Archives de catégorie : Revues

Berghahn Journals : free access

Indigenous Peoples’ Day, celebrated on October 8, is being adopted as an official holiday in many cities and institutions across the United States to honor Native Americans. In recognition, Berghahn Journals is featuring the related special section from Environment and Society and offering free access to the following articles* about indigenous cultures of the world until October 15. 

With best wishes, Berghahn Journals

info@berghahnjournals.com

ENVIRONMENT AND SOCIETY (Vol. 9)Indigenous Resurgence, Decolonization, and Movements for Environmental Justice

Fighting Invasive Infrastructures: Indigenous Relations against Pipelines
Anne Spice

Mino-Mnaamodzawin: Achieving Indigenous Environmental Justice in Canada
Deborah McGregor

ARTICLES
Russia’s ‘Other Ummah’: From ‘Ethnic Shi’ism’ to Ideological Movement?Bruno De Cordier
Anthropological Journal of European Cultures(Vol. 27, Issue 1)

Legal Pluralism, Forest Conservation, and Indigenous Capitalists: The Case of the Kalanguya in Tinoc, the Philippines
Adrian AlbanoEls van Dongen and Shinya Takeda
Nature and Culture (Vol. 10, Issue 1)

Dialogical Relationships and the Bear in Indigenous Poetry
Stephan Dudeck
Sibirica(Vol. 17, Issue 2)

Freeing the ‘Aboriginal Individual’: Deconstructing ‘Development as Freedom’ in Remote Indigenous Australia 
Hannah Bulloch and William Fogarty
Social Analysis(Vol. 60, Issue 3)

Women’s Rights and Sovereignty/Autonomy: Negotiating Gender in Indigenous Justice Spaces
Shannon SpeedMaría Teresa SierraLynn StephenJessica Johnson and Heike Schaumberg
Journal of Legal Anthropology (Vol. 1, Issue 3)

Aguinda v. Texaco Inc.: Expanding Indigenous « Expertise »: Beyond Ecoprimitivism
Veronica Davidov
Journal of Legal Anthropology (Vol. 1, Issue 2)

Journal of legal anthropology, vol. 2, 2018/2


The inaugural issue of the Journal of Legal Anthropology is now online! The journal develops ethnographic and theoretical approaches to a wide range of issues that reveal the significance and presence of legal phenomena in everyday life.

Access to all back issues (Volume 1) is available on the journal page!

Volume 2, Issue 1


Editorial
Bringing into View: Knowledge Fields and Sociolegal Phenomena
Narmala Halstead


Articles
From Hope to §3-1: Legal Selves and Imaginaries in the Wake of Substance Treatment Reform in Norway
Aleksandra Bartoszko

Life at a Tangent to Law: Regulations, ‘Mistakes’ and Personhood amongst Kigali’s Motari
Will Rollason

Cutting the Face: Kinship, State and Social Media Conflict in Networked Jordan
Geoffrey Fitzgibbon Hughes

Sentimentalising Persons and Things: Creating Normative Arrangements of Bodies through Courtroom Talk
Jonas Bens


Forum
Cosmopolitan Politesse: Goodness, Justice, Civil Society
Nigel Rapport


Comments
Reflections on Cosmopolitan Politesse with Perspectives from Papua New Guinea
Eric Hirsch

Justice, Loyalty and Cosmopolitan Politesse in Mauritius
Thomas Hylland Eriksen

Between the Devil and the Deep Blue Sea: A Response to Nigel Rapport’s ‘Cosmopolitan Politesse’
Marilyn Strathern


Response
Being Inside and Outside Social Relations
Nigel Rapport


Review Article
Love is Love: The Recent Jason Jones Judgement in Trinidad and Tobago
Dylan Kerrigan

Book Reviews
Michael Connors Jackman and Adeel Khan

Journal of legal anthropology – spring 2018

Journal of Legal Anthropology

 SPRING 2018 

Contents

Editorial

Bringing into view – knowledge fields and socio-legal phenomena

 

Narmala Halstead, University of Sussex

From Hope to §3-1: Legal Selves and Imaginaries in the Wake of Substance Treatment Reform in Norway

Aleksandra Bartoszko, Oslo Metropolitan University

Life at a tangent to law: regulations, ‘mistakes’ and personhood amongst Kigali’s motari

Will Rollason, Brunel University London

Cutting the Face: Kinship, State, and Social Media Conflict in Networked Jordan

Geoffrey Fitzgibbon Hughes

London School of Economics and Political Science

Sentimentalizing Persons and Things: Creating Normative Arrangements of Bodies through Courtroom Talk

Jonas Bens, Freie Universität Berlin

Forum

Cosmopolitan politesse: Goodness, justice, civil society

Nigel Rapport, University of St Andrews

Reflections on Cosmopolitan Politesse with perspectives from Papua New Guinea

Eric Hirsch, Brunel University London

Justice, loyalty and cosmopolitan politesse in Mauritius

Thomas Hylland Eriksen, University of Oslo

Between the devil and the deep blue sea: A response to Rapport’s ‘Cosmopolitan politesse’

Marilyn Strathern, University of Cambridge

Forum Response

Nigel Rapport, University of St Andrews

Review Article

Love is love: The recent Jason Jones judgement in Trinidad and Tobago

Dylan Kerrigan

University of West Indies

Book Reviews

*********************************************

Cahiers Internationaux d’Anthropologie Juridique 

Les Cahiers Internationaux d’Anthropologie Juridique ont pris la suite des Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique qui sont publiés par les PULIM depuis 1998.

Pour retrouver les sommaires des numéros 1 à 44 (ICI)

Les derniers numéros :

– 45. A. Gentili, Les trois livres sur les ambassades, Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2015.

– 46. Baldo Degli Baldeschi, Commentaire sur la Paix de Constance (1183), Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2016.

– 47. Le droit à l’épreuve du genre, J. Hautebert (sous la direction de), 2016.

– 48. A.-M. Voutyras, Anthropologie de la folie et des passions dans l’Antiquité gréco-romaine, 2017.

– 49, A. Gentili, Les deux livres de la plaidoirie espagnole, Traduction, introduction et notes de D. Gaurier, 2018.

Asian Journal Of Comparative Law, Volume 12 – Issue 2 – December 2017

https://www.cambridge.org/core/journals/asian-journal-of-comparative-law/latest-issue

Preface

Articles

Front Cover (OFC, IFC) and matter

Back Cover (OBC, IBC) and matter

Appel à propositions : Les droits humains au XXIe siècle

Les droits humains au XXIe siècle

Human rights in the 21st century

 

Revue « Communications » n° 104 (2019)

Communications journal issue 104 (2019)

*  *  *

Résumé

Pour les besoins d’un numéro de la revue Communications sur le thème des droits humains, nous sollicitons des propositions d’articles inédits présentant et analysant les nouvelles luttes, aujourd’hui, pour le respect de ces droits. Comment, au XXIe siècle, dénoncer, documenter, combattre les violations des droits humains ? Qui sont les acteurs de ces combats ? Quel est leur impact ? On s’intéressera à la fois aux nouveaux agents, groupes, associations, pressions citoyennes, portant ces combats, aux formes de leurs interventions dans l’espace public et à la façon dont ils contribuent à une extension du périmètre de ces droits et à leur redéfinition juridique. Nous souhaitons des études concrètes. Une attention particulière sera accordée aux situations et expériences non européennes.

Argumentaire

La Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée le 10 décembre 1948, dont l’article premier stipule que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », affirme comme principe intangible à l’échelle de l’humanité tout entière le fait que la dignité (mentionnée en premier), les libertés et les droits fondamentaux sont inhérents à chaque être humain et inaliénables. Si cette Déclaration ne fait pas partie du droit international dit « contraignant » (c’est-à-dire d’application obligatoire), elle constitue un texte de référence qui a inspiré nombre de traités internationaux, eux légalement contraignants, relatifs aux droits de l’homme et à leur développement à l’échelle internationale.

Ces droits sont toutefois critiqués de diverses manières. Au nom d’une vision inégalitaire de l’humanité, le mépris pour les « droits-de-l’hommistes », selon une expression venue de l’extrême droite, reprend de la vigueur. Des pouvoirs non démocratiques les récusent en invoquant le relativisme culturel, comme en Chine où le discours officiel oppose l’« harmonie » d’inspiration confucéenne aux droits de l’homme, d’inspiration occidentale. Plus profondément, la notion philosophique, politique et juridique d’universalité fait l’objet de contestations et d’interrogations. Au nom de l’histoire, et notamment de l’histoire coloniale, ces droits, proclamés et exportés par un monde occidental qui ne les a pas respectés, sont dénoncés comme l’alibi d’un impérialisme culturel. L’universalisme abstrait, aveugle par principe aux différences, s’avère par là même aveugle aux discriminations et inégalités. D’où la question, sujette à polémiques, particulièrement en France (cf. les débats sur la parité ou les « statistiques ethniques » par exemple) : pour assurer l’égalité réelle des droits, ne faut-il pas assouplir l’universalité formelle du droit ?

Nul doute que ces droits sont inégalement garantis et que leurs violations sont innombrables. Ils ne sont ni la garantie d’un progrès inéluctable, ni une promesse illusoire. Ils doivent être en permanence repensés et leur extension comme leur universalisation dépendent avant tout des combats menés en leur nom. Nous considérons en effet, avec Danièle Lochak, que « les droits de l’homme ne sont pas un corps de principes gravés une fois pour toutes dans le marbre. Ils ont une histoire qui continue à s’écrire en fonction d’enjeux complexes et entremêlés : politiques, idéologiques et juridiques. » (Les Droits de l’homme, La Découverte, 2009). Prenant acte de cette histoire, nous préférons ici parler de droits humains. Ceux-ci sont confrontés à des défis nouveaux liés à la mondialisation. Et dans cette mondialisation, le phénomène des migrations est devenu central.

Pour les besoins d’un numéro de la revue Communications sur ce thème, nous sollicitons des propositions d’articles inédits présentant et analysant les nouvelles luttes, aujourd’hui, pour le respect des droits humains. Comment, au xxie siècle, dénoncer, documenter, combattre les violations des droits humains ? Qui sont les acteurs de ces combats ? Quel est leur impact ? On s’intéressera à la fois aux nouveaux agents, groupes, associations, pressions citoyennes, portant ces combats, aux formes de leurs interventions dans l’espace public et à la façon dont ils contribuent à une extension du périmètre de ces droits et à leur redéfinition juridique. Nous souhaitons des études concrètes. Une attention particulière sera accordée aux situations et expériences non européennes.

Conditions de soumission

Les propositions de contributions doivent être rédigées en français et comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel.

Elles devront être envoyées, avec la mention « Droits humains » en objet du message, à revue-communications@ehess.fr

Calendrier

Date limite d’envoi des résumés courts (3000 signes) : 26 janvier 2018

 

Date de notification des réponses : 26 février 2018

Date limite de remise des textes (articles inédits de 30 000 signes maximum notes comprises) : 15 mai 2018

Date de parution du numéro : 2019

Article : Magistrature et domination étrangère. Réflexions d’anthropologie juridique sur trois cas belges

Derk Venema

Magistrature et domination étrangère. Réflexions d’anthropologie juridique sur trois cas belges

Article publié dans les C@hiers du CRHIDI, vol. 40 – 2017, « Un corps de l’État à l’heure des Big Data. Prosopographie et histoire judiciaire :  les magistrats belges et coloniaux 1795-1962″.

Résumé

Ce texte reprend les contributions qui précèdent et les analyse sous l’angle de l’anthropologie juridique. Ces contributions ont en effet en commun d’étudier la magistrature dans un contexte politique marqué par la domination étrangère. Ce texte revient d’abord sur le concept sociologique de domination étrangère avant de traiter, dans une perspective anthropologique, de certains comportements des juges souvent délaissés car considérés comme irrationnels ou négligés car ne relevant pas de la recherche prosopographique traditionnelle.

 

Ethnologie française 2018, n° 1 (Justices ultramarines)

Présentation de l’éditeur

 

La question des spécificités locales et culturelles intervient-elle dans le fonctionnement de la justice française ? Ce dossier ouvre le débat à partir du cas des populations « indigènes » de l’Outre-mer contemporain – Amérindiens et Noirs marrons de Guyane, Mahorais de Mayotte, Kanak de Nouvelle-Calédonie, insulaires de Polynésie et de Wallis-et-Futuna.
Les différents travaux rassemblés ici privilégient la méthode ethnographique pour saisir « sur le vif » la manière dont l’État français tente au quotidien de prendre en charge et d’administrer la diversité culturelle et locale dans ces contextes (post)coloniaux variés. Huit des onze articles du dossier décrivent ainsi des situations contemporaines singulières de confrontation et d’interaction entre agents du système judiciaire et justiciables originaires de ces cinq collectivités.
Les trois derniers articles offrent vis-à-vis de ces justices ultramarines des points de comparaison historiques – sur la trajectoire du droit colonial dans l’empire français – et géographiques – d’une part sur la justice familiale en France métropolitaine, d’autre part sur le traitement des justiciables autochtones mapuche par l’appareil judiciaire au Chili.

 

Sommaire

Editeurs invités : Natacha Gagné, Stéphanie Guyon et Benoît Trépied

Introduction. Cultures à la barre. Regards croisés sur la justice civile outre-mer
Natacha Gagné, Stéphanie Guyon et Benoît Trépied

Coutume et citoyenneté, des colonies aux collectivités d’outre-mer. Le point de vue du droit
Yerri Urban

Que faire des cadis de la République ? Enquête sur la reconfiguration de l’institution cadiale à Mayotte
Myriam Hachimi-Alaoui et Élise Lemercier

Les familles face au nouveau droit local à Mayotte. Continuité, adaptation et redéfinition des pratiques
Sophie Blanchy

Le sang, le nom, la coutume. Controverses judiciaires sur la paternité kanak en Nouvelle-Calédonie
Benoît Trépied

Genre, justice et indemnisation des victimes de statut coutumier kanak
Christine Salomon

Droit coutumier et loi républicaine dans une collectivité d’outre-mer française (Wallis-et-Futuna)
Françoise Douaire-Marsaudon

Ethnographie de l’État aux confins de la République. Le dispositif de l’audience et la justice foraine en Polynésie française
Natacha Gagné

Passer devant le juge aux affaires familiales ? Intermédiaires de la justice et alternatives au tribunal à Saint-Laurent du Maroni (Guyane)
Stéphanie Guyon

« La carte n’est pas le territoire » ! Coutume, droit et nationalité plurielle en Guyane
Catherine Benoît

« Faut s’adapter aux cultures, Maître ! » La racialisation des publics de la justice familiale en France métropolitaine
Céline Bessière, Émilie Biland, Abigail Bourguignon, Sibylle Gollac, Muriel Mille et Hélène Steinmetz

Juridicité autochtone et différence culturelle. Quand les juges débattent de la culture dans des affaires de violences familiales en contexte communautaire mapuche (Chili)
Fabien Le Bonniec

 

Varia

Le mariage entre le passé et le présent dans les sociétés dans les sociétés d’Afrique du Nord-Sahara [une conférence présentée par Tassadit Yacine]Pierre Bourdieu

 

Lectures sur le thème

Ethnologie française , Vol. 157 , 192 pages.  24€

Ablavsky on Original Meanings of « Indian Tribes »

Gregory Ablavsky, Stanford Law School, has posted « With the Indian Tribes »: Race, Citizenship, and Original Constitutional Meanings, which is forthcoming in the Stanford Law Review.

Under black-letter law declared in Morton v. Mancari, federal classifications of individuals as “Indian” based on membership in a federally recognized tribe rely on a political, not a racial, distinction, and so are generally subject only to rational-basis review. But the Supreme Court recently questioned this long-standing dichotomy, resulting in renewed challenges arguing that, because tribal membership usually requires Native ancestry, such classifications are race-based.

The term “Indian” appears twice in the original U.S. Constitution. A large and important scholarly literature has developed arguing that this specific constitutional inclusion of “Indian tribes” mitigates equal protection concerns. Missing from these discussions, however, is much consideration of these terms’ meaning at the time of the Constitution’s adoption. Most scholars have concluded that there is a lack of evidence on this point—a “gap” in the historical record.

This Essay uses legal, intellectual, and cultural history to close that “gap” and reconstruct the historical meanings of “tribe” and “Indian” in the late eighteenth century. Rather than a single “original meaning,” it finds duality: Anglo-Americans of the time also alternated between referring to Native communities as “nations,” which connoted equality, and “tribes,” which conveyed Natives’ purported uncivilized status. They also defined “Indians” both in racial terms, as non-white, and in jurisdictional terms, as non-citizens.

These contrasting meanings, I argue, have potentially important doctrinal implications for current debates in Indian law, depending on the interpretive approach applied. Although the term “tribe” had at times derogatory connotations, its use in the Constitution bolsters arguments emphasizing the significance of Native descent and arguably weakens current attacks on Native sovereignty based on invidious legal distinctions among Native communities. Similarly, there is convincing evidence to read “Indian” in the Constitution in political terms, justifying Morton’s dichotomy. But interpreting “Indian” as a “racial” category also provides little solace to Indian law’s critics, since it fundamentally undermines their insistence on a colorblind Constitution.

Journal : Demystifying Legal Pluralism

Demystifying Legal Pluralism

M. Isabel Garrido Gómez (University of Alcala) has posted Forms of Demystifying Legal Pluralism on SSRN.

Here is the abstract:

Globalization is given impetus by the needs of the global economy and by the unequal distribution of power. And there are new spaces where there are innovating socio-post-materialistic programmes and policies to promote peace, the well-being of the environment, gender and racial equality, that are led by new groups and social movements. These ideas have influence in the new conception of law. In the second part, with the goal of demystifying legal pluralism we study substantive and formal instruments. Finally, we show an formal/substantive instrument that is represented by the equality because the concept has its origin in the creation of a legal and social order in which the independence of the individual could only be obtained by positioning him under the auspices of the legal power of the State, with the concept of independence being linked to a formal system and economic autonomy.

« Forms of Demystifying Legal Pluralism » (November 29, 2017), Jurisprudence & Legal Philosophy eJournal.

Revue : De la responsabilité

De la responsabilité 

Revue L’Homme. Revue française d’anthropologie,

n° 223-224, 2017

ISBN  : 978-2-7132-2690-8

La responsabilité, en tant que concept juridique, philosophique et moral, mais aussi en tant que notion utilisée dans des situations ordinaires, est au cœur du dossier thématique coordonné par Deborah Puccio-Den pour le numéro 223-224 de L’Homme.

Par une approche interdisciplinaire réunissant anthropologues, sociologues, historiens et juristes, ce dossier interroge la nature du lien privilégié que l’on établit entre actes et personnes dans différents contextes et sociétés, ainsi que les mécanismes d’attribution de la faute et les controverses autour des processus de réparation, tout en prêtant une attention particulière à la tension entre individuel et collectif. Le numéro inclut également un débat sur ce qui éloigne ou rapproche aujourd’hui l’anthropologie sociale, l’anthropologie biologique et la préhistoire, du point de vue épistémologique et institutionnel.

Sommaire

Introduction

Deborah Puccio-Den – De la responsabilité

Études & Essais

Yann Rivière – Solidarité de la famille et responsabilité pénale dans le droit criminel romain

Deborah Puccio-Den – De l’honneur à la responsabilité. Les métamorphoses du sujet mafieux

Janine Barbot & Nicolas Dodier – Se confronter à l’action judiciaire. Des victimes au carrefour des différentes branches du droit

Clémence Jullien “Alors, à qui la faute ?” Mort périnatale et accusations croisées dans une maternité au Rajasthan (Inde)

En question

Rainer Maria Kiesow – “Le peuple est mort, vive le peuple !”. Réflexions sur la responsabilité individuelle et collective des crimes nazis

François Hartog – La présence du témoin

Hors dossier – Centenaire de Jean Rouch

Baptiste Buob – Splendeur et misère de la ciné-transe. Jean Rouch et les adaptations successives d’un terme “mystérieux”

Tribune

Jean-Pierre Bocquet-Appel, Bernard Formoso & Charles Stépanoff – Pour une anthropologie générale. Crise et renouveau du partenariat scientifique et institutionnel de l’anthropologie biologique, l’anthropologie sociale et la préhistoire

Philippe Boissinot – Sur l’anthropologie générale aujourd’hui. Commentaires d’un archéologue

Maurice Bloch – Bearing the Other Anthropological Disciplines in Mind

November 2017 Issue: Vol. 40(2) of PoLAR: Political and Legal Anthropology Review

The November 2017 issue of PoLAR: Political and Legal Anthropology Review (Volume 40, Issue 2) is now available. If you missed the May 2017 issue, you can catch up; it’s free to access!

The current issue features 10 original articles. In their editorial introduction, Heath Cabot and William Garriott write:

We ended our last introduction by restating our commitment to keeping PoLAR a place where anthropological work is brought to bear on the issues of the day. Of course, how one speaks to the present moment “anthropologically” remains hotly contested. But one distinguishing feature of our journal is its insistence on speaking to current issues and events from the particularities of specific times and places. This emphasis on place and time-centered contextualization gives anthropological work its specific texture, and it allows it to speak to current events with a unique voice and perspective.

In the United States, where we (the editors) live, political fights continue to rage over immigration, borders, government accountability, institutional responsiveness and efficacy, social media, surveillance technologies… the list goes on. There is no shortage of opinion on these topics. In shorter supply are scholarly takes that engage with complexity, turn to overlooked contexts for comparative perspective, and make room for the unexpected.

The articles in this issue provide such perspective. They address topics that are both timely and enduring. These include migration, borders, and the state (Yeh, Alpes); issues of identity in legal institutions (Lambert, Sapignoli, He, Li, and Feng); the unanticipated impact of policies designed to help the vulnerable (Ramsay, Vanderhurst); and the role technologies—electronic, bureaucratic—play in mediating relations between citizens and the state (Adunbi, Larson, Summers and Baiocchi). Five of the articles in this issue (Sapignoli, Vanderhurst, Adunbi, Ramsay, Alpes) center on the African continent and global or transnational links formed through displacement, legal frameworks, and extractive economies. They showcase the exciting new political and legal scholarship emerging from this rich and contested region. Articles centered on China, Mexico, the United States, and East Central Europe comprise the rest of the issue. They demonstrate the power of comparison to highlight the similarities and disjunctures that abide across discrete locales.

Read collectively, then, the articles in this issue give testament to the continued relevance of anthropological scholarship. They provide a fresh perspective on the concerns of the day while addressing the enduring questions of legal and political anthropology.

 

Cultural Anthropology : Sovereignty

CULTURAL ANTHROPOLOGY

Sovereignty

Issue 32.3 August 2017

 

Display_pdf-cover-for-web

The August issue of Cultural Anthropology features a Retrospectives collection on “Sovereignty,” edited by J. Kēhaulani Kauanui. In her introduction, Kauanui reflects on how the concept of sovereignty has occupied a tentative and emergent role in anthropological work, tacking between distinct localizations and epistemological frames. Yarimar Bonilla underscores how sovereignty, as a sign of Western political thought, has been deeply implicated in historic and ongoing orders of empire. By juxtaposing discussions of sovereignty with those of settler colonialism, Circe Sturm explores how each have shaped indigenous political struggles and informed intellectual debates. Amahl Bishara considers the case of Palestine, which, she argues, both surfaces important variations on sovereignty and serves as the backdrop for the performance of popular sovereignties. For her part, Kamari Maxine Clarke extends an invitation to reconceptualize the social contract through “new bio-constitutional arrangements.”

Sovereignty: An Introduction by J. Kēhaulani Kauanui

Unsettling Sovereignty by Yarimar Bonill

Reflections on the Anthropology of Sovereignty and Settler Colonialism: Lessons from Native North America by Circe Sturm

Sovereignty and Popular Sovereignty for Palestinians and Beyond by Amahl Bishara

Rethinking Sovereignty through Hashtag Publics: The New Body Politics by Kamari Maxine Clarke

Les lieux de la loi en Chine impériale

Extrême-Orient Extrême-Occident

Les lieux de la loi en Chine impériale

40 | 2016

Les lieux de la loi en Chine impériale

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

***

Jérôme Bourgon : Une dogmatique de l’espace. Les lieux de la loi en Chine impériale.

I. Pénaliser l’espace – Penalizing Space

Frédéric Constant : Punir par l’espace : la peine d’exil dans la Chine impériale (Punishing Through Space : The Punishment of Exile in China)

Eric Schluessel : The Law and the “Law”: Two Kinds of Legal Space in Late-Qing China (La Loi et la « loi » : deux genres d’espace juridique dans la Chine des Qing)

E. John Gregory : Military Operations, Law and Late Imperial Space: The Spread of Militarized Adjudication (Opérations militaires, droit et espace dans l’empire tardif : l’essor des procédures judiciaires militarisées)

Ning Laure Zhang : Entre « loi des Miao » et loi sur les Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au xviiie siècle (Between « Miaoli » and Codified Laws on the Miao : The Trafficking in Human Beings in 18th-Century Guizhou)

II. Réglementer l’espace – Regulating Space

Zhiqiang Wang : Les lois spéciales à caractère régional dans le code des Qing (On Special Laws with a Regional Character in the Qing Code)

Xin-zhe Xie : Lieux de la loi, lieux du savoir : maîtriser le temps et l’espace des autopsies sous les Qing (Spatializing Law, Spatializing Knowledge : Governing Time and Space in Qing China’s Forensic Practice)

Max Oidtmann : A “Dog-eat-dog” World: Qing Jurispractices and the Legal Inscription of Piety in Amdo (Un monde de conflits féroces : pratique judiciaire et réglementation légale de la religion en Amdo sous les Qing)

Ulrich Theobald : Space and Place in Administrative Military Regulations of Qing China: An Evaluation of the Legal Type of Zeli  (L’espace et le lieu dans les réglementations de l’administration militaire à l’époque des Qing : une évaluation des zeli comme genre juridique)

Regard extérieur

Jean-Louis Halpérin : Spatializing Law in a Comparative Perspective of Legal History (Spacialiser le droit dans une perspective d’histoire juridique comparée)

Vacarme : Souveraineté aborigène

Barbara Glowczewski

Souveraineté aborigène

Vacarme 81, Cahier, automne 2017

Vacarme 81

Les peuples autochtones sont engagés depuis de longues années dans des luttes pour la reconnaissance de leurs territoires. En Nouvelle-Zélande, mais aussi en Australie dont il est question ici, ils parviennent à reconfigurer notamment les rapports à la terre. Leurs moyens sont multiples mais c’est au prix de mobilisations insistantes que petit à petit, ils imposent leur légitimité première et redéfinissent des équilibres hérités des colonisations.

Pour consulter l’article : Vacarme