Archives de catégorie : Séminaires

SEMINAIRE : « LA NEUTRALITE DES JURISTES »

SÉMINAIRE : « LA NEUTRALITÉ DES JURISTES »

CTAD – UMR 7074, Université Paris Nanterre
IHD – EA 2515, Université Paris Descartes

Organisateurs

Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes), Guillaume Richard (Université Paris-Descartes), Lionel Zevounou (Université Paris-Nanterre)

Lorsqu’elle parle de dogmatique, la théorie analytique du droit développée en France renvoie à un discours dont la caractéristique est de ne pas distinguer les points de vue descriptifs et normatifs. De nombreux travaux ont, dans ce sillage, cherché à montrer que la doctrine contemporaine était, à bien des égards, un discours de pouvoir, voire un discours au service du pouvoir. Le séminaire entend discuter une hypothèse différente. Il cherchera à comprendre de quelle manière le style doctrinal contemporain s’est institué dès la fin du xixe siècle, non pas en se fondant sur un quelconque critère théorique d’identification du discours dogmatique, mais en se pensant toujours lui-même comme un savoir, sans nécessairement avoir besoin de recourir à la distinction entre « dogmatique » et « science du droit », ni entre science du droit et droit. La théorie analytique du droit ne peut prétendre détenir le monopole de la représentation de la science du droit et il conviendra de dresser le panorama des différentes manières de se représenter une telle « science du droit », telle qu’elle est invoquée dans le discours juridique contemporain depuis le xixe siècle. Au-delà de cette question, il faut penser l’élaboration et la définition des frontières proposées par les juristes pour leur science.

Plusieurs travaux de philosophie et sociologie des sciences ont souligné l’évolution du concept de « science » à travers les siècles et les contextes. Parmi d’autres, les travaux de Merton, Gieryn ou d’autres ont démontré le caractère mouvant des frontières entre science et non-science. Les perspectives ouvertes par Michel Foucault ont également souligné combien la science se détachait et s’autonomisait à partir d’un substrat plus large, en fixant des critères d’inclusion et d’exclusion qui déterminent le discours scientifique admissible et la définition de la « science » dans un contexte donné. Les conceptions développées par Bruno Latour ont également orienté le regard sur les procédures suivies par les scientifiques et qui construisent la légitimité scientifique de telle ou telle pratique ou au contraire l’excluent du champ scientifique. Il ne faut pas, méthodologiquement, concevoir la science comme un savoir homogène reposant sur un critère sublimé (falsification, correspondance empirique, etc.) faisant la part entre le monde de la science et celui de la non-science, mais s’attacher au contraire à analyser les conditions de fixation de ces critères à un moment donné, à partir des pratiques mêmes des scientifiques ou de ceux qui se revendiquent comme tels.

Cette perspective permet de relier la manière dont les juristes ont ressenti le besoin de définir leur discipline selon un certain « modèle » de science, qui a influencé la manière de faire la doctrine. Le point de départ sera une analyse de la notion de neutralité du discours juridique, souvent mise en avant dans le discours juridique contemporain, soit pour considérer que la dogmatique juridique se doit de développer un discours distinct du discours politique et appuyé sur des considérations rationnelles ou scientifiques, soit pour reprocher à cette même dogmatique juridique de s’abriter derrière le paravent de la neutralité pour développer un discours éminemment politique. Pourtant, le regard rétrospectif sur la première moitié du xxe siècle montre que l’application de cette catégorie n’y est alors pas aussi simple. Le séminaire se proposera donc de revenir sur l’apparition de cette notion lorsqu’elle est appliquée au discours des juristes, à partir d’une discussion de ce concept largement tributaire dans son emploi des écrits de Max Weber. Le séminaire s’attachera ensuite à plusieurs études de cas portant sur la période contemporaine, afin de tester la pertinence d’appliquer les catégories de classement utilisées par l’épistémologie juridique contemporaine (positivisme, jusnaturalisme, discours prescriptif, etc.) à des périodes plus anciennes, antérieures aux années 1950, et d’analyser la définition de la science juridique et de son autonomie construite par le discours juridique.

Le séminaire, divisé en 5 séances réunira juristes ou historiens du droit, philosophes, sociologues.

Le séminaire se déroule sur deux sites universitaires : l’Université Paris Nanterre (RER A, Nanterre-Université) et la Faculté de droit de l’Université Paris Descartes (Métro ligne 13, Porte de Vanves ou Malakoff-Plateau de Vanves). À l’Université Paris Nanterre, les manifestations se dérouleront dans la salle 352 du bâtiment Simone Veil, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre. L’entrée est libre sous réserve des places disponibles.

PROGRAMME DES SÉANCES

              

SÉANCE N° 1

Jeudi 27 septembre 2018 – 16 h – Université Paris Nanterre (bâtiment Simone Veil, salle 352)

 Isabelle Kalinowski, CNRS (ENS-UMR Pays Germaniques)

« La science du droit et la question de la neutralité axiologique »

Discutant

Pierre Thévenin, CNRS (UMR ISP)

SÉANCE N° 2

Jeudi 10 janvier 2019 – 16 h – Université Paris Descartes

 Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre (UMR CTAD-IDHES)

« Orthodoxie et hétérodoxie dans la science du droit : le cas de Critique du droit »

Discutant

Jacques Chevallier, Université Panthéon-Assas (UMR CERSA)

 SÉANCE N° 3

Jeudi 21 février 2019 – 16 h – Université Paris Descartes

 Pierre-Nicolas Barénot, Université de Saint-Étienne (UMR CERCRID)

« La science juridique au XIXe siècle à travers les recueils d’arrêts »

Discutants

Claude Didry, CNRS (UMR Centre Maurice Halbwachs)
Claire Lemercier, CNRS (UMR Centre de Sociologie des Organisations)

 SÉANCE N° 4

Jeudi 28 mars 2019 – 16 h – Université Paris Nanterre

Fatiha Cherfouh, Université Paris Descartes (IHD)

« L’impossible neutralité des juristes : l’exemple de la Revue générale du droit »

Discutante

Rachel Vanneuville, CNRS (UMR Triangle, Lyon)

SÉANCE N° 5

Jeudi 16 mai 2019 – 16 h – Université Paris Nanterre

Guillaume Richard, Université Paris Descartes (IHD)

« Quelle science juridique d’après les comptes rendus de la Revue de droit public (1894-1940) ? »

Discutants

Olivier Leclerc, CNRS (UMR CERCRID)
Volny Fages, ENS Paris Saclay (UMR IDHES)

Vincent Réveillère

« Prendre au sérieux les pratiques des juristes : l’anthropologie d’Annelise Riles »

Discutante

Anne-Sophie Chambost, Université de Saint-Étienne (UMR CERCRID)

Séminaire Quai Branly : race et droit colonial

Séminaire Quai Branly : race et droit colonial

L’objectif de ce séminaire de vulgarisation destiné à un public juriste (M2, doctorat, enseignants- chercheurs), est de pouvoir faire connaître un certain nombre de travaux récents sur la race et le droit colonial dans le champ des sciences sociales. Le fil conducteur est de ce travail est de susciter une réflexion sur le concept de race et la manière dont ce dernier est susceptible d’enrichir la compréhension du droit français.

Le séminaire, dont les séances se déroulent systématiquement au Musée du Quai Branly Jacques Chirac, est divisé en quatre séances de 3 heures. La première heure est consacrée à un exposé de l’intervenant à la suite de quoi, une séance de discussion s’amorce avec le public.

En raison de la capacité d’accueil limitée (19 personnes), les inscriptions doivent se faire auprès de madame Mbalou Diallo : mbdiallo@parisnanterre.fr 

Pour les étudiants, vous devez remplir en ligne le formulaire suivant: http://www.quaibranly.fr/fr/recherchescientifique/activites/colloques-et-enseignements/enseignement-et-seminaires/demande-de-pass-etudiant/

Mardi 11 septembre de 15h à 18h en salle de cours 1 : Abdellali Hajjat, Maître de conférences en sciences politiques, Université Paris Nanterre, ISP (UMR 7220)

Assimilation et action publique

Cette intervention revient sur les principaux résultats de mon travail doctoral sur la genèse et les usages politiques et administratifs de la catégorie d’assimilation, tant dans les discours politiques que

dans les pratiques administratives relatives à la politique de la nationalité. On se posera les questions suivantes : comment le concept d’assimilation est-il devenu une catégorie pertinente pour penser l’action publique? Pourquoi a-t-on demandé aux étrangers d’être assimilés pour devenir des citoyens français? Existe-t-il un transfert des critères de civilisation de l’empire colonial vers les critères d’assimilation de la métropole? Comment l’administration mesure-t-elle l’assimilation des candidats à la naturalisation? Que révèlent les cas des refus de naturalisation pour «défaut d’assimilation», qui concernent essentiellement des candidat. e. s musulman. e. s?

Mardi 11 décembre de 15h à 18h en salle de cours 3 : Hourya Benthouami, Maître de conférences en philosophie, Université Toulouse Jean Jaurès, ERRAPHIS (EA 3051)

La transposition du concept d’intersectionnalité dans les instruments de mesure de la promotion de la diversité et de la lutte contre les discriminations

Mardi 12 mars 2019 de 15h à 18h en salle de cours 1 : Guillaume Mouralis, Chargé de recherches, CNRS, Centre Marc Bloch-ISP

Une expérience judiciaire sous contrainte. Le procès de Nuremberg et la question raciale américaine (1944-1951)

Ce travail propose un éclairage partiel (et assumé comme tel) du procès international de Nuremberg (1945-1946), de sa genèse et de son legs problématique aux États-Unis. Dans le mémoire original, j’envisage Nuremberg à la fois comme une expérimentation judiciaire sous contrainte et comme une ressource limitée dans les mobilisations contre le racisme domestique et pour les droits civiques. En définitive, ce travail souhaite contribuer à une réflexion plus générale sur l’articulation entre innovation juridique sous contrainte et appropriations militantes du droit international. En resituant plus spécifiquement le procès de Nuremberg dans une socio-histoire des pratiques juridiques internationales, au sens large, il s’agissait d’éclairer la relative déconnexion entre cette expérience et plusieurs processus parallèles (développement du droit international public ou des droits de l’homme); de mieux cerner sa place singulière dans une histoire américaine où, à bien des égards, Nuremberg relève d’une brève parenthèse multilatérale; de se prémunir, enfin, de l’illusion rétrospective consistant à y voir un «point de départ» professionnel, juridique ou institutionnel.

Mardi 11 juin 2019 de 15h à 18h en salle de cours 1 : Sivlia Falconieri, Chargé de recherches au CNRS, IMAF (UMR 8171)

Politiques raciales, politiques coloniales : regards croisés Franco-Italien. La construction juridique des catégories raciales dans l’Italie fasciste entre colonies et métropole (1925-1943)

Le décret du 17 novembre 1938, portant les Mesures pour la défense de la race italienne, introduit dans le système juridique la dichotomie « citoyen italien de race juive »/« citoyen italien de race aryenne ». Loin d’être simplement le résultat du rapprochement du gouvernement fasciste de l’Allemagne national-socialiste, la politique raciale frappant les Juifs doit être située dans la continuité de l’entreprise coloniale en Afrique dans laquelle l’Italie s’était lancée à partir de la fin du XIXe siècle. Dans cette perspective, cette communication s’arrêtera sur le discours juridique qui a présidé à l’élaboration et au fonctionnement des catégories raciales, en faisant ressortir la volonté du législateur et des spécialistes du droit de parvenir à l’unité et à la systématisation des politiques raciales à l’encontre des Juifs et des populations colonisés dans le cadre du droit public italien des années 1920-1940.

Séminaire LISST – CAS

Séminaire d’Anthropologie Générale
2017-2018

 Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST)  – Centre d’Anthropologie sociale (CAS)

Université Toulouse Jean-Jaurès

Vendredi 23 mars 2018, 10H30-12H30, SALLE F423

KATHERINE HOFFMAN, Associate Professor (NORTHWESTERN UNIVERSITY), interviendra sur le thème :

Anthropologie juridique et anthropologie linguistique comme outils de recherche sur le passé : le genre dans les tribunaux coutumiers berbères au Maroc sous le protectorat français (1930-1956)

http://lisst.univ-tlse2.fr/accueil/presentation-du-laboratoire/actualite-manifestations/

Séminaire « Ruling on Animals in India »

organisé par Daniela Berti (CEH-CNRS), aura lieu le 2 février 2018 sur le campus CNRS de Villejuif.

 Horaire : 9.30 – 17.00
Salle de conférence, bâtiment D

In the morning we will have two working sessions on court cases that deal with animal welfare and animal rights. The cases will be presented by the lawyers who have argued them in court : Ritwick Dutta, from the National Green Tribunal in Delhi, and Vandana Misra, from the Himachal Pradesh High Court, in Shimla. In the afternoon session we will be showing some passages from the film “Unlocking the Cage” on Steven Wise’s “Non-Human Project”, which will be followed by a general discussion.
 
 
9.30 a.m. Coffee & Welcome by Daniela Berti (CNRS, CEH)

Cases from India

Ritwick Dutta, National Green Tribunal, Delhi
- The Elephants’ Corridor (Assam)
- The Black-Necked Crane (Arunachal Pradesh)
- The Birds’ Wetlands (Gurgaon)

Vandana Misra, Himachal Pradesh High Court, Shimla
- The Lurking Leopard (Himachal Pradesh)
- The “Vermin” Monkeys (Himachal Pradesh)

From a comparative perspective : USA-India

2.30 p.m. Steven Wise and the ‘Non-Human Project’ Introduction by Daniela Berti

Screening of an extract of the film “Unlocking the Cage” (2016) by Chris Hegedus and D.A. Pennebaker, featuring Steven Wise

General discussion
 
Afin de recevoir les documents qui feront l’objet des discussions lors de la séance du matin, merci de contacter dberti [at] vjf.cnrs.fr.

Séminaire Anthropologie des processus de citoyenneté

Séminaire Anthropologie des processus de citoyenneté (2017 – 2018)

Catherine Neveu, directrice de recherche au CNRS (TH) (IIAC/Ehess)
Maxime Vanhoenacker, chargé de recherche au CNRS (IIAC/Ehess)

1er, 3e et 5e jeudis du mois de 15 h à 18 h (salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 18
janvier 2018 au 5 avril 2018

Il s’agira dans ce séminaire de poursuivre l’exploration entamée en 2016-2017 des apports de l’anthropologie politique du contemporain tant à la saisie empirique des processus de citoyenneté qu’à un retour critique sur les théorisations dont elle fait l’objet. Les pratiques et représentations de la citoyenneté sont relativement sous étudiées dans l’anthropologie politique française, alors qu’elle fait l’objet de nombreux travaux dans le monde. Outre l’exploration de ces travaux parfois méconnus, ce séminaire sera consacré à la mise en discussion de recherches pluridiciplinaires portant sur différents espaces de pratiques citoyennes, notamment celles visant un renouvellement de l’éthos démocratique et de l’émancipation. Une place spécifique sera accordée également aux enjeux d’une recherche qui soit elle-même « citoyenne ».

Mots clés : Anthropologie sociale, Citoyenneté, Mobilisation(s), Politiques publiques, Sociologie politique,

Programme synthétique du séminaire 2017-2018

Programme prog_seminaire_2018

=> 18/01/18 – Séance 1 : Qu’estce qui est appelé « citoyenneté » ? Comment saisir empiriquement cette notion ? Introduction générale du séminaire. Catherine Neveu (CNRS IIAC/ Ehess) et Maxime Vanhoenacker (CNRS IIAC/ Ehess)

=> 01/02/18 – Séance 2 : « Un citoyen responsable, une ville responsable ». La participation, un nouveau mot d’ordre de la République Islamique d’Iran ? Sahar Saeidnia (Postdoctorante Gerda HenkelIremam, Docteure en sociologie associée à l’IrisEHESS)

=> 15/02/18 – Séance 3 : projection documentaire, à confirmer

=> 01/03/18 – Séance 4 : L’afroféminisme, une politique du sensible ? Du vécu des rapports de pouvoir à leur politisation dans le parcours de femmes afrodescendantes. Silyane Larcher (CNRSUrmis, politiste)

=> 15/03/18 – séance 5 : Le fardeau de l’apprentissage de la citoyenneté dans les activités de jeunesse ? Maxime Vanhoenacker (CNRSIIAC/ Ehess, anthropologie)

=> 29/03/18 – Séance 6 : Politiser l’éducation populaire, un « réenchantement » ? Emannuel Porte (INJEP) et Emmanuel de Lescure (MCF Sciences de l’éducation Université Paris V, CERLIS)

=> 05/04/18 – séance 7 : Pouvoirs d’agir dans les quartiers populaires : pour une sociologie de la citoyenneté au croisement de l’ordinaire, du mouvement social et des institutions. A propos d’une enquête à Villepinte et Montréal Nord. Marion Carrel (MCF Sociologie Université Lille, CeRIES)

=> 24/05/18 – séance 8 : Présentation des travaux de validation des étudiants (exposés) et discussion générale

 

Seminar : Forum Law as Culture

Program “Forum Law as Culture” for the 1st quarter of 2018

 

 

Through its homonymous forum, the Käte Hamburger Center for Advanced Study in the Humanities “Law as Culture” offers a space for interdisciplinary and intercultural exchange with international guests and fellows at the Center. The forum events take place on Tuesdays in the Center’s Max Weber Lecture Room and are open to the interested public. Admission is free.

The entire program from January to March 2018 can be accessed here (PDF).

Detailed information on individual lectures can be accessed under Activities.

Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Perspectives comparatives sur les droits des
peuples autochtones

2e jeudi du mois de 9 h à 13 h (salle BS1_28, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018. Les séances des 14 décembre et 14 juin se dérouleront en salle AS1_08

À la suite des travaux réalisés dans le cadre du projet ERC/SOGIP sur les échelles de la gouvernance, depuis l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA 2007), nous poursuivons la réflexion sur les articulations entre « questions autochtones » et « processus globaux ». Les changements juridiques, politiques et sociaux découlant de cet instrument international font partie des évolutions  d’un ordre global sensibilisé aux problèmes des peuples autochtones. Les caractéristiques de cette nouvelle gouvernance, les consensus et les contradictions sur lesquels elle s’appuie, les accords et les résistances qu’elle rencontre, se manifestent dans les villages et les communautés ainsi que dans les « lieux » apparemment « neutres » où sont prises les décisions globales. Dans une perspective comparative et à partir d’études de cas contextualisées, nous suivons les processus de reconnaissance légale, les enjeux de développement, les conflits de territorialité, les défis dans le champ de l’éducation, de la citoyenneté et de la participation politique, les disputes dans le domaine de la culture (patrimoine, musée, tourisme, propriété intellectuelle). Nous nous intéressons aux acteurs politiques se reconnaissant autochtones (organisations et individus), à leurs prises de position dans les scénarios de gouvernance planétaire, à l’impact des méga-agents du changement (parmi lesquels les firmes transnationales, les industries extractives). Le séminaire 2017-2018 s’appuiera également sur les travaux du Groupe de recherche internationale (GDRI-JUSTIP/CNRS) coordonné par Irène Bellier.

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences sociales

Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

1er et 3e mercredis du mois de 13 h à 15 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le séminaire Histoire et Anthropologie de la famille et de la parenté que nous proposons à partir de l’année universitaire 2017-2018 est une offre d’enseignement collectif, pluridisciplinaire et pluri-institutionnel. Il est organisé par des enseignant-e-s et chercheurs-ses de l’EHESS (Laboratoire d’anthropologie sociale), du CNRS (Centre Roland Mousnier, Université Paris-Sorbonne, IRHiS, Université Lille III, et Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Paris X-Nanterre-La-Défense) et des Universités Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt et Università Roma Tre.

Nous entendons renouer ici avec la grande tradition de rencontre entre Histoire et Anthropologie qui a naguère su nouer un dialogue fécond entre certains des plus grands esprits de notre époque. De Georges Duby à Jean-Pierre Vernant en passant par Marcel Détienne, Paul Veyne, Gérard Delille, Philippe Moreau ou Marcel Granet d’un côté, de Marcel Mauss à Claude Lévi-Strauss,  Jack Goody ou Marshall Shalins de l’autre, nos disciplines sont parvenues, sur certaines thématiques spécifiques, à construire de véritables objets communs. Au nombre de ces derniers, les études sur la parenté et sur la famille occupent une place centrale.

Depuis quelques années, toutefois, l’offre pluridisciplinaire et collective est plus clairsemée, ce, tant à l’université qu’au sein même de l’École des hautes études en sciences sociales dont elle est pourtant l’une des vocations premières. Beaucoup d’entre nous s’en sont retournées à leurs terres d’attaches hésitant à s’aventurer plus avant dans ces pérégrinations dans des contrées lointaines.

Nous nous proposons, quant à nous,  de renouer ce dialogue fructueux et de favoriser les rencontres entre disciplines voisines, quitte à en gommer les frontières. Pour ce faire nous mènerons une réflexion autour de l’évolution des formes familiales et des systèmes de parenté à la fois dans l’espace et dans le temps. Chaque année nous aborderons un thème spécifique, qui sera cohérent du point de vue des études sur la parenté et la famille, sans nécessairement s’astreindre à suivre une trame chronologique ou géographique linéaire.

Pour cette première année notre recherche portera sur les Mondes Anciens et Médiévaux, ces derniers incluant à la fois espaces et traditions européennes et extra-européennes.

Ce séminaire est ouvert à tous nos collègues chercheurs et enseignants ainsi qu’aux étudiant-e-s à partir du master. Il est validable pour ces derniers dans le cadre du master de l’EHESS.

1er semestre

15 novembre 2017 : Laurent Barry, Claire Chatelain, Isabelle Daillant, Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, Présentation du séminaire

6 décembre 2017 : Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre), « Mémoire généalogique et liens de parenté : une lecture à travers les dispenses matrimoniales dans la Florence tardo-médiévale »

Obtenir une dispense matrimoniale afin de permettre une union avec un parent – consanguin ou affin – plus ou moins proche nécessitait que le lien entre les deux suppliants puisse être formellement prouvé devant un tribunal ecclésiastique. L’historiographie, les recherches généalogiques et les archives de la Florence tardo-médiévale étant particulièrement riches, il est possible d’étudier de manière approfondie la mémoire généalogique que les acteurs mobilisaient au cours des procédures mises en œuvre pour prouver la parenté. Cette intervention se propose d’aborder la question, complexe et encore suffisamment peu étudiée de manière quantitative, de la mémoire généalogique à la fin de la période médiévale à partir d’une nouvelle méthode de représentation et d’analyse de cette mémoire généalogique. Pour ce faire, nous nous appuierons sur un vaste panel de sources judiciaires, de témoignages et de reconstructions généalogiques – qu’elles soient le fait des acteurs eux-mêmes ou des chercheurs – mettant au jour les liens de parenté entre les témoins et les suppliants.

20 décembre 2017 : Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil), « Parenté et famille dans la Rome ancienne : esquisse d’un bilan »

Depuis les dernières décennies du siècle dernier, deux grands courants se partagent l’étude de la parenté et de la famille dans la Rome ancienne : un courant essentiellement franco-italien, influencé par l’anthropologie française (Lévi-Strauss, Françoise Héritier) s’attache aux structures de parenté et d’alliance (terminologie, nature des formations de parenté, atome de parenté, règles d’alliance, représentations symboliques, etc.), alors qu’un courant anglo-saxon, souvent influencé par le féminisme américain, a pris pour objet la famille romaine dans sa vie concrète (famille nucléaire ou étendue, âges de la vie, conjugalité, sexualité, affects, etc.), en recourant à de nouveaux instruments heuristiques (principalement, la démographie et l’étude des textes médicaux antiques). C’est à présenter quelques questions traitées par les chercheurs appartenant à ces deux courants que sera consacré l’exposé.

17 janvier 2018 : Régine Le Jan (Université Paris 1), « Parenté maternelle, parenté agnatique : les femmes dans le système de parenté du haut Moyen Âge »

En déconstruisant et croisant les discours souvent contradictoires des sources, à partir de quelques dossiers, il s’agira d’évaluer la place des femmes et son évolution dans le système de parenté entre viiie et xie siècle.

7 février 2018 : Karine Karila-Cohen (Université Rennes 2), « Structure de parenté, onomastique et prosopographie des dèmes attiques : l’apport de l’analyse de réseau »

Dans les années 1980, Alain Bresson avait suggéré que les règles de transmission des noms et la fréquence des mariages dans un degré rapproché pouvaient se visualiser graphiquement. La recherche automatisée de groupes cohésifs pourrait ainsi être exploitée prosopographiquement. Il s’agit de proposer une expérimentation de ce projet à l’aide de l’analyse de réseau en choisissant comme échelle les dèmes attiques.

7 mars 2018 : Jérôme Wilgaux (Université de Nantes), « Nouvelles approches de la parenté grecque »

Ces dernières années ont été marquées par des relectures souvent radicales du monde grec du premier millénaire av. J.-C., dans des domaines aussi variés que la religion, l’économie, la politique, la société… Le cadre civique lui-même, sur lequel se focalisaient les approches antérieures, tend de plus en plus à être relativisé. Les études consacrées à la parenté grecque n’échappent pas à ce renouveau et l’inscription du thème de la famille aux concours de l’enseignement secondaire, s’accompagnant comme il se doit de la publication de synthèses rendant compte des recherches actuelles, invite donc à s’interroger sur les enjeux de ces approches, sur les problèmes auxquels elles cherchent avant tout à se confronter ainsi que sur leurs apports.

Anthropologie de la justice (EHESS)

Séminaire École des Hautes Études en Sciences Sociales

Anthropologie de la justice :
la responsabilité

Deborah Puccio-Den,  chargée de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )

2e jeudi du mois de 14 h à 17 h (salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018

La responsabilité est définie comme l’obligation faite à une personne de répondre de « ses » actes, soit parce qu’elle les a effectivement accomplis, soit du fait de son rôle ou des charges qu’elle assume vis-à-vis de ses proches ou de la société. Si ce concept juridique, philosophique, politique et moral établissant un lien entre un individu et la société ou l’État, mérite d’être revisité d’un point de vue anthropologique, c’est précisément parce que la nature de ce lien n’a rien d’évident ni de naturel, qu’il s’est historiquement construit, qu’il se présente différemment selon les cultures et qu’il est susceptible de produire des controverses à l’intérieur au sein même du droit ou des différents systèmes normatifs en vigueur dans une société. Il s’agira donc de suivre pas à pas les opérations judiciaires, cognitives et sociales d’attribution de la faute ou de la charge de réparation à des individus ou à des entités collectives, naturelles ou surnaturelles : États, familles, clans, organisations criminelles, entreprises, corporations, nature, divinités, etc. À partir des questions soulevées par un long terrain sur les procès à la mafia sicilienne, ce séminaire ouvrira sur d’autres actions judiciaires et d’autres formes d’incrimination articulant un « sujet » doté d’attributs et qualités lui permettant d’assumer ses actes (conscience, intentionnalité, langage) et des êtres collectifs (associations criminelles, ancêtres, membres d’un groupe d’affiliation), auquel ces actes, d’une manière ou d’une autre, sont aussi rattachés. La tension entre individuel et collectif apparaît comme constitutive de notre régime de modernité, ou plutôt de la façon dont les sociétés « modernes » ont pensé leur différence par rapport aux sociétés « archaïques » et « primitives », en accentuant la valeur de l’individu en tant qu’être autonome. Or, cette conception individualiste est, si ce n’est remise en cause, tout au moins mise à l’épreuve d’actions judiciaires et moments critiques où la linéarité du rapport entre l’agent et l’action semble brouillée. Ces situations constitueront l’observatoire privilégié de ce séminaire qui, à travers un questionnement sur le sujet responsable, voudrait questionner le sujet, ses propriétés et ses limites dans une perspective anthropologique ouverte au débat avec les autres disciplines et épistémologies.