Archives de catégorie : Tables rondes/Workshops

Workshop : L’indigénat Autour de l’ouvrage d’Isabelle Merle et Adrian Muckle

Présentation de l’ouvrage

L’indigénat évoque une triste histoire. D’abord, pour les colonisés qui subirent pendant plus d’un demi-siècle les effets de ce régime juridique répressif. Ensuite, pour la nation française qui dévoya en colonie ses idéaux démocratiques en refusant de les étendre à ceux qu’elle soumettait. 
Ce livre offre, pour la première fois, une histoire du régime de l’indigénat sur la longue durée, depuis ses origines les plus lointaines dans l’Algérie de la conquête jusqu’aux héritages les plus contemporains en Nouvelle-Calédonie. Dans ce pays, l’indigénat éclaire avec force les pratiques de la domination coloniale du point de vue de ceux qui l’exercent comme de ceux qui la subissent. 
Isabelle Merle et Adrian Muckle offrent une réflexion au long cours sur la fabrique de la condition indigène et de l’exception coloniale à travers l’histoire singulière de la Nouvelle-Calédonie, dont la mémoire continue de hanter les débats contemporains.

Programme

10h00 : Table ronde en présence de : 
Isabelle Merle, CNRS, CREDO 
Adrian Muckle, Victoria University of Wellington

autour de leur ouvrage : « L’indigénat. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie » Paris, ed. CNRS, 2019

Discutant·es : 
Claire Fredj, Université Paris Nanterre, IDHE.S 
Jean-Louis Halpérin, Université Paris Nanterre, Centre de théorie et d’analyse du droit 
Annick Lacroix, Université Paris Nanterre, IDHE.S 
Sylvie Thénault, CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains 
Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre, Centre de théorie et d’analyse du droit


Université Paris Nanterre
Bâtiment M. Weber, salle 1
200 avenue de la République
92000 Nanterre

Socio-legal studies/sociologie du droit: methods, traditions, theories in France and the UK

Description

This workshop stems from several observations: first, that socio-legal scholarship as a whole is strongly influenced by both institutional contexts and local scholarly traditions, which has led it to adopt very varied forms across jurisdictions. Second, that this diversity is both an interesting object of study to understand the possibilities and forms of socio-legal research and critique, and an obstacle to some cross-jurisdictional conversations. Third, that this is particularly noticeable and interesting in the context of France and the UK. While socio-legal studies have significantly developed over the past few decades, both in the UK and (though arguably to a lesser extent) in France, cross-channel conversations across relevant communities have remained limited. In addition, the forms that socio-legal scholarship has adopted in those two contexts are strikingly different (see: Renaud Colson, Stewart Field, “Socio-legal Studies in France: Beyond the Law Faculty”, Journal of Law and Society, vol. 43, no. 2, 2016, p. 285-311).

Although various bridges and connections have been made – through common projects, borrowing of ideas, methods or theories, or occasional encounters at conferences or within topic-specific contexts – there has historically been limited efforts to engage more broadly the growing socio-legal communities in France and the UK. Such conversations on a broader scale, however, could be highly interesting at several levels. In spite of shared aspirations, UK socio-legal studies and its French equivalents have developed in very different ways, sharing some theoretical and methodological traditions, while differing in many others. In addition, the institutional settings in which each movement has developed are in stark contrast, which in turn has certainly influenced the shape of scholarship itself. Reflecting on those different contexts, and their influences is useful in a context of continuous pressure on the development and maintenance of interdisciplinary legal scholarship, both in research and teaching.

In this workshop, we want to reflect on those different trajectories, and what they have to tell us about ‘socio-legal studies in context’, but also aim to bring together this scholarly diversity in order to explore ways forward, in terms of collaborations, and in terms of methodological and conceptual explorations.
Therefore, this workshop positions itself both as a first step towards a broader set of discussions and as a significant opportunity to reflect on the impact on our own traditions on the forms of knowledge produced.

The workshop has three key aims:

1) To reflect on how different institutional contexts and traditions have shaped socio-legal thought and scholarship in France and the UK
2) To bring together contrasting approaches developed by those traditions
3) To foster future exchange and research across communities in France and the UK and facilitate new collaborations

The workshop will be held in English.

Format/call for contributions

The workshop will to be based around 4 sessions. In the first three sessions, short papers will be given by keynote speakers, followed by longer questions, discussions and exchange.

For the final session, we would like to invite contributions from early career scholars (including PhD students), in the form of very brief presentations of 8-10 mins, offering an overview of a project, with particular attention the methodological/conceptual approach adopted. An abstract of 200 words should be submitted by email to e.cloatre@kent.ac.uk by the 8th December 2017. We will endeavour to respond by the 15th December.

Registration

To register for the conference, A small fee of £50 will be requested for registration for participants other than speakers.
We may be able to offer limited financial support for ECRs for travels or accommodation. If you would need such support in order to attend the conference, please let us know as soon as possible.

Queries: klsresearch@kent.ac.uk

http://store.kent.ac.uk/product-catalogue/faculty-of-social-sciences/kent-law-school/sociolegal-studiessociologie-du-droit-methods-traditions-theories-in-france-and-the-uk

Quelle est ma loi ? Les paradoxes de la reconnaissance des droits autochtones

Quelle est ma loi  ?
Les paradoxes de la reconnaissance des droits autochtones

 

L’École de droit de Sciences Po a le plaisir d’accueillir Maxime St-Hilaire et Barbara Truffin autour d’une table ronde sur la reconnaissance des droits autochtones. Bien que l’avancée représentée par la signature de la déclaration des droits autochtones de l’ONU en 2007, après douze années de négociations ardues, soit incontestable, elle n’en a pas moins engendré de nouveaux questionnements. On observe en particulier une montée en puissance mais aussi une diversification des processus de « juridicisation » de la reconnaissance des peuples autochtones, au-delà de la seule « codification des droits coutumiers ». L’émergence de formes de constitutionnalisation des droits autochtones met en jeu des épistémologies juridiques omniprésentes dans les revendications autochtones. Un jeu dialectique complexe s’enclenche, entre imposition, réappropriation et invention de catégories juridiques. L’étude de ces processus est un champ de recherche faisant place à l’interdisciplinarité et à des méthodologies diverses. Nos deux intervenants venant de disciplines différentes et utilisant des méthodologies différentes, leur confrontation sera l’occasion de rendre compte de la complexité des enjeux de la reconnaissance des peuples autochtones.

Maxime St-Hilaire est professeur à la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Il est l’auteur d’un ouvrage basé sur sa thèse de doctorat intitulé, La lutte pour la pleine reconnaissance des droits ancestraux. Problématique juridique et enquête philosophique (Montréal, Yvon Blais, col. « Prix Minerve », 2015). Maxime St-Hilaire s’attarde ainsi sur la question de la ‘pleine reconnaissance’ des droits ancestraux en soumettant à la réflexion juridico-épistémologique le droit, la théorie du droit mais également la philosophie. La lutte pour la pleine reconnaissance des droits ancestraux est donc abordée à la lumière de la complexité des ressorts et enjeux politiques, moraux et éthiques. Les logiques actives de fabrication du droit et de ses grilles de lectures, telles que le monisme et le pluralisme, sont explorées pour mieux comprendre les limites inhérentes aux politiques de reconnaissance.

Barbara Truffin est chercheuse au Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Une partie de sa recherche porte sur le rôle du droit en Amazonie équatorienne où elle évalue en particulier le processus de ‘juridicisation’ des droits des peuples autochtones en Equateur à travers leur constitutionnalisation. Elle examine les paradoxes ainsi que les conséquences politiques, juridiques et culturelles de ce processus dans le contexte particulier de l’Amazonie équatorienne, dont certaines caractéristiques sont l’ineffectivité constitutionnelle liée aux phénomènes de para-juridicité, la complexification des rapports que cela entraine, également intensifié par la privatisation du pouvoir public.

Voir le site de l’École de droit ici

Vendredi 13 octobre 2017
de 14h00 à 17h00
Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères (5e étage)
L’accès à cette salle se fait par le 27 rue Saint-Guillaume