la potestas à la curatelle

Chapitre 2 Conservation et transmission des droits par le fou
– Le fou attributaire passif de droit
– La querela inofficiosi testamenti et le trouble mental

Chapitre 3 Du délinquant aux malades de l’âme et de l’esprit
– L’émergence de la responsabilité individuelle et de son corollaire l’irrresponsabilité
– Les troubles psychiques dans les infractions les plus graves
– Les passions, pivots des infractions
– Les perturbés mentaux face à leurs juges

Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique , Vol. 18 , 658 pages. 35€

Parution : 02/2018
Editeur : Presses Universitaires de Limoges
ISBN : 978-2-8428-7766-8
Site de l’éditeur
Notice SUDOC

Aldo Andrea Cassi, Santa, giusta, umanitaria. La guerra nella civiltà occidentale, 2015.

L’opera. Una riflessione sulla cultura che più di tutte ha speculato sull’uso della violenza come strumento politico. Fin dagli antichi greci la guerra è stata oggetto di riflessione da parte di pensatori e filosofi, che la consideravano “giusta” (Aristotele), una condizione necessaria della stessa socialità. Il libro propone un excursus filosofico-giuridico, che parte dal pensiero ellenico e abbraccia la cristianità (da Agostino a Tommaso d’Aquino, da Bernardo di Chiaravalle a Giovanna d’Arco), fino ad arrivare ai nostri giorni, a nuove declinazioni come il terrorismo internazionale, nel tentativo di circoscrivere entro confini e concetti teologici, filosofici, etici, politici e giuridici, l’uso della guerra nei rapporti tra popoli e tra nazioni.

http://www.salernoeditrice.it/Scheda_libro.asp?id=2009&it=ok&categoria=21

Aldo Andrea Cassi, Ultramar. L’invenzione europea del Nuovo Mundo, 2007

Ultramar
Ultramar
L’invenzione europea del Nuovo Mondo

In breve

La Conquista del Nuovo Mondo fu l’opera di un Giano bifronte, un balletto sul filo del cinismo e dell’utopia. Di fronte all’enormità della scoperta, gli europei rimasero letteralmente senza parole. La Natura americana e la Cultura europea sembravano irrimediabilmente incommensurabili. Tutti gli aspetti del Nuovo Mondo richiedevano una definizione appropriata, che le categorie concettuali europee non erano in grado di fornire, se non per approssimazione: l’oceano venne provvisoriamente chiamato ‘Mar tenebroso’, il puma fu battezzato ‘leone di montagna’, gli stessi indigeni furono chiamati ‘indios’, anche se non si trattava nemmeno lontanamente di abitanti delle Indie. Per ‘prendere’ il Nuovo Mondo, prima di tutto bisognava ‘comprenderlo’ e i soli che avessero le parole giuste per farlo, gli stregoni delle nuove terre, erano i giuristi. La cultura giuridica fu insomma il sistema di comunicazione, l’interfaccia tra il Vecchio Mondo medievale e il Nuovo Mondo la cui scoperta inaugurava l’età moderna. Abituati per mestiere ad avere orrore delle approssimazioni, i giuristi iniziarono a distinguere, a discutere, a definire. Questo libro ripercorre la storia di quelle parole e del loro potere demiurgico e distruttivo.

Book : Stategraphy: Toward a relational anthropology of the state

Stategraphy: Toward a relational anthropology of the state

 

Authors
Tatjana Thelen, Larissa Vetters, Keebet von Benda-Beckmann (eds.)

Publisher
New York, NY; Oxford: Berghahn

Year of publication
2018

ISBN
978-1-78533-699-7

OPAC

Abstract
In the introduction to this special issue, we discuss recent trends in anthropological research on and in theorizing the state. We show how these have given rise to an analytical gap between state images, on the one hand, and practices, on the other. Based on this analysis, we propose a relational approach that we call ‘stategraphy’ as a way to tie together state practices and representations. This ethnographically grounded approach focuses on relational modalities, boundary work, and forms of embeddedness of actors as constitutive factors. These avenues of analyses enable a nuanced understanding and comparative investigation of change and continuity as well as of mechanisms of inclusion and exclusion.