COLLOQUE : Quelle autochtonie pour les Peuples autochtones ? Langue du droit et ingénieries institutionnelles

4 et 5 décembre 2019

Musée de l’Homme,

Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Ce colloque s’insère dans le cadre de l’année internationale des langues autochtones.

Il a pour objet d’examiner la manière dont la langue du droit tend à parler de l’autochtonie et fait parler les autochtones d’eux-mêmes.

Voir le programme en suivant le lien : Programme avec visuel

Appel à contribution : La théorie de l’État au défi de l’anthropologie Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Appel à contribution

La théorie de l’État au défi de l’anthropologie

Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Date limite le jeudi 12 décembre 2019

L’objectif du présent volume est de mettre en évidence la tension qui caractérise les rapports entre deux projets scientifiques : d’une part, le projet d’une théorie juridique de l’État ; d’autre part, le projet anthropologique. Par anthropologie on entend ici l’étude empirique des sociétés non-occidentales (notamment des sociétés que l’on avait coutume d’appeler « primitives » ou « archaïques ») dans la mesure où elle vise, comme l’écrivait Claude Lévi-Strauss, à manifester l’existence de « propriétés générales de la vie sociale ». Or l’anthropologie ainsi entendue s’est largement constituée en miroir avec la théorie de l’État. Au moment même où celle-ci cherchait en Europe à s’isoler dans l’abstraction d’un système clos de concepts (la souveraineté, la constitution, le droit positif, les fonctions de l’État, etc.), les découvertes anthropologiques invitaient au contraire à réinscrire l’État moderne occidental dans une compréhension plus générale de la vie sociale. L’anthropologie n’a cessé depuis lors d’interroger la théorie de l’État, contribuant ainsi à une critique constructive des réflexions occidentales relatives au pouvoir et au droit.

Selon une première perspective relevant de l’histoire des idées, les contributions pourront porter sur de grandes figures ou de grands moments de cette confrontation. Des études monographiques pourraient par exemple examiner l’apparition conjointe, chez certains auteurs du XVIIIe siècle, des linéaments d’une théorie de l’État et des premiers signes d’une recherche anthropologique (Montesquieu, Rousseau, les Écossais) ; ou les premières tentatives faites par des anthropologues pour définir le droit indépendamment de la théorie de l’État (Malinowski, Hoebel). D’autres contributions pourraient mettre en évidence la façon dont des juristes ont eu recours à l’anthropologie pour renouveler la théorie abstraite de l’État : Sumner Maine, Duguit, Hauriou, Hayek, ont montré chacun à leur manière que la juridiction, la législation et l’exécution n’étaient pas seulement des « fonctions », mais aussi des dimensions invariantes des sociétés humaines dont la genèse et l’articulation pouvaient être mises en évidence.

Selon une approche relevant de la philosophie du droit et de la philosophie politique, les contributions pourront aussi analyser, sous divers angles, les multiples implications des enseignements anthropologiques pour la théorie de l’État. En s’appuyant sur ceux-ci, certaines études sont ainsi susceptibles d’infirmer les prétentions propres à l’« universalisme abstrait » auquel s’attachent diverses conceptions de l’État, en soulignant par exemple leur caractère potentiellement ethnocentrique. D’autres contributions pourraient également, à partir des leçons de l’anthropologie, refuser l’identification du droit en général avec le droit de l’État et, contre ce lieu commun du positivisme juridique, reconsidérer avec davantage de finesse la coutume et plus largement le pluralisme juridique ; songeons ainsi au « deep legal pluralism » de John Griffiths. Certains travaux, enfin, pourraient aborder de front l’enjeu politique que soulève cette confrontation, en mettant notamment en lumière les doctrines politiques qui, de manière parfois sous-jacente, s’affrontent à propos de la définition idoine du droit et du pouvoir. 

Selon ces deux axes, l’ambition de ce volume est de proposer un autre regard sur la théorie de l’État, afin de soumettre au doute ses bases les plus convenues en croisant les approches de juristes et de philosophes, conformément à la ligne éditoriale de la revue Droit & Philosophie.

Les résumés de propositions de contribution, en français ou en anglais, devront être envoyés à l’adresse de la revue : droitphilosophie@gmail.com jusqu’au jeudi 12 décembre 2019 (inclus). Leur taille ne devra pas excéder 6000 signes (espaces comprises). Ils seront accompagnés d’une bibliographie. En vue de leur anonymisation pour l’évaluation par deux rapporteurs selon le principe du double anonymat, les fichiers devront être envoyés dans un format modifiable (.doc, .docx, .odt).

Numéro coordonné par Tristan Pouthier (Université d’Orléans) et Pierre-Marie Raynal (Université de Cergy-Pontoise)

 

Calendrier

Les notifications d’acceptation ou de refus seront données d’ici le 15 janvier 2020.

Les contributions complètes et définitives seront à remettre d’ici le lundi 15 juin 2020.

La publication numérique interviendra en novembre 2020 et la publication papier chez Dalloz au printemps 2021.

PARUTION

M. S. Jones, Birthright Citizens: A History of Race and Rights in Antebellum America, Cambridge University Press, 2018, coll. « Studies in Legal History », 268.p

Birthright Citizens tells how African American activists radically transformed the terms of citizenship for all Americans. Before the Civil War, colonization schemes and black laws threatened to deport former slaves born in the United States. Birthright Citizens recovers the story of how African American activists remade national belonging through battles in legislatures, conventions, and courthouses.

They faced formidable opposition, most notoriously from the US Supreme Court decision in Dred Scott. Still, Martha S. Jones explains, no single case defined their status. Former slaves studied law, secured allies, and conducted themselves like citizens, establishing their status through local, everyday claims. All along they argued that birth guaranteed their rights. With fresh archival sources and an ambitious reframing of constitutional law-making before the Civil War, Jones shows how when the Fourteenth Amendment constitutionalized the birthright principle, the aspirations of black Americans’ aspirations were realized.

Cet ouvrage a fait l’objet d’au moins trois recensions: 

A. Twitty, Journal of Southern History, 2019, vol. 85, n°3, p. 686-687; 
R. D. Brown, Journal of the Early Republic, 2019, vol. 39, n°3, p. 575-577;
W. G. Thomas III, The Journal of the Civil War Era, 2019, vol. 9, n°3, p. 467-470.

PArution

K. Bridges, Critical Race Theory: a primer, Foundation Press, 2018

This highly-readable primer on Critical Race Theory (CRT) examines the theory’s basic commitments, strengths, and weaknesses. In addition to serving as a primary text for graduate and undergraduate Critical Race Theory seminars or courses on Race and the Law, it can also be assigned in courses on Antidiscrimination Law, Civil Rights, and Law and Society. The book can be used by any reader seeking to understand the relationship between constructions of race and the law.

The text consists of four Parts. Part I provides a history of CRT. Part II introduces and explores several core concepts in the theory―including institutional/structural racism, implicit bias, microaggressions, racial privilege, the relationship between race and class, and intersectionality. Part III builds on Part II’s discussion of intersectionality by exploring the intersection of race with a variety of other characteristics―including sexuality and gender identity, religion, and ability. Part IV analyzes several contemporary issues to which CRT speaks―including racial disparities in health, affirmative action, the criminal justice system, the welfare state, and education.

Parution

A. Nakissa, Anthropology of Islamic Law: Education, Ethics, and Legal Interpretation at Egypt’s Al-Azhar, New York, Oxford University Press, 2019, 312.p 

This book shows how hermeneutic theory and practice theory can be brought together to analyze cultural, legal, and religious traditions. These ideas are developed through an analysis of the Islamic legal tradition, which examines both Islamic legal doctrine and religious education. In terms of disciplinary orientation, the book combines anthropology and Islamicist history, utilizing both ethnography and in-depth analysis of Arabic religious texts. The book focuses on higher religious learning in contemporary Egypt, examining its intellectual, ethical, and pedagogical dimensions. Data is drawn from over two years of fieldwork inside al-Azhar University, Cairo University’s Dār al-ʿUlūm, and the network of traditional study circles associated with the al-Azhar mosque. Together these sites constitute the most important venue for the transmission of religious learning in the contemporary Muslim world. Although the book gives special attention to contemporary Egypt, it provides a broader analysis relevant to Islamic legal doctrine and religious education throughout history.