Archives par mot-clé : anthropologie juridique

Journée d’études « REGARDS CROISÉS SUR LE DROIT PRIVÉ AFRICAIN. COUTUMES ET DROIT ÉCRIT : LE DIALOGUE IMPOSSIBLE ? » (13/01/2021)

« REGARDS CROISÉS SUR LE DROIT PRIVÉ AFRICAIN. COUTUMES ET DROIT ÉCRIT : LE DIALOGUE IMPOSSIBLE ? », JOURNÉE D’ÉTUDE ORGANISÉE PAR LE CTHDIP
LE 13 JANVIER 2021
9h
Webinaire
 
Séminaire annuel Dikè 2021
Le métissage des droits en Afrique subsaharienne. Regards croisés

Journée d’études – 13 janvier 2021
Organisée par le CTHDIP, sous la direction de C. Gau-Cabée
« Regards croisés sur le droit privé africain.  Coutumes et droit écrit : le dialogue impossible ? »
 
Les systèmes juridiques des pays d’Afrique subsaharienne sont le produit d’une première interaction entre deux types de droits dits « traditionnels » : le droit musulman, dont la pénétration en Afrique est très ancienne, et les coutumes précoloniales, largement façonnées par une ontologie animiste.

Pendant la colonisation, ils subissent une troisième influence, celle du modèle juridique occidental, incarné par le Code civil dans les territoires placés sous domination française ou belge. On assiste alors à la rencontre de deux cultures juridiques que tout oppose : le modèle moniste légaliste (exogène) et le modèle pluraliste coutumier (endogène). Les autorités coloniales font le choix d’une assimilation progressive et différée qui se traduit par la survivance sous condition des droits traditionnels et la disparité des conditions juridiques pour les ressortissants des colonies. En droit privé, l’ordre juridique colonial est donc un ordre mixte, fondé sur la coexistence du droit civil français et des coutumes africaines sur le modèle d’un pluralisme juridique hégémonique.
L’ère des indépendances ouvre de nouvelles perspectives car les Etats africains, animés par des rêves d’unité et de progrès, optent pour la « modernité juridique », en renonçant dans une très large mesure à leur identité juridique traditionnelle. « L’idéologie du développement a pris la relève de l’idéologie civilisatrice » (R. Verdier).

Mais cette politique juridique moderniste est vécue comme une aliénation identitaire, car les destinataires de ces nouvelles normes demeurent étrangers à la logique et au fond de ce droit écrit qui s’appuie sur d’autres représentations que les leurs. Profondément inadaptée à la réalité socio-culturelle autochtone, la loi est privée de toute effectivité. Les pratiques révèlent une résistance multiforme, témoin du dynamisme de la tradition.

A partir des années 70, certains Etats prennent acte de cet échec et réforment leur droit en privilégiant une solution médiane, inspirée par un plus grand respect de cette tradition (République Démocratique du Congo, Sénégal, Togo, Gabon). Le droit étatique devient ainsi le support d’un droit nouveau, hybride dans son inspiration. La démarche permet de préserver l’identité africaine, sans pour autant nier les mutations politiques, économiques, sociales de la nouvelle Afrique. L’ordre juridique nouveau doit « réaliser la conjonction d’un futur à construire et des réalités d’un passé qui dure » (P.-F. Gonidec).

Aujourd’hui encore, la question de la réception du droit écrit demeure sensible. Les problématiques sont complexes et les questionnements nombreux. Qu’en est-il par exemple des codifications les plus récentes qui semblent révéler une régression des influences traditionnelles sur le droit privé de la famille, lorsqu’elles tendent à réduire les inégalités de genre (Code des personnes et de la famille du Bénin et du Togo révisés en 2004 et 2012, Code de la famille congolais réformé en 2016) ?

Il semble que certaines logiques juridiques endogènes entravent toujours la réception du droit écrit codifié, dans les champs les plus sensibles comme la famille et la terre, en tant que supports de la « conception négro-africaine de la vie saisie dans ses manifestations existentielles » (G. Kouassigan). Si, dans bien des domaines du droit privé, les règles écrites – devenues ineffectives – sont reléguées par les coutumes (ou, plus largement, par des normes informelles d’inspiration traditionnelle) au rang de droit théorique, virtuel, est-ce pour autant le cas dans tous les champs du droit, en particulier lorsque les femmes s’arment de la loi pour reconfigurer les rapports de genre et de générations au sein des familles ?

Comment rendre compte de la pluralité dans des Etats unitaires ? La voie de l’harmonisation, qui a déjà fait ses preuves en Afrique, pourrait être la solution. Elle a été mise en œuvre pour créer un système juridique commun aux Etats membres de l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des affaires en Afrique (OHADA) et de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI).
Si le choix d’une politique juridique fondée sur le modèle précolonial est aujourd’hui exclu, la voie du métissage mérite d’être au moins explorée. Et parce que le rejet du droit occidental est d’ordre conceptuel, elle ne peut l’être que dans une perspective pluridisciplinaire. Il s’agit par conséquent d’interroger la place des coutumes et du droit écrit dans ces ordres juridiques pluralistes, leur mise en œuvre dans la gestion des conflits, en croisant les regards de chercheurs issus de différents horizons scientifiques : historiens du droit, anthropologues du droit et juristes privatistes.
 
Caroline GAU-CABÉE


Les communications se feront à distance et en visioconférence.
Pour s’inscrire à la journée d’études en présentiel, contacter Nathalie Salaün à l’adresse suivante : nathalie.salaun@ut-capitole.fr
Le lien pour assister aux débats peut être obtenu sur inscription auprès de Madame Salaün à la même adresse.
 

 
 Programme

9h15 – Accueil des participants
 
Le regard des historiens du droit

9h30
– La tentation moniste et la réception du modèle juridique occidental en Afrique subsaharienne francophone après 1960 (C. Gau-Cabée, Université Toulouse 1 Capitole)

10h00 – Structures et mécanismes de l’organisation de la justice dans les sociétés traditionnelles de Côte d’Ivoire (Professeur S. Nene Bi, Université Alassane Ouattara de Bouaké)

10h30 – Débat
 
Le regard des anthropologues du droit

10h45 – Le quotidien du droit en Afrique subsaharienne : de la défiance à l’égard du droit moderne à l’innovation normative (Professeur C. Kuyu-Mwissa)

11h15 – L’arme des « petits ». Les conflits d’héritage et la place du droit à Cotonou (Dr. S. Andreetta, Chargée de recherche FRS-FNRS, Université de Liège)

11h45 – Débat
*
Pause
*
 
Le regard des juristes

14h30 – La place des droits traditionnels dans l’ordre juridique camerounais aujourd’hui (Professeur P.-E. Kenfack, Université Yaoundé 2-Cameroun)

15h00 – Le droit coutumier (africain), un droit à part entière et un droit largement à part (Professeur M. Thioye, Université Toulouse 1 Capitole)

15h30 – Débat
 
Présentation de travaux

15h45 – La justice précoloniale en Mauritanie : Entre coutume et charia islamique
(Monsieur B. Ba, Doctorant du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit, Université Paris Nanterre)
 

Conference Dr. Luis Eslava, Law, Ethnography and Global (DIS)ORDER, NOV. 26th (on line)

Ecole de droit, Sciences Po Paris

LAW, ETHNOGRAPHY AND GLOBAL (DIS)ORDER

 
Dr. Luis Eslava
 
  • Image courtesy of Andrés PascualImage courtesy of Andrés Pascual

LAW & METHODS SEMINAR

Luis Eslava

 

Luis Eslava, Reader in international law & Co-Director, Centre for Critical International Law Kent Law School, The University of Kent will speak on « Law, ethnography and global (dis)order ».

This session will introduce participants to the critical potential of ethnography in the study of the present global (dis)order and its relation to law. Attending closely to the painstaking processes through which the present has come to be constituted, and to the defining features of ethnographic thinking about law, you will be invited to provincialise what we conceive as international and globalise what we have learnt to be local.

Invite-only event.

 
Date de l’événement : 
Jeudi, 26 Novembre, 2020 – 14:3016:00
 
Lieu : 
Online

first open access issue of the Journal of legal anthropology

The first Open Access issue of the Journal of Legal Anthropology has published!

Journal of Legal Anthropology is a part of the 2020 Berghahn Open Anthro Collection: https://www.berghahnjournals.com/page/berghahn-open-anthro

Access to Volume 1 is available on the journal page: www.berghahnjournals.com/jla

Volume 4, Issue 1

Editorial
Exceptions and being human: Before and in times of COVID-19
Narmala Halstead
https://bit.ly/36fU3ZE

Articles
Documents and the bureaucratisation of alternative dispute resolution in the United States
Amanda J. Reinke
https://bit.ly/347OCt0

CIDEM’s femicide archive and the process of gendered legal change in Bolivia
Xandra Miguel-Lorenzo
https://bit.ly/36kUSR1

Looking for the child soldier: The judicial investigation in the case of Thomas Lubanga Dyilo
Milena Jakšić
https://bit.ly/3n8oYNl

Forum
Introduction: Legal regimes under pandemic conditions: A comparative anthropology
Geoffrey Hughes
https://bit.ly/2Sf3Tm8

COVID-19 as method: Managing the ubiquity of waste and waste-collectors in India
Tridibesh Dey
https://bit.ly/3jlkrVB

Visceral non-presence: Ethnography in the age of COVID
Jessica Brinkworth, Korinta Maldonado, Ellen Moodie, and Gilberto Rosas
https://bit.ly/36iu6IU

Ethnographic witnessing: Or, hope is the first anthropological emotion
Carole McGranahan
https://bit.ly/2Sen13S

Review Article
Consistent inconsistency: New reflections on migrants, the state, and the contingencies of law
Georgina Ramsay
https://bit.ly/3jojoo4

Book Review
Larisa Carranza
https://bit.ly/30m2G17

Sign up for Email updates: http://bit.ly/2uO5d3Z
Please visit the Berghahn website for information about the journal: www.berghahnjournals.com/jla
Please support the Subscribe-to-Open initiative and recommend JLA to your institution’s library: https://www.berghahnjournals.com/page/berghahn-open-anthro Please fill out the one-step web form to do so: https://jla.berghahnjournals.com/library-recommendation

Book : BENJAMIN VAN LIEL, Pour une anthRopologie complexe du crime. Eléments pour sortir la criminologie de sa misère épistémologique

Présentation de l’éditeur

Le statut épistémologique de la criminologie est l’objet de controverses académiques stériles. Cet ouvrage vise à donner un aperçu de ce débat et à prendre position. Pour ce faire, les prolégomènes sur le crime (réalité substantielle, construction sociale, déviance, délinquance, etc.) seront présentés dans un premier temps, afin de saisir la complexité de l’objet d’étude. Ensuite, un portrait historique de cinq traditions criminologiques (italienne, française, belge, allemande, nord-américaine) sera dressé pour comprendre les enjeux de cette science. Après, la criminologie sera analysée d’un point de vue épistémologique pour exposer la situation complexe dans laquelle son objet d’étude la plonge. Enfin, une solution paradigmatique pour sortir la criminologie de sa misère épistémologique sera proposée à partir d’une anthropologie du crime complexe.

Benjamin Van Liel est chercheur et professeur de sciences humaines et sociales.

Criminologie , 190 pages.  20 €

Site de l’éditeur : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=66844

CALL for papers – COLLOQUE INTERNATIONAL ANTHROPO-RESPONSABILITÉ 28-29 janvier 2021 – musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

La scène scientifique internationale est animée ces dernières années par le désir d’une application plus visible du statut de bien commun concernant les vestiges anthropo-biologiques issus des collections archéologiques et ethnographiques. Avec l’arrivée de nouvelles (bio-)technologies toujours plus performantes et le développement des études inter-disciplinaires, ces échantillons de restes humains prennent une place prépondérante dans d’autres disciplines. Ainsi, en parallèle du rôle jusqu’à présent joué dans la reconstitution de l’évolution morphologique et géographique puis biologique de nos lointains ancêtres, ce matériel d’étude est, ces dernières décennies, de plus en plus impliqué dans la compréhension de notre état de santé actuel (par exemple). Cela représente un nombre conséquent de matériel biologique humain collecté et stocké indépendamment dans les différents organismes de recherche ayant procédé au prélèvement et/ou à l’étude. De ce fait, ils se retrouvent au cœur d’une réflexion éthique plus soutenue.

 

Ce colloque intitulé Anthropo-Responsabilité a pour ambition de réunir des spécialistes des disciplines relatives à l’Homme (archéologues, anthropologues, conservateurs de musée, médecins, juristes, biologistes, criminalistes, etc.) autour des questions sur les restes humains et à leurs échantillons biologiques. Le thème instaure volontairement une approche inter-disciplinaire, dans le but de proposer un réseau de connaissances, issu de la pratique sur le terrain et en laboratoire, desquels émergent de nouveaux défis en termes de méthodologie, de réflexion, et d’enjeux éthiques. Il est, en effet, fondamental d’avoir une approche commune visant à limiter les méconduites et les impacts néfastes, tant sur ce matériel fragile (et en quantité limitée) que sur les populations sollicitées.

 

Le champ des questionnements est couvert par trois axes thématiques :

 

1 – État des lieux des disciplines dédiées à l’étude de l’Homme et problèmes éthiques rencontrés : présentation des protocoles en vigueur, du cadre légal des disciplines et des limites méthodologiques puis des problèmes éthiques rencontrés ; que ce soit sur le terrain (lors de fouilles archéologiques, de missions ethnographiques ou d’interventions médicales et médico-légales) et en laboratoire (lors de l’acquisition, du stockage, de l’exposition, de l’analyse et de la circulation).


2 – Apports des vestiges anthropo-biologiques et d’une coalition scientifique : mise en évidence de l’importance de ces vestiges humains et des échanges entre disciplines pour répondre aux diverses problématiques humaines.


3 – Protection des vestiges anthropo-biologiques, de leurs études et des populations associées : réfléchir à des actions communes permettant de pallier les problèmes éthiques allant à l’encontre de l’objectif scientifique commun et de l’intérêt général afin de revoir ces interventions de manière plus collective et transdisciplinaire tout en respectant la fragilité des ressources, la culture associée et leur caractère humain.

 

Modalités de participation :

Les contributions prendront la forme d’une communication orale de 20 min, en présentiel ou en visioconférence (ou pré-enregistrée), à travers des études de cas, des enquêtes de terrain, des synthèses et des questionnements éthiques et sociétaux, sans limite d’ère chronologique et d’aire géographique.

Les propositions d’intervention (ci-dessous) sont à envoyer avant le 8 septembre 2020 à l’adresse suivante : anthropo.responsabilite2021@gmail.com

 

Les actes de ce colloque feront l’objet d’une publication ultérieure.

 

Comité d’organisation :

– Anaïs AUGIAS – présidente de l’association USoM, docteur ès sciences, Paris-Descartes Paris 5. Université Paris-Saclay, UVSQ (EA « LAAB » – Laboratoire Anthropologie Archéologie Biologie)

– Philippe CHARLIER – Département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac & Université Paris-Saclay, UVSQ (EA « LAAB » – Laboratoire Anthropologie

Archéologie Biologie)

– Hélène LABIT – doctorante, Sorbonne Université – Faculté des Lettres (UMR Orient et Méditerranée, EA Rome et ses Renaissances)

 

New online journal : Open anthropological research

I am pleased to announce the creation of a new open-access, on-line journal called ‘Open Anthropological Research’ published by De Gruyters. With this announcement I seek contributions, and possibly a special issue, which explore all aspects of legal anthropology/ anthropology of law. Contributions should adopt ethnographic research methods and be written in English. 

Open Anthropological Research is a peer-reviewed, open access journal, which means that contributions can easily achieve worldwide readership. The papers accepted for publication are posted on the website promptly, without the need to wait for the publication of the whole volume. We invite researchers, academics, practitioners, and educators to submit proposals for thematic issues/articles dealing with a broad range of social, cultural, linguistic and biological anthropology.

Authors of Open Anthropological Research benefit from:

  • no article submission or article processing charges (APCs) in 2020
  • transparent, comprehensive and fast peer review
  • efficient fast-track publication
  • worldwide dissemination and accessibility of articles
  • promotion of each published article
  • free language-correction services for authors from non-English speaking region
  • secure archiving by De Gruyter and the independent archiving service Portico

Queries can be directed to me and/or to the Managing Editor.

Yours,

John R Campbell

Dr John R Campbell

Editor-in Chief of Open Anthropological Research and

Emeritus Reader in the Anthropology of Africa and Law

Sociology & Anthropology

School of Oriental & African Studies

Thornhaugh Street,

Russell Square,

London  WC1H OXG
Mobile 07514-598518

http://www.soas.ac.uk/staff/staff30720.php

http://www.routledge.com/books/details/9781138928107/

https://www.routledge.com/Bureaucracy-Law-and-Dystopia-in-the-United-Kingdoms-Asylum-System/Campbell/p/book/9781138214958

Conférence : L’esclavage et la question de l’homme, 30 avril 2020

Programme

10h (heure de Guyane) et 15h (heure de Paris)

1. L’esclavage et la question de l’homme des juristes romains au code noir
Arnaud Paturet, chargé de recherches au CNRS, Centre de Théorie et analyse du droit (UMR 7074) et École normale supérieure, Paris

2. L’esclavage : un fait global
Marc Pave, docteur en histoire moderne, professeur d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles Lettre et chargé de cours d’histoire du droit à l’Université de Guyane

 

Rejoindre la conférence avec l’application zoom :
https://zoom.us/j/7122049210?pwd=OEJpM3NlVDVqd2RubGZjRHdobzg4QT09 
ID de la conférence : 712 204 9210
Mot de passe : 799621

Rejoindre la conférence par téléphone de France, si vous n’avez pas de connexion internet : +33 1 7037 2246 ; +33 1 7037 9729 ; pour joindre la conférence par téléphone d’un autre pays : contacter florence.faberon@univ-guyane.fr 
Contact, information et connexion : florence.faberon@univ-guyane.fr 

Conférence : Peuples autochtones et droit des minorités, 24 avril 2020

Programme

10h (heure de Guyane) et 15h (heure de Paris)

1. Les peuples autochtones : notion, identité et enjeux
Florencine Édouard, ancienne présidente et fondatrice de l’Organisation des Nations autochtones de Guyane et membre de l’association Groupes d’experts et juristes en droits humains et droits autochtones

2. Droit à la terre, aux territoires et aux ressources des peuples autochtones
Alexandre Sommer-Schaechtele, Juriste expert en droits des peuples autochtones et vice-président de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane

3. L’autochtonie en Guyane
Alexis Tiouka, Juriste et conférencier, spécialiste des populations autochtones, membre de l’association Groupes d’experts et juristes en droits humains et droits autochtones

4. Jeunesse autochtone et engagement
Ileen Naomi Colom, Juriste expert en droits des peuples autochtones et membre de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane

5. Groenland, autochtones et décolonisation
Norbert Rouland, Professeur émérite d’Aix-Marseille Université et ancien membre de l’Institut universitaire de France

6. La reconnaissance paradoxale des minorités nationales en Chine
Laurent Sermet, Professeur de droit public à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence

Rejoindre la conférence avec l’application zoom :
https://zoom.us/j/347520159?pwd=Y0k5cU5WbjhJQmFkREpxRzhqYjZPdz09 

ID de la conférence : 347 520 159
Mot de passe : 799621

Rejoindre la conférence par téléphone de France, si vous n’avez pas de connexion internet : +33 1 7037 9729 ; +33 1 7095 0103 ; pour joindre la conférence par téléphone d’un autre pays : contacter florence.faberon@univ-guyane.fr 
Contact, information et connexion : florence.faberon@univ-guyane.fr 

latest issue of the Journal of Legal Anthropology, vol. 3, issue 2, 2019.

To help you overcome the challenges many of you are facing in teaching and researching outside of your universities, we have made all Berghahn journals available to access until June 30. View full COVID-19 updates: https://www.berghahnjournals.com/page/covid19/covid19-update

Volume 3, Issue 2
Governing migration through paperwork
Guest Editors: Lisa Marie Borrelli and Sophie Andreetta

Articles
Introduction: Governing migration through paperwork
Lisa Marie Borrelli and Sophie Andreetta
https://bit.ly/2X3Krg4

Governing through paperwork: Examining the regulatory effects of documentary practices in a refugee settlement
Sophie Nakueira
https://bit.ly/2JuDBYW

Constructing ‘unteachability’ through menacing warnings: The coupling of welfare benefits and migration control in Switzerland
Luca Pfirter
https://bit.ly/2UFa0m5

Paperwork performances: Legitimating state violence in the Swedish deportation regime
Lisa Marie Borrelli and Annika Lindberg
https://bit.ly/3bJwurx

Administrative guidelines as a source of immigration law?: Ethnographic perspectives on law at work and in the making
Larissa Vetters
https://bit.ly/3bEuVeq

Writing for difference audiences: Social workers, irregular migrants and fragmented statehood in Belgian welfare bureaucracies
Sophie Andreetta
https://bit.ly/3dQRgXY

Postface: Anthropology, bureaucracy and paperwork
Thomas Bierschenk
https://bit.ly/2xKdJ8A

FORUM
Managing paper trails after Windrush: Migration, documents and bureaucracy
Anna Tuckett
https://bit.ly/2X4Zp5g

Giving them the slip: Israeli employers’ strategic falsification of pay slips to disguise the violation of Thai farmworkers’ right to the minimum wage
Matan Kaminer
https://bit.ly/39CIfi6

Spells of belonging: A response to Anna Tuckett
Susannah Crockford
https://bit.ly/2UR75p4

BOOK REVIEWS
William Wheeler
https://bit.ly/3bINQVy

Sign up for Email updates: http://bit.ly/2uO5d3Z
Please visit the Berghahn website for information about the journal: www.berghahnjournals.com/jla
Please be sure to recommend JLA to your institution’s library:
http://journals.berghahbooks.com/jla/library-recommendations

L’ANTHROPOLOGIE JURIDIQUE, SÉMINAIRE ANIMÉ PAR M. NORBERT ROULAND CENTRE DE DROIT COMPARÉ IRDEIC

Le Centre de droit comparé propose un séminaire sur l’anthropologie juridique et politique animé par Monsieur Norbert Rouland, Professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille (droit, anthropologie juridique), Ancien membre de l’Institut Universitaire de France.

Le Centre de droit comparé propose un séminaire sur l’anthropologie juridique et politique, animé par Monsieur Norbert Rouland, Professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille (droit, anthropologie juridique), Ancien membre de l’Institut Universitaire de France.

Auteur notamment de :

– Aux confins du droit. Anthropologie juridique de la modernité, 1991

– Anthropologie juridique, Paris, 1988, Presses universitaires de France, 1988, 496 p.
 
Les premières lignes de son manuel d’anthropologie juridique :
 
« Les plus lointains voyages sont intérieurs. Des sables du Sahel aux étendues virginales de l’Arctique, c’est à lui-même que se trouve sans cesse renvoyé l’anthropologue par le regard des autres. Car l’anthropologie n’a pas pour seul objet les sociétés différentes des nôtres. Elle est aussi, comme le reflet d’une vague, auto-analyse de l’observateur et de sa société ».
 
Université Toulouse 1 Capitole
Le 12 mars 2020, Manufacture des Tabacs, salle MD 205. 
 
Contact : Gaëlle Le Merer :
 

Latest Issue of the Journal of Legal Anthropology (vol. 3, 2019)

 
Articles
 
 
 
 
Forum
 
 
 

Appel à contribution : La théorie de l’État au défi de l’anthropologie Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Appel à contribution

La théorie de l’État au défi de l’anthropologie

Revue Droit & Philosophie, vol. 12

Date limite le jeudi 12 décembre 2019

L’objectif du présent volume est de mettre en évidence la tension qui caractérise les rapports entre deux projets scientifiques : d’une part, le projet d’une théorie juridique de l’État ; d’autre part, le projet anthropologique. Par anthropologie on entend ici l’étude empirique des sociétés non-occidentales (notamment des sociétés que l’on avait coutume d’appeler « primitives » ou « archaïques ») dans la mesure où elle vise, comme l’écrivait Claude Lévi-Strauss, à manifester l’existence de « propriétés générales de la vie sociale ». Or l’anthropologie ainsi entendue s’est largement constituée en miroir avec la théorie de l’État. Au moment même où celle-ci cherchait en Europe à s’isoler dans l’abstraction d’un système clos de concepts (la souveraineté, la constitution, le droit positif, les fonctions de l’État, etc.), les découvertes anthropologiques invitaient au contraire à réinscrire l’État moderne occidental dans une compréhension plus générale de la vie sociale. L’anthropologie n’a cessé depuis lors d’interroger la théorie de l’État, contribuant ainsi à une critique constructive des réflexions occidentales relatives au pouvoir et au droit.

Selon une première perspective relevant de l’histoire des idées, les contributions pourront porter sur de grandes figures ou de grands moments de cette confrontation. Des études monographiques pourraient par exemple examiner l’apparition conjointe, chez certains auteurs du XVIIIe siècle, des linéaments d’une théorie de l’État et des premiers signes d’une recherche anthropologique (Montesquieu, Rousseau, les Écossais) ; ou les premières tentatives faites par des anthropologues pour définir le droit indépendamment de la théorie de l’État (Malinowski, Hoebel). D’autres contributions pourraient mettre en évidence la façon dont des juristes ont eu recours à l’anthropologie pour renouveler la théorie abstraite de l’État : Sumner Maine, Duguit, Hauriou, Hayek, ont montré chacun à leur manière que la juridiction, la législation et l’exécution n’étaient pas seulement des « fonctions », mais aussi des dimensions invariantes des sociétés humaines dont la genèse et l’articulation pouvaient être mises en évidence.

Selon une approche relevant de la philosophie du droit et de la philosophie politique, les contributions pourront aussi analyser, sous divers angles, les multiples implications des enseignements anthropologiques pour la théorie de l’État. En s’appuyant sur ceux-ci, certaines études sont ainsi susceptibles d’infirmer les prétentions propres à l’« universalisme abstrait » auquel s’attachent diverses conceptions de l’État, en soulignant par exemple leur caractère potentiellement ethnocentrique. D’autres contributions pourraient également, à partir des leçons de l’anthropologie, refuser l’identification du droit en général avec le droit de l’État et, contre ce lieu commun du positivisme juridique, reconsidérer avec davantage de finesse la coutume et plus largement le pluralisme juridique ; songeons ainsi au « deep legal pluralism » de John Griffiths. Certains travaux, enfin, pourraient aborder de front l’enjeu politique que soulève cette confrontation, en mettant notamment en lumière les doctrines politiques qui, de manière parfois sous-jacente, s’affrontent à propos de la définition idoine du droit et du pouvoir. 

Selon ces deux axes, l’ambition de ce volume est de proposer un autre regard sur la théorie de l’État, afin de soumettre au doute ses bases les plus convenues en croisant les approches de juristes et de philosophes, conformément à la ligne éditoriale de la revue Droit & Philosophie.

Les résumés de propositions de contribution, en français ou en anglais, devront être envoyés à l’adresse de la revue : droitphilosophie@gmail.com jusqu’au jeudi 12 décembre 2019 (inclus). Leur taille ne devra pas excéder 6000 signes (espaces comprises). Ils seront accompagnés d’une bibliographie. En vue de leur anonymisation pour l’évaluation par deux rapporteurs selon le principe du double anonymat, les fichiers devront être envoyés dans un format modifiable (.doc, .docx, .odt).

Numéro coordonné par Tristan Pouthier (Université d’Orléans) et Pierre-Marie Raynal (Université de Cergy-Pontoise)

 

Calendrier

Les notifications d’acceptation ou de refus seront données d’ici le 15 janvier 2020.

Les contributions complètes et définitives seront à remettre d’ici le lundi 15 juin 2020.

La publication numérique interviendra en novembre 2020 et la publication papier chez Dalloz au printemps 2021.