Archives par mot-clé : legal anthropology

rEVUE Droit & Philosophie, n° 12, 2020, La théorie de l’Etat au défi de l’anthropologie

N° 12 : La théorie de l’État au défi de l’anthropologie

Présentation du numéro

I – Le défi du droit sans État

II – Le défi du politique sans État

Ebook

Site : http://www.droitphilosophie.com/volumes/read/16 

Conference Dr. Luis Eslava, Law, Ethnography and Global (DIS)ORDER, NOV. 26th (on line)

Ecole de droit, Sciences Po Paris

LAW, ETHNOGRAPHY AND GLOBAL (DIS)ORDER

 
Dr. Luis Eslava
 
  • Image courtesy of Andrés PascualImage courtesy of Andrés Pascual

LAW & METHODS SEMINAR

Luis Eslava

 

Luis Eslava, Reader in international law & Co-Director, Centre for Critical International Law Kent Law School, The University of Kent will speak on « Law, ethnography and global (dis)order ».

This session will introduce participants to the critical potential of ethnography in the study of the present global (dis)order and its relation to law. Attending closely to the painstaking processes through which the present has come to be constituted, and to the defining features of ethnographic thinking about law, you will be invited to provincialise what we conceive as international and globalise what we have learnt to be local.

Invite-only event.

 
Date de l’événement : 
Jeudi, 26 Novembre, 2020 – 14:3016:00
 
Lieu : 
Online

first open access issue of the Journal of legal anthropology

The first Open Access issue of the Journal of Legal Anthropology has published!

Journal of Legal Anthropology is a part of the 2020 Berghahn Open Anthro Collection: https://www.berghahnjournals.com/page/berghahn-open-anthro

Access to Volume 1 is available on the journal page: www.berghahnjournals.com/jla

Volume 4, Issue 1

Editorial
Exceptions and being human: Before and in times of COVID-19
Narmala Halstead
https://bit.ly/36fU3ZE

Articles
Documents and the bureaucratisation of alternative dispute resolution in the United States
Amanda J. Reinke
https://bit.ly/347OCt0

CIDEM’s femicide archive and the process of gendered legal change in Bolivia
Xandra Miguel-Lorenzo
https://bit.ly/36kUSR1

Looking for the child soldier: The judicial investigation in the case of Thomas Lubanga Dyilo
Milena Jakšić
https://bit.ly/3n8oYNl

Forum
Introduction: Legal regimes under pandemic conditions: A comparative anthropology
Geoffrey Hughes
https://bit.ly/2Sf3Tm8

COVID-19 as method: Managing the ubiquity of waste and waste-collectors in India
Tridibesh Dey
https://bit.ly/3jlkrVB

Visceral non-presence: Ethnography in the age of COVID
Jessica Brinkworth, Korinta Maldonado, Ellen Moodie, and Gilberto Rosas
https://bit.ly/36iu6IU

Ethnographic witnessing: Or, hope is the first anthropological emotion
Carole McGranahan
https://bit.ly/2Sen13S

Review Article
Consistent inconsistency: New reflections on migrants, the state, and the contingencies of law
Georgina Ramsay
https://bit.ly/3jojoo4

Book Review
Larisa Carranza
https://bit.ly/30m2G17

Sign up for Email updates: http://bit.ly/2uO5d3Z
Please visit the Berghahn website for information about the journal: www.berghahnjournals.com/jla
Please support the Subscribe-to-Open initiative and recommend JLA to your institution’s library: https://www.berghahnjournals.com/page/berghahn-open-anthro Please fill out the one-step web form to do so: https://jla.berghahnjournals.com/library-recommendation

CALL for papers – COLLOQUE INTERNATIONAL ANTHROPO-RESPONSABILITÉ 28-29 janvier 2021 – musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

La scène scientifique internationale est animée ces dernières années par le désir d’une application plus visible du statut de bien commun concernant les vestiges anthropo-biologiques issus des collections archéologiques et ethnographiques. Avec l’arrivée de nouvelles (bio-)technologies toujours plus performantes et le développement des études inter-disciplinaires, ces échantillons de restes humains prennent une place prépondérante dans d’autres disciplines. Ainsi, en parallèle du rôle jusqu’à présent joué dans la reconstitution de l’évolution morphologique et géographique puis biologique de nos lointains ancêtres, ce matériel d’étude est, ces dernières décennies, de plus en plus impliqué dans la compréhension de notre état de santé actuel (par exemple). Cela représente un nombre conséquent de matériel biologique humain collecté et stocké indépendamment dans les différents organismes de recherche ayant procédé au prélèvement et/ou à l’étude. De ce fait, ils se retrouvent au cœur d’une réflexion éthique plus soutenue.

 

Ce colloque intitulé Anthropo-Responsabilité a pour ambition de réunir des spécialistes des disciplines relatives à l’Homme (archéologues, anthropologues, conservateurs de musée, médecins, juristes, biologistes, criminalistes, etc.) autour des questions sur les restes humains et à leurs échantillons biologiques. Le thème instaure volontairement une approche inter-disciplinaire, dans le but de proposer un réseau de connaissances, issu de la pratique sur le terrain et en laboratoire, desquels émergent de nouveaux défis en termes de méthodologie, de réflexion, et d’enjeux éthiques. Il est, en effet, fondamental d’avoir une approche commune visant à limiter les méconduites et les impacts néfastes, tant sur ce matériel fragile (et en quantité limitée) que sur les populations sollicitées.

 

Le champ des questionnements est couvert par trois axes thématiques :

 

1 – État des lieux des disciplines dédiées à l’étude de l’Homme et problèmes éthiques rencontrés : présentation des protocoles en vigueur, du cadre légal des disciplines et des limites méthodologiques puis des problèmes éthiques rencontrés ; que ce soit sur le terrain (lors de fouilles archéologiques, de missions ethnographiques ou d’interventions médicales et médico-légales) et en laboratoire (lors de l’acquisition, du stockage, de l’exposition, de l’analyse et de la circulation).


2 – Apports des vestiges anthropo-biologiques et d’une coalition scientifique : mise en évidence de l’importance de ces vestiges humains et des échanges entre disciplines pour répondre aux diverses problématiques humaines.


3 – Protection des vestiges anthropo-biologiques, de leurs études et des populations associées : réfléchir à des actions communes permettant de pallier les problèmes éthiques allant à l’encontre de l’objectif scientifique commun et de l’intérêt général afin de revoir ces interventions de manière plus collective et transdisciplinaire tout en respectant la fragilité des ressources, la culture associée et leur caractère humain.

 

Modalités de participation :

Les contributions prendront la forme d’une communication orale de 20 min, en présentiel ou en visioconférence (ou pré-enregistrée), à travers des études de cas, des enquêtes de terrain, des synthèses et des questionnements éthiques et sociétaux, sans limite d’ère chronologique et d’aire géographique.

Les propositions d’intervention (ci-dessous) sont à envoyer avant le 8 septembre 2020 à l’adresse suivante : anthropo.responsabilite2021@gmail.com

 

Les actes de ce colloque feront l’objet d’une publication ultérieure.

 

Comité d’organisation :

– Anaïs AUGIAS – présidente de l’association USoM, docteur ès sciences, Paris-Descartes Paris 5. Université Paris-Saclay, UVSQ (EA « LAAB » – Laboratoire Anthropologie Archéologie Biologie)

– Philippe CHARLIER – Département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac & Université Paris-Saclay, UVSQ (EA « LAAB » – Laboratoire Anthropologie

Archéologie Biologie)

– Hélène LABIT – doctorante, Sorbonne Université – Faculté des Lettres (UMR Orient et Méditerranée, EA Rome et ses Renaissances)

 

New online journal : Open anthropological research

I am pleased to announce the creation of a new open-access, on-line journal called ‘Open Anthropological Research’ published by De Gruyters. With this announcement I seek contributions, and possibly a special issue, which explore all aspects of legal anthropology/ anthropology of law. Contributions should adopt ethnographic research methods and be written in English. 

Open Anthropological Research is a peer-reviewed, open access journal, which means that contributions can easily achieve worldwide readership. The papers accepted for publication are posted on the website promptly, without the need to wait for the publication of the whole volume. We invite researchers, academics, practitioners, and educators to submit proposals for thematic issues/articles dealing with a broad range of social, cultural, linguistic and biological anthropology.

Authors of Open Anthropological Research benefit from:

  • no article submission or article processing charges (APCs) in 2020
  • transparent, comprehensive and fast peer review
  • efficient fast-track publication
  • worldwide dissemination and accessibility of articles
  • promotion of each published article
  • free language-correction services for authors from non-English speaking region
  • secure archiving by De Gruyter and the independent archiving service Portico

Queries can be directed to me and/or to the Managing Editor.

Yours,

John R Campbell

Dr John R Campbell

Editor-in Chief of Open Anthropological Research and

Emeritus Reader in the Anthropology of Africa and Law

Sociology & Anthropology

School of Oriental & African Studies

Thornhaugh Street,

Russell Square,

London  WC1H OXG
Mobile 07514-598518

http://www.soas.ac.uk/staff/staff30720.php

http://www.routledge.com/books/details/9781138928107/

https://www.routledge.com/Bureaucracy-Law-and-Dystopia-in-the-United-Kingdoms-Asylum-System/Campbell/p/book/9781138214958

Conférence : L’esclavage et la question de l’homme, 30 avril 2020

Programme

10h (heure de Guyane) et 15h (heure de Paris)

1. L’esclavage et la question de l’homme des juristes romains au code noir
Arnaud Paturet, chargé de recherches au CNRS, Centre de Théorie et analyse du droit (UMR 7074) et École normale supérieure, Paris

2. L’esclavage : un fait global
Marc Pave, docteur en histoire moderne, professeur d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles Lettre et chargé de cours d’histoire du droit à l’Université de Guyane

 

Rejoindre la conférence avec l’application zoom :
https://zoom.us/j/7122049210?pwd=OEJpM3NlVDVqd2RubGZjRHdobzg4QT09 
ID de la conférence : 712 204 9210
Mot de passe : 799621

Rejoindre la conférence par téléphone de France, si vous n’avez pas de connexion internet : +33 1 7037 2246 ; +33 1 7037 9729 ; pour joindre la conférence par téléphone d’un autre pays : contacter florence.faberon@univ-guyane.fr 
Contact, information et connexion : florence.faberon@univ-guyane.fr 

Conférence : Peuples autochtones et droit des minorités, 24 avril 2020

Programme

10h (heure de Guyane) et 15h (heure de Paris)

1. Les peuples autochtones : notion, identité et enjeux
Florencine Édouard, ancienne présidente et fondatrice de l’Organisation des Nations autochtones de Guyane et membre de l’association Groupes d’experts et juristes en droits humains et droits autochtones

2. Droit à la terre, aux territoires et aux ressources des peuples autochtones
Alexandre Sommer-Schaechtele, Juriste expert en droits des peuples autochtones et vice-président de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane

3. L’autochtonie en Guyane
Alexis Tiouka, Juriste et conférencier, spécialiste des populations autochtones, membre de l’association Groupes d’experts et juristes en droits humains et droits autochtones

4. Jeunesse autochtone et engagement
Ileen Naomi Colom, Juriste expert en droits des peuples autochtones et membre de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane

5. Groenland, autochtones et décolonisation
Norbert Rouland, Professeur émérite d’Aix-Marseille Université et ancien membre de l’Institut universitaire de France

6. La reconnaissance paradoxale des minorités nationales en Chine
Laurent Sermet, Professeur de droit public à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence

Rejoindre la conférence avec l’application zoom :
https://zoom.us/j/347520159?pwd=Y0k5cU5WbjhJQmFkREpxRzhqYjZPdz09 

ID de la conférence : 347 520 159
Mot de passe : 799621

Rejoindre la conférence par téléphone de France, si vous n’avez pas de connexion internet : +33 1 7037 9729 ; +33 1 7095 0103 ; pour joindre la conférence par téléphone d’un autre pays : contacter florence.faberon@univ-guyane.fr 
Contact, information et connexion : florence.faberon@univ-guyane.fr 

latest issue of the Journal of Legal Anthropology, vol. 3, issue 2, 2019.

To help you overcome the challenges many of you are facing in teaching and researching outside of your universities, we have made all Berghahn journals available to access until June 30. View full COVID-19 updates: https://www.berghahnjournals.com/page/covid19/covid19-update

Volume 3, Issue 2
Governing migration through paperwork
Guest Editors: Lisa Marie Borrelli and Sophie Andreetta

Articles
Introduction: Governing migration through paperwork
Lisa Marie Borrelli and Sophie Andreetta
https://bit.ly/2X3Krg4

Governing through paperwork: Examining the regulatory effects of documentary practices in a refugee settlement
Sophie Nakueira
https://bit.ly/2JuDBYW

Constructing ‘unteachability’ through menacing warnings: The coupling of welfare benefits and migration control in Switzerland
Luca Pfirter
https://bit.ly/2UFa0m5

Paperwork performances: Legitimating state violence in the Swedish deportation regime
Lisa Marie Borrelli and Annika Lindberg
https://bit.ly/3bJwurx

Administrative guidelines as a source of immigration law?: Ethnographic perspectives on law at work and in the making
Larissa Vetters
https://bit.ly/3bEuVeq

Writing for difference audiences: Social workers, irregular migrants and fragmented statehood in Belgian welfare bureaucracies
Sophie Andreetta
https://bit.ly/3dQRgXY

Postface: Anthropology, bureaucracy and paperwork
Thomas Bierschenk
https://bit.ly/2xKdJ8A

FORUM
Managing paper trails after Windrush: Migration, documents and bureaucracy
Anna Tuckett
https://bit.ly/2X4Zp5g

Giving them the slip: Israeli employers’ strategic falsification of pay slips to disguise the violation of Thai farmworkers’ right to the minimum wage
Matan Kaminer
https://bit.ly/39CIfi6

Spells of belonging: A response to Anna Tuckett
Susannah Crockford
https://bit.ly/2UR75p4

BOOK REVIEWS
William Wheeler
https://bit.ly/3bINQVy

Sign up for Email updates: http://bit.ly/2uO5d3Z
Please visit the Berghahn website for information about the journal: www.berghahnjournals.com/jla
Please be sure to recommend JLA to your institution’s library:
http://journals.berghahbooks.com/jla/library-recommendations

XVI International Conference of the International Association for Legal Methodology (bORDEAUX, jUNE 25th-26th)

XVI International Conference of the International Association for Legal Methodology

Bordeaux, 25-26 June 2020

Theme

“Law and Facts / Le droit et les faits”

The International Association of Legal Methodology and the Institut de recherche Montesquieu (University of Bordeaux) are issuing a call for presentations on the theme “Law and Facts / Le droit et les faits” at the International Conference to be held on 25 and 26 June 2020 at the Faculty of Law and Political Science of the University of Bordeaux in Bordeaux (France).

Description

The distinction between law and facts is a commonplace subject that continues to attract the interest of legal scholars. The views on the relation between Law and facts are sometimes contradictory: some criticize the tendency to adapt Law to social facts or even to deduce legal rules from said facts, while others reconcile the two going so far as to entertain the notion that law is a social fact. Nonetheless, legal reasoning draws a sharp distinction between Law and facts and interprets social facts through the eye of the law. These attempts at reconciliation can be surprising as almost everything opposes them: unlike Law and norms, facts happen only once and never repeat themselves. Facts are part of a present that is quickly over, whereas Law provides for the future by rule and closes the past by decisions and sanctions. Facts are unique, enclosed in a deep singularity and difficult to grasp, while Law is a shape that must encompass the diversity of facts.

Everything, however, permanently opposes facts and Law. On the one hand, facts “never stand still” and extend beyond the legal framework and, on the other hand, Law leaves an indelible mark on reality.

The next AILM convention seeks to explore these different points of intersection between Law and facts.

Facts as a source of norms

• Looking back at customs and practices in the 21st century. The practices that develop within a community or social group are likely to generate norms and frame future behaviour in an original way that is different from other social artefacts such as culture and language: where do disciplines such as anthropology and ethnography stand today with regard to the various modes of social regulation and their relationship to Law? What is the topicality of these normative sources in a time of increasingly globalized Western legal traditions?

• Revolutions or when facts have their revenge on Law. Law is not immune to social facts. As a consequence, one can arguably conceive revolutions that affect societies, whether they be social, cultural or political in nature, as turning points that reveal the profoundly factual nature of the law. What function do revolutionary “facts” play in the constitution of normative orders?

• The emergence of normative facts. Certain facts give rise, by their simple occurrence, to legal consequences. Objective liability, for example, bypasses several traditional mechanisms of legal reasoning (such as fault) to generate legal consequences: what ground? Enclosed land is another example. On what grounds are these situations treated separately? Are some facts “normative?” Conversely, could legal presumptions and fictions be interpreted as a refusal to allow certain facts to bring about the legal consequences that would otherwise occur?

Facts as a source of interpretation of norms

The consideration of social facts and cultural artifacts in legal reasoning can be seen as a recognition of the interdependence between norms and facts:

 The facts in legal reasoning. Social facts are often taken into consideration in legal reasoning: in what capacity? Are they potentially interpretative constraints? What place do they have in the discourse of lawyers and scholars? Do they interact in the balancing of legal rules?

• The facts in jurisdictional reasoning. Facts are assessed by judges who categorize and select them in order to define the “case” that will have to be addressed. How are these cases constructed? What role do the parties to a proceeding play in the construction of these cases? In constitutional Law, one can ask what control do the constitutional courts have over legislative facts?

• Facts as a measure and the “intelligence” of the law. Do the complexity and singularity of facts constitute obstacles to the use of artificial intelligence in law? Do the predictability of court decisions and actuarial tools open up a reign of quantifiable and measurable facts? Can Law, like facts, be measured?

Directives for the Proposals 

Interested participants must submit send their written proposal before February 1, 2020. Proposals must have a bilingual title, contain a short summary (between 100 and 150 words) in French or English and mention the name and affiliation of the author. 

Proposals should be sent to the following email address: 

aimj-ialm2020@usherbrooke.ca

Selected participants will be invited to contribute to a collective publication. Although a proposal can discuss other issues than the ones described above, the scientific committee can give preference to proposals more directly related to these specific topics. Resources permitting, financial support may be offered to scholars who wish to participate. 

Scientific Committee: 

Nader Hakim Mathieu Devinat Jean-Yves Chérot Alexandra Popovici
ProfessorUniversité de Bordeaux President of the IALM ProfessorUniversité de Sherbrooke ProfessorUniversité d’Aix-Marseille ProfessorUniversité de Sherbrooke

Latest Issue of the Journal of Legal Anthropology (vol. 3, 2019)

 
Articles
 
 
 
 
Forum
 
 
 

clio@themis, n°16 : Droit et anthropologie : archéologie d’un savoir à la renaissance

  • GÉRALDINE CAZALS ET MARIE HOULLEMARE

    Les juristes et l’anthropologie à la Renaissance

    À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de (…)

     
  • RACHEL DARMON

    L’institution des dieux : mythologie, anthropologie et humanisme juridique à la Renaissance

    Résumé : Si l’anthropologie moderne diverge, par la systématicité de sa méthodologie, de pratiques d’écriture érudites au statut encore erratique, ses préoccupations n’étaient pas absentes de la démarche des humanistes, à l’intérieur, bien sûr de certaines limites. Au XVIe siècle commence à émerger une étude du fait religieux compris comme un fait de culture, comme une technique élaborée et institutionnalisée. L’humanisme juridique apporte à la tradition mythologique un cadre de réflexion sur le rôle des (…)

     
  • GÉRALDINE CAZALS

    Mens emblematica, mens juridica, mens anthropologica. Réflexions autour de la contribution des jurisconsultes humanistes auteurs d’emblèmes à l’anthropologie (premier XVIe siècle)

    Résumé : Cet article se propose d’analyser la place prise par les savoirs et les questionnements intéressant l’anthropologie dans le cadre des travaux liés au développement de l’emblématique dans la première moitié du XVIe siècle. Via l’étude de divers emblèmes composés notamment par André Alciat, Guillaume de La Perrière, Barthélemy Aneau ou Pierre Coustau, il s’attache à démontrer non seulement les liens entre emblématique, étude des rites antiques et analyse de différents phénomènes sociaux et humains, mais (…)

     
  • GAËLLE DEMELEMESTRE

    Les Dominicains et les Indiens

    Résumé : La conquête du Nouveau Monde a très rapidement suscité dans l’Espagne du XVIe siècle de violents débats, centrés autour de deux interrogations majeures portant sur le droit des Espagnols à la conquête et à la domination des Indes et sur leur droit à réduire les Indiens à l’esclavage. Pour y répondre, les théologiens et juristes espagnols de l’ordre de saint Dominique ont procédé à deux grandes innovations, que le présent article entreprend de développer. La première a été d’appuyer et de conforter leur (…)

     
  • GRÉGOIRE HOLTZ

    De l’« ensauvagement » à l’observation participante : archéologie d’une catégorie anthropologique

    Résumé : Cet article montre comment la notion d’observation participante, théorisée au XXe siècle, trouve ses origines dans les récits de voyages de la Renaissance qui expérimentent déjà l’enquête en immersion dans des sociétés étrangères. Si la légitimité de ces témoignages est héritée du paradigme judiciaire, les écrits juridiques empruntent réciproquement de nombreuses références aux récits pré-ethnographiques pour autoriser leur propos. Ces premières formes d’observation participante sont à la fois légitimées (…)

     
  • ANDREA DAHER

    Le Sauvage convertible dans l’alliance amicale franco-tupi (XVIIe siècle)

    Résumé : Ce texte porte sur l’inscription des « codes relationnels » établis avec les Indiens Tupinamba dans les récits des capucins Claude d’Abbeville et Yves d’Évreux, au début du XVIIe siècle, dans une perspective comparative par rapport au livre du huguenot Jean de Léry, dont ils sont tributaires. Il s’agit de répondre à la question de l’historicité de la notion de sympathie, dans la mise en place de critères d’identification (atribution de similitude) et de relation (hiérarchie) entre les hommes. (…)

     
  • CÉLINE ROYNIER

    L’anthropologie et le droit dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne : l’exemple du Philadelphus de R. Harvey (1593)

    Résumé : Richard Harvey, astrologue anglais du XVIe siècle, est un auteur assez méconnu. Pourtant, c’est dans son texte intitulé Philaldelphus, paru en 1593, qu’apparait pour la première fois en langue anglaise le terme d’« anthropology ». L’objet de cet article est de tenter de dégager le sens dans lequel est employé ce terme – qui est défini par l’auteur comme l’étude de la généalogie et des actes des personnes – à partir des éléments culturels de l’époque et notamment, d’éléments de culture juridique ainsi (…)

     
  • GILDUIN DAVY

    Par-delà les brumes du Nord : remarques sur la caractérologie juridique dans l’Historia om de nordiska folken d’Olaus Magnus (1555)

    Résumé : À bien des égards, Olaus Magnus – comme son frère Johannes – peut être considéré comme un père du gothicisme, entendu comme un mouvement d’idée engendrant une nouvelle approche anthropologique du Nord. Son Historia om de nordiska folken amorce en effet une nouvelle perception des peuples scandinaves (principalement les Suédois) dans laquelle est mis en lumière tout un faisceau de valeurs primaires qui configurent leur identité à la fois politique et juridique commune. En tout état de cause, sa (…)

     
  • JEAN-FRÉDÉRIC SCHAUB

    Le sang, notion politique et régulateur social sous l’Ancien Régime. Pour une histoire longue de la race

    Résumé : Un des arguments des historiens qui avancent que la question raciale ne prend forme qu’à l’époque contemporaine consiste à montrer que l’évocation du sang est métaphorique avant l’avènement du racisme dit scientifique. Il se serait agi d’évoquer la place de l’identité lignagère à travers une image, celle du sang qui coule de génération en génération. Le présent article, s’appuyant sur des sources à la fois normatives et littéraires, entend montrer au contraire que, dès la fin du Moyen Âge, le sang réel (…)

     
  • MARIE-CLARTÉ LAGRÉE

    Des apprentis anthropologues au Levant à la fin du XVIe siècle (Nicolay, Regnault, Giraudet, Villamont) : conditions de contact et questionnement

    Résumé : En s’appuyant sur quatre voyageurs français de la seconde moitié du XVIesiècle qui se sont rendus au Levant et ont publié leur récit, cet article étudie la vision anthropologique qui pouvait être la leur. Après avoir présenté les conditions de contact, d’un point de vue juridique et diplomatique, et avoir démontré que ces occasions étaient réelles, cette étude souligne la force de la croyance en l’unité du genre humain et avance que l’intérêt des voyageurs se porte non sur l’homme, mais davantage (…)

     

    Varia

  • CARLOS PETIT

    John H. Wigmore and European Culture in the Progressive Era

    Résumé : Nous nous intéressons ici aux initiatives de John Henry Wigmore (1863-1943), doyen de la faculté de droit de la Northwestern University. Depuis le début du dernier siècle, Wigmore a promu plusieurs collections (en anglais) d’œuvres de renommés juristes européens, en matiére du droit pénal, de l’histoire du droit, bref, de la philosophie du droit. Ces pages proposent des clefs pour procéder à une interprétation des collections et pour déveler les stratégies adoptées dans une dynamique de (…)

Colloque : Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ? (24-25 mai, Aix-Marseille Université)

Colloque

Les peuples autochtones : quels droits ? quelle protection ?

Du vendredi 24 mai 2019 au samedi 25 mai 2019


Présentation

Un colloque sur un sujet très actuel mais qui n’attire malheureusement pas assez l’attention. Cet évènement a pour but de sensibiliser à la cause de la protection et de la reconnaissance pleines et entières des peuples autochtones et de leur patrimoine.

Nous mettons un point d’honneur sur la recherche d’intervenants de qualité et concernés par ces problématiques : ONG en contact direct avec les peuples, représentants d’autochtones, juristes, chercheurs spécialistes, etc.

Des temps d’échange seront organisés entre le public et les intervenants.

Se tiendra également une exposition de grands photographes professionnels dans le Hall principal de la Faculté de droit d’Aix-en-Provence, du lundi 20 mai au samedi 25 mai 2019.

Programme

Vendredi 24 mai 2019

13h30 : Accueil des participants et allocution de bienvenue

14h00 : Conférence introductive

Peuples autochtones et environnement : Écocide, biopiraterie, appropriation des expressions culturelles – Exemple du peuple Kanak en Nouvelle- Calédonie 
Mme. Subama Mapou, porte-parole IKAPALA et Comité Rhéébù Nùù

Reconnaissance et statut juridique des peuples autochtones 
Mr. Daniel Arboleda, doctorant AMU

15h30 : Pause

Table ronde n°1 – Droit à la terre

15h45 : Le droit de propriété des peuples autochtones 
Pr. Aurélie Laurent, université du Mans

Les menaces aux territoires – l’affaire Montagne d’Or 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

17h20 : Exposition et buffet

Discussions informelles entre les différents intervenants et le public autour d’un buffet et d’œuvres photographiques professionnelles

19h30 : Clôture

Samedi 25 mai 2019

9h00 : Accueil des participants / petit-déjeuner

Table ronde n°2 – l’importance des cultures autochtones

09h15 : Opportunités et contraintes du patrimoine culturel immatériel pour les cultures autochtones 
Pr. Laurent  Sébastien Fournier, Université AMU

La notion de « génocide culturel » – Le cas des residential schools au Canada 
Mme. Lorraine Dumont, doctorante AMU

10h45 : Pause

Table ronde n°3 – Les actions menées en faveur des peuples autochtones

11h00 : Les actions pour la préservation de la Culture – ACCB Bordeaux et les arrivants de Nouvelle- Calédonie 
Mme. Rachelle Hnawia, représentante Association ACCB

Protection des expressions culturelles, symboles et artisanat traditionnel 
Mme. Marine Calmet, représentante ONG Nature Rights

12h30 : Clôture et restauration

Accès gratuit, tout public

Faculté de droit et science politique
Amphithéâtre Favoreu
3 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

Source : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/31603-les-peuples-autochtones-quels-droits-quelle-protection